B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les Cathares – La croisade contre les Albigeois

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Le Languedoc historique

Les origines
Les vicissitudes médiévales

Le Languedoc est une des provinces les plus marquées par l'histoire. Son nom même est tiré de la langue qu’ont parlée, pendant des siècles, ses habitants.

Cette région est successivement la Narbonnaise Romaine, le Comté de Toulouse des Raimond, la Généralité du Haut et Bas Languedoc de l'Ancien Régime. Et si 1789 a supprimé administrativement la province en la divisant en 8 départements, la personnalité languedocienne n’en subsiste pas moins au XIXè sous la forme d'un certain conservatisme économique (Primauté de l'agriculture et faiblesse de l'industrialisation).

2.2. Les vicissitudes médiévales

2.2.1. La langue d'Oc

Le Languedoc entre alors dans une longue et obscure période. Conquis par les Arabes au VIIIè, il est reconquis par les Carolingiens. La décadence de ces derniers au IXè siècle entraîne de nouvelles invasions, celles des Sarrasins, des Normands, des Hongrois. La plupart des villes languedociennes sont pillées et détruites. Le développement de la féodalité aboutit à la pulvérisation du pouvoir royal ; seule l'Eglise résiste et développe son patrimoine foncier. Néanmoins une grande mutation intervient entre le IXè et le XIè siècle : le dualisme linguistique s’accentue entre pays du Nord et pays du Midi, entre pays où l'affirmation s'exprime par « Oil » (du latin « hoc ille »), et pays où elle s'exprime par « oc » (de « hoc ») ; le Languedoc affirme dès lors une originalité linguistique incontestable, qui durera jusqu'à l'enseignement obligatoire du français, à la fin du XIXè siècle.

2.2.2. L'épanouissement des XIè et XIIè siècles

Comme tout l'Occident, le Languedoc connaît un renouveau extraordinaire après l'an mil. Il le doit à sa vocation méditerranéenne, et d'abord à l'influence capitale des Croisades. Si Narbonne, Béziers, Agde tirent profit de ces expéditions, c'est surtout le Languedoc oriental qui s’anime, dans le pays de Montpellier, de Saint Gilles et de Nîmes.

Partout apparaissent des villes nouvelles : Castres, Saint-Pons, Lavaur, Montpellier, Alès, Saint-Gilles et Beaucaire, et, avec elles, une administration municipale indépendante, les consulats. Un tel enrichissement matériel se double d'une magnifique réussite spirituelle avec les poésies de l'amour courtois des troubadours et l’exceptionnel épanouissement de l’art roman (Saint Sernin de Toulouse, Moissac, Saint Gilles, Conques, Sylvanès…). Alors naît une civilisation Languedocienne vraiment originale avec le développement du catharisme, religion.populaire, ignorant le latin, s'efforçant de retrouver la pureté de l'église primitive avec la vie exemplaire des Parfaits.

2.2.3. La croisade contre les Albigeois

L'Eglise, dirigée par Innocent III, ne peut tolérer la triomphe d'une telle hérésie. Voyant que les prédications de saint Dominique n'obtiennent pas de résultats tangibles, elle se décida a organiser, en 1209, une véritable croisade, qui va permettre aux seigneurs de la France du Nord d'envahir le Languedoc, de le mettre à feu et à sang, et de s’emparer de nombreuses terres. En même temps, la royauté, avec Philippe Auguste et Louis VIII, y voit l'occasion de restaurer l'unité française et d’écraser la puissance des comtes de Toulouse, qui avaient peu a peu réussi à unifier à leur profit le Languedoc féodal. La lutte dure une vingtaine d'années et se termine en 1229 par le traité de Meaux, qui enlève au Languedoc son indépendance et fait entrer la plus grande partie de son territoire sous l'administration directe du roi de France.

2.2.4. Le Languedoc royal

L'inquisition, créée en 1233, se charge d’extirper l'hérésie. Des universités sont créées à Toulouse et Montpellier. Les ruines du pays sont rapidement vite relevées et la reprise de l'expansion économique se manifeste par la multiplication de nouvelles agglomérations, les bastides, dans la Haut Languedoc. Le Languedoc reste loyal à la couronne de France, notamment aux XIVè et XVè, pendant les dures épreuves de la guerre de Cent Ans ; il en est récompensé par la création, en 1420, d'un parlement qui siège à Toulouse jusqu'à la Révolution.

Au XVIè s'amorce une renaissance économique indubitable, basée sur un important accroissement de la population et la culture du pastel, qui fait la fortune de Toulouse et de son arrière-pays. Parallèlement, l'influence de la Réforme croît, particulièrement dans les Cévennes : le Calvinisme apporte au Languedoc d'abord les éléments d'une révolution ascétique, plus tard ceux d'une révolution bourgeoise. Résurgence du Catharisme ? Après de violentes guerres de religion, l'édit de Nantes rétablit la paix (1598), mais pas pour longtemps : sa révocation par Louis XIV en 1685 amène las dragonnades, les abjurations superficielles et la révolte : pour échapper la mort, les protestants languedociens se cachent dans le désert cévenol, où ils demeureront jusqu'à la Révolution…


Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)