B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Le camp de concentration de Oranienbourg - Sachsenhausen

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Kommandos

Kommandos intérieurs
Kommandos extérieurs
Kommandos de femmes

5.1. Kommandos intérieurs

Les kommandos de Sachsenhausen travaillent à l'intérieur et à proximité du KZ, mais aussi très loin du camp central. Il y a plus de 100 kommandos extérieurs.

Les corvées, à Sachsenhausen, sont identiques à celles des autres KZ et elles s'effectuent dans des conditions tout aussi pénibles. Mais la plus grande partie des déportés est utilisée à des fins industrielles, dans de nombreuses entreprises implantées immédiatement à proximité du camp :

Kommando KWA. (« Kraftfahrtechnische Versuschabteilung et Werkzeug Abteilung ») :
Les 2.100 déportés des Ateliers de recherches techniques automobiles et d'études mécaniques travaillent dans des ateliers près de la caserne des SS, à 500m en face du camp. Construction de camions à chenilles, réparation de véhicules automobiles et de chars de combat, travaux de fonderie, tôlerie, carrosserie, mécanique, menuiserie. Cette usine appartient à l'administration SS. Elle est en mesure de mener à terme l'étude et la réalisation d'un prototype de véhicule militaire. Les déportés employés sont en priorité des spécialistes, qui sont moins maltraités que dans les autres kommandos.
Kommando DAW « Deutsche Ausrüstungswerke » :
La menuiserie DAW est également proche du camp. Là 1.700 déportés travaillent jour et nuit à la production d’armes.
Kommando Bekleidungswerke et Schuhfabrik :
800 déportés, répartis en deux kommandos, travaillent dans les imposants bâtiments qui se succèdent jusqu'à la pointe nord du camp. Leur tâche est de trier et de récupérer les vêtements et les chaussures des victimes exterminées dans les chambres à gaz et crématoires de Sachsenhausen et des autres camps, en recherchant soigneusement l'argent et les bijoux. Tous les objets, chaussures, sacs à main, serviettes sont démontés pour la récupération du cuir, des peaux, et autres objets utiles. Les prisonniers, très étroitement surveillés par SS, kapos et mouchards, sont fouillés méticuleusement chaque matin et chaque soir… Ce qui n’empêche pas le commandant SS Loritz d’organiser son trafic personnel avec l'or et les bijoux….
Le Kommando Speer :
C’est un vaste chantier de récupération de matériaux de toute sorte où travaillent 2.000 déportés : Ferraille, récupération de cuivre, plomb, étain... Les hommes viennent et retournent au KZ à pied, au pas cadencé, soit 6km par jour. Ce kommando est un des plus meurtriers de Sachsenhausen, car on y démonte aussi des mines magnétiques. Les explosions et accidents de tous ordres sont très nombreux. Le 10 avril 1945 ce kommando Speer sera complètement anéanti par un bombardement aérien.
Kommando - camp annexe Klinker :
Ce camp annexe est ouvert le 28 avril 1941 près du camp central, de l'autre côté du canal de la Havel. Klinker compte 1 500 détenus puis, à partir de 1943, 3.500 détenus. Klinker est une briqueterie SS et rattachée à la « Deutsche Erd-und Steinwerke » (D.E.S.T.) fondée en 1938. Elle n'atteindra jamais les vingt-quatre fours prévus et en 1942, car rapidement la moitié de l'usine est reconvertie en fabrique de grenades et de Panzerfaust. Le 10 avril 1945 la RAF pulvérise l'usine et tue des centaines de détenus.
Le Schwarzkommando :
D'abord installé dans le camp annexe de Klinker, puis transféré vers le milieu de 1944 dans celui de Heinkel, le Schwarzkommando est le plus redouté par les détenus. Tziganes et personnes âgées le composent en grande partie. Ces déportés sont condamnés à désagréger à la main des batteries électriques et de grosses piles sèches hors d'usage pour en retirer le cuivre, le zinc, le charbon. La poudre noire du dépolarisant des piles, le bioxyde de manganèse, s'incruste dans la peau ; les poumons sont vite atteints et les blessures s'infectent rapidement. Ce sont les « hommes en noir » qui donnent leur nom au Schwarzkommando (le kommando noir). Souvent, la mort arrive rapidement. Seuls un moral d'acier et des ressources physiques exceptionnelles permettent de survivre dans ce kommando.
Le Waldkommando :
Au nord du KZ s'étend sur 2,5 kilomètres une épaisse forêt de pins. A l'abri de ce camouflage naturel, les SS installent des dépôts et des ateliers militaires répartis sur quatre grands secteurs, desservis chacun par un embranchement ferroviaire de la ligne Berlin-Stralsund :
  1. Le « Waffenamt Wald » possède le plus important effectif du Waldkommando : 760 détenus, chargés de fabriquer l'arme antichar allemande, le Panzerfaust, arme aussitôt essayée dans un terrain d'exercice attenant.
  2. Le « Kraftfahrzeugdepot Wald » est un vaste parc de réparations automobiles situé au centre de la forêt, avec des aires de stationnement, quatre ateliers, des dépôts d'essence, d'huile, de pneus et de pièces détachées. 700 détenus y réceptionnent et y réparent des milliers de véhicules endommagés que des trains entiers déchargent et qui proviennent des différents pays de l'Europe occupée : automobiles, ambulances, camions, chars…
  3. Le « Hauptzeugamt Wald » est un arsenal des SS. 500 déportés y travaillent. Des tranchées, des réseaux de barbelés, des pièges antichars l'entourent et en font une forteresse dans la forteresse. Des pièces d'artillerie pointent sous des bâches. Les baraquements regorgent d'armes et de matériels en tout genre.
  4. Le « Nachrichtenzeugamt »  : là sont formés les convois qui partent pour le front. 360 détenus constituent ce kommando.
Quelques kommandos du Wald ne travaillent pas dans des kommandos des SS :
  • Les 200 déportés de l'Ersatzkommando creusent de grandes fosses dans le sol.
  • Les 120 du Waldlager défrichent de nouveaux espaces dans la forêt pour agrandir les parcs de véhicules à réparer.
  • Le Hundezwinger est le centre qui fournit les chiens aux autres KZ, à la Gestapo et aux services spéciaux. C'est là qu'est l'école où se forment leurs maîtres SS. Une soixantaine de détenus soignent et nettoient les 2.000 chiens-loups. Ce kommando est recherché, comme celui qui s'occupe du potager des SS, car la discipline y est moins rigoureuse.
  • Le Gärtnereiwiese : 30 détenus entretiennent un jardin potager.
  • Le Fichtengrund : kommando de 50 à 100 détenus chargés de construire des maisons individuelles pour les officiers SS.
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)