B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

LÂ’art roman en France

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2.4. Normandie

Caractéristiques générales
Les édifices

Carte de la Normandie romane
Carte de la Normandie romane

2.4.1. Caractéristiques générales

Puissant et hardi, l'art roman de Normandie se signale du milieu du XIè siècle jusqu'au milieu du XIè, par des édifices considérables, tant dans leurs dimensions que par l'habileté de leur construction. Cet art est sui puissant qu’il rayonne en Ile-de-France, en Vexin, en Picardie et dans le nord de la France, mais aussi en Grande-Bretagne, en Sicile et dans le sud de l'Italie, terres normandes conquises par les Guillaume ou Roger...

Caen, abbaye saint Etienne ou « abbaye aux Hommes ». Croisée du transept
Caen, abbaye saint Etienne ou « abbaye aux Hommes ». Croisée du transept

La Normandie adopte d’une manière générale le plan basilical à collatéraux, un large transept débordant, et au fond des croisillons des tribunes découvertes portées par une colonne centrale (Jumièges, Saint-Georges de Boscherville, Saint Nicolas et Saint Etienne de Caen). Le chœur, profond, couvert d'arêtes ou en berceau, peut être flanqué de collatéraux de profondeur décroissante communiquant entre eux et avec le chœur, suivant le plan bénédictin le plus fréquent. Le déambulatoire est présent à la cathédrale de Rouen, Jumièges, Saint Wandrille, Saint-Martin de Verneuil, Fécamp, Broglie, Vernon, cathédrale d'Avranches, Bonport et dans un grand nombre d'abbatiales et de cathédrales anglaises. Les églises rurales sont souvent terminées par un chevet plat.

Saint Martin de Boscherville : l’abbatiale Saint Georges. La croisée du transept
Saint Martin de Boscherville : l’abbatiale Saint Georges. La croisée du transept

La nef, large, bien éclairée, n'est pas voûtée. La voûte d'arêtes est réservée aux collatéraux, parfois aux tribunes et aux travées droites du chœur.

De très bonne heure, les Normands sauront utiliser la voûte d'ogives, d'un type assez rudimentaire, mais qui permet, dès le premier quart du XIIè siècle peut-être, de couvrir les nefs et les grands vaisseaux qu'ils n'avaient jamais osé voûter d'arêtes ou de berceaux, les églises à chœur voûté et nef plafonnée étant de règle avant la croisée d'ogives. Au carré du transept se dresse une tour lanterne suivant une tradition déjà centenaire à Jumièges et dont les architectes gothiques tireront un magnifique parti.

Caen, abbaye de la Trinité ou « abbaye aux Dames ». La nef centrale
Caen, abbaye de la Trinité ou « abbaye aux Dames ». La nef centrale

Deux tours flanquent la façade. Le massif central abrite le narthex et sa tribune et les tours renferment les escaliers montant aux clochers ainsi que des salles. L'évolution est achevée à la façade de Saint Etienne de Caen où le massif central est complètement intégré dans la construction, tandis que les tourelles d'escalier carolingiennes, devenues deux fortes tours, complètent l'admirable composition dont elles renforcent les angles.

Les clochers de façade sont généralement carrés, percés à leur étage supérieur de deux baies élancées sur chaque face, surmontés, à partir du XIIè siècle, de flèches de pierre et, dès le début du XIIIè siècle, de flèches à huit pans, hautes et fines, montées sur un étage octogone ; un toit en pavillon coiffe la tour centrale.

Saint Martin de Boscherville : l’abbatiale Saint Georges. Pilier de la salle capitulaire avec statues colonnes
Saint Martin de Boscherville : l’abbatiale Saint Georges. Pilier de la salle capitulaire avec statues colonnes

Au XIIè siècle, la façade s'orne parfois d'une arcature en plein cintre dont les arceaux se recoupent, dessinant des sortes d'arcs brisés, motif de décoration spécifiquement normand que l'on peut noter à Graville Sainte Honorine, Lillers (Pas-de-Calais), Bristol, Lincoln, Durham en Angleterre, et dans le réfectoire de Saint Wandrille.

Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Elévation de la croisée
Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Elévation de la croisée

Le tympan du portail, lorsqu'il existe, est généralement nu, ou simplement décoré de dessins géométriques gravés au trait. Les voussures sont décorées de bâtons brisés, frettes crénelées, dents de scie et autres motifs de l'art abstrait des Celtes. La décoration est pauvre, tant sur les façades que sur les chapiteaux. L'esprit géométrique des peuples du Nord et de l'Est domine.



Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)