B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Généralités
1.1. Principes architecturaux
1.2. Les voûtes romanes
1.3. Le « système » roman
1.4. Caractères de l’architecture romane

2. L’art roman en Alsace
2.1. Généralités
2.2. Architecture
2.3. Sculpture
2.4. Peinture, enluminure et vitrail
2.5. Objets d’art : ferronnerie et orfèvrerie

3. Saints Pierre et Paul de Rosheim
3.1. Histoire
3.2. extérieur
3.3. L'intérieur
3.4. Datation - filiation

4. Andlau : sainte Richarde
4.1. Histoire
4.2. A crypte
4.3. Porche et Portail
4.4. La frise historiée

5. Epfig : sainte Marguerite
5.1. Description
5.2. Datation et origine

6. Eschau : saint Trophime
6.1. Histoire
6.2. L'extérieur
6.3. L'intérieur
6.4. Originalité et datation
6.5. E cloître

7. Hohenbourg – sainte Odile
7.1. Histoire
7.2. Le monastère du XIIè
7.3. La chapelle de la Croix
7.4. La stèle historiée

8. Lautenbach : la collégiale Saint Miche et Saint Gangolf
8.1. Histoire
8.2. Plan et transformations
8.3. Le porche
8.4. Les sculptures

9. Abbatiale de Noirmoutier
9.1. Histoire
9.2. Structures et volumes
9.3. Ordonnance et décor de la façade
9.4. L' intérieur
9.5. Les parties gothiques
9.6. Conclusion

10. Abbatiale de Murbach
10.1. Histoire
10.2. L'extérieur
10.3. L'intérieur
10.4. La nef disparue
10.5. Datation

11. Neuwiller les Saverne : saints Pierre et Paul
11.1. Histoire
11.2. Les chapelles du chevet
11.3. La crypte
11.4. Interprétation et date de construction

12. L’octogone d’Ottmarsheim
12.1. Histoire
12.2. L'extérieur
12.3. L'intérieur
12.4. Ottmarsheim et Aix la Chapelle

13. Sainte Foy de Sélestat
13.1. Histoire
13.2. L'extérieur
13.3. L'intérieur
13.4. Notes archéologiques

14. Autres édifices ou parties d’édifices romans en Alsace
14.1. Feldbach : le prieuré
14.2. Guebwiller : Saint Léger
14.3. Gueberschwihr : le clocher
14.4. Pfaffenheim : saint Martin
14.5. Hattstatt : sainte Colombe
14.6. Wintzfelden : abbaye de Schwartzenthann
14.7. Marbach : l’abbaye
14.8. Sigolsheim : Saints Pierre et Paul
14.9. Kaysersberg : l’église d’Alspach.
14.10. Kaysersberg : tympan de l’église Sainte Croix
14.11. Dorlisheim
14.12. Altorf : saint Cyriaque
14.13. Avolsheim : le Dompeter
14.14. Avolsheim : le Baptistère
14.15. Obersteigen
14.16. Strasbourg : le chœur et le crypte de la cathédrale
14.17. Strasbourg : le cloître de saint Pierre le Jeune
14.18. Strasbourg : saint Thomas : le sarcophage de l’évêque Adeloch
14.19. Hohatzenheim
14.20. Saint Jean les Saverne
14.21. Berg
14.22. Surbourg : l’abbatiale
14.23. Altenstadt : Saint Ulric
14.24. Clochers romans
Bas de boite

Diffus par CashTrafic

Alsace : l’art roman en Alsace

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7. Hohenbourg – sainte Odile

Histoire
Le monastère du XIIè
La chapelle de la Croix
La stèle historiée

7.4. La stèle historiée

Cette stèle est érigée dans la galerie nord du cloître à l'entrée de la salle des hôtes. Elle a été hélas mutilée en 1793.

A gauche, le duc Etichon remet à Odile sous forme de livre le château de Hohenbourg. Au centre, l'évêque Léger porte crosse et livre. A droite la Vierge tient l'enfant Roi alors que Relinde et Herrade offrent un livre ouvert : il s'agit donc de la donation symbolique du monastère à la sainte titulaire, qui s'oppose à l'acte juridique réel par le fondateur du lieu, représenté sur l'autre face. Cette donation est attribuée à Relinde qui pouvait revendiquer le titre de seconde fondatrice. Pourquoi Saint Léger et non saint Augustin ? Il semble qu'on ait voulu insister sur l'origine noble d'Odile, car sa mère Bereswinde était parente du saint martyr d'Autun, considéré par ailleurs comme le saint dynastique des Etichonides.

Mont Sainte Odile : stèle romane du cloître représentant les abbesses Rélindis et Herrade de Landsberg en dévotions devant la Vierge
Mont Sainte Odile : stèle romane du cloître représentant les abbesses Rélindis et Herrade de Landsberg en dévotions devant la Vierge

Le modèle du sculpteur était l'image - dédicace, très fréquente dans les Manuscrits de l’époque : il existe une composition absolument identique dans un missel de Saint Blaise en forêt Noire datant du XIIè.

Mais la stylisation, le tracé géométrique des plis, la manière de plier et d'étendre les bras permet d'identifier le sculpteur avec celui qui exécuta les Gémaux du transept de Rosheim. La représentation des deux abbesses autorise une date voisine de 1167. Cette stèle est émouvante : ne fournit-elle pas le portrait d'une des gloires littéraires et artistiques d'Alsace Médiévale, l'abbesse Herrade ?


Icone texte Articles connexes
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)