B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les Cathares – La croisade contre les Albigeois

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3.3. La doctrine cathare

Le bien et le mal
Corps, âme, esprit
La liturgie et la vie

La doctrine cathare repose sur un dualisme, parfais absolu, plus souvent mitigé. Ce dualisme est mis en évidence par deux traités : le « Liber de duobus principiis », ouvrage qui évoque le « Traité des deux principes » aujourd'hui perdu et attribué à Manès et le « Liber contra Manicheos » de Durand de Huesca. Selon les cathares, la justification de la dualité fondamentale se trouve dans la Bible, tout spécialement dans l'Évangile de Jean et dans le texte apocryphe de la « Vision d’Isaïe ».

3.3.1. Le bien et le mal

D'après le récit de la Genèse, l'homme, à l'origine, est bon. Il s'engage dans le mal quand, par libre décision, il succombe à la tentation du démon. Satan apparaît ainsi comme l'antagoniste de Dieu ; par sa séduction, il entraîne l'homme dans le mal. Mais lui-même a fait un mauvais choix, d'où le nécessite de la préexistence d'un principe du mal, antérieur à Satan lui-même.

Selon le dualisme cathare mitigé, le Dieu suprême est unique ; il est source de bien et d'amour et ne peut en aucune manière avoir créé le mal. Satan ne saurait se placer au niveau de Dieu. Les deux principes, « Bien » et « Mal » ne sont donc pas égaux ; du reste, leur égalité provoquerait leur annulation réciproque. Dieu seul possède l’Etre. En opposition se présente l'absence d'être, le néant. A Dieu seul appartient l'éternité dans sa plénitude. En face de lui s'érige le temps. Le mal apparaît et se développe, se manifestant comme la négation du bien et de l'éternité. Le mal s'enracine, non seulement en Satan, mais dans la matière. On constate sa présence par de multiples manifestations.

Toutefois, le principe du mal ne possède aucune réalité ontologique : il est seulement dégradation, sa véritable racine reste insaisissable. Que la créature participe à l'être et a l'amour, elle pénètre dans l'éternité ; qu'elle appartienne au « Monde du mélange », elle devient la proie du désordre, là où se mêlent le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, la stabilité et l'instabilité. Ainsi le Royaume de Dieu n'est pas dans ce monde, dont il faut se détacher.

Cependant, la matière n'est pas principe du mal, elle ne désigne pas le mal en soi, tout en l'incluant. L'exercice du mal se localise dans l'ordre temporel ; au seuil de l'éternité, il s'anéantira lui-même puisque son existence s'affirme dans le monde temporel qui dépend de Satan et de ses fils. Quand l'homme participe à la fois au bien et au mal, c'est-à-dire appartient au « Monde du mélange », Dieu peut le visiter, modifier son orientation et ainsi le sauver.


Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)