B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les « Primitifs » italiens (Histoire de l'art)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2.2. Peintres et œuvres

Les premières oeuvres
Maître de Saint François Bardi (actif entre 1240 et 1270)
Coppo di Marcovaldo
Maître inconnu
Maître du retable de Sainte Claire
Le Maître de l’arrestation
Le Maître de la Madeleine
Le maître de Marguerite de Cortone
Palmerino di Guido
Cimabue
Grifo di Tancredi
Le Maître de Sainte Cécile
Gaddo Gaddi
Buffalmacco Bounamico
Giotto di Bondone
Capanna Puccio
Bernardo Daddi
Jacopo del Casentino
Maso di Banco
Nardo di Cione
Orcagna (Andrea di Cione)
Taddeo Gaddi
Giotto di Stefano (Giottino)
Giovanni da Milano
Le Maître de l’oratoire de Mocchirolo
Andrea di Bonaiuto (Andrea da Firenze)
Meliore di Jacopo
Niccolo di Tommaso
Maître de la Miséricorde
Giovanni del Biondo
Gaddi Agnolo
Don Silvestro dei Gherarducci
Jacopo di Cione
Spinello Aretino
Starnina Gherardo di Jacopo
Cenni di Francesco « Ser Cenni »
Niccolo di Pietro Gerini
Lorenzo Monaco
Mariotto di Nardo

2.2.24. Giovanni da Milano

Giovanni di Jacopo di Guido da Caversaccio, dit Giovanni da Milano, est un peintre italien de l’école de Florence et de l’école Lombarde, actif à Florence entre 1350 et 1369. Originaire de Lombardie, influencé par le peintre siennois Simone Martini puis par Giotto qui séjourne à Milan, il s’installe par la suite à Florence et est inscrit le 17 octobre 1346 sous le nom de « Johannes Jacobi de Commo ». Il réapparaît douze ans plus tard sur le registre de l'Arte dei Medici e Speziali sous le nom de « Johannes Jacobi Guidonis de Mediolano ».

Il est considéré comme l'un des plus grands artistes italiens du trecento. A Florence, il élabore une vision picturale qui, influencée par Giotto, est très innovante et lui fait devancer tous les peintres florentins contemporains : grâce à une trame de minces touches filiformes et curvilignes, il obtient des formes parfaitement définies, réalisant la synthèse des idéaux florentins et du penchant lombard pour une vérité aimable et savoureuse, et la synthèse entre l'art gothique français et la peinture italienne. Ainsi sa peinture se caractérise par l'élégance extrême de ses formes, la recherche toute profane des costumes, l'intimité délicate et poignante des scènes douloureuses, la caractérisation aiguë des physionomies. Ce rendu méthodique de la vérité aboutira Jan Van Eyck ; en Italie, Giovanni da Milano laisse son héritage à Gentile da Fabriano, Masolino et Sassetta.

Sa première œuvre signée est un polyptyque avec la Vierge et l'Enfant et des Saints de la Pinacothèque de Prato, datant sant doute de 1354-1355. De cette première période datent aussi la Piéta de Paris (Collection du Luart), un petit retable avec la Vierge et l'Enfant et des saints entourés de scènes de la vie des saints et du Christ (Rome, Galleria Nazionale), et une crucifixion (Collection Seymour-Maynard) : ces œuvres influencent toute la riche production lombarde entre 1360 et 1380 (fresques de Lentate, de Mocchirolo, de Viboldone, de l'église San Marco à Milan).

La période de sa maturité, où il fait la synthèse des apports florentins et lombard, débute avec la Pietà datée de 1365 (Flornece, Accademia), et à partir de la même année les fresques de la chapelle Rinuccini à l'église Santa Croce de Florence (vie de la Vierge, vie de Marie Madeleine). Suivent la Madone avec deux donateurs du Metropolitan Museum, le polyptyque pour l'église d'Ognissanti à Florence (dont subsistent 7 panneaux aux Offices : Saintes Catherine et Lucie, Saints Étienne et Laurent, Saints Jean-Baptiste et Luc, Saints Pierre et Benoît, Saints Jacques et Grégoire, de nombreux Saints, Patriarches et Prophètes à la prédelle), le polyptyque dont devaient faire partie le Christ bénissant de la Brera et les Saints de la Gallerie Sabauda de Turin...

Giovanni da Milano : Scènes de la vie de la vierge. 1365. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle Rinuccini
Giovanni da Milano : Scènes de la vie de la vierge. 1365. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle Rinuccini

Giovanni da Milano a été commandité par Lapo di Lizio Guidalotti (mort vers 1350) afin d’exécuter une modeste fresque dans la chapelle Rinuccini de l'église franciscaine de Santa Croce à Florence. L'artiste peint sur chacune des parois latérales de la chapelle 5 scènes de la vie de la Vierge et de la vie de Marie Madeleine. Ces scènes sont très proches des fresques des cycles de la chapelle Baroncelli à Santa Croce (Taddeo Gaddi) et de la chapelle de Marie Madeleine dans Eglise inférieure Saint-François à Assise (atelier de Giotto).

Giovanni da Milano : Scènes de la vie de Marie Madeleine. 1365. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle Rinuccini
Giovanni da Milano : Scènes de la vie de Marie Madeleine. 1365. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle Rinuccini
Giovanni da Milano : La naissance de la Vierge. 1365. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle Rinuccini
Giovanni da Milano : La naissance de la Vierge. 1365. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle Rinuccini

Les peintures de la chapelle Rinuccini à Santa Croce à Florence en 1365 soulignent les nouvelles possibilités d'architecture picturale dans son cadre ornemental. L'espace comprimé perd de son importance comme espace architectural et gagne en élégance décorative, même si ici les personnages de l'histoire de la Vierge sont encore comprimés dans un cadre d’architecture « étagée ». La poésie de leurs mouvements raffinés reflète bien la manière du peintre.

Giovanni da Milano : La Crucifixion. 1350s. Tempera sur panneau de bois, 51 x 36 cm. Collection privée
Giovanni da Milano : La Crucifixion. 1350s. Tempera sur panneau de bois, 51 x 36 cm. Collection privée

Ce petit panneau peu connu montre le Christ crucifié avec les trois Maries, saint Jean l'Evangéliste et d'autres saints, des soldats à cheval et des anges volants, appartient aux premières œuvres de l'artiste.

Giovanni da Milano : Saint François d’Assise. Vers 1360. Bois, 113 x 39 cm. Paris Musée du Louvre
Giovanni da Milano : Saint François d’Assise. Vers 1360. Bois, 113 x 39 cm. Paris Musée du Louvre
Giovanni da Milano : Pietà. 1365. Tempera sur panneau de bois, 110 x 46 cm. Florence, Galleria dell’Accademia
Giovanni da Milano : Pietà. 1365. Tempera sur panneau de bois, 110 x 46 cm. Florence, Galleria dell'Accademia

Cette Pietà de Giovanni da Milano montre le Christ mort soutenu par la Vierge, Marie-Madeleine et saint Jean : c’est l'une des premières représentations de ce type peint à Florence. La manière dont le corps du Christ est tenu par les personnages en deuil est destinée à rappeler au spectateur la souffrance que le Christ a endurée pour le salut de l'humanité.

Giovanni da Milano : Polyptyque avec la madone et des saints. 1355. Panneau de bois. Prato, Musée civique
Giovanni da Milano : Polyptyque avec la madone et des saints. 1355. Panneau de bois. Prato, Musée civique

Le polyptyque a été peint pour l’hôpital de la Miséricorde à Prato, la plus ancienne organisation caritative de la cité. C’est la première oeuvre signée de l'artiste.



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)