B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. Fondements idéologiques et législation
1.1. Fondements idéologiques
1.2. La législation

2. L’opération T4
2.1. Préparation
2.2. Mise en œuvre
2.3. La fin de T4

3. L’action « Sonderbehandlung 14f13 »
3.1. L’euthanasie sauvage
3.2. La première phase : avril 1941 – avril 1943
3.3. La seconde phase : 11 avril 1944 – mai 1945
3.4. Bilan de 14f3

4. Les procédés techniques
4.1. Les chambres à gaz
4.2. Les camions à gaz

5. Les centres de T4 et de 14f3
5.1. Bernburg
5.2. Brandenburg
5.3. Grafeneck
5.4. Hadamar
5.5. Hartheim
5.6. Sonnenstein

6. L’euthanasie en Pologne et Prusse orientale
6.1. Koscian
6.2. Owinska
6.3. Kobierzyn
6.4. Les autres actions en Pologne

7. Documents
7.1. Récit du Docteur August Becker, chimiste à l´Institut Technique Criminel (KTI)
7.2. Lettre-type de « condoléances » adressée au père d'une victime
7.3. Lettre du Docteur Hölzel au professeur Pfannenmüller
7.4. Action 14f13 : Lettre du docteur Fritz Mennecke à son épouse lors d’une « sélection » au KL Buchenwald

8. Quelques médecins participant à l’action T4

9. Nombre de victimes de T4 en 1940 et 1941

10. Le personnel de l’opération T4 et de l’Aktion Reinhard

11. Prélude

12. Prémisses : de l’eugénisme à l'euthanasie étatique : l’hygiène raciale
12.1. L’eugénisme (Eugenik) ou « hygiène raciale » (Rassenhygiene)
12.2. Une autre problématique : l'euthanasie
12.3. Eugénisme et euthanasie des nouveau-nés infirmes
12.4. La psychiatrie au service du projet hitlérien
12.5. L’engagement des psychiatres, biologistes et médecins au coté du pouvoir

13. Fondements idéologiques et législation nazie
13.1. Fondements idéologiques
13.2. La législation

14. L’euthanasie des enfants

15. L’opération T4
15.1. Préparation
15.2. Mise en œuvre
15.3. La fin de T4

16. La résurrection de T4
16.1. L’euthanasie sauvage
16.2. L’action « Sonderbehandlung 14f13 »
16.3. La première phase : avril 1941 – avril 1943
16.4. La seconde phase : 11 avril 1944 – mai 1945
16.5. Bilan de 14f3

17. Les procédés techniques
17.1. Les chambres à gaz
17.2. Les camions à gaz

18. Les centres de T4 et de 14f3
18.1. Bernburg
18.2. Brandeburg
18.3. Grafeneck
18.4. Hadamar
18.5. Hartheim
18.6. Sonnenstein

19. L’euthanasie en Pologne et Prusse orientale
19.1. Koscian
19.2. Owinska
19.3. Kobierzyn
19.4. Les autres actions en Pologne

20. Documents
20.1. Récit du Docteur August Becker, chimiste à l´Institut Technique Criminel (KTI)
20.2. Lettre-type de « condoléances » adressée au père d'une victime
20.3. Lettre du Docteur Hölzel au professeur Pfannmüller
20.4. Action 14f13 : Lettre du docteur Fritz Mennecke à son épouse lors d’une « sélection » au KL Buchenwald

21. Quelques médecins participant à l’action T4

22. Nombre de victimes de T4 en 1940 et 1941

23. Le personnel de l’opération T4 et de l’Aktion Reinhard
Bas de boite

Diffusé par CashTrafic

Nazisme : les opérations « T4 » et « 14F3 » (2ième guerre mondiale 1939-1945)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

6. La résurrection de T4

L’euthanasie sauvage
L’action « Sonderbehandlung 14f13 »
La première phase : avril 1941 – avril 1943
La seconde phase : 11 avril 1944 – mai 1945
Bilan de 14f3

6.1. L’euthanasie sauvage

6.1.1. L’Aktion Brandt

Mais c’est mal connaître le Führer pour croire qu’il a abandonné la partie… L’action continue officieusement, sous d’autres formes : de nombreux médecins continuent à assassiner leurs patients par des injections mortelles de morphine, de luminal, de scopolamine ou de phénol directement injecté dans le muscle cardiaque. D'autres privent les patients de soins et de nourriture jusqu'à la mort. Ils sont non seulement couverts par leur administration de tutelle et par le Ministère de la santé du Reich, mais encouragés dans leurs actions ! De plus, La partie du programme portant sur les nouveaux nés et les enfants de moins de 3 ans, est quant à elle totalement maintenue. Les médecins experts du « département spécial de pédiatrie » continuent de sillonner le pays en blouse blanche, allant de cliniques en hôpitaux, accomplir leur besogne. Cette phase, supervisée par le docteur Karl Brandt et nommée « euthanasie sauvage » ou « Aktion Brandt », coûte la vie à environ 30 000 personnes.

Karl Brandt lors de son procès à Nuremberg
Karl Brandt lors de son procès à Nuremberg

Les principaux centre de ce nouveau type d’opération sont le « Steinhof » de Vienne et son annexe pour enfants du « Spiegelgrund », Eichberg en Hesse (3 600 victimes dont 600 patients de l’institut), Großschweidnitz en Saxe, Hadamar, Kalmenhof près d’Idstein en Hesse, Irsee près de Kaufbeuren en Bavière (2 000 victimes) et Tiegenhof près de Gnesen (Gniezno).

Institut Steinhof de Vienne : le « Totenbuch » ou livre des morts. Y sont notés les noms des patients, la date de naissance, la « cause » du décès, la date du décès, le lieu d’inhumation
Institut Steinhof de Vienne : le « Totenbuch » ou livre des morts. Y sont notés les noms des patients, la date de naissance, la « cause » du décès, la date du décès, le lieu d’inhumation
Institut Wagner von Jauregg « Steinhof » de Vienne : liste de patientes envoyées à Vienne depuis Hambourg en 1943, dans le cadre de l’« euthanasie sauvage » : la date du décès est indiqué à la main
Institut Wagner von Jauregg « Steinhof » de Vienne : liste de patientes envoyées à Vienne depuis Hambourg en 1943, dans le cadre de l’« euthanasie sauvage » : la date du décès est indiqué à la main

6.1.2. Meseritz-Obrawalde

6.1.2.1. L’institut

En 1939, la ville de Meseritz se trouve dans la province prussienne de Poméranie. Aujourd'hui, elle porte le nom Miedzyrzecz et se situe en Pologne. L'hôpital d’Obrawalde (Obrzyce), désigné sous le nom de Meseritz-Obrawalde, est sans doute avec l'institution de Tiegenhof (Dziekanka) dans le Wartheland, le plus tristement célèbre centre d'euthanasie « sauvage ».

Meseritz-Obrawalde en 1945
Meseritz-Obrawalde en 1945

Au cours de la période précédant la suspension du programme d'euthanasie T4 en août 1941, un grand nombre de patients avaient été transférés de Meseritz-Obrawalde « vers l'Est » et avaient tout simplement disparu comme de nombreux patients d'autres établissements de Poméranie.

Début 1942, dans le cadre de l’action d’euthanasie sauvage, arrivent à Obrawalde les premiers convois ferrés, chaque train transportant environ 700 passagers. Ils arrivent d’au moins 26 villes allemandes et déchargent leur cargaison de nuit. Tous les infirmiers et les préposés à la santé de l’établissement sont mobilisés pour les « décharger ».

6.1.2.2. Les victimes

Les malades arrivent en général très amaigris dans un état si lamentable qu’ils suscitent la répulsion du personnel soignant, qui en vient rapidement à les traiter comme le veulent précisément les dirigeants de l’opération : du bétail à liquider… En principe, le tri devait être fait entre les aptes au travail et les inaptes… Mais rapidement on en vient à éliminer tous les patients causant un surcroît de travail pour les infirmières, ceux qui sont sourds-muets, malades, contrariants ou indisciplinés...

Meseritz-Obrawalde en 1939
Meseritz-Obrawalde en 1939

Les victimes sélectionnées sont enfermés dans de salles « spécialisées » ou elles sont « traitées » par les médecins et les infirmières avec un médicament administré par voie orale ou par une injection létale. Les tueurs se mettent au moins à deux pour exécuter une victime. Après le décès, un faux certificat est établi et envoyé à la famille de la victime. La plupart des cadavres sont enterrés nus dans des fosses communes, mais certains sont été incinérés à Francfort-sur-Oder. En 1944, on commence la construction d'un crématorium pour traiter le grand nombre de cadavres, mais le chantier n’est pas encore achevé lorsque les troupes soviétiques libèrent l'hôpital le 29 janvier 1945. 900 patients occupaient Meseritz-Obrawalde en 1939, mais pendant la guerre, l'institut comptait jusqu’à 2 000 patients.

Meseritz-Obrawalde : le cimetière
Meseritz-Obrawalde : le cimetière

Le nombre exact de patients tués ne sera jamais connu, car seule une partie des dossiers ont été conservés ; les estimations minimales indiquent 6 991 patients éxécutés. La commission judiciaire allemande d’après guerre estime quant à elle le nombre de victimes à plus de 10 000. D’autres sources avancent le chiffre de 18 000 victimes. Il existe également des preuves que des soldats allemands de la Wehrmacht, physiquement ou mentalement handicapés du fait de la guerre, sont inclus dans le nombre des victimes. Plusieurs milliers d’urnes inutilisées ont été trouvées après la guerre, preuve d’une planification de meurtres à grande échelle. Par ailleurs, l’institut fonctionnait comme un véritable camp de concentration, avec ses kapos, ses appels, ses travaux forcés, ses sélections et son système de fonctionnement confié aux détenus eux-mêmes…

Stock d’urnes funéraires devant servir à recueillir les cendres des handicapés de l’opération T4. Clinique de Meseritz-Obrawalde
Stock d'urnes funéraires devant servir à recueillir les cendres des handicapés de l'opération T4. Clinique de Meseritz-Obrawalde
Meseritz-Obrawalde : la section des enfants
Meseritz-Obrawalde : la section des enfants

6.1.2.3. Procès et témoignages

En 1965, s’ouvre à Munich le procès de quatorze infirmières (Münchner Schwesternprozess) ayant servi à Meseritz-Obrawalde, accusées de collaboration avec le programme d'euthanasie et de meurtre de milliers de handicapés mentaux par administration de surdoses de Véronal, de Luminal, ou par des injections de Scopolamine. Leur témoignage donne un aperçu de la facilité avec laquelle, au vu des circonstances politiques, il était possible de convaincre des soignants à devenir des tueurs.

  • Hélène Wieczorek est accusée d'avoir tué « plusieurs centaines » de patients. Son témoignage est significatif : « Grabowski, le directeur nous a dit que nous devions aider les cadres infirmiers : la tâche était trop importante pour eux. Nous devrions également faire les injections. Au début, j'ai refusé. Mais il a dit qu'il n’y avait pas le choix car, étant fonctionnaire depuis de nombreuses années, j’avais à accomplir mon devoir, en particulier en temps de guerre. Il a ajouté qu'il y aurait une loi stipulant que les personnes souffrant de troubles mentaux incurables devraient être délivrées de leurs souffrances… J'ai seulement fait mon devoir et je l’ai fait sur ordre de mes supérieurs. Le Directeur Grabowski nous a toujours mis en garde contre Gestapo et nous a prévenu qu’il informerait la Gestapo au cas où nous ne ferions pas ce qu'il commandait... »
  • Luise Erdmann, principale accusée dans le procès pour participation à l'assassinat de 210 patients : « En voyant pratiquer le docteur Wernicke, je me suis rendue compte que les patients incurables devaient être libérées par une injection de Véronal ou d’un autre médicament. Je déclare également que je n'ai pas été informée par le Dr Wernicke ou toute autre personne à l'accueil au sujet de l'euthanasie. Je n'étais pas tenue garder le secret à ce sujet... Je crois qu'il était tenu pour acquis que j'allais approuver l'euthanasie. Mon attitude à l'égard de l'euthanasie est que si je deviens une malade incurable - Je ne fais pas de distinction entre la maladie mentale et la maladie physique - je considérerais comme une libération si un médecin ou si une autre personne, sous la direction d'un médecin, m’injecterait une dose (létale) pour me libérer de tout. En dépit de mon attitude personnelle à l'égard de l'euthanasie, j'ai – lorsque j’ai été confrontée à ce problème – fait face à de graves conflits intérieurs. L'euthanasie, telle que je l’ai vécue à ce moment-là, a été, après tout, un massacre de gens, et je me suis demandé si le législateur avait le droit d’autoriser ou d'ordonner à tous la mise à mort de ces personnes. Jamais, cependant, je n’ai entendu parler d'une loi sur l'utilisation de l'euthanasie mais, en revanche, le Dr Mootz m'a expliqué une fois qu'il n'y avait pas besoin de réserve, et que le cas échéant, il me couvrirait de sa responsabilité. A partir de ce moment, j’en ai conclu qu’il y avait une certaine forme de légalité de l'euthanasie. »
    “Anders ist es bei den Fällen gewesen, wo ich die Tötung nicht für notwendig oder angebracht hielt. Wenn ich mich bei diesen Tötungen doch beteiligte und somit gegen meine innere Einstellung und Überzeugung handelte, so geschah es deswegen, weil ich es gewohnt war, die Anordnungen und die Befehle der Ärzte unbedingt auszuführen. Ich bin so erzogen und auch ausgebildet worden. Als Schwester besitzt man nicht den Bildungsgrad eines Arztes und kann daher nicht werten, ob die vom Arzt getroffene Maßnahme oder Anordnung richtig ist. Die ständige Übung, den Anordnungen eines Arztes zu folgen, geht so in Fleisch und Blut über, dass das eigene Denken ausgeschaltet wird.”
  • Erna Elfriede, accusée de participation à l'assassinat de 200 patients : Ils n'ont pas fait jurer le secret et je n'ai pas prêté serment de garder le silence... Je considérais les meurtres comme une injustice… Quelque chose qui n'était pas censé se produire, parce que personne n'est autorisé à le commander. J'ai été élevé en tant que chrétienne. J'ai déjà appris dans mon enfance ce que l'on peut faire et ce que l’on ne peut pas faire. J'ai appris qu'il ne faut pas voler et ne pas tuer… »
    Au juge qui lui demande pourquoi elle n'a pas refusé de participer à la tuerie, elle répond : « Parce qu’on m’a ordonné de le faire. Quand on me demande encore pourquoi je n'ai pas refusé, même si j’étais consciente qu'il s'agissait d'une injustice, je ne peux pas donner de réponse à cette question. Je ne l’ai pas fait dans le passé, j’ai un fort sentiment de culpabilité, mais il m'est impossible de donner une raison au fait que je n'ai pas refusé. L’ordre à simplement été donné et j'ai dû exécuter l’ordre »
  • Tous les quatorze femmes accusées au « Münchner Schwesternprozess » ont été reconnus non coupables.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
Actualités automobiles, essais, comparatifs, nouveautés...
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)