B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Le Seicento – Le XVIIè

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. France

Histoire et culture
Architecture
Sculpture
Peinture
Arts de la couleur
Gravure
Objets d’art

2.2. Architecture

2.2.1. Evolution

L'esprit de la Renaissance se prolonge jusque vers 1630-1640, avant de céder le pas à l’aventure du classicisme.

2.2.1.1. Architecture religieuse

L’architecture religieuse, dans l’esprit de la Contre Réforme, adopte et assimile le baroque Italien : l’influence du Gesù et de Saint Pierre ainsi que le rôle des ordres bâtisseurs jésuites (Père Ange-Etienne Martellange, 1568-1641, Charles Turmel) et théatins. Les caractères architecturaux ressemblent à ceux du baroque Italien : mouvement dans les façades, dans les décors intérieurs, perspectives accentuées par la lumière (Gloires).

Ange-Etienne Martellange : l’église Saint-Paul-Saint-Louis
Ange-Etienne Martellange : l’église Saint-Paul-Saint-Louis
Ange-Etienne Martellange, Charles Turmel ; Eglise Saint-Vincent-de-Paul de Blois, Ancienne chapelle Saint-Louis du collège des Jésuites. 1624-1660
Ange-Etienne Martellange, Charles Turmel ; Eglise Saint-Vincent-de-Paul de Blois, Ancienne chapelle Saint-Louis du collège des Jésuites. 1624-1660

Mais il existe une opposition gallicane, surtout en province (Cathédrale d'Orléans, chapelle « Gothique » du lycée de Rouen).

Ange-Etienne Martellange : la cathédrale d’Orléans
Ange-Etienne Martellange : la cathédrale d’Orléans

2.2.1.2. Architecture civile

L'apport italien est moins signifiant dans l’architecture civile, quoiqu'il y ait des architectes italiens (Les Vigarini, le Bernin).

Les architectes français triomphent, prenant conscience de l'originalité de leur art : l'ultramontanisme reste sensible dans le décor des fêtes publiques (fêtes royales de Versailles). La politique de prestige, les goûts bâtisseurs de Richelieu et Mazarin, et les fortunes privées font naître de multiples châteaux, maisons et hôtels particuliers.

Vue générale de Versailles vers 1715
Vue générale de Versailles vers 1715

2.2.2. Les grands architectes

Trois générations d’architecte se succèdent : la première est baroque (théâtral et décoratif), la seconde (1666ss) est plus fonctionnelle ; la troisième, plus doctrinaire, est puriste et influencée par l'Académie.

2.2.2.1. Pierre Le Muet et les Lemercier

Pierre le Muet (1591-1669) travaille pour Mazarin (fortifications en Picardie). Il réalise les plans de l'église Notre-Dame-des-Victoires et du couvent des Petits-Pères Pierre à Paris, les plans des châteaux de Chavigny à Libré (Indre-et-Loire), du château Pont-sur-Seine (Aube), du château de Tanlay (Côte-d'Or), créé de nombreux hôtels à Paris : Hôtel d'Avaux (hôtel de Saint-Aignan), hôtel Marin (puis hôtel d'Assy), hôtel Comans d'Astry, quai de Béthune sur l'île Saint-Louis, hôtel Tubeuf, hôtel de Laigue ou de Chevreuse… Il poursuit entre 1655 et 1667 la construction du Val-de-Grâce après la mort de Jacques Lemercier suivant le dessin légèrement modifié de François Mansart. Il voûte la nef et réalise la coupole. Il dirige ensuite la décoration intérieure.

Pierre le Muet : Hôtel de Saint Aignan dans le Marais
Pierre le Muet : Hôtel de Saint Aignan dans le Marais
Pierre le Muet : le château de Tanlay en Bourgogne
Pierre le Muet : le château de Tanlay en Bourgogne
Pierre le Muet : le Val de Grâce
Pierre le Muet : le Val de Grâce

Nicolas (1541-1637) et surtout Jacques (1585-1654) Lemercier sont les grands architectes de Richelieu et de Louis XIII. Nicolas travaille à Saint Eustache, à Notre Dame de Pontoise et à Saint Maclou de Pontoise. Jacques créé l'Oratoire et le Pavillon de l'Horloge au Louvre, la Sorbonne, le Palais Royal, Saint Roch, et en partie, le Val de Grâce.

Jacques Lemercier : la Sorbonne
Jacques Lemercier : la Sorbonne
Jacques Lemercier : la Sorbonne
Jacques Lemercier : la Sorbonne
Jacques Lemercier : l’église saint Roch de Paris
Jacques Lemercier : l’église saint Roch de Paris
Jacques Lemercier : le Palais Royal de Paris
Jacques Lemercier : le Palais Royal de Paris

2.2.2.2. Les Le Vau

  • Louis Le Vau (1612-1670) est formé par son père, et en, 1635 collabore avec lui en se chargeant des dessins et devis sur le chantier de l’île Saint Louis où il créé de nombreuses maisons et hôtels. En 1654 il devient le premier architecte du roi Louis XIV et en 1656 Nicolas Fouquet lui commande la construction de Vaux le Vicomte. A partir de 1660 il travaille pour le roi : il réalise au château de Vincennes les pavillons du Roi et de la Reine, construit l’hôpital de la Salpêtrière, retravaille la façade des Tuileries et la galerie d’Apollon au Louvre. Il fait des travaux d’aménagement à Versailles et dessine les plans du Collège des Quatre Nations.
    Louis le Vau : le château de Vaux le Vicomte (1658-1661)
    Louis le Vau : le château de Vaux le Vicomte (1658-1661)
    Louis le Vau : Première étude de la façade du collège des Quatre Nations (1662-1668)
    Louis le Vau : Première étude de la façade du collège des Quatre Nations (1662-1668)

    Ses principales réalisations sont les Hôtels Lambert (1642), Le Vau et Lauzun à Paris, le château de Vaux le Vicomte en collaboration avec Le Brun et André le Nôtre (1658-1661), l’aile du Roi et de la Reine mère au château de Vincennes (1658-1661), les extensions du château de Versailles (ailes des côtés de la cour, 1661-1670), le Collège des Quatre Nations (Institut de France, 1662-1668) où le baroque (influence du séjour du Bernin à Paris en 1665) se mêle harmonieusement au classique, une partie de l’église saint Sulpice, la façade orientale du Louvre, sur plans de Claude Perrault.
  • Louis le Vau : la cour d’honneur de Versailles (1661-1670)
    Louis le Vau : la cour d’honneur de Versailles (1661-1670)
    Louis le Vau : le château de Vaux le Vicomte (1658-1661)
    Louis le Vau : le château de Vaux le Vicomte (1658-1661)
    Louis le Vau : le château de Vincennes
    Louis le Vau : le château de Vincennes
  • Frère de Louis, François Le Vau (1613-1676) réalise les plans et l’architecture intérieure de l’église de Saint Louis en l’Ile, l’aile gauche de l’hôtel de Sully, le château de Lignères dans le Cher.
François le Vau : intérieur de l’église saint Louis en l’Île
François le Vau : intérieur de l’église saint Louis en l’Île

2.2.2.3. Jules Hardouin-Mansart

Neveu des Le Vau et petit neveu de François Mansart, Jules Hardouin-Mansart naît le 16 avril 1646 à Paris. Formé par libéral Bruant, il dessine les plans du château de Clagny pour la favorite du roi, Madame de Montespan. Il devient architecte ordinaire du Roi en 1675, premier architecte du roi en 1681, intendant général des bâtiments du roi en 1685, inspecteur général des Bâtiments du Roi en 1691 et surintendant des Bâtiments du Roi en 1699. La même année, anobli par Louis XIV, il devient comte de Sagonne en Bourbonnais. Il meurt à Marly le Roi en mai 1708.

Jules Hardouin-Mansart : le dôme des Invalides
Jules Hardouin-Mansart : le dôme des Invalides
Jules Hardouin-Mansart : le grand Trianon
Jules Hardouin-Mansart : le grand Trianon
Jules Hardouin-Mansart : le château de Versailles
Jules Hardouin-Mansart : le château de Versailles
Jules Hardouin-Mansart : chapelle du château de Versailles
Jules Hardouin-Mansart : chapelle du château de Versailles

Ses principales œuvres sont l’achèvement de l’Hôtel des Invalides et la construction de l’église des Invalides à Paris ; la façade côte parc, les ailes, les petites et grandes écuries, la nouvelle orangerie, le Grand Trianon au château de Versailles ; les premiers travaux à la chapelle royale et à l'église Notre Dame de Versailles ; les plans Pavillon de Manse à Chantilly (destinés à abriter la machine hydraulique pour les plans d’eau du parc) ; l’achèvement der la chapelle du château de Chambord ; la réalisation de la place des Victoires et des Conquêtes (place Vendôme) à Paris ; la construction de l’institut des Jeunes Filles à Saint Cyr l’Ecole ; les châteaux de Dampierre en Yvelines et de Saint Germain en Laye ; l’église Saint Roch à Paris ; l’Hôtel de Ville d’Arles…

Jules Hardouin-Mansart : le dôme des Invalides
Jules Hardouin-Mansart : le dôme des Invalides
Jules Hardouin-Mansart : le grand Trianon
Jules Hardouin-Mansart : le grand Trianon
Jules Hardouin-Mansart : château de Saint Germain en Laye
Jules Hardouin-Mansart : château de Saint Germain en Laye
Jules Hardouin-Mansart : château de Dampierre en Yvelines
Jules Hardouin-Mansart : château de Dampierre en Yvelines

2.2.2.4. Claude Perrault (1613-88)

Claude Perrault (1613-1688), frère de l’écrivain Charles Perrault (1628-1703) est aussi célèbre comme médecin, architecte, physicien, anatomiste… Membre de l’Académie des sciences, il fait de nombreuses observations sur l'anatomie des animaux, étudie la circulation de la sève et tente de découvrir un fonctionnement cellulaire similaire à celui des animaux

Il participe à la célèbre querelle des Anciens et des Modernes et prend parti pour ces derniers contre François Blondel. Il expose son point de vue dans les notes de sa traduction de Vitruve qu’il publie sous le titre de Dix livres d'architecture de Vitruve (1673).

Claude Perrault : la colonnade du Louvre
Claude Perrault : la colonnade du Louvre

Il créé sur la façade est du Louvre la célèbre colonnade qui est réalisée par Le Vau, et fait les plans des quelques parties de la façade sud. Il dessine les plans de l’Observatoire de Paris (1667-1672) et construit l’arc de triomphe du Faubourg Saint Antoine (1670).

Claude Perrault : l’observatoire de Paris
Claude Perrault : l’observatoire de Paris

2.2.2.5. Autres architectes

  • Libéral Bruant (1636-1697), excellent représentant du classicisme français. Il réalise l’hôpital de la Salpêtrière, le château de Richmond en Angleterre pour le Duc d'York, l’église Notre-Dame des Victoires à Paris, l’hôtel Libéral Bruant à Paris et surtout l'hôtel des Invalides.
  • Libéral Bruant : l’hôtel Libéral Bruant
    Libéral Bruant : l’hôtel Libéral Bruant
  • Robert de Cotte (1656-1735), beau frère de Jules Hardouin Mansart, est un constructeur célèbre que de nombreux architectes étrangers viennent consulter (Balthazar Neumann pour Wurzbourg) ; il contribue ainsi au rayonnement de l'architecture française en Europe. Il achève la chapelle du château de Versailles, dessine les plans du palais des Thurn und Taxis à Ratisbonne (détruit en 1944) et de Rivoli en Italie, réalise les châteaux de Poppelsdorf à Bonn, Brühl, Schleissheim près de Munich… A Paris, il construit les hôtels de Lude et d’Estrées, l’hôtel de Bourbon, transforme l'hôtel de La Vrillière ; à Lyon, il restaure l’hôtel de ville et aménage la place Bellecourt. Enfin il réalise les palais épiscopaux de Chalons sur Marne (1719-1720), de Verdun et de Strasbourg.
  • Robert de Cotte : château de Thurn und Taxis de Frankfurt. Maquette
    Robert de Cotte : château de Thurn und Taxis de Frankfurt. Maquette
    Robert de Cotte : château Poppelsdorf
    Robert de Cotte : château Poppelsdorf
    Robert de Cotte : palais des Rohan de Strasbourg
    Robert de Cotte : palais des Rohan de Strasbourg
  • François II d'Orbay (1634-1697) travaille au château de Chambord, au Collège des Quatre Nations, à Versailles, à la cathédrale Notre Dame de Montauban. On lui doit la plupart des plans des ouvrages attribués à son beau père Louis Le Vau à la fin de sa vie, et en particulier à Versailles.
  • François II d’Orbay : la cathédrale de Montauban
    François II d'Orbay : la cathédrale de Montauban

2.2.3. Monuments

2.2.3.1. Églises

Une bonne vingtaine d’églises sont construites entre 1610 et 1660. La façade a un décor sans rapport avec la structure intérieure, le décor intérieur renonce à la sculpture figurative (Saint Gervais et Protais). Le « style Jésuite » se retrouve dans Saints Paul et Louis (Nef unique, façade à trois ordres, par Martellange). La coupole prend de plus en plus d'importance dans les proportions de la façade (Sorbonne, Invalides), et les églises tendent au plan à croix grecque.

La Sorbonne (J. Lemercier 16275s) est typique du style Louis XIII.

Jacques Lemercier : la Sorbonne
Jacques Lemercier : la Sorbonne

Le Val de Grâce (1645ss) est plus ultramontain et baroque ; y travaillent J. Lemercier, Le Muet, François Mansart, M. Anguier (décor) et Le Bernin (Baldaquin).

Pierre le Muet : le Val de Grâce
Pierre le Muet : le Val de Grâce

Saint Roch (1453) est l'œuvre de J. Lemercier (effet de perspective) et de Robert de Cotte (façade 1736ss).

Robert de Cotte : façade de l’église saint Roch de Paris
Robert de Cotte : façade de l’église saint Roch de Paris

L'Hôtel des Invalides (1671ss) est complété par une Eglise de J.H. Mansart, son chef d'œuvre, et terminée par R.de Cotte : plan grec, base classique à fronton et colonnes, coupole.

Jules Hardouin-Mansart : l’hôtel des Invalides
Jules Hardouin-Mansart : l’hôtel des Invalides

Saint Sulpice, commencé en 1646, est surtout du XVIIIè.

L’église saint Sulpice des Paris
L’église saint Sulpice des Paris

On édifie aussi des palais épiscopaux comme à Bourges (Bullet), Saint Omer, (J.H.Mansart), Strasbourg (De Cotte).

Les hôpitaux se multiplient à Paris (Hôtel Dieu, Sainte Anne, la Salpêtrière, les Invalides), Blois, Saint Germain en Laye, Albi, Toulon.

Paris : hôpital de la Salpêtrière
Paris : hôpital de la Salpêtrière

2.2.3.2. Architecture civile

L’architecture est dominée par la volonté du roi d’achever des palais et d’en édifier de nouveaux.

  • Au Louvre : aménagement de la Grande Galerie, fermeture de la Cour Carrée et pavillon de l'Horloge (J. Lemercier, Le Vau et son gendre d'Orbay), la colonnade (1668 par Perrault après le projet refusé du Bernin), raccord façade Seine avec la colonnade (Le Vau).
  • Paris : le Louvre : pavillon de l’Horloge
    Paris : le Louvre : pavillon de l’Horloge
  • Versailles : le palais est construit à partir de 1624. Le plan en est simple : trois corps de bâtiments autour de la cour de marbre avec une galerie qui sera supprimée par Louis XIV. Autour du château de Louis XIII, le Roi Soleil fait construire deux pavillons et une orangerie (Le Vau, d'Orbay et Le Notre pour le jardin). Puis, dès 1669, il fait ajouter deux ailes autour de la Cour de Marbre et axe le corps central sur les Jardins. A partir de 1678 c'est le Versailles de Jules Hardouin Mansart et de Le Brun, qui évolue vers un classicisme rationnel : grande terrasse horizontale, Galerie des Glaces, Salon de la Paix et Salon de la Guerre, Aile du Midi (1679-1682), aile des Princes (1684), Orangerie (1681-1686), Grand Trianon.
  • Jules Hardouin-Mansart : Versailles : la galerie des Glaces
    Jules Hardouin-Mansart : Versailles : la galerie des Glaces
    Jules Hardouin-Mansart : Versailles : l’orangerie
    Jules Hardouin-Mansart : Versailles : l’orangerie
  • Marly : Le château détruit (J.H. Mansart) groupait autour d'un bâtiment central douze petits pavillons.
  • L'Observatoire de Paris est construit entre 1668 et 1672.

2.2.3.3. Urbanisme

L’urbanisme se développe: rues droites (raison), perspectives monumentales avec convergence (Versailles), alignement et similitude des façades. Les places royales se multiplient (Place des Vosges 1606-1612, place des Victoires par J.H. Mansart, place Vendôme, place de Dijon, place de Montauban).

Jules Hardouin-Mansart : Paris, Place des Vosges, 1606-1612
Jules Hardouin-Mansart : Paris, Place des Vosges, 1606-1612

Les villes de province s'enrichissent : Aix en Provence (cours Mirabeau), Montpellier (Le Peyrou), Arles (Hôtel de ville), Beaucaire (Hôtel de ville). L'influence de Vauban est considérable tant pour les nombreuses fortifications qu'il réalise que par le style des villes fortes qu'il crée (Neuf Brisach). Cependant certains caractères régionaux persistent (Beffrois du Nord, façades baroques de Marseille et Toulon).

Montpellier : promenade du Peyrou
Montpellier : promenade du Peyrou
Vauban : la citadelle de Neuf Brisach
Vauban : la citadelle de Neuf Brisach

2.2.4. Jardins

Claude ( 1650) et son fils André Mollet posent les principes des jardins royaux classiques (grandes allées et canaux, terrasses, broderies, grottes et volières). Mais le vrai créateur des « Jardins à la Française » est André Le Nôtre.

André le Nôtre : les jardins de Fontainebleau
André le Nôtre : les jardins de Fontainebleau

André Le Nôtre (1613-1700) naît dans une famille d’illustres jardiniers travaillant pour le service du roi Louis XIII. Il se forme à son métier, mais aussi aux mathématiques, à la peinture et à l’architecture et fréquente de grands artistes comme Simon Vouet, Charles Le Brun, François Mansart.

André le Nôtre : les jardins du château de Vaux le Vicomte
André le Nôtre : les jardins du château de Vaux le Vicomte

Il débute dans le métier à 40 ans avec le projet des jardins de Vaux le Vicomte, puis, après l'arrestation de Fouquet en 1661, se met au service de Louis XIV pour retravailler les jardins de Versailles et réaliser de nombreux projets dans tout le pays. Il meurt en septembre 1700 et laisse derrière lui de nombreux jardins aménagés à la française, identifiés par leurs perspectives et leurs géométries parfaites.

André le Nôtre : les jardins de Sceaux
André le Nôtre : les jardins de Sceaux

Ses grandes œuvres sont les jardins du château de Versailles (1662-88 : Grand Canal, bassin de Latone, pièce d'eau des Suisses, Cent Marches, théâtre d'eau), les parterres du Midi au château de Versailles, les jardins des châteaux de Vaux le Vicomte, Saint Germain en Laye, Saint Cloud, Tuileries, Fontainebleau, Chantilly, Bercy à Charenton le Pont, Chambonas … Il crée aussi les jardins des villes de Sceaux, Clagny, Meudon, Maintenon, Dampierre, Bussy Rabutin, Chaville, Guermantes, Kerjean, Meaux, Castres.

André le Nôtre : château de Versailles : le bassin de Latone
André le Nôtre : château de Versailles : le bassin de Latone
André le Nôtre : château de Versailles : les jardins
André le Nôtre : château de Versailles : les jardins


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)