B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Art roman : les racines profondes : de la Rome païenne à la Rome paléochrétienne

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Architecture paléochrétienne

Le culte des martyrs
Hiérarchisation de l’espace
Les techniques de construction
Orient et Occident

Après l'avènement de Constantin, le plan basilical est le choix décisif de l’architecture monumentale chrétienne (nef immense souvent à cinq vaisseaux séparés par des colonnades, transept, arc triomphal et abside...) Nef, abside et transept définissent la forme générale de l'église d'Occident. Mais la distribution interne de l'édifice est soumise à d'autres règles, théologiques celles-ci : L'église bâtiment se veut à l'image de l'Église, universelle (en grec « katholikos ») et très fortement hiérarchisée. Ces règles obéissent à deux principes fondamentaux : le choix du lieu de construction et la séparation de l’espace en fonction de la hiérarchie établie dans le corps des chrétiens.

Rome : la basilique de Maxence et Constantin. Début du IVè siècle. Nef latérale nord
Rome : la basilique de Maxence et Constantin. Début du IVè siècle. Nef latérale nord

2.1. Le culte des martyrs

Dès Constantin, et contrairement au monde païen où la séparation entre morts et vivants est nette (les morts sont ensevelis dans la « nécropole » ou les « catacombes » et hors du « pomérium », enceinte sacrée de la ville déterminant l’espace « hors les murs »), les Chrétiens établissent une nouvelle relation avec leurs morts : les premières grandes basiliques sont construite dans les nécropoles, et spécialement sur l’endroit présumé où reposent les chrétiens par excellence, les « martyrs », qui par le sacrifice de leur vie témoignent plus que les autres de leur foi en Christ.

Trèves : la basilique construite sous l’empereur Constantin pour servir de salle de justice et de bourse. L’intérieur
Trèves : la basilique construite sous l'empereur Constantin pour servir de salle de justice et de bourse. L’intérieur

Aussi, le cimetière devient rapidement inséparable de l’édifice cultuel et la nécropole disparaît : car désormais pour le simple chrétien, à l’abri des persécutions et donc du témoignage suprême, le martyr, il s’agit de reposer auprès du saint vénéré, dans l'attente du Jugement Dernier.

Architecturalement, si dans les premiers temps du christianisme « officiel » le plan adopté pour l’édification de ces églises cimetériales est la rotonde construite sur le tombeau du martyr qui s’inspire souvent des mausolées impériaux, le plan basilical va rapidement s’imposer en Occident, avec un apport fondamental : la crypte, aménagée sous l’abside, qui contient les « reliques » du martyr (ses ossement, en totalité ou en partie, ou des objets lui ayant appartenu) : ainsi l’église n’est pas un simple mausolée, ni un simple lieu de culte : elle devient « reliquaire » selon l’idée fondamentale que la lumière de Dieu qui a illuminé la vie du saint martyr peut à son tour « éclabousser » en quelque sorte le fidèle par l’intermédiaire des ces reliques : ainsi se justifie l’extraordinaire développement du culte de martyrs et donc de pèlerinages, de même que l’importance donnée à la lumière, qui trouvera son achèvement à l’époque gothique…

Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, partie basse de la rotonde de Guillaume de Volpiano
Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, partie basse de la rotonde de Guillaume de Volpiano
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)