B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Nazisme : le camp de concentration de Mauthausen (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Kommandos extérieurs

Généralités
Gusen
Ebensee
Melk
Loibl
Gunskirchen

5.5. Loibl

5.5.1. Situation

Loiblpass I: un terrible commando du camp de Mauthausen. Il y avait deux chantiers au creusement de ce tunnel reliant Autriche et Yougoslavie
Loiblpass I: un terrible commando du camp de Mauthausen. Il y avait deux chantiers au creusement de ce tunnel reliant Autriche et Yougoslavie

Créé en juin 1943, le camp annexe de Loibl Pass se compose en réalité de deux camps distincts : l'un, situé sur le versant sud du massif des Karawanken, du côté slovène, ouvert le 3 juin 1943, et, l'autre, implanté sur le versant nord du même massif, mais du côté autrichien, dont la construction date de septembre et octobre 1943. Les détenus y percent un tunnel stratégique routier reliant la Slovénie à l’Autriche pour le compte de l'entreprise « Universale Hoch-und Tiefbau AG ».

Loibl est un petit camp qui ne compte guère plus de 1.200 détenus. Il a de particulier que dans ce camp, surnommé le « Tunnel de la mort », travaillèrent surtout des détenus politiques ou droit commun français raflés en 1942 par les Allemands, envoyés à Mauthausen et sélectionnés pour faire partie du kommando du tunnel.

Leur histoire a été racontée dans le superbe livre autobiographique d’André Lacaze, « Le tunnel ». « Des militaires bourreaux, ce n'était pas une nouveauté, mais ce qu'on avait encore jamais vu dans cette armée, c'étaient des médecins assassins… »

5.5.2. Hiérarchie SS

Dans les deux camps de Loibl, la hiérarchie est la suivante :

  • Premier commandant : SS-HauptsturmfĂĽhrer Jakob Winkler, jusquÂ’en aoĂ»t 1943
  • Second commandant : SS-UntersturmfĂĽhrer Julius Ludolf : Ă  partir dÂ’aoĂ»t 1943
  • Commandant de Loibl Nord : SS-HauptscharfĂĽhrer Lemmen, dÂ’octobre 1943 Ă  fin avril 1944.
  • Commandant de Loibl Nord : SS-OberscharfĂĽhrer Paul Gruschwitz Ă  partir dÂ’avril 1944
  • RapportfĂĽhrer du camp nord : SS-UnterscharfĂĽhrer Reinelt puis RapportfĂĽhrer Karl Sachse
  • Chef des kommandos de travail du camp nord : SS-OberscharfĂĽhrer Walter Briezke.
  • « Lagerältester » du camp nord : Rudolf Bruckner.
  • MĂ©decin SS des deux camps : SS-HauptsturmfĂĽhrer Dr. Sigbert Ramsauer.

Les kapos et prominents les plus redoutés sont Rudolf Bruckner, Karl Sachse, Max Skirde…

5.5.3. Loibl Sud

1941 : début de l’expulsion des Slovènes de la région de l’Oberkrain et à partir de mi avril 1942 des vallées du Karawanken en Carinthie. Les nazis déportent les opposants jusqu’à la fin de l’année dans des « camps de travail ». Fin mai 1941 naît le projet de construction d’une route reliant la Slovanie et l’Autriche, projet commun à l’organisation Todt et à des firmes civiles. Le projet prend forme et des chantiers s’ouvrent à Tržic (Neumarktl) et à Sveta Ana (Podljubelj). Un camp de travail est créé à Trzic en été et à Sveta Ana en automne.

Fin juin 1942 débutent les travaux de planification de la « Straße Nummer 333 », la « route 333 » et du tunnel du col de Loibl. Début 1943, la SS signe un contrat de fourniture de « main d’œuvre » avec la firme Universale Hoch- und Tiefbau AG, chargée des travaux de la route 333 et du tunnel. En avril 1943 en France, vague d’arrestation d’opposants politiques. Internés à Compiègne, 2.000 d’entre eux sont déportés à Mauthausen. Ils atterrissent dans le « camp des sardines » (camp de quarantaine). Au même moment, sur une propriété du baron Franz von Born, en contrebas de l’église de Loibl Sud, les SS installent une « camp de travail des SS » et un « camp pour civils » : C’est le « camp de Loibl Sud », placé sous la direction du SS Untersturmführer Julius Ludolf.

Le 29 mars 1943, les ouvriers civils attaquent le percement du tunnel coté sud. Fin mai, à Mauthausen, les SS commencent à sélectionner des détenus pour former le « Kommando X » : 330 jeunes détenus sont choisis, principalement des Français. Le 3 juin 1933 ils sont transférés en train à Trzic (Neumarktl) et de là en camion à Loibl Sud. En été, d’autres convois arrivent de Mauthausen (notamment 250 le 16 juillet et 100 en août) alors qu’on commando commence à construire de l’autre côté de la montagne le camp de Loibl Nord. Fin juin débutent les véritables travaux dans le tunnel. Le 15 juillet 1943 à lieu la première « corrida » : SS et Kapos « passent à tabac » les détenus avec de tuyaux de caoutchouc remplis de sable. Ces « corridas » se répéteront plusieurs fois, particulièrement en fin de semaine.

En septembre 1943, 686 « Häftlinge » et 664 ouvriers civils travaillent au chantier de la route et du tunnel. S’y rajoutent bientôt un nombre important de Slovènes qui avaient été internés dans la prison de Begunje.

5.5.4. Loibl Nord

Loiblpass : le camp nord
Loiblpass : le camp nord

En octobre 1943 les détenus du camp sud sont transférés, sans doute par mesure disciplinaire, dans le camp Nord, beaucoup plus dur, où il sont rejoints par des convois de détenus polonais, russes, yougoslaves et français. Dès l’automne 1943 la résistance s’organise et des contacts sont pris entre les partisans yougoslaves de l’« OF » (osvobodilna fronta) de Janko Tisler et des prisonniers comme Jean Ivanoff, Marcel Aubert, Paul Kaufmann et d’autres… Objectif : organiser des évasions. Un réseau est organisé et des habitants slovènes de la vallée de Loibl sont prêts à cacher les éventuels fuyards. La première évasion réussie à lieu le 29 octobre 1943 du camp Nord. Il y aura en tout 29 évasions, malgré la répression et les punitions collectives. 5 échoueront. Loibl est sans doute de tous les camps celui dont on avait le plus de chance de s’évader, étant donné la situation géographique de la région et surtout le soutien et l’aide de la résistance des Partisans de Tito.

Le 4 décembre 1943 la galerie de 32x3m du tunnel est percée. Visite du Gauleiter Dr. Friedrich Rainer, du général SS Rösener, du commandant SS Jakob Winkler et de diverses sommités nazies. Le 3 mars 1944 arrivent 200 détenus supplémentaires. Il y a à cette date dans les deux camps 882 « Häftlinge ». Le 19 avril 1944, 102 détenus supplémentaires arrivent à Loibl Nord de Mauthausen. Fin juin, le chiffre des déportés est de 1294, malgré plusieurs convois de détenus « inaptes ». Ces travailleurs jugés inaptes sont sélectionnés dans le « Revier » par le Dr. Sigbert Ramsauer pour retourner à Mauthausen et y être exécutés, ou être « piqués » sur place de sa propre main et être incinérés sur un bûcher, érigé en krematorium provisoire. Le « docteur » Ramsauer se souviendra en 1991 de 20 à 25 victimes… D’autre témoins, anciens internés, feront état de 33 cas de personnes tuées ainsi à Loibl Nord. A la même époque, le chiffre des « travailleurs civils » de la région, plus ou moins embauchés de force tombe à 400 (dont 251 pour le camp sud), sans aucun doute parce que beaucoup de ces travailleurs forcés sont passés du côté des Partisans.

En novembre 1944, 280 malades et inaptes sont renvoyés à Mauthausen. Le nombre de déportés est de 1.003 au 30 novembre.

Le 4 décembre 1944, les premiers convois de la Wehrmacht utilisent le tunnel, long de 1.561m. Ce tunnel revêt une importance stratégique de premier ordre, car il va servir de route d’évacuation de la Wehrmacht de tout le secteur Yougoslave où les Partisans sont de plus en plus pressants…

5.5.5. La fin du camp

Loiblpass : le camp nord
Loiblpass : le camp nord

Le 31 mars 1945, un dernier convoi de 56 déportés arrive à Loibl Nord de la prison slovène de Begunje. Les camps de Loibl Nord et de Loibl Sud sont placés directement sous l’autorité du Général SS Rösener. Le 15 avril, Loibl Nord est abandonné à cause des attaques de Partisans et transféré à Loibl Sud et dans un camp provisoire installé à Trzic. 200 « inaptes » sont expédiés à Mauthausen. Le 28 avril, sur le site du camp de Loibl, il y a encore 1.039 détenus (Camp sud et Trzic). Ce chiffre est porté à 1.115 avec l’arrivée le 7 mai de 76 prisonniers venant du camp de concentration de l’école SS « Junkerschule » de Klagenfurt/Lendorf. La garnison SS se trouve renforcée par environ 30 autrichiens du Volkssturm. Mais dans l’après midi, c’est le chaos. 953 détenus quittent le camp sud de leur propre initiative et se dirigent par la vallée de Loibl vers Unterbergen… sous la surveillance très lâche de 40 SS… 102 détenus yougoslaves et 21 malades restent dans le camp.

Le 8 mai, alors qu ‘ils se dirigent vers Feistritz/Rosenbach.les détenus sont « libérés » par les Partisans. Les SS sont enfermés par les détenus dans l’école de Feistritz. Dans l’après midi, 122 français rejoignent les rangs de Partisans yougoslaves, alors que 76 polonais, 17 russes et 8 autres forment leur propre groupe de résistants. Le reste des détenus continue leur marche vers Rosenbach. Le 9 ils seront pris en charge par les Anglais et acheminés par train à Warmbad-Villach. Pendant ce temps, les débris de la Wehrmacht ainsi que des bandes de Tchétniks et d’Oustachis fuient vers le nord en empruntant le tunnel de Loibl.

Il est vraisemblable que la position stratégique du tunnel à valu aux détenus à la fin de la guerre de ne pas y avoir été enfermés pour y être « dynamités »… C’est en effet par le tunnel que passe la grande partie de la Wehrmacht en retraite des Balkans, accompagné par tout ce que la région comptait de nationaux fascistes et déroute… Les combats continueront d’ailleurs dans la région près d’une semaine après le 8 mai…

5.5.6. Après guerre et jugement

10 novembre 1947 : verdict du tribunal militaire anglais contre les bourreaux SS :

  • Jakob Winkler et Walter Briezke sont condamnĂ©s Ă  mort par pendaison.
  • Le SS-RapportfĂĽhrer de Loibl Nord Karl Sachse est condamnĂ© Ă  20 ans de prison.
  • Paul Gruschwitz est condamnĂ© Ă  12 ans de prison.

Ils seront libérés en 1955. Le Dr. Sigbert Ramsauer avait été condamné le 10 octobre 1947 à la prison à perpétuité, mais sera libéré dès 1954 avec beaucoup d’autres gardiens SS. Ramsauer, qui fit à plusieurs dizaines de déportés des injections létales et en renvoya des centaines d’inaptes à Mauthausen, avait déjà exercé ses talents de tueur à Oranienburg et Dachau… Beaucoup d’autres gardiens ainsi que d nombreux « Kapos » ne seront jamais inquiétés.

De 1945 à 1950 le tunnel sera fermé à cause des mauvaises relations entre l’Autriche et la Yougoslavie communiste. Il sera rouvert en août 1950 et de nouveaux travaux sont entrepris à partir de 1960 pour adapter la route et le tunnel aux transports modernes. Aujourd’hui reste de Loibl Nord un terrain de dépôt de grumes, l’ancien « Appelplatz » et quelques fondations de béton, et de Loibl Sud deux mémoriaux… Ainsi que le tunnel, toujours utilisé, même s’il n’est plus dans les normes de sécurité…

Longtemps la Carinthie « oublia » l’existence des camps de Loibl sur qui tomba une chape de silence et d’oubli… Ce n’est que depuis 1995 qu’un groupe d’Autrichiens de l’université de Klagenfurt travaille activement à tirer de l’oubli cette page sombre de l’histoire de la région, se battant notamment contre la volonté de l’élu local, le fameux Georg Haider, de faire passer les SS locaux pour de sympathiques nationalistes… Grâce à l’action de ce groupe, deux grands panneaux sur l’histoire des camps de Loibl ont été installé au col, coté autrichien.



Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)