B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les apports « Barbares » et l’art préroman

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. L’art carolingien

Histoire
Architecture
Sculpture
Peinture
Objets d’art
L’effondrement du rêve de Charlemagne

L'art carolingien représente une synthèse des diverses cultures de l'Europe occidentale et un essai de renaissance de l'antiquité romaine.

2.4. Peinture

2.4.1. Les mosaïques

Les mosaïques sont nombreuses : les plus belles sont celles de l’oratoire de Germigny des Prés (anges de l’Apocalypse) et celles de la coupole d'Aix la Chapelle (Le Christ entre deux vieillards).

2.4.2. Les fresques

Les fresques sont présentes dans les églises et les palais, bien que la plupart d'entre elles aient disparu. Dans le palais de Charlemagne une fresque avait pour thème les arts libéraux ainsi que des scènes narrant ses campagnes d'Espagne. Dans celui de Louis le Pieux, des peintures murales représentaient des scènes tirées de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Des fragments de peintures sont encore visibles à saint Germain d’Auxerre (Vie de saint Etienne, d’influence byzantine, italienne et antique), Aix, Lorsch, Cologne, Fulda, Corvey, Trèves, Mustair dans les Grisons, Saint Georges d'Oberzell, Santa Maria de Castelseprio…

Abbaye Saint Jean des Sœurs de Müstair dans les Grisons. Vue générale. IX-Xè. Fresques avec martyrs et apôtres
Abbaye Saint Jean des Sœurs de Müstair dans les Grisons. Vue générale. IX-Xè. Fresques avec martyrs et apôtres
Abbaye Saint Jean des Sœurs de Müstair dans les Grisons. Vue générale. IX-Xè. Le Christ guérit un sourd muet
Abbaye Saint Jean des Sœurs de Müstair dans les Grisons. Vue générale. IX-Xè. Le Christ guérit un sourd muet
Abbaye Saint Jean des Sœurs de Müstair dans les Grisons. Vue générale. IX-Xè. Fresque du Christ avec Pierre et Paul
Abbaye Saint Jean des Sœurs de Müstair dans les Grisons. Vue générale. IX-Xè. Fresque du Christ avec Pierre et Paul
Saint Georges d’Oberzell de la Reichenau : fresques. Art Ottonien
Saint Georges d’Oberzell de la Reichenau : fresques. Art Ottonien
Jésus au temple. Fresque de Santa Maria de Castelseprio en Lombardie
Jésus au temple. Fresque de Santa Maria de Castelseprio en Lombardie
Fuite en Egypte. Fresque de Santa Maria de Castelseprio en Lombardie
Fuite en Egypte. Fresque de Santa Maria de Castelseprio en Lombardie

2.4.3. La miniature des manuscrits

Incontestablement, la miniature est la plus belle manifestation de la renaissance carolingienne marquée par l’influence irlandaise et la persistance de l'ornementation : figures d’évangélistes, portraits du prince, scènes iconographiques, initiales ornementales ou historiques. Il existe de nombreuses écoles dont :

2.4.3.1. L’école d’Ada

L'école de la Cour de Charlemagne, appelée aussi école d'Ada produit les premiers manuscrits. Elle est dominée par la figure du scribe Godescale qui travaille pour Charlemagne : l’Evangéliaire de Godescale (781-783), l’Evangile de Lorsch (781-783), les évangiles d’Ada, sœur de Charlemagne, (Trèves, vers 800), l’Evangile de saint Médard de Soissons (vers 800)…

Évangéliaire de Charlemagne dit « de Godescalc ». Folio 3. École du palais de Charlemagne, 781-783. Paris, BNF, Manuscrits, NAL 1203
Évangéliaire de Charlemagne dit « de Godescalc ». Folio 3. École du palais de Charlemagne, 781-783. Paris, BNF, Manuscrits, NAL 1203
Sacramentaire de Lorsch. Ecole du palais de Charlemagne. IXè. Chantilly, Musée Condé
Sacramentaire de Lorsch. Ecole du palais de Charlemagne. IXè. Chantilly, Musée Condé
Evangéliaire de Saint Médard de Soissons. Vers 805, école de Reims. Folio 17v : Saint Matthieu. Paris, Bibliothèque Nationale de France
Evangéliaire de Saint Médard de Soissons. Vers 805, école de Reims. Folio 17v : Saint Matthieu. Paris, Bibliothèque Nationale de France

Les manuscrits de l'École de la Cour sont ornés, fastueusement décorés et inspirés des ivoires du VIè et des mosaïques de Ravenne en Italie. Ce sont les premiers manuscrits carolingiens. Grâce à eux, se met en place une renaissance du classicisme romain, bien que se soient maintenus l'art mérovingien et l’art hiberno-saxon (Angleterre et Irlande) dans leurs traditions de représentation linéaires, sans souci de volume et d'agencement dans l'espace.

Evangéliaire de Saint Médard de Soissons. Vers 805, école de Reims. Folio 8v : tableau de concordance des évangiles. Paris, Bibliothèque Nationale de France
Evangéliaire de Saint Médard de Soissons. Vers 805, école de Reims. Folio 8v : tableau de concordance des évangiles. Paris, Bibliothèque Nationale de France
Evangéliaire de l’abbesse Ada : l’évangéliste saint Luc. Vers 800. Parchemin. Folio 85v. Trèves, Bibliothèque municipale
Evangéliaire de l’abbesse Ada : l’évangéliste saint Luc. Vers 800. Parchemin. Folio 85v. Trèves, Bibliothèque municipale

2.4.3.2. L’école de Hautvillers - Reims

Au début du IXè, l'archevêque Ebon de Reims rassemble à Hautvillers des artistes et transforme l'art carolingien en quelque chose d'entièrement nouveau. Les Evangiles d’Ebbon (816-835) sont peints à coups de pinceaux nerveux et évoquent une inspiration et une énergie inconnues dans les formes d'art méditerranéennes.

Evangile de l’archevêque Ebbon de Reims : saint Marc. 815 - 835. Encre et couleurs sur vélin. Epernay, Bibliothèque, Municipale, MS 1, fol. 18v
Evangile de l'archevêque Ebbon de Reims : saint Marc. 815 - 835. Encre et couleurs sur vélin. Epernay, Bibliothèque, Municipale, MS 1, fol. 18v

Le Psautier d’Utrecht, (820-830), le plus important de tous les manuscrits carolingiens aura avec ses dessins naturalistes au trait expressif une influence sur l'art médiéval du Nord au siècle suivant jusqu'à la période romane.

Psautier d’Utrecht, école de Reims. Vers 820-830. Utrecht, Bibliothèque de la Rijkuniversiteit
Psautier d’Utrecht, école de Reims. Vers 820-830. Utrecht, Bibliothèque de la Rijkuniversiteit
Psautier d’Utrecht, école de Reims. Folio 30. Vers 820-830. Utrecht, Bibliothèque de la Rijkuniversiteit
Psautier d’Utrecht, école de Reims. Folio 30. Vers 820-830. Utrecht, Bibliothèque de la Rijkuniversiteit

Le Physiologus de Berne est la première édition en latin d'un texte chrétien allégorique sur les animaux.

Physiologus de Berne provenant du  Scriptorium de Reims,  Vers 830,  Berne Burgerbibliothek Cod. 318
Physiologus de Berne provenant du Scriptorium de Reims,  Vers 830,  Berne Burgerbibliothek Cod. 318
Physiologus de Berne provenant du Scriptorium de Reims,  Vers 830,  Berne Burgerbibliothek Cod. 318
Physiologus de Berne provenant du Scriptorium de Reims,  Vers 830,  Berne Burgerbibliothek Cod. 318

2.4.3.3. L’école de Tours

Dans l’abbaye Saint Martin de Tours, de grandes Bibles sont illustrées à l'imitation des Bibles de l'Antiquité tardive (grandes bandes superposées). Trois Bibles tourangelles ont été produites, dont la Bible de Moutier Grandval (835-840) et la première Bible de Charles le Chauve (ou Bible de Vivien) réalisée vers 846 pour Charles le Chauve sur commande de l’abbé Vivien. Les invasions des Vikings mettent fin à l'activité de l'École de Tours en 853.

Bible de Moutier-Grandval. Cycle d’Adam et d’Eve. Vers 840 510 x 375mm, 510 folios
Bible de Moutier-Grandval. Cycle d’Adam et d’Eve. Vers 840 510 x 375mm, 510 folios
Bible de Moutier-Grandval. Moïse reçoit les tables de la loi. Vers 840 510 x 375mm, 510 folios
Bible de Moutier-Grandval. Moïse reçoit les tables de la loi. Vers 840 510 x 375mm, 510 folios
Première Bible de Charles le Chauve dite aussi « Bible de Vivien » : Présentation de la Bible à Charles le Chauve par trois moines du scriptorium de Saint-Martin de Tours. Folio 423. Ecole de Tours. 843-851
Première Bible de Charles le Chauve dite aussi « Bible de Vivien » : Présentation de la Bible à Charles le Chauve par trois moines du scriptorium de Saint-Martin de Tours. Folio 423. Ecole de Tours. 843-851
Première Bible de Charles le Chauve : le Christ en Majesté avec les quatre évangélistes. Folio 329v. Ecole de Tours. 843-851
Première Bible de Charles le Chauve : le Christ en Majesté avec les quatre évangélistes. Folio 329v. Ecole de Tours. 843-851

2.4.3.4. L’école de Metz

Le diocèse de Metz est un centre de l'art carolingien qui se développe particulièrement sous Charles le Chauve. Entre 850et 855 est copié le Sacramentaire de Drogon pour l’archevêque du même nom. Les grands décors disparaissent et ont tendance à se réfugier dans une petite partie de la page, notamment dans l'initiale décorée et « historiée », offrant une union harmonieuse de la lettrine classique et des scènes figuratives. On lui doit aussi la seconde Bible de Charles le Chauve dont est bannie toute figure humaine (850) et la Bible de Fleury (815).

Folio du Sacramentaire de Drogon. Vers 850: Initiale C décorée avec scène de l’ascension. Paris, BNF.
Folio du Sacramentaire de Drogon. Vers 850: Initiale C décorée avec scène de l’ascension. Paris, BNF.
Seconde Bible de Charles le Chauve. Début du Livre d’Isaïe. Saint Amand en Pévèle, 871-877. Folio 146. Paris, Bibliothèque nationale de France
Seconde Bible de Charles le Chauve. Début du Livre d'Isaïe. Saint Amand en Pévèle, 871-877. Folio 146. Paris, Bibliothèque nationale de France
Seconde Bible de Charles le Chauve. Frontispice de la Genèse. Saint Amand en Pévèle, 871-877. Folio 11. Paris, Bibliothèque nationale de France
Seconde Bible de Charles le Chauve. Frontispice de la Genèse. Saint Amand en Pévèle, 871-877. Folio 11. Paris, Bibliothèque nationale de France

2.4.3.5. L’école de Charles le Chauve

Charles le Chauve, comme son grand-père Charlemagne, a crée une Ecole de la Cour. Son emplacement est incertain mais plusieurs manuscrits lui sont attribués, dont le Codex Aureus de saint Emmeram (870) est le plus ancien et le plus remarquable exemple. Il contient des éléments turoniens et rémois, mais s'est fusionné avec le style plus formel de l'École de la Cour de Charlemagne.

Charles le Chauve. Codex Aureus d’Emmeram, vers 870. Munich, Bayerische Staatsbibliothek
Charles le Chauve. Codex Aureus d’Emmeram, vers 870. Munich, Bayerische Staatsbibliothek

2.4.3.6. Ecoles diverses

Avec la mort de Charles le Chauve, le mécénat des manuscrits décline, annonçant la fin, même si des travaux ont continué pendant un certain temps. L’abbaye de Saint Gall crée le Psautier de Folchard (872) et le Psautier Doré (883). Ce style « Gallois » était unique, mais manquait d'un niveau de maîtrise présent dans d'autres régions. Reims, Saint Denis, Fulda sont d’autres centres de production.

Evangile de Lothaire. L’empereur Lothaire, folio 1. Ecole de Saint Martin de Tours. 849-851. Paris Bibliothèque Nationale de France, Ms. lat. 266.
Evangile de Lothaire. L’empereur Lothaire, folio 1. Ecole de Saint Martin de Tours. 849-851. Paris Bibliothèque Nationale de France, Ms. lat. 266.
Psautier de Folchard. Initiale du psaume 51. Vers 870. 38 x 29cm. Saint Gall, Stiftsbibliothek, Cod. 23
Psautier de Folchard. Initiale du psaume 51. Vers 870. 38 x 29cm. Saint Gall, Stiftsbibliothek, Cod. 23


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)