B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3.1. Vie politique : la constitution de la république

Strasbourg sous la domination du patriciat : 1263-1349
Le rôle croissant des corporations
La ville aux corporations : 1348-1349
La consolidation de la « république » : 1384-1422
Les institutions de la ville au XVè siècle

Ainsi à Strasbourg le parti laïc triomphe, dominé par la noblesse et quelques grandes familles. Mais en son sein, les bourgeois et artisans, force économique de la ville, veulent désormais à leur tour se libérer de la tutelle insupportable de la noblesse strasbourgeoise que la victoire sur l’évêque a grisée.

3.1.2. Le rôle croissant des corporations

Mais les premières années du XIVè siècle voient l’émergence d’une troisième force économique, sociale et politique. Tenu à l'écart des affaires publiques, le mouvement corporatif artisanal, force économique principale de la cité, revendique avec vigueur sa participation au gouvernement des cités. Cette prise de conscience politique de la classe laborieuse surprend le pouvoir traditionnel par sa dynamique et l'ampleur de son programme revendicatif. Rapidement, les locaux de réunion des corporations, des tavernes privées dites « poêles », deviennent des lieux d’agitation et de contestation du pouvoir patriarcal. Un premier incident sérieux oppose les artisans à quelques membres de la noblesse de la ville en 1308 : au cours d’une échauffourée sur le pont de la Haute Montée, il y a plusieurs morts du côté des artisans. Les vexations permanentes de la noblesse à l’endroit des artisans (refus de payer les dettes, maintien du système féodal…) entraînent de plus en plus d’incidents. Cette situation voit le rapprochement des familles notables non nobles d'une part, et des associations ouvrières liées au développement démographique et économique d'autre part.

La première révolte de la bourgeoisie contre la noblesse de Strasbourg : le combat de la Haute Montée en 1308, d’après une aquarelle de E. Schweitzer tirée de Strasbourg Historique et pittoresque de A. Seyboth (1894)
La première révolte de la bourgeoisie contre la noblesse de Strasbourg : le combat de la Haute Montée en 1308, d’après une aquarelle de E. Schweitzer tirée de Strasbourg Historique et pittoresque de A. Seyboth (1894)

Un premier coup de force à lieu après le fameux « Geschölle » du 20 mai 1332 : cette nuit-là en effet, à l'issue d'un banquet officiel du Conseil du Magistrat donné dans le jardin de la résidence des Ochsenstein (Ochsensteiner Hof) au 9, rue Brûlée, un incident entre nobles Zorn et Müllenheim dégénère en bataille générale opposant deux jours durant les deux factions nobles : on relève 21 tués. Les Maîtres des Corporations et les bourgeois influents interviennent alors en force et obtiennent le transfert (provisoire) du pouvoir exécutif à un Conseil des maîtres des corporations et la remise provisoire des clefs de la ville, du sceau officiel et de l'étendard municipal. Les partis nobles sont désarmés. Un nouveau conseil urbain de 24 membres est formé, présidé à tour de rôle par 4 maîtres des corporations qui se relaieront tous les trois mois. Ce gouvernement provisoire sera chargé d'élaborer une nouvelle Constitution.

Blason des Müllenheim. Vers 1437 Paris, musée de Cluny
Blason des Müllenheim. Vers 1437 Paris, musée de Cluny
Blason des Zorn
Blason des Zorn

Suit une série de procès d'épuration : les nobles impliqués dans les « événements de mai » et la plupart de leurs partisans, sont expulsés de la ville le 12 août ; l'ex-Stettmeister Jean Sicke est banni à vie ; la taverne du clan des Zorn « A la Haute-Montée », est démolie. En même temps est scellée la réconciliation entre les divers partis.

La nouvelle constitution est mise en place en 1334 : ce quatrième statut municipal reflète un régime plus équilibré : le Conseil comprend 8 nobles, 14 patriciens bourgeois (plus de 3 maîtres) et l'Ammeister, et 25 artisans. En même temps est instaurée la cérémonie annuelle de prestation de serment à cette nouvelle constitution le « Schwörbrief » : la première prestation se déroule le 17 octobre 1335 devant l'ancien Hôtel de ville (Fronhof), les suivantes auront lieu sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Ce texte fondamental du « Schwörbrief », expression de l'unité et de la solidarité de la bourgeoisie, va subsister jusqu'en 1789.

Le Schwoerbrief, lettre de serment de la ville de Strasbourg. 1443. Archives municipales de Strasbourg
Le Schwoerbrief, lettre de serment de la ville de Strasbourg. 1443. Archives municipales de Strasbourg
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)