B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les « Primitifs » italiens (Histoire de l'art)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3.2. Peintres et œuvres

Le Maître de Tressa
Simone et Machilon
Dietisalvi de Speme
Guido di Graziano
Guido da Siena
Maître inconnu de la fresque du Palais Public
Duccio di Buoninsegna
Segna di Buonaventura
Maître du Palazzo Venezia
Niccolo di Segna
Ambrogio Lorenzetti
Pietro Lorenzetti
Ugolino da Nerio
Lippo Memmi
Ugolino Lorenzetti
Niccolo ser Sozzo
Lippo Vanni
Andrea Vanni
Bartolomeo Bulgarini
Barna da Siena
Luca di Tomme
Simone Martini
Bartolo di Fredi
Paolo di Giovanni Fei
Taddeo di Bartolo
Andrea di Bartolo
Martino di Bartolomeo
Sassetta
Giovanni di Paolo

3.2.11. Ambrogio Lorenzetti

3.2.11.1. Biographie

Ambrogio Lorenzetti (Vers 1290- 9 juin 1348) appartient à l'école siennoise dominée par la tradition byzantine et développée par Duccio di Buoninsegna et Simone Martini dont il est l’élÚve. Avec son frÚre Pietro, se détanchant des modÚles orientaux, il est le premier à adopter la tension dramatique du sculpteur toscan Giovanni Pisano et l'approche naturaliste du peintre florentin Giotto. Il est un des premiers avec son frÚre à expérimenter les trois dimensions de l’espace dans l’art pictural et devient ainsi l’un des précurseurs de l'art de la Renaissance.

Ambrogio travaille à plusieurs reprises à Florence où il est inscrit à l'Arte dei Medici e Speziali, et, à partir de 1332, exclusivement à Sienne. A Florence il créé la Vierge de la paroisse de Vico d'Abate, sa premiÚre œuvre datée (1319) et le triptyque de la Vierge, saint Nicolas et saint Procule (Les Offices). Il travaille avec Pietro au décor à fresques de l’hÃŽpital Santa Maria della Scala (épisodes de la vie de la Vierge) et de l'église et du cloître du couvent de Saint François à Sienne, oeuvre en partie perdue, mais évoquée par Ghiberti en termes trÚs élogieux. Vers 1330, il créé la « Vierge allaitant » (Sienne, Palais de l'Archevêché), sans doute la plus célÚbre de ses Vierges.

Mais c’est à Sienne qu’il créé son chef d’œuvre, les fresques de la salle des Neuf du palais communal de Sienne : les Allégories et les Effets du bon et du mauvais gouvernement en ville et à la campagne (1338-1339). Ces peintures présentent un intérêt à la fois artistique, iconographique et documentaire sans précédent où apparaît déjà un souci nouveau de la représentation de l'espace et du choix du sujet, ici politique. C’est une gamme variée d'attitudes et d'expressions, le mode de vie d'une ville entiÚre faite de nobles et de marchands, ainsi que de paysans et d'artisans, une véritable fenêtre ouverte sur la vie siennoise du Trecento.

Ambrogio peint également à Sienne la Présentation au Temple (1342, Galerie des Offices, Florence) et l'Annonciation (1344, PinacothÚque, Sienne).

Il meurt probablement de la peste, comme son frÚre. On a retrouvé récemment son testament datant du 9 juin 1348 : en prévision de sa mort, de celle de sa femme et de leurs trois filles, il s'empresse de disposer de tous ses biens : il est probable que la famille tout entiÚre fut emportée par la terrible épidémie.

3.2.11.2. Retables et panneaux

Madone de Vico l’Abate

Ambrogio Lorenzetti : Madone de Vico l’Abate. 1319. Tempera sur bois, 148,5 x 78 cm. Florence, San Casciano in Val di Pesa, Museo di Arte Sacra
Ambrogio Lorenzetti : Madone de Vico l'Abate. 1319. Tempera sur bois, 148,5 x 78 cm. Florence, San Casciano in Val di Pesa, Museo di Arte Sacra

Cette madone est sans doute la premiÚre grande œuvre d’Ambrogio Lorenzetti. Elle montre toutes les composantes de son art : l'art byzantin, la plasticité du Decento siennois et le dynamisme de Giovanni Pisano. L’œuvre a été restaurée en 1936, mais le cadre est original.

Madone ,Marie Madeleine et Dorothée

Ambrogio Lorenzetti : Madone et enfant avec Marie Madeleine et sainte Dorothée. Vers 1325. Bois, 90 x 53 cm. (Panneau central), 88 x 39 cm. (Chaque panneau latéral). Sienne, PinacothÚque Nationale
Ambrogio Lorenzetti : Madone et enfant avec Marie Madeleine et sainte Dorothée. Vers 1325. Bois, 90 x 53 cm. (Panneau central), 88 x 39 cm. (Chaque panneau latéral). Sienne, PinacothÚque Nationale

Les trois panneaux se trouvaient à l'origine dans l'église de l'ancien couvent de Sainte Pétronille à Sienne (à l'origine, c'était l'église des Umiliati), et ils ont été recomposés en un triptyque dans la PinacothÚque de Sienne. Leur origine justifie le parchemin tenu par l'enfant Jésus : « beati pauperes », « heureux les pauvres, le Royaume des cieux est à eux ! » (Luc, VI 20). L'enfant passe avec amour un bras autour du cou de sa mÚre, tandis que la Vierge appuie son visage contre le sien et pose sur lui un regard intense et pénétrant : elle apparaît pleinement consciente du destin douleureux de son Fils et du chemin de passion qui les guette tous les deux
 Cette maniÚre tout à fait nouvelle et originale est caractéristique de la peinture de toutes les Madones à l’enfant que réalise Ambrogio Lorenzetti


Les deux saints sur les panneaux latéraux, Marie Madeleine à gauche et sainte Dorothée à droite, participent à la profonde intimité de la Madone et de l’enfant, avec leur attitude calme et sereine. Au Moyen Age il y avait beaucoup de confusion entre les diverses saintes, souvent mélangées en une seule personne
 Marie Madeleine est la femme pécheresse qui dans l’évangile répand du parfum sur les pieds de Jésus dans la maison du pharisien et est pardonnée en raison de son grand amour pour le Christ, dont elle lave les pieds de ses larmes, et qu’elle sÚche avec ses cheveux (Luc, VII 36-46) ; un autre Marie, Marie de Magdala, est possédée par les mauvais esprits et guérie par le Christ (Luc, VIII 2) ; c’est elle qui la premiÚre le voit aprÚs la résurrection (Marc XVI 9) ; enfin, Marie de Béthanie, sœur de Marthe et de Lazare, entrevoit la mort imminente du Christ et déverse un précieux onguent sur sa tête Lors de la fête à Béthanie (Matthieu XXVI 6-13). Ambrogio Lorenzetti, lui aussi, mélange les personnages : sur le panneau, Marie Madeleine tient entre ses mains un pot de pommade ; sa beauté et sa robe rouge renvoient à la blonde pécheresse qui vient dans la maison du pharisien ; mais sur sa poitrine est dessiné le visage du Christ crucifié, allusion à l’angoisse qui étreint la sœur de Marthe à Béthanie


Sur l’autre panneau sainte Dorothée, sa robe débordant de fleurs, offre un bouquet à l’enfant Jésus qu’elle regarde intensément. C’est une référence directe à son martyre : alors qu’elle est menée sur le lieu de son supplice, elle croise Théophile, l'incroyant, qui lui demande comme preuve de lui envoyer des fleurs et des fruits du jardin du Paradis. Alors que, plongée dans la priÚre, elle va être décapitée, lui apparaît un enfant, le Christ, portant un panier de fleurs et de fruits : ce miracle et la mort de la sainte convainquent Théophile qui se convertit


La magnifique prédelle du retable raconte des scÚnes de la vie du Christ, dont une magnifique « Lamentation sur le Christ mort ».

Le serment de Saint Louis de Toulouse

Ambrogio Lorenzetti : Le serment de Saint Louis de Toulouse. 1324-1327. Fresque. Sienne, San Francesco
Ambrogio Lorenzetti : Le serment de Saint Louis de Toulouse. 1324-1327. Fresque. Sienne, San Francesco

Cette Fresque, fait partie de la décoration de la salle capitulaire du monastÚre franciscain de Sienne. La plupart des décorations ont été détruites ; cette fresque a été récupéré et transférée dans une chapelle de l'église en 1857. Toutefois, la peinture est trÚs endommagée et seule la partie supérieure conserve les couleurs d’origine.

C'est, parmi les oeuvres de Lorenzetti, celle qui inspira les louanges de Ghiberti : « pour une histoire peinte elle me semble chose merveilleuse ». Dans les « Adieux de saint Louis » la représentation de l'espace atteint une unité et une coherence remarquables. Le peintre a échelonné les assistants sur quatre niveaux différents. Au premier plan, les cardinaux vus de dos et, symétriquement, de l'autre cÎté, les hauts prélats parmi lesquels Robert d'Anjou. Couronné et pensif, il fixe son frÚre Louis qui remet la dignité royale au pape. DerriÚre la file des cardinaux, les assistants accourent de l'extérieur vers la cérémonie : c'est un défilé de portraits, de gestes et de vêtements, de petits groupes qui servent à souligner les différentes perspectives de la salle.

Madonna del’latte

Ambrogio Lorenzetti : Madone allaitant. Vers 1330. Tempera sur bois, 90 x 48 cm.Sienne, Palazzo Arcivescovile
Ambrogio Lorenzetti : Madone allaitant. Vers 1330. Tempera sur bois, 90 x 48 cm.Sienne, Palazzo Arcivescovile

Cette œuvre, la « Madonna del'latte », est a comparer avec la « Madonna de Vico l'Abate » : elle montre l’évolution de l'art d’Ambrogio, évolution due à l'influence de son frÚre aîné, Pietro, avec qui il travaille dans la seconde moitié des années 1320-1330 dans le monastÚre franciscain de Sienne.

ScÚnes de la vie de saint Nicolas

Ambrogio Lorenzetti : ScÚnes de la vie de Saint Nicolas. Vers 1332. Tempera sur bois, 92 x 49 cm. Florence, les Offices
Ambrogio Lorenzetti : ScÚnes de la vie de Saint Nicolas. Vers 1332. Tempera sur bois, 92 x 49 cm. Florence, les Offices

Ce panneau de bois provient, avec un autre se trouvant aussi aux Offices, de l'église de Saint Proculus à Florence où elle est signalée par Vasari. C’est sans doute un volet latéral d’un triptyque dont la pertie centrale, dédiée à saint Nicolas, a disparu. L’œuvre a sans doute été réalisée lors du second séjour d'Ambrogio à Florence, entre 1327 et 1332.

La partie supérieure représente Saint Nicolas offrant leur dot à trois jeunes filles vierges. Un noble appauvri est en effet sur le point de prostituer ses trois filles, car personne n’accepte de les marier sans dot. Pour les sauver d'un tel déshonneur, Nicolas, trois soirs consécutifs, jette un sac plein d'or pour les jeunes filles par la fenêtre


La partie inférieure du panneau montre la consacration épiscopale de saint Nicolas.

Ambrogio Lorenzetti : ScÚnes de la vie de Saint Nicolas. Vers 1332. Tempera sur bois, 92 x 52,4 cm. Florence, les Offices
Ambrogio Lorenzetti : ScÚnes de la vie de Saint Nicolas. Vers 1332. Tempera sur bois, 92 x 52,4 cm. Florence, les Offices

C’est le second panneau du volet du tryptyque de Saint Nicolas des Offices. La partie supérieure représente la scÚne de la résurrection d’enfant mort. Dans le bas du volet, Nicolas, évêque de Myre sauve miraculeusement la ville de la famine en faisant sécher et en multipliant les sacs de blés tombés dans la mer


Lorenzetti organise dans l’espace restreint dont il dispose des épisodes qui suivent un processus narratif fort complexe. Il étudie l'espace et la perspective en d'audacieuses superpositions de plans et de profondeurs différentes. L'histoire commence sur le plan supérieur, où un pÚre célÚbre la fête du saint en donnant un repas pour son fils cadet. C'est la premiÚre fois dans l'histoire de la peinture italienne qu'un récit commence au plan supérieur. Lorenzetti réussit à mener le spectateur au fil de son récit, jusqu'à lui faire descendre l'escalier qui mÚne à la piÚce du rez-de-chaussée, où se produit le miracle.

Madone de Massa Marittima

Ambrogio Lorenzetti : Madone avec anges et saints (Maestà). Vers 1335. Tempera sur bois, 155 x 206 cm. Massa Marittima, Municipio
Ambrogio Lorenzetti : Madone avec anges et saints (Maestà). Vers 1335. Tempera sur bois, 155 x 206 cm. Massa Marittima, Municipio

Dans cette œuvre, Ambrogio Lorenzetti s’inspire des célÚbres Meastàs de Duccio di Buoninsegna et de Simone Martini.

Petite Maestà

Ambrogio Lorenzetti : Petite Maestà. 1335-1340. Tempera sur bois, 49 x 32,5 cm. Sienne, PinacothÚque. Nazionale
Ambrogio Lorenzetti : Petite Maestà. 1335-1340. Tempera sur bois, 49 x 32,5 cm. Sienne, PinacothÚque. Nazionale

Cette « petite Maestà » d’Ambrogio Lorenzetti est une des chefs d’oeuvre de la peinture siennoise. Elle est saisissante par sa beauté. Il ya tout d'abord l'éblouissant arriÚre plan d’or d’où semblent émerger les anges
 Ensuite, il ya la qualité de la couleur : on trouve rarement, à l’aube de l’art pictural italien un tel rouge ou bleu intenses, et jamais un aussi magnifique travail de décor de lapis-lazuli
 Chaque partie de la scÚne exige une attention particuliÚre : l'ornementation extrêmement délicate des vêtements, les visages des saints, et le magnifique effet de couleur des fleurs dans le vase d'or au premier plan
 Surtout, l’équilibre de la composition est sans doute l'aspect le plus remarquable de l'ouvrage, équilibre qu’il a déjà tenté dans la grande Maestà à Massa Marittima, et qu’il réussit ici à la perfection.

Au centre de la peinture, la Vierge trÎne avec le Christ enfant ; six anges flanquent le trÎne à l'arriÚre. A gauche, sainte Elisabeth de Hongrie avec des fleurs dans sa robe, à droite Sainte Catherine d'Alexandrie avec la palme et la roue de son martyre ; agenouillé sur la gauche saint Nicolas (?) que précÚde en avant plan le pape Clément I ; sur la droite saint Martin (?), et devant lui le pape Grégoire I.

Retable de Saint Proculus

Ambrogio Lorenzetti : Retable de Saint Proculus. 1332. Tempera sur bois, 167 x 56 cm. (Panneau central), 145 x 43 cm. (Panneau latéral). Florence, les Offices
Ambrogio Lorenzetti : Retable de Saint Proculus. 1332. Tempera sur bois, 167 x 56 cm. (Panneau central), 145 x 43 cm. (Panneau latéral). Florence, les Offices

Ce retable a été exécuté pour l'église San Procolo de Florence durant le second séjour prolongé d’Ambrogio à Florence, où il est depuis 1327 enregistré dans la « Guilde des médecins et Apothicaires » à laquelle appartenaient aussi les peintres.

Le retable, aujourd’hui démembré, est un triptyque représentant la Vierge et l'Enfant au centre, et saint Nicolas de Bari et Saint Proculus sur les volets latéraux. L’ensemble comportait une prédelle dont on ne connaît pas l’iconographie.

Saint Michel

Ambrogio Lorenzetti : Saint Michel. 1330-1335. Tempera sur bois, 110,5 x 94,5 cm. Asciano, Museo d’Arte Sacra
Ambrogio Lorenzetti : Saint Michel. 1330-1335. Tempera sur bois, 110,5 x 94,5 cm. Asciano, Museo d'Arte Sacra

Ce panneau était la partie centrale d'un polyptyque exécuté pour l'église du monastÚre bénédictin créé par Guido Tarlati, évêque d'Arezzo, en 1319.

Présentation au temple

Ambrogio Lorenzetti : La Présentation au Temple. 1342. Panneau de bois, 257 x 168 cm. Florence, les Offices
Ambrogio Lorenzetti : La Présentation au Temple. 1342. Panneau de bois, 257 x 168 cm. Florence, les Offices

Ce panneau est typique de la maniÚre révolutionnaire de Lorenzetti de traiter l’espace. C’est la premiÚre fois depuis l'antiquité romaine que la perspective est aussi bien rendue. Le cadre architectural gothique complexe est traité de telle maniÚre qu’il donne l’impression d’une grande profondeur.

Le panneau, signé et daté, se trouvait à l’origine au « Spedaletto Monna Agnese di Siena » d’où il a été transféré en 1822 à la Galleria del’Accademia de Florence, et de là vers les Offices en 1913. La paire de volets flanquant la partie centrale du retable a été perdue.

Madone de la Brera

Ambrogio Lorenzetti : Madone et enfant. 1340-1345. Tempera sur panneau de bois, 85 x 57 cm. Milan, PinacothÚque de la Brera
Ambrogio Lorenzetti : Madone et enfant. 1340-1345. Tempera sur panneau de bois, 85 x 57 cm. Milan, PinacothÚque de la Brera

Ambrogio Lorenzetti rejette la construction rigoureuse et la modélisation incisive de Giotto en faveur des espaces ouverts, de volumes largement articulé, d'une composition fluide et d’une gamme de couleurs avec de nombreuses gradations. Contrairement à la pratique de Giotto, il introduit de subtils effets psychologiques. Ainsi, dans cette œuvre, l'intensité avec laquelle la mÚre et l'enfant se regardent mutuellement. La Vierge tient l'enfant avec une telle délicatesse que, d'un point de vue réaliste, l'appui est nettement insuffisant : l'enfant semble en apesanteur. Remarquable aussi est le traitement de la draperie, où le réalisme fait place au rythme linéaire et à la composition rythmique.

Probablement destinés à la dévotion privée, ce panneau de bois est un exemple de raffinement et de technique trÚs habiles. Sur le fond doré, les deux grandes auréoles sont indiqués par une fine ligne incisée, le rectangle du panneau est adouci par l’arc tressé et les angles droits occupés par des fleurs elles aussi incisées. Les deux personnages sont unis l’un à l’autre par une combinaison de rythmes ondulants et de mouvements en spirale.

Annonciation de Sienne

Ambrogio Lorenzetti : Annonciation. 1344. Tempera sur bois, 127 x 120 cm. Sienne, PinacothÚque Nationale
Ambrogio Lorenzetti : Annonciation. 1344. Tempera sur bois, 127 x 120 cm. Sienne, PinacothÚque Nationale

Dans cette œuvre tardive, Ambrogio abandonne son terrain habituel de représentation réaliste et détaillée de l'homme en faveur de l’élégance quasi-gothique avec laquelle il dépeint les deux personnages. Ils se font face dans une symétrie et une en perspective rigoureuses. L’oeuvre, datée et signée, a été exécuté en 1344 pour le conseil communal de Sienne.

3.2.11.3. Fresque des effets du bon et du mauvais gouvernement

La fresque des effets du bon et du mauvais gouvernement est l’œuvre majeure d’Ambrogio Lorenzetti, une réalisation révolutionnaire qui introduit en quelque sorte l’art pictural nouveau de la Renaissance. A la demande de la cité de Sienne, il réalise la fresque, sur la partie supérieure de trois des quatre murs de la salle du conseil des Neufs (Sala dei Nove ou Sala della Pace), salle du Palais Public où se réunit ce conseil de magistrats qui dirige la ville. La taille de la salle est de 2,96 x 14,40 x 7,70 m.

Mission unique et sans précédent : Ambrogio doit en effet créer une allégorie du bon et du mauvais gouvernement et représenter les effets de ces régimes sur la ville et la région. Le résultat en est la premiÚre vue panoramique d’une ville jamais réalisé depuis l'antiquité et la premiÚre représentation extensive d'une véritable ville et de son environnement naturel. Ambrogio a choisi les murs les mieux éclairés pour dépeindre les effets du bon gouvernement, laissant au mur le plus dans l’ombre l’allégorie du mauvais gouvernement, réalisation qui par ailleurs a subi de considérables dégâts.

Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon et du mauvais gouvernement : vue générale des fresques. 1338-1340.Sienne, Palais Public, salle du conseil des Neufs
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon et du mauvais gouvernement : vue générale des fresques. 1338-1340.Sienne, Palais Public, salle du conseil des Neufs
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement. 1338-1340. Fresque
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement. 1338-1340. Fresque

3.2.11.3.1. Le bon gouvernement

L'Allégorie du bon gouvernement est située sur le petit mur à l'opposé de la fenêtre. La composition se construit sur un schéma de trois bandes horizontales : Au premier plan sont représentés les bourgeois conseillers de Sienne en procession. DerriÚre eux, sur une scÚne, deux groupes de personnages symbolisant le bon gouvernement ; ces deux groupes sont liés par la procession des conseillers. Enfin le registre supérieur décrit la sphÚre céleste où volent les vertus.

Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon et du mauvais gouvernement : vue générale des fresques. 1338-1340.Sienne, Palais Public, salle du conseil des Neufs
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon et du mauvais gouvernement : vue générale des fresques. 1338-1340.Sienne, Palais Public, salle du conseil des Neufs

L'homme trÃŽnant du groupe de droite symbolise la ville de Sienne et incarne le bon gouvernement. Autour de sa tête, quatre lettres, CSCV signifiant « Commune Saenorum Civitatis Virginis » l’identifient. À ses pieds jouent enfants : ce sont les fils de Rémus, Ascius et Senius, les fondateurs de Sienne d’aprÚs la légende romaine. Des deux cÃŽtés du trÃŽne se tiennent les Vertus du bon gouvernement, représentées par six figures féminines couronnées : la paix, le courage et la prudence sur la gauche, la magnanimité, la tempérance et la justice sur la droite. À la gauche de la fresque trÃŽne la personnification de de la justice qui équilibre les plateaux de la balance tenue par la Sagesse.

Cet extraordinaire cycle de fresques d'inspiration politico-morale, d'un exceptionnel intérêt artistique, iconographique et documentaire, témoigne d'un profond sentiment d'humanité et d'une vision claire des différents aspects de la vie et de la société de l'époque.

Au-dessous de la Fresque, le peintre a signé son œuvre : « AMBROSIUS LAURENTII DE SENIS HIC PINXIT UTRINQUE. »

Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement : vue de la partie gauche. 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement : vue de la partie gauche. 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public

La partie gauche de l’Allégorie du bon gouvernement montre la Justice sur son trÃŽne. Au dessus flotte génie de la Sagesse sur un fond bleu tenat d’une main la balance et de l’autre le livre du Jugement. Sur le trÃŽne, la justice qui équilibre les plateaux de la balance.

Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement, détail. 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement, détail. 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public

La composition allégorique remplit la partie inférieure des murs de la salle du conseil (Sala dei Nove). Elle montre symboliquement la confiance des citoyens réunis autour de l’image paternelle et rassurante du Bon Gouvernement flanqué des les figures des Vertus. Ambrogio a réussi à transformer une image politique trÚs cérémonielle en une image trÚs vivante du quotidien des gens. Ainsi les personnages symboliques apparaissent vivants et trÚs crédibles ; particuliÚrement vivante et fascinante est la trÚs célÚbre allégorie de la paix.

Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement, détail. 1338-1340. Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement, détail. 1338-1340. Fresque. Sienne, Palais Public

La Paix, vêtue de blanc, est allongée sur un lit posé sur un amoncellement d'armes, à l'écart de ses compagnes, ce qui souligne l'importance de sa présence. Elle a le front ceint d'une couronne d'olivier et porte un rameau d'olivier dans la main, symboles de paix. Elle penche nochalament sur la gauche
 À son cÃŽté est assise la Fortitudo, armée d'une massue et d'un bouclier, indiquant la fermeté dont sont capables les soldats et fantassins que l'on trouve à ses pieds. A l'époque où la fresque fut peinte, le régime des Neuf avait à plusieurs reprises été mis en danger par les conjurations des nobles et par les révoltes du menu peuple : et la réponse à ces derniÚres fut la promesse - à laquelle fait allusion la procession des Vingt-quatre - de faire participer au gouvernement non seulement les Neuf, mais aussi de nouveaux membres de ce peuple dont on craignait le mécontentement.

Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public

Les effets de la bonne gestion des affaires publiques sont représentés sur le plus long mur de la salle. Cette fresque panoramique, représente plusieurs scÚnes de la vie quotidienne de Sienne et de sa campagne environnante au XIVÚ siÚcle.

Dans la ville, une série de palais et de maisons splendides de style typiquement siennois. Sur les toits les maçons sont à l'œuvre ; un tailleur coud, vu de dos ; plus loin l'atelier d'un orfÚvre, un marchand consultant un livre de comptes, des gentilshommes à cheval. On se réjouit aussi. Le choeur de neuf jeunes filles dansent une ronde (allusion au gouvernement des Neuf) tandis que la dixiÚme joue du tambourin : maniÚre de souligner l'harmonie et la concorde qui rÚgnent dans la ville.

Lorenzetti accorde une grande importance à la campagne et aux travaux des champs, aux routes qui sillonnent les champs et collines, avec le va-et-vient incessant des hommes et des animaux. Une joyeuse compagnie à cheval part en route pour la chasse, s'arrêtant un instant auprÚs d'un pauvre aveugle qui demande la charité.

Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la cité (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public
Ambrogio Lorenzetti : Les effets du bon gouvernement sur la vie de la région (détail). 1338-1340.Fresque. Sienne, Palais Public

3.2.11.3.2. Le mauvais gouvernement



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)