B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Chelmno

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7. Témoignages

La liquidation du Ghetto de Lodz. Lettre du gauleiter Greiser
Les camions à gaz, par le SS Heukelbach
Zawadki, par Jozef Czuprynski
Les fours crématoires, par le SS Bruno Israël
Le Waldlager, par le gendarme Jakob W
Les victimes. Commission polonaise
Les fours de 1944, rapport Bednarz :
Témoignage d’un survivant, Michel Podchlebnik
Les camions à gaz, rapport Bednarz
Ceux de Kolo, rapport Bednarz
La révolte de janvier 1945, par Miszcak
Le château, par Miszcak

7.7. Les fours de 1944, rapport Bednarz :

« En 1944, de nouveaux fours crématoires sont construits, de façon à ne pas dépasser le niveau du sol. Ils avaient, vers le haut, la forme rectiligne de 10 mètres sur 6 mètres. Le four se rétrécissait vers le bas en forme d'entonnoir et se terminait par des grilles confectionnées avec des rails de chemin de fer. Le foyer avait les dimensions de 1,5 mètre sur 2 mètres. Le four avait 4 mètres de profondeur ; ses parois étaient faites de briques d'argile recouvertes d'une couche de ciment.

Sous le foyer se trouvait un cendrier, et une étroite excavation y était aménagée et débouchait au-dehors. C'est par cette excavation que l'on enlevait les cendres, au moyen d'un tisonnier spécialement construit à cet effet. Ce travail était si difficile que les ouvriers qui y étaient désignés mouraient quelques jours après : après quelques jours de ce travail, ils perdaient tant de forces que, incapables de tout travail, on les tuait. Lorsque les fours ne fonctionnaient pas, on les masquait dans la crainte de raids d'avions ennemis, de façon qu'ils soient invisibles d'en haut. Dans ce but, on les camouflait au moyen de plaques de fer-blanc et de branchages.

Les cadavres, dans les fours, étaient rangés par couches alternées de bois de chauffage et de cadavres. On les plaçait de façon qu'ils ne se touchent pas et n'empêchent pas l'air d'arriver aux couches inférieures. La couche supérieure contenait douze cadavres humains. Le four était allumé par en bas, par le cendrier. On n'arrosait les cadavres ni avec de l'essence, ni avec d'autres produits. Ils se consumaient rapidement, en vingt minutes environ. Au fur et à mesure que les cadavres se consumaient, les couches supérieures de cadavres et de bois s'affaissaient, ce qui permettait de faire d'autres chargements. Le four pouvait contenir à la fois 100 cadavres, ce qui permettait l'incinération immédiate, en une seule journée, d'un convoi anéanti par l'auto - chambre à gaz. »

Le juge Bednarz rapporte en outre le témoignage de Rosalie Pehan, épouse d'un Feldgendarm, qui lui a déclaré :

« Berlin a envoyé un ordre d'anéantir les cadavres et d'effacer toute trace. A l'avenir, ces cadavres devaient être incinérés. À la suite de cet ordre, on devait rouvrir les tombes et brûler les corps, soit dans des fours crématoires spécialement construits, soit dans des bûchers monstres amoncelés dans le bois. Une Commission spéciale est venue de Berlin pour contrôler l'état des travaux. On suffoquait terriblement. Mon mari riait en racontant que « ces messieurs de Berlin » ne pouvaient rester plus de cinq minutes près des tombes ouvertes et se trouvaient mal.

Deux fours crématoires avaient été construits. Je n'ai pas été admis à les voir. Je sais seulement que ces fours avaient de hautes cheminées et avaient été agencés de façon à avoir un très fort tirage. On disposait dans ces fours les cadavres par couches et entre deux couches on plaçait du bois léger. Lorsque ces corps étaient brûlés dans les bûchers, on arrosait d'essence l'amas de corps et de bois. On forçait un juif à y monter et à y mettre le feu. Le feu était si fort que le juif n'avait plus le temps de sortir et était brûlé vif. »

Bednarz Ladislas : Le camp d’extermination de Chelmno sur le Ner
Traduction Française, Editions de l’Amitié Franco-polonaise 1955.


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)