B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3.1. Vie politique : la constitution de la république

Strasbourg sous la domination du patriciat : 1263-1349
Le rôle croissant des corporations
La ville aux corporations : 1348-1349
La consolidation de la « république » : 1384-1422
Les institutions de la ville au XVè siècle

Ainsi à Strasbourg le parti laïc triomphe, dominé par la noblesse et quelques grandes familles. Mais en son sein, les bourgeois et artisans, force économique de la ville, veulent désormais à leur tour se libérer de la tutelle insupportable de la noblesse strasbourgeoise que la victoire sur l’évêque a grisée.

3.1.4. La consolidation de la « république » : 1384-1422

En 1419, par une sécession spectaculaire et un départ de la cité, la noblesse tente de retrouver son pouvoir avec l’appui de l’évêque Guillaume de Diest (1394-1439), un personnage particulièrement indigne dont l’épiscopat de 45 ans, le plus long de toute l'histoire du siège de Strasbourg, sera un scandale quasi permanent. L’affaire remonte en fait au 25 juillet 1384 : à cette date, l’évêque de Strasbourg Frédéric II de Blanckenheim (1375-1393), 29 ans et tout aussi scandaleux que Diest, achète à l'empereur Wenceslas la charge perpétuelle et transmissible de Landgrave d'Alsace en aliénant, pour payer cette charge, d'importants domaines diocésains de part et d'autre du Rhin. L’affaire irrite fort les Strasbourgeois.

Blason des Diest
Blason des Diest

Quelques années plus tard, en 1388, Strasbourg construit un pont sur le Rhin, bientôt déclaré d’utilité publique pour le Saint Empire par l'empereur Wenceslas. La ville est autorisée à prélever un droit de péage, pour financer l'entretien de l'ouvrage. Aussitôt, les ennemis de Strasbourg mobilisent contre ce droit : le grand bailli de Haguenau, l'évêque Frédéric II de Blankenheim et ses grands et petits seigneurs alliés de part et d'autre du Rhin et même les villes de la Décapole d'Alsace se mobilisent et c’est la guerre. Wenceslas lui-même s’en mêle et met la ville au ban de l’empire. Entre septembre et décembre 1392, la ville est assiégée, les faubourgs dévastés et le pont attaqué. Mais elle résiste et finalement l’emporte sur le terrain. Wenceslas finit par lever le ban et confirme la ville dans ses droits le 2 février 1393. C’est un terrible échec pour les coalisés et la position de l’évêque devient intenable : le 21 juillet 1393, Frédéric de Blanckenheim quitte Strasbourg de nuit, tel un malfaiteur… pour retrouver un siège épiscopal à Utrecht, où il est transféré par Boniface IX.

Blason des Blanckenheim
Blason des Blanckenheim

Le nouvel évêque Guillaume II de Diest hérite, avec le titre de Landgrave, du conflit. Il cherche alors l’appui de la noblesse qu’il sait prête à revenir aux affaires… En 1415, la situation est si tendue que les Strasbourgeois prennent l’évêque en otage dans sa résidence de Dachstein près Molsheim, et l'enferment dans les combles de la chapelle Saint-Jean de sa propre cathédrale ! Ils ne le relâchent que le 4 mai 1416, sur un ordre express de l'empereur Sigismond, à la demande du Concile de Constance. L’évêque prépare sa revanche et s’étant assuré le soutien de plusieurs seigneurs alsaciens, notamment Armand de Waldner, Rodolphe de Neuenstein, Jean de Munstrol, Thénien de Hattstatt, entre en guerre contre la ville. Les opérations se déroulent principalement dans le secteur de l’entrée de la vallée de la Bruche autour des cités de Bergbieten, Molsheim, Mutzig et Dachstein. Cette « Guerre de Dachstein » va durer jusqu'au compromis de 1422, compromis qui en fait consolide définitivement le régime des métiers.

Le problème sera dorénavant, pour Strasbourg, de trouver des nobles -par suite de l'extinction progressive des familles et de leur non-renouvellement- susceptibles de remplir certains postes réservés, dont ceux de Stettmeister. Les corporations, armature du régime politique, jouent un rôle administratif, religieux et social, rôle variable suivant l'importance numérique, la fortune, la valeur des personnalités et des bâtiments (poêles) où elles se réunissent.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)