B&S Encyclopédie

Index de l'article Index de l'article
1. La mise en place de la politique exterminationniste
1.1. Introduction
1.2. L’environnement de l’opération Barbarossa
1.3. De la « transplantation » à l’extermination

2. Histoire des Einsatzgruppen
2.1. Origines
2.2. La composition des Einsatzgruppen
2.3. L’Einsatzgruppe A
2.4. L’Einsatzgruppe B
2.5. L’Einsatzgruppe C
2.6. L’Einsatzgruppe D

3. Les méthodes des Einsatzgruppen
3.1. Les fusillades
3.2. Les camions à gaz
3.3. Les camps d’extermination

4. Les rapports

5. Les grands massacres
5.1. Le massacre des Juifs de Lettonie
5.2. Babi Yar
5.3. La forêt de Krepiec
5.4. Le massacre des juifs de Przemysl dans la forêt de Grochowce

6. Les victimes

7. L’« Aktion 1005 »
7.1. Origine et objectifs
7.2. Le travail du kommando
7.3. Les procès du « Sonderkommando 1005 »

8. Témoignages
8.1. Les rapports des EG
8.2. Babi Yar, par un officier allemand
8.3. Himmler : Extraits des discours de Poznan
8.4. Massacres à Minsk
8.5. L’Accord OKW-RSHA du 26 mars 1941
8.6. Un chef des EG témoigne
8.7. Le rapport Graebe
8.8. « Les camions de la mort »
8.9. Note pour l’entretien des camions à gaz

9. Le procès des Einsatzgruppen
9.1. Les procès
9.2. Les verdicts du procès de Nuremberg
9.3. Verdicts des autres procès
9.4. Procès en Allemagne de l’Est
9.5. Autres destins

10. Les bourreaux. Biographies
10.1. Achamer- Pifrader Humbert
10.2. Alvensleben Ludolf-Hermann Emmanuel Georg Kurt Werner von
10.3. Baatz Bernhard
10.4. Bach Zelewski Erich von dem
10.5. Barth Horst
10.6. Bassewitz-Behr Georg-Henning, comte de
10.7. Becker August
10.8. Behrends Hermann Johann Heinrich
10.9. Biberstein Ernst
10.10. Bierkamp Walther
10.11. Blobel Paul
10.12. Bluhm Wilhelm
10.13. Blume Walter
10.14. Bock Wilhelm
10.15. Böhme Klaus
10.16. Bradfisch Otto
10.17. Braune Fritz
10.18. Braune Werner
10.19. Buchardt Friedrich
10.20. Christensen Theodor
10.21. Christmann Kurt
10.22. Ehlers Ernst
10.23. Ehrlinger Erich
10.24. Fegelein Herrmann
10.25. Fendler Lothar
10.26. Filbert Albert
10.27. Findeisen Wilhelm
10.28. Fuchs Wilhelm
10.29. Gottberg Curt von
10.30. Haensch Walter
10.31. Hafner August
10.32. Hans Kurt
10.33. Hausmann Emil
10.34. Herrmann Günther
10.35. Hubig Hermann
10.36. Isselhorst Erich
10.37. Jäger Karl
10.38. Janssen Adolf
10.39. Jeckeln Friedrich
10.40. Jost Heinz
10.41. Klingelhöfer Waldemar
10.42. Kutschera Franz
10.43. Landau Felix
10.44. Lange Herbert
10.45. Lange Rudolf
10.46. Meier August
10.47. Meyszner August Edler von
10.48. Naumann Erich
10.49. Nebe Arthur
10.50. Nosske Gustav Adolf
10.51. Ohlendorf Otto
10.52. Ott Adolf
10.53. Pechau Manfred
10.54. Prützmann Hans-Adolf
10.55. Rapp Albert
10.56. Rasch Emil Otto
10.57. Rauca Helmut
10.58. Rauff Walter
10.59. Roch Heinz
10.60. Sandberger Martin
10.61. Schäfer Oswald Theodor August Wilhelm
10.62. Schimana Walter
10.63. Schöngarth Karl
10.64. Schulz Erwin
10.65. Seetzen Heinrich Otto
10.66. Seibert Willi
10.67. Six Franz
10.68. Stahlecker Franz Walter
10.69. Steimle Eugen
10.70. Strauch Eduard
10.71. Suhr Friedrich
10.72. Weinmann Erwin
10.73. Woyrsch Udo Gustav Wilhelm Egon von
Bas de boite

Diffus par CashTrafic

Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5.1. Le massacre des Juifs de Lettonie

En mars 1941, en préparant l'attaque contre l'URSS, Hitler confie à Heinrich Himmler, Reichsführer SS et à son adjoint Reinhard Heydrich, chef du Sicherheitsdienst « SD » l’organisation de l'annihilation immédiate et complète des Juifs qui résident dans le territoire du futur « Reichskommissariat Ostland », les territoires des états baltes, Estonie, Lituanie et Lettonie, ainsi que la Biélorussie. À cette fin est créée l'« Einsatzgruppe A der Sicherheitspolizei und des SD ». Les nazis décident d’associer à leur action les antisémites locaux, particulièrement virulents dans les pays baltes. En juin 1941 Reinhardt Heydrich donne l’instruction secrète d’agir en sorte que les actions antisémites apparaissent comme une expression spontanée de haine anti-Juive de la part des Lituaniens, Estoniens ou Biélorusses… L'instruction précise notamment :

« Aucun obstacle ne sera mis à la manière par laquelle les anticommunistes et les antisémites souhaitent mener leurs actions de purification dans les territoires nouvellement conquis. Au contraire, ces actions devront être intensifiées… et, au besoin, elles devront être canalisées de manière à ne donner à ces groupes d’autodéfense aucune possibilité de se référer plus tard à des ordres ou des promesses politiques venant de l’extérieur… »

En termes clairs, il faut faire « porter le chapeau » aux antisémites locaux… Il est projeté de filmer et de photographier les actions criminelles des antisémites locaux et d'autres partisans des nazis afin de faire une ample collection de preuves, avec l’intention très claire de falsifier l’histoire et de compromettre les nations conquises.

C’est la Lettonie qui la première voit arriver l’Einsatzgruppe A, commandé par le SS Brigadenführer et docteur en droit Walter Stahleker. Le groupe est formé de 990 membres de la police allemande, de la Gestapo et des Waffen SS. Il est réparti en unités spéciales de massacre, Einsatz- et Sonderkommandos, avec environ chacun 150 hommes. L’Einsatzgruppe est accompagné de Lettons qui avaient fui leur pays en 1939 lorsqu’il était tombé aux mains des Soviétiques, et qui s’étaient réfugiés en Allemagne où ils étaient bien connus pour leur anticommunisme et leur antisémitisme virulent. Très rapidement, ils jouent le rôle de relais, prenant contact avec les réseaux de résistants anti-Soviétiques et de nombreux membres de l'organisation « P?rkonkrusts » (« Croix du tonnerre »), avec comme objectif de les impliquer dans l’extermination des Juifs et des communistes.

P?rkonkrusts est une organisation nationaliste fasciste créée en 1930, violemment antisémite, anti soviétique, mais aussi anti germanique… Cette organisation est interdite par les Soviétiques en 1939 et ses membres poursuivis. Beaucoup se réfugient en Allemagne nazie. Lorsque la Wehrmacht s’empare de la Lettonie, P?rkonkrusts tente de revivre, mais les nazis se méfient de ce mouvement, à leur goût beaucoup trop nationaliste, et ne permettent pas sa renaissance. Quelques anciens dirigeants du mouvement restent en effet fidèles à leur anti-germanisme viscéral et vont bientôt rejoindre les rangs de la résistance. Mais de nombreux autres se lancent dans la collaboration : en lien avec la police lettone et l’armée, ils forment des milices secrètes au service des nazis pour, sur leurs ordres, terroriser la population et exterminer les Juifs et les sympathisants communistes.

Le 8 juillet 1941, tout le territoire letton est sous occupation nazie. Seuls environ 15 000 juifs lettons sont parvenus à s'échapper à l'est. Plus de 75 000 d'entre eux sont aux mains des nazis. Mais les massacres ont commencé dès la nuit du 23 au 24 juin 1941, lorsque les membres du SD exécutent 6 Juifs de Grobi?a dans le cimetière. Les jours suivants 35 juifs sont exterminés à Durbe, Priekule et As?te. Le 29 juin les nazis forment la première unité auxiliaire lettone à Jelgava. Elle est commandée par M?rti?š Vagul?ns, membre du « P?rkonkrusts ». Durant l’été 1941, les 200 à 300 hommes de l'unité participent à l'extermination d'environ 2 000 juifs à Jelgava et dans la province de Zemgale (centre sud de la Lettonie). Le massacre est dirigé par les SS allemand Rudolf Batz et Alfred Becu et les hommes de l’Einsatzgruppe. La synagogue principale de Jelgava est détruite.

Février 1940 : surveillés par un garde SS, des Juifs polonais creusent leur tombe dans le sol gelé..
Février 1940 : surveillés par un garde SS, des Juifs polonais creusent leur tombe dans le sol gelé..
Creuser les tombes avant de tomber
Creuser les tombes avant de tomber

Après la prise de Riga W. Stahlecker, secondé par les membres de « P?rkonkrusts » et d'autres collaborateurs locaux, organise le pogrom des Juifs dans la capitale de la Lettonie. Viktors Ar?js, 31 ans, ancien membre de « P?rkonkrusts » est nommé chef de l’opération. Cet « éternel étudiant » est fanatisé par son épouse, une riche propriétaire de magasins, de dix ans son aînée. Ar?js avait travaillé un certain temps dans la police, mais s'en était vu chassé à cause de son extrémisme. C’est un homme bien repu, très coquet, portant fièrement son chapeau d’étudiant…. Le 2 juillet Ar?js commence à former son unité armée chargée de vider la Lettonie de ses « juifs et communistes. » Au début, l’unité comprend essentiellement de nombreux étudiant, membres de diverses organisations, mais rapidement elle s’adjoint de nombreux individus louches et de membres de la pègre locale… En 1941 elle est forte d’environ 300 hommes. Les principaux adjoints de Victors Ar?js sont Konstant?ns Ka?is, Alfr?ds Dikmanis, Boris Kinsler et Herbert Cukurs. La nuit du 3 juillet, le commando d'Ar?js commence à arrêter, maltraiter et voler les juifs de Riga. Le 4 juillet, la synagogue de la rue Gogo?a est incendiée, puis c’est le tour des synagogues des Maskavas et Stabu. Rapidement, le pogrom tourne au massacre, et de nombreux Juifs sont tués, y compris des Juifs réfugiés de Lituanie. Ces massacres sont censés servir « d'exemple » pour d'autres antisémites pronazis… Au 16 juillet, il y a déjà 2 700 morts et 2 000 prisonniers qui seront exterminés avant la fin du mois…

Kaunas, 25 et 26 juin 1941 : les auxiliaires au secours des Einsatzgruppen, avec des méthodes « barbares »
Kaunas, 25 et 26 juin 1941 : les auxiliaires au secours des Einsatzgruppen, avec des méthodes « barbares »
Après le martyre, la crémation. Bûcher quelque part dans l’est
Après le martyre, la crémation. Bûcher quelque part dans l’est

Diverses unités lettones auxiliaires sont été également impliquées dans l'extermination des Juifs. Dans la zone d'Il?kste, des juifs ont été tués par « l’escadron de la mort » du commandant Oskars Baltmanis, composé de 20 meurtriers. Tous les massacres sont supervisés par les SS allemands. En juillet 1941, après l’action du « Commandio Arajs », les 4 000 Juifs de Riga survivants et des environs sont tués dans la forêt voisine de Bi?ernieku. Les exécutions sont dirigées par les SS Sturmbannführers H. Barth'>Barth, R. Batz, et Rudolf Lange de Riga. A Liep?ja (Libau), le premier massacre de masse des juifs a lieu les 3 et 4 juillet, lorsqu’environ 400 personnes sont tuées, et le 8 juillet lorsque 300 juifs sont exterminés : ce sont les SS qui se chargent de l’exécution, sous le commandement d'Erhard Grauel, alors que les Lettons convoient le cortège des victimes sur le lieu du massacre. Le 13 juillet est détruite la grande synagogue de Liep?ja. Les rouleaux de la Torah sont jetés sur la place Ugunsdz?s?ju et les Juifs sont forcés de « danser dessus » sous les rires et les quolibets des assassins… A Ventspils, les massacres sont commis par le même commando qu’à Libau, avec la participation de la milice locale : entre le 16 et le 18 juillet, 300 personnes sont tuées dans la forêt de Kazi?u. Les 700 juifs restant seront assassinés en automne…

Groupes d’enfants avant leur exécution par les Einsatzgruppen
Groupes d’enfants avant leur exécution par les Einsatzgruppen

A Daugavpils l'extermination des juifs est d’abord commandée par Erich Ehrlinger, chef de l’Ensatzkommando 1B. Au 11 juillet il a fait massacrer environ 1 150 personnes. Le travail d'Ehrlinger est poursuivi par Joachim Hamann, responsable du massacre de 9 012 Juifs dans la ville et dans la province du Latgale méridional. Le chef de la police auxiliaire locale Roberts Bl?zmanis collabore en assurant le déplacement des Juifs au ghetto de Gr?va et leur convoyage sur les sites d’exécution. A R?zekne les massacres sont commis par un groupe de SS assisté par des hommes du « commando Ar?js ». Environ 2 500 personnes sont exterminées. Pour tout le mois d’octobre 1941, environ 35 000 Juifs lettons sont tués.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)