B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les « Primitifs » italiens (Histoire de l'art)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2.2. Peintres et œuvres

Les premières oeuvres
Maître de Saint François Bardi (actif entre 1240 et 1270)
Coppo di Marcovaldo
Maître inconnu
Maître du retable de Sainte Claire
Le Maître de l’arrestation
Le Maître de la Madeleine
Le maître de Marguerite de Cortone
Palmerino di Guido
Cimabue
Grifo di Tancredi
Le Maître de Sainte Cécile
Gaddo Gaddi
Buffalmacco Bounamico
Giotto di Bondone
Capanna Puccio
Bernardo Daddi
Jacopo del Casentino
Maso di Banco
Nardo di Cione
Orcagna (Andrea di Cione)
Taddeo Gaddi
Giotto di Stefano (Giottino)
Giovanni da Milano
Le Maître de l’oratoire de Mocchirolo
Andrea di Bonaiuto (Andrea da Firenze)
Meliore di Jacopo
Niccolo di Tommaso
Maître de la Miséricorde
Giovanni del Biondo
Gaddi Agnolo
Don Silvestro dei Gherarducci
Jacopo di Cione
Spinello Aretino
Starnina Gherardo di Jacopo
Cenni di Francesco « Ser Cenni »
Niccolo di Pietro Gerini
Lorenzo Monaco
Mariotto di Nardo

2.2.19. Maso di Banco

Peintre florentin, Maso di Banco, actif entre 1320 et 1350, est un « illustre inconnu » : on ne sait pratiquement rien de sa carrière et Vasari ne le mentionne pas, mais il est considéré comme le plus important des disciples de Giotto avec lequel il collabore peut-être à Naples (chapelle de Castelnuovo, 1329-1332). D’après les « Commentaires » de Ghiberti il serait l’auteur des fresques illustrant la légende de Saint Sylvestre dans la Chapelle Bardi di Vernio de Santa Croce de Florence. D'autre part, certains documents mentionnent un « Maso di Banco » qui peut être identifié avec le Maso de Ghiberti, puisqu'ils concernent les fresques déjà citées de Santa Croce, au sujet desquelles ce peintre entre en conflit avec ses clients en 1341. Ghiberti lui assigne également une activité de sculpteur. Vasari, quant à lui attribue à Giottino les œuvres que lui assignait Ghiberti. Ce « Giottino » est sans doute Giotto di Maestro Stefano, signalé un peu plus tard dans le siècle, ce qui le distingue de Maso, qui appartient à une génération antérieure. En outre, compliquant encore ce problème, certains documents parlent, à propos des œuvres qui oscillent ainsi entre Maso et Giottino, d'un certain « Stefano », sans autres précisions. C’est finalement Offner qui en 1929, réussit à faire l’unanimité de la critique : la personnalité de Maso est clarifiée, et son catalogue est enfin établi, cohérent dans son unité, tout comme en conséquence celui de Giottino et celui de « Stefano » dont la personnalité artistique correspond sans doute d’après les travaux de Longhi (1951) à la personnalité historique de Puccio Cappana.

L’oeuvre principale de Maso, les fresques de la chapelle Bardi di Vernio à Santa Croce de Florence, qui représentent des scènes de la vie de saint Sylvestre et la Résurrection d'un membre de la famille Bardi, permet d’identifier un groupe cohérent d’œuvres de la main de l’artiste : la lunette peinte à fresque avec le Couronnement de la Vierge, à Santa Croce (Opera del Duomo), un polyptyque dispersé entre Berlin (Madone et deux autres panneaux détruits en 1945) et le Metropolitan Museum (Saint Antoine de Padoue), un autre polyptyque (Madone et quatre saints de San Spirito de Florence). S’y ajoutent un petit triptyque portatif, le triptyque Balbott duBrooklyn Museumde New York, une Madone à la ceinture (Berlin), un Couronnement de la Vierge (musée de Budapest) et une Dormition de la Vierge (Chantilly, musée Condé) ; il est possible que ces trois dernières œuvres constituaient à l’origine un tabernacle de la chapelle de la Ceinture au dôme de Prato. Il y a enfin des fragments de fresque avec des têtes de saints et d'anges dans les embrasures des fenêtres de la chapelle du Castel Nuovo de Naples (1329-1332) et d'autres fragments (Héraclius portant la Croix à Jérusalem) à San Francesco de Pistoia.

Maso occupe une place à part parmi les élèves de Giotto, d'autant plus importante que son activité se déroula certainement assez tôt dans la première moitié du siècle. Il joue un rôle prédominant dans la formation de peintres tels que Giottino, Giovanni da Milano, Puccio di Simone, Giusto de'Menabuoi, Nardo di Cione. La peinture de Maso présente deux qualités fondamentales : l'approfondissement des recherches volumétriques de Giotto et la subtilité radieuse de son chromatisme, si vibrant de lumière qu'on a pu appeler Maso « le Piero della Francesca du trecento ».

Maso di Banco : Le miracle du pape Sylvestre. Vers 1340. Fresque, largeur, 534 cm. Florence, Santa Croce, chapelle di Bardi di Vernio
Maso di Banco : Le miracle du pape Sylvestre. Vers 1340. Fresque, largeur, 534 cm. Florence, Santa Croce, chapelle di Bardi di Vernio

La scène du « miracle du dragon » a lieu à Rome, dans les ruines du forum romain. La profondeur de l'espace est divisée en trois parties. Sur la gauche, le Pape met des chaînes au dragon puis se tourne vers les défunts Rois Mages et les réssuscite d'entre les morts. L'empereur Constantin et son accompagnement occupent la partie droite, contemplant la scène avec stupeur. La scène ne possède ni les couleurs vives ni la monumentalité de Giotto, toutefois, la construction de la composition est remarquable.

Les fresques représentant cinq scènes de la légende de saint Sylvestre possèdent la clarté de la conception et de l'harmonie des couleurs et anticipent le style monumental de Masaccio et de Piero della Francesca.

Maso di Banco : Le miracle du pape Sylvestre, détail. Vers 1340. Fresque, largeur, 534 cm. Florence, Santa Croce, chapelle di Bardi di Vernio
Maso di Banco : Le miracle du pape Sylvestre, détail. Vers 1340. Fresque, largeur, 534 cm. Florence, Santa Croce, chapelle di Bardi di Vernio
Maso di Banco : Tombe avec fresque décrivant la resurrection d’un membre de la famille des Bardi. 1340s. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle di Bardi di Vernio
Maso di Banco : Tombe avec fresque décrivant la resurrection d’un membre de la famille des Bardi. 1340s. Fresque. Florence, Santa Croce, chapelle di Bardi di Vernio

Sur la Fresque, un membre de la famille Bardi s'agenouille sur son sarcophage, tout seul dans la plaine désolée de l'au-delà. Son sarcophage est décoré de reliefs de marbre, de l'Ecce homo et des armes des Bardi, tandis que l'image du Christ juge montrant ses plaies et entouré d'anges domine l’ensemble de la scène.

Maso di Banco : Marie transmet sa ceinture à l’apôtre Thomas. Vers 1337-1339. Panneau de bois. Berlin, Staatliche Museen
Maso di Banco : Marie transmet sa ceinture à l’apôtre Thomas. Vers 1337-1339. Panneau de bois. Berlin, Staatliche Museen
Maso di Banco : Madonne et enfant. Vers 1335. Panneau de bois. Berlin, Staatliche Museen
Maso di Banco : Madonne et enfant. Vers 1335. Panneau de bois. Berlin, Staatliche Museen


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)