B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Nazisme : le camp de concentration de Mauthausen (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

8.6. SĂ©vices, par M. de Bouard

Michel de Bouard, doyen de la Faculté de Caen, spécialiste du Moyen Age, fut déporté à Mauthausen comme résistant NN (Nacht und Nebel).

« Les atrocité étaient monnaie courante au KZ. La carrière en était souvent le théâtre. Les gens que l’on ne voulait pas exécuter officiellement y étaient envoyés. Là ils succombaient sous le poids d’énormes blocs de granit et sous les coups du Kapo Pelzer et des SS; ou bien on les poussait à coup de trique vers les barbelés : une sentinelle tirait alors d’un mirador et abattait le détenu. »

« La seule punition prévue par les règlements était la bastonnade : 25, 50 ou 75 coups. Inutile de dire qu'on résistait rarement à plus de 50 coups. Beaucoup succombaient même avant. »

« En marge de ce règlement, la plupart des SS se permettaient n'importe quelles brutalités. Certains d'entre eux étaient manifestement des sadiques. Tel Müller : au cours d'un interrogatoire, il bat jusqu'au sang un détenu, et lui annonce qu'il sera exécuté le lendemain. Puis, apprenant que l'homme est de son métier chanteur à Vienne, il le fait chanter pendant une heure. Repris après une tentative d'évasion, un Russe est mis « à la tour », c'est-à-dire enchaîné au mur, près de la porte d'entrée. Au début de la nuit arrive le Rapportführer Riegeler, qui frappe le malheureux et le jette à terre ; puis il prend sa canne et lui crève les yeux, lui écrase les côtes à coups de talon, lui transperce la gorge avec sa canne qui sort par la nuque ; le sang étouffe les cris de l'homme qui vit toujours. Alors Riegeler l'achève d'un coup de revolver. Les atrocités de ce genre étaient monnaie courante au KZ. La carrière en était souvent le théâtre. Les gens que l'on ne voulait pas exécuter officiellement y étaient envoyés. Là ils succombaient sous le poids d'énormes blocs de granit et sous les coups du kapo Pelzer et des SS ; ou bien on les poussait à coups de trique vers les barbelés : une sentinelle tirait alors d'un mirador et abattait le détenu.  »

« Vers la mi-décembre 1944, les bâtiments du Revier furent désinfectés au gaz Zyklon B; chacun d'eux fut évacué durant deux jours et son effectif entassé dans un autre Block. L'opération finie, nous dûmes revenir, complètement nus, dans la neige, par une température voisine de moins 10°C ; avant de réintégrer notre baraque, on nous badigeonna le corps avec un insecticide très corrosif, puis nous passâmes sous un jet d'eau glacée ; il fallut alors, tels quels, sans pouvoir nous sécher, regagner nos paillasses. Inutile de dire que, cette fois encore, les victimes furent nombreuses. »

Michel de Bouard : « Mauthausen ». Revue d’Histoire de la Deuxième Guerre Mondiale, N° 16-16, juillet septembre 1954.


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)