B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Le camp de concentration de Lwow Janowska

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. Le camp de transit et d’extermination : mars 1942 – juin 1943

Lorsque débute la déportation de masse des juifs de Galicie Orientale vers Belzec en mars 1942, le statut du camp change une nouvelle fois : Janowska devient un camp de transit pour les Juifs des villes et des villages environants. À l'intérieur du camp, les sélection régulièrenet envoient les « inaptes au travail » directement à Belzec. Vers la fin du printemps, Janowska est agrandi et prend le caractère d'un camp de concentration. Suivent des « actions » à Lwow qui envoient en été 1942 des milliers de Juifs à Janowska. Mi 1943, Janowska fonctionne toujours comme un camp de travail, mais prend de plus en plus l’allure d’un camp d'extermination : de moins en moins de Juifs sont employés dans les usines à l'intérieur du camp et à Lwow et la durée du « séjour » des nouveaux venus se fait beaucoup plus courte. De multiples liquidations ont lieu dans les collines de sable de Piaski derrière le camp. Uniquement en mai 1943, plus de 6.000 juifs y sont assassinés et enterrés dans des fosses communes.

Après la mutation de Gebauer, le système est « perfectionné » par Wilhaus et son adjoint Franz Warzok. Gustav Wilhaus, en partie pour le sport, en partie pour amuser son épouse et sa fille, s’amuse régulièrement à tirer au pistolet mitrailleur de son balcon sur les Juifs occupés dans les ateliers. Il passe même son arme à son épouse, qui fait également feu… En une autre occasion, pour faire plaisir à sa fille de 9 ans, Wilhaus lance en l’air deux enfants âgés de 4 ans et tire sur eux… Sa fille applaudit et demande, « Papa, papa, encore une fois, encore une fois ! » Il le refait…

Warzok aime pendre des prisonniers à des poteaux par les pieds et les laisser dans cette position jusqu'à ce qu'ils soient morts. Rokita tue des prisonniers et leur ouvre l’estomac… Le chef du département de recherche du camp de Janowska, Heine, transperce les corps des prisonniers avec une tige de fer ; il arrache les ongles des prisonnières avec des pinces ; il déshabille ses victimes, les attache par les cheveux, les fait se balancer pour s’en servir de cible mobile… A Janowska, des prisonniers sont assassinés sur n'importe quel prétexte, souvent par pari, et les victimes ne sont pas toujours juives. La témoin Kirschner a raconté à la Commission soviétique que Wepke, un commissaire de la Gestapo, se ventait devant d’autres assassins de camp qu'il pourrait couper un garçon en deux avec d’un seul coup de hache… Ses collègues ne le croyant pas, il a attrapé un garçon de dix ans qui passait dans la rue, l’a obligé à se mettre à genoux, puis à se cacher le visage de ses mains. Wepke a alors ajustée la tête du garçon, et d’un simple coup de hache l'a littéralement coupé en deux... Les nazis ont félicité chaudement Wepke.

Le 20 avril 1943, le cinquante-quatrième anniversaire de Hitler, Wilhaus sélectionne 54 prisonniers et les exécute personnellement. Dans le camp il y a un prétendu hôpital pour les prisonniers. Les SS Brambauer et Birmann de Nazi sélectionnent les patients tous les 1ers et 15 de chaque mois. S'ils trouvent des patients étant dans l'hôpital depuis plus d'une quinzaine, ils les exécutent sur place. Six ou sept personnes sont ainsi assassinées au cours de chaque sélection.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)