B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

STOSKOPFF SĂ©bastien

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. Eléments biographiques

Le texte de Sandrart de 1675
La vie de Stoskopff

3.2. La vie de Stoskopff

3.2.1. LÂ’apprentissage

Stoskopff Sébastien : Verre, fruits et coquillage. Œuvre signée et datée 1644. Huile sur toile. 35 x 33cm. Collection privée. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Verre, fruits et coquillage. Œuvre signée et datée 1644. Huile sur toile. 35 x 33cm. Collection privée. (Histoire de l’art)
Sébastien Stoskopff naît à Strasbourg en 1597, dans une famille de la petite bourgeoisie protestante dont il est le troisième enfant. Son père Georg occupe les fonctions de courrier diplomatique pour l’administration locale. Son fils montrant des prédispositions certaines pour l’art, il lui cherche un apprentissage en architecture ou en peinture. Sébastien fréquente durant quelques mois l’atelier de Friedrich Brentel (1580-1651) à Strasbourg.

En 1614 Georg Stoskopff fait une demande au conseil de la ville afin qu’il prenne en charge la formation de son fils, compte tenu de ses dons pour la peinture et l’architecture ; la ville accepte et s’engage à financer les études du jeune Sébastien sur une période de 5 ans. Georg meurt peu après. En 1615 Sébastien part à Hanau en formation auprès d’un maître wallon, Daniel Soreau, peintre de talent, grand spécialiste des natures mortes et homme par ailleurs fort estimé dans la ville alsacienne où il fait de fréquents séjours ; Stoskopff se forme durant cinq ans à la peinture, à l’architecture et aux autres beaux arts.

Stoskopff Sébastien : Boite en bois avec verre et citron. Œuvre signée. Huile sur toile, 30,2 x 27,7cm. Stockholm, collection privée. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Boite en bois avec verre et citron. Œuvre signée. Huile sur toile, 30,2 x 27,7cm. Stockholm, collection privée. (Histoire de l’art)

Soreau meurt en mars 1619. Stoskopff s’occupe alors de l’atelier du maître avec les fils de Soreau, Isaac et Peter, achève ses œuvres et s’occupe de la formation des apprentis, parmi lesquels se trouve le jeune Sandrart. Il reste à Hanau au moins jusqu’en décembre 1620, date de la fin de son contrat avec Strasbourg, et probablement jusqu’à la mort de la veuve de Soreau en septembre 1621. Il pense alors s’installer dans la région de Mayence, mais il n’obtient pas les habilitations nécessaires. Aussi part-il pour la France et pour sa capitale, Paris.

3.2.2. Le séjour parisien

Stoskopff Sébastien : Verres, cruche, pain et fruits. Œuvre signée et datée 1627. Huile sur toile, 50 x 60 cm. Cologne, Wallraf-Richartz-Museum. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Verres, cruche, pain et fruits. Œuvre signée et datée 1627. Huile sur toile, 50 x 60 cm. Cologne, Wallraf-Richartz-Museum. (Histoire de l’art)
Après avoir cherché vainement à s’installer à Francfort, il quitte Hanau en 1622 pour s’installer à Paris, où il se familiarise avec le style des peintres alors en vogue dans la capitale. On connaît assez mal les détails de son séjour parisien entre 1622 et 1629 : il semble qu’il se soit installé dans le quartier de Saint Germain des Prés où habitent alors la plupart des « étrangers » s’installant dans la ville.

Au début du XVIIè siècle, le quartier autour de l’église Saint Germain se situe hors des remparts de la ville. Le strict règlement des corporations interdit alors aux étrangers de demeurer dans la cité même ; aussi de nombreux artistes étrangers se regroupent là, particulièrement des peintres ayant fui les Flandres à cause de leur religion : c’est probablement dans ces milieux que l’art français de la nature morte va trouver une des ses sources principales. L’analyse des œuvres de Stoskopff démontre qu’à cette époque il fréquente des artistes anversois comme Pieter van Boucle (1610-1673) et Jean-Michel Picart (1600-1682) mais aussi des peintres français de nature morte tels Jacques Linard (1597-1645), Lubin Baugin (1610-1663) et Louise Moillon (1610-1685).

La première œuvre de Stoskopff authentifiée avec certitude, la somptueuse « Nature morte aux livres et à la chandelle » (Rotterdam, musée Boymans van Beuningen), date de 1625.

A la fin de la décennie, sans doute en 1628, il voyage en Italie, où sa présence est attestée en 1629 à Venise. Il subit l’influence de l’école du Caravage.

Stoskopff Sébastien : Nature morte à la langouste. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Nature morte à la langouste. (Histoire de l’art)

Dès 1630, le voici de retour à Paris, où il demeure durant une dizaine d’années. Il habite alors dans le Marais, près de la rue Vieille du Temple, et connaît une notoriété certaine comme le suggère la présence de ses œuvres dans les plus grandes collections de l’époque. Il crée des « tables mises » et des cuisines très originales qui s’inscrivent dans l’évolution de la production parisienne de Linard, Baugin et Moillon avec lesquels il entretient d’étroites relations. Il diffère cependant d’eux dans la composition et dans le traitement particulier de la lumière.

De Paris, il se rend en 1633 à Troyes, où il se met au service du Baron Guichard du Vouldy et travaille dans son château. La preuve en est un récit contant l’échec d’une tentative de conversion au catholicisme par un avocat de la ville… De même il est probable qu’il ait séjourné à la cour de Lorraine, au vu de l’inventaire d’un certain Jean-Baptiste de Bretagne, commissaire des guerres et marchand d’art en Lorraine, inventaire daté de 1650 et faisant état de 22 œuvres du peintre.

Le fait que Stoskopff ait travaillé pour plusieurs cours ou plusieurs princes s’explique aisément : son statut d’étranger à Paris, sans droit de séjour sur une longue durée ne lui permet pas de s’établir définitivement dans la ville, et les séjours dans des cours et châteaux de princes sont pour lui une opportunité très intéressante. C’est probablement aussi la raison pour laquelle il finit par revenir à Strasbourg sans doute à la fin de l’année 1640.

3.2.3. Le retour Ă  Strasbourg

Stoskopff Sébastien : Nature morte aux fruits, pain, cruche et verre. Huile sur bois, 27,5 x 36,5cm. Collection privée. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Nature morte aux fruits, pain, cruche et verre. Huile sur bois, 27,5 x 36,5cm. Collection privée. (Histoire de l’art)
En 1640 ou 1641, Stoskopff revient donc à Strasbourg qui, relativement peu touchée par les troubles de la guerre de Trente Ans, est alors un centre artistique et intellectuel vivant.

Stoskopff à visiblement l’intention de s’installer définitivement dans la ville alsacienne puisque le 11 février 1641 il entre dans la corporation des orfèvres, artisans d’art et peintres de la ville « Zur Steltz ». Rapidement éclate au sein de la corporation une querelle : le nouveau membre doit-il réaliser un « chef d’œuvre » pour celle-ci ? Cette querelle est vraisemblablement alimentée par quelques membres du « poêle », qui voient, non sans quelque raison, un redoutable concurrent s’installer parmi eux… Les débats se prolongent fort longtemps ; mais le 13 octobre 1642 Stoskopff, qui entre temps a acquis grande notoriété dans la ville, offre au « Conseil des Quinze » une toile pour leur grande salle de délibération : émerveillés, les « Quinze » ordonnent à la corporation de cesser la dispute et la « Monnaie » de la cité dédommage l’artiste pour son œuvre extraordinaire « über die massen schones Kunstgemähl… » Cette œuvre, une nature morte dans une cuisine, sera accrochée dans la salle du conseil de la ville, mais sera malheureusement détruite dans l’incendie de l’Hôtel de ville lors des évènements de juillet 1789.

Stoskopff Sébastien : Nature morte à la pipe. Huile sur toile, 42,5 x 58,2cm. Collection privée, USA. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Nature morte à la pipe. Huile sur toile, 42,5 x 58,2cm. Collection privée, USA. (Histoire de l’art)
Les relations entre l’artiste et la guilde s’améliorent nettement à partir de ce moment, puisqu’en 1647, Stoskopff est nommé membre d’honneur du tribunal de la corporation « Zur Steltz ». L’artiste entretient d’ailleurs avec certains membres de la corporation de très étroites relations : sa sœur Martha avait épousé en 1635 Nicolas Riedinger, un des meilleurs orfèvres de la ville ; lui-même épouse en 1646 Anna Maria Riedinger, la fille d’un premier mariage de Nicolas… Une fille leur naît en 1647, dont les trois parrains sont tous des orfèvres de la guilde… Même dans ses œuvres de l’époque apparaissent très souvent des objets en or ou en argent.

Les œuvres de la période strasbourgeoise sont marquées à la fois par la continuité et par l’innovation : les scènes de cuisine, les déjeuners sont toujours présents, de même que les vanités dont il donne avec la « Grande Vanité » (1641, Strasbourg, musée de l’Œuvre Notre-Dame) une interprétation magistrale. Mais des sujets nouveaux apparaissent : les pièces d’orfèvrerie et les corbeilles de verres en cristal vénitien et de saisissants trompe-l’œil.

3.2.4. Au service du prince de Nassau Idstein

Stoskopff Sébastien : Les cinq sens et l’horloge. Nature morte. National Portland Museum, Oregon. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Les cinq sens et l’horloge. Nature morte. National Portland Museum, Oregon. (Histoire de l’art)
A Strasbourg, Stoskopff fréquente les milieux intellectuels et artistiques ; il reçoit de nombreuses commandes de bourgeois de la ville et de princes allemands. Ainsi, au début des années 1640, il rencontre le comte Jean de Nassau-Idstein, dépossédé de tous ses biens par la guerre de Trente ans et réfugié à Strasbourg. Le comte recouvre de par la volonté impériale ses droits et terres en retourne en décembre 1643 dans sa résidence d’Idstein (Près de Wiesbaden en Hesse). Désirant reconstruire ses domaines ruinés par la guerre et reconstituer son patrimoine, il achète de nombreuses œuvres d’art et fait appel à de nombreux artistes. Parmi eux, Stoskopff avec lequel il entretient par ailleurs de très amicales relations. L’artiste réalise des commandes du prince, et finit par séjourner à Idstein, probablement à partir d’avril 1655.

A Idstein, Stoskopff n’est pas officiellement peintre de la cour du comte et ne loge pas, contrairement à d’autres artistes, dans le château. Il demeure dans une auberge à proximité, « Zum Löwen ». C’est là qu’il meurt brutalement début février 1657. Mort entourée de mystère : les actes de l’église paroissiale d’Idstein rapportent qu’il est enterré le 11 février 1657, très discrètement, car mort sans doute d’un coma éthylique suite à une beuverie « sich an Brandewein zu tod gesoffen »… Cette mort est entachée d’un grand mystère, car mêlée de sorcellerie : de nombreux bruits courent après sa disparition, bruits parlant d’un assassinat de l’artiste par l’aubergiste Balthasar Moyses… Moyses est interrogé, mais n’est pas inquiété outre mesure…

Tragique épisode 20 ans plus tard : accusé de satanisme lors d’un procès en sorcellerie par une veuve elle aussi incriminée, Moyses avoue avoir eu droit aux remerciements de Satan pour avoir tué Stoskopff. L’inquisition le condamne à être brûlé vif.


Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)