B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Alsace : l’Alsace au temps des « malgré nous »

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. La germanisation

Les mesures
Les autonomistes

5.1. Les mesures

Timbres-poste surchargés utilisés sous l
Timbres-poste surchargés utilisés sous l'occupation ; « Molsheim ville d'Alsace romantique et pittoresque au pied des Vosges » (cachet de l'Administration allemande des postes). Dès juillet 1940, toute l'Administration allemande est en place en Alsace. Les timbres-poste avec "Elsaß" (Alsace) ou "Lothringen" (Lorraine) en surcharge remplacent les timbres français.
Pour le Reich et les nazis, l’Alsace est un pays germanique que des décennies d’occupation française ont souillé et avachi. Il s’agit de faite remonter le fonds germanique des Alsaciens – Lorrains, et de les débarrasser du « Welscher Plunder » (« bric à brac français »). Wagner a carte blanche de Hitler pour transformer le Alsaciens en bons allemands nazis. Aussi pleuvent sur le pays décrets et mesures de toutes sortes :

Le 16 août 1940 un décret interdit de parler français. Les populations « welsches » des vallées vosgiennes ont 5 ans pour apprendre et parler l’allemand. En attendant, elles sont munies d’une carte spéciale les autorisant provisoirement à parler patois entre eux…

Les noms des villes et villages sont germanisés, de même que ceux des rues ou avenues : Obernai devient Ober-Ehnheim ; Masevaux, Marmünster ; Lièpvre, Leberau ; Sainte Marie aux Mines, Markirch… La Place Broglie de Strasbourg devient « Adolf Hitler Platz » ; la Place Kléber « Karl Roos Platz » ; la rue du Sauvage à Mulhouse aurait du se nommer « Adolf Hitler Straße », mais devant les rires Mulhousiens, l’occupant choisit un autre nom…

Page d
Page d'un livre de lecture utilisé sous l'occupation. À l'école, la seule langue autorisée est l'allemand. La propagande nazie s'infiltre même dans les livres de classe. L'écriture utilisée est celle de la méthode Sütterlin.
Tout ce qui est « français » dans les lieux publics disparaît : ainsi en est-il des statues de Jeanne d’Arc ou des statues de français célèbres : Kléber, Kellermann, Desaix, Rapp, Bruat… Les monuments commémoratifs des batailles de 1793 ou de 14-18 sont démolis (Wissembourg, HWK , Lingekopf…) Les cartes postales portant une légende françaises sont interdites à l’expédition ; l’anneau nuptial devra être porté à la main droite et non plus à la gauche, conformément à l’usage allemand…

Le 23 novembre 1940 un décret interdit le port de certains prénoms et fait obligation à la germanisation des noms : Roger devient Rudiger ; Jean devient Hans ; Guillaume, Wilhelm ; Claire, Klara… Les Didierjean deviennent Diderhans, les Lagarde, Wachmann ; les Dupont Brückner… Ceci jusque sur les pierres tombales…

En août 1940, la presse est mise au pas : les 14 journaux régionaux sont réduits à 4 quotidiens, tous sous contrôle du Parti Nazi : le « Straßburger Neueste Nachrichten », organe du NSDAP dans le Bas Rhin, le « Elsässer Kurier » à Colmar, le « Mülhauser Tagblatt » et le « Mülhauser Volksblatt » à Mulhouse. L’abonnement à un journal d’opinion nationale-socialiste est rendu obligatoire.

Le 1 octobre 1940, à la rentrée des classes, il n’y a plus aucune école confessionnelle ni aucune école privée en Alsace. Il y a des Volksschulen, des Mittelschulen et des Oberschulen. Innovation : les « Hauptschulen », écoles primaires supérieures à enseignement professionnel. Les enseignants alsaciens enseignent en allemand et ont été formés à se familiariser avec le système éducatif national-socialiste. Ils sont encadrés par des enseignants allemands. A la tête de l’Université est placé un recteur allemand. Les enseignants peuvent être mutés dans tout le Reich.

Affiche « invitant » les Alsaciens à parler « comme le bec leur a pouss酠»
Affiche « invitant » les Alsaciens à parler « comme le bec leur a pouss酠»
Le dialecte alsacien est interdit, car il est interprété comme une langue protestataire. De même sont interdites les manifestations et fêtes typiquement alsaciennes comme les kilbes, « messti » ou fêtes folkloriques, car elles sont l’expression d’une identité culturelle spécifique. Par contre les loisirs sont germanisés, et toutes les manifestation allemandes grandement fêtées, au premier rang desquelles le 20 avril, anniversaire du Führer.

Le port du béret est strictement interdit, car il obscurcit le cerveau et abêtit les gens (« Gehirnverdunkelungskappe »)…

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)