B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

26. 1938

01/01/1938
En application des lois de Nuremberg, tous les médecins juifs sont exclus des caisses d'assurances maladie.
Les associations culturelles juives n’ont désormais plus de statut juridique reconnu en Allemagne.
03/01/1938
Journée d’action de l’Eglise catholique pour protester contre la politique raciale : le régime réagit par interdiction de nombreux organes de presse et des fermetures d’écoles et de monastères.
05/01/1938
Les juifs doivent adjoindre obligatoirement à leur prénom usuel un prénom révélateur (Israël ou Sara) de leur « identité raciale ».
06/01/1938
Arrivée à Londres de Sigmund Freud après sa fuite d’Autriche.
08/01/1938
Les troupes républicaines espagnoles prennent la ville de Teruel aux nationalistes.
11/01/1938
Albert Speer reçoit la commande officielle du projet de nouvelle chancellerie à Berlin. L’architecte dispose d’un an pour réaliser les voeux d’Hitler. En moins de deux mois, toutes les maisons de la « Vosstrasse » seront évacuées et démolies pour préparer le chantier.
12/01/1938
45è anniversaire de Göring : Himmler, Daluege, Dietrich, Heydrich, Wolff et de nombreux dignitaires nazis en uniformes viennent le féliciter.
Les dentistes juifs sont exclus du système de caisses d’assurances en Allemagne.
Le chancelier autrichien Kurt Schuschnigg refuse lors d’une conférence avec l’Italie et la Hongrie de faire sortir son pays de la SDN et d’adhérer au pacte antikomintern.
Kurt Von Schuschnigg (1897-1977)
Kurt Von Schuschnigg (1897-1977)
15/01/1938
Walther Funk est nommé ministre de l’Economie.
19/01/1938
A Moscou, Staline constitue le Soviet suprême, qui devient l’institution supérieure de l’Etat.
Les avions de la « Légion Condor » bombardent Barcelone et tuent plus de 100 personnes.
25/01/1938
La police autrichienne effectue une descente contre les nazis autrichiens, de plus en plus virulents et qui, financés par Berlin, répandent la terreur en Autriche. Schuschnigg lance un interdit contre le parti nazi autrichien.
Hitler congédie le maréchal Von Blomberg, suite au mariage de celui-ci avec une ancienne prostituée le 12 janvier 1938. L'affaire avait été découverte quelques jours après la cérémonie et montée en épingle par Goering, qui visait la place de Von Blomberg. Elle arrange le Führer qui y voit l'occasion de déstabiliser la « Garde prussienne » antihitlérienne de l'Etat Major.
En Allemagne sont mises en oeuvre de nouvelles mesures d’arrestation et d’internement : tous les « ennemis de l’état et le la communauté nationale » peuvent immédiatement être internées dans des camps de concentration. Ainsi la Gestapo a les mains libres pour procéder comme bon lui semble.
26/01/1938
Un décret gouvernemental attribue le qualificatif d’« Arbeitsscheu » (« rétif au travail ») à tous les hommes sans emploi et aptes au travail après refus de deux propositions successives d’embauche ou abandon de deux postes même inadaptés à leur qualification. Cette attitude « criminelle » envers la «Communauté raciale populaire» (« Volksgemeinschaft ») est désormais punie des travaux forcés au camp de Buchenwald.
Suite à une fausse accusation d'homosexualité montée de toutes pièces par Himmler et Heydrich, Hitler suspend le Général Baron Werner Von Fritsch, chef de l'Armée allemande. Il élimine ainsi un nouvel opposant au sein de l’état major.
Expulsion des Juifs russes ; expropriation des biens juifs.
De gauche à droite : le général Gerd Von Rundstedt, le général Werner Von Fritsch et le général Werner Von Blomberg en 1937
De gauche à droite : le général Gerd Von Rundstedt, le général Werner Von Fritsch et le général Werner Von Blomberg en 1937
27/01/1938
A Vienne, lors du démantèlement d’une centrale nazie, la police trouve les plans d’un soulèvement armé.
30/01/1938
Le résultat le moins contestable du nazisme est la nette résorption du chômage : 5,5 millions de chômeurs en 1932, 38.000 au début de l’année.
01/02/1938
Le général Von Rundstedt réclame de Hitler et au nom de l’armée une mise au point immédiate sur le cas Fritsch, de l’innocence duquel il est convaincu. Rundstedt refuse par avance que Reichenau soit l’éventuel successeur du chef d’état-major injustement calomnié.
04/02/1938
Dans le cadre de la préparation d’un conflit armé, Hitler transforme le gouvernement en commandement militaire. Joachim Von Ribbentrop devient le nouveau ministre des affaires étrangères. Plusieurs ambassadeurs sont rappelés, dont l’ancien chancelier Franz Von Papen. Walther Funk devient le nouveau ministre de l’économie.
Le ministère de la guerre devient l’OKW, « Oberkommando der Wehrmacht » dont la direction est confiée au général Wilhelm Keitel, assisté du général Jodl. Hitler lui-même devient commandant suprême de l’armée.
16 généraux sont relevés de leurs fonctions, dont Von Rundstedt, Von Leeb, Von Witzleben, Von Klug, Von Kleist ; 44 autres généraux, tièdes vis-à-vis du nazisme, sont mutés.
Wilhelm Von Keitel (1882-1946)
Wilhelm Von Keitel (1882-1946)
05/02/1938
Dernière séance plénière du cabinet du Reich.
12/02/1938
Le chancelier Schuschnigg est « invité » à Berchtesgaden pour, pensait-il, s'entendre confirmer l'accord d'indépendance entre l'Autriche et l'Allemagne du 11 juillet 1936. En fait il reçoit un véritable ultimatum lui enjoignant de remettre le gouvernement aux mains des nazis autrichiens dans un délai d'une semaine, les portefeuilles de l'Intérieur, de la Guerre et des finances devant échoir respectivement aux nazis autrichiens Arthur Seyss-Inquart, Edmund Glaise Horstenau et Hans Fischboeck.
13/02/1938
Fausses rumeurs répandues par Berlin de préparatifs militaires aux frontières de l'Autriche.
15/02/1938
Instauration d'une année obligatoire de Service du travail pour les femmes.
16/02/1938
Le Président Autrichien Miklas annonce une amnistie générale en faveur des nazis autrichiens et donne la composition d'un nouveau cabinet, dont Seyss Inquart fait partie en tant que ministre de l'intérieur. Ce dernier se précipite à Berlin aux ordres au Führer.
Comme l’Italie, la France et la Grande Bretagne refusent une aide directe à Schuschnigg contre les menaces d’Hitler.
17/02/1938
Reprise de Teruel par les nationalistes conduits par les généraux Varela et Aranda.
20/02/1938
Dans un discours au Reichstag, Hitler exige le droit à l’autodétermination pour les Allemands vivant en Autriche et en Tchécoslovaquie et menace d’envahir ces deux pays.
Le ministre des affaires étrangères anglais Anthony Eden démissionne, car il ne cautionne pas la politique d’apaisement menée par le premier ministre Arthur Neville Chamberlain envers l’Allemagne et l’Italie.
22/02/1938
L’Allemagne et l’Italie font savoir qu’elles sont d’accord avec la proposition britannique concernant le retrait des volontaires étrangers engagés dans la guerre civile espagnole.
Chamberlain déclare que la SDN ne pourrait protéger les petites nations contre des agressions.
24/02/1938
Lors d'un discours de Schuschnigg affirmant que l'Autriche ne ferait plus aucune concession au Reich, une manifestation monstre des nazis autrichiens sème le chaos en Autriche.
27/02/1938
Inauguration à Berlin de l’exposition « Art dégénéré ».
01/03/1938
En compensation du fait qu’il ne l’a pas nommé ministre de la Guerre, Hitler octroie à Göring le titre de Feld-maréchal’
Décès à Cargnacco (Ligurie) de Gabriele D'Annunzio, auquel Mussolini fait des funérailles quasi nationales.
02/03/1938
Le pasteur et leader de l’église confessante Martin Niemöller, est interné, après avoir purgé sa peine de prison, dans un camp de concentration. Il est le « prisonnier personnel » de Hitler.
Début du troisième grand procès de Moscou, « des vingt-et-un », dont Boukharine et Iagoda. Jugés coupables, ils sont immédiatement exécutés.
Détenus du camp de concentration de Sachsenhausen
Détenus du camp de concentration de Sachsenhausen
09/03/1938
Ayant l'appui des sociaux démocrates (contre l'échange de la liberté des partis en Autriche) Schuschnigg annonce un plébiscite pour le 13 mars « pour ou contre l'indépendance de l'Autriche ».
Hitler donne ordre à la Wehrmacht de faire mouvement sur la frontière autrichienne, ayant l'assurance que le Duce ne bougerait pas.
En Espagne, début de la bataille d'Aragon. Les lignes républicaines sont percées au sud de l'Ebre.
Le président du conseil français Camille Chautemps (1885-1963) est renversé par la gauche. Le socialiste Léon Blum lui succède. Il tente vainement de former une coalition entre la gauche et les partis bourgeois.
11/03/1938
Dans l'après midi, le cabinet autrichien renonce au plébiscite, abandonné par les autres puissances. Mais Goering répond que la mesure est insuffisante et exige la nomination de Seyss-Inquart à la chancellerie. Miklas accepte la démission de Schuschnigg mais refuse de nommer Seyss-Inquart à sa place. Il ne cède que vers minuit devant la pression de la rue prise d'assaut par les Nazis, et devant la dérobade des Anglais et de Français. Il nomme Seyss-Inquart chancelier. Ce dernier fait appel à Hitler pour l'aider à « rétablir l'ordre ».
Les nationalistes espagnols reprennent Belchite.
12/03/1938
La Wehrmacht entre en Autriche, dont les troupes ont reçu l’ordre de ne pas résister. Hitler entre dans sa ville natale, Braunau sur l’Inn. Le soir il tient un grand discours à Linz. Dans toute l’Autriche, une vague d’arrestations interne les opposants politiques, dont Schuschnigg.
Mussolini fait voter par le Grand Conseil fasciste l'approbation de l'Anschluss.
L’entrée des troupes allemandes en Autriche
L’entrée des troupes allemandes en Autriche
13/03/1938
Hitler et le nouveau chancelier Seyss-Inquart signent le document de réunification de l'Autriche à l'Allemagne : naissance du Grand Reich. Le cardinal autrichien Theodor Innitzer donne l’ordre de pavoiser les édifices religieux de drapeaux à croix gammée. Le leader socialiste autrichien Karl Renner se prononce publiquement en faveur de l’annexion.
15/03/1938
Tous les fonctionnaires autrichiens doivent prêter serment à Hitler. Seyss-Inquart devient gouverneur du Reich.
Anschluss en Autriche : immédiatement, les Juifs autrichiens sont tenus de « marquer » leur domicile
Anschluss en Autriche : immédiatement, les Juifs autrichiens sont tenus de « marquer » leur domicile
17/03/1938
Protestation soviétique contre l’annexion de l’Autriche. De leur côté, les puissances occidentales refusent une action commune pour rétablir la souveraineté autrichienne.
24/03/1938
Le Premier ministre britannique Neville Chamberlain déclare que la Grande-Bretagne ne défendra pas nécessairement la Tchécoslovaquie.
25/03/1938
Hitler commence un périple à travers l’Autriche et plaide pour un référendum populaire en faveur de l’Anschluss.
Anschluss : « Il est temps ! » (d’expulser les Juifs…
Anschluss : « Il est temps ! » (d'expulser les Juifs…
27/03/1938
Dans une lettre pastorale, l’épiscopat catholique d’Autriche appelle à un vote en faveur de l. Anschluss.
28/03/1938
Le général Von Fritsch, qui était accusé d’homosexualité, est acquitté par un tribunal.
Henlein, « Führer » du Parti Sudète Allemand de Tchécoslovaquie, se rend à Berlin aux ordres d’Hitler : il s'agit de formuler « des exigences inacceptables pour le gouvernement Tchèque ».
31/03/1938
Franklin D. Roosevelt refuse une alliance proposée par les pays européens qui combattent le national-socialisme et le fascisme.
04/04/1938
Les institutions communautaires juives sont déclarées illégales en Allemagne.
07/04/1938
Les nazis saisissent la banque Rothschild de Vienne et arrêtent le baron de Rothschild.
08/04/1938
En France le président du conseil Blum se retire, car il n’a pu obtenir des pouvoirs étendus. Pour la troisième fois, Édouard Daladier devient président du conseil.
10/04/1938
Après une véritable campagne de terreur et d'arrestations (rien que 79.000 à Vienne), après l'appui au nazisme du cardinal Innitzer, les Autrichiens votent à 99% le rattachement de l'Autriche à l'Allemagne. L'Autriche est divisée en Gaue ; Vienne devient une simple cité du Reich. L'Autriche est dotée de son propre camp de concentration, Mauthausen, où l'on enregistrera le plus grand nombre d'exécutions au cours de ses 6 ans d'existence : 35 318 (Centres de mise à mort à part...)
Chamberlain accepte devant les Communes l'annexion de l'Autriche comme un fait accompli.
Formation du ministère Daladier, sans participation socialiste. Il gouverne par décrets-lois.
Affiche de propagande pour le référendum du 10 avril 1938 en Autriche
Affiche de propagande pour le référendum du 10 avril 1938 en Autriche
15/04/1938
Les troupes fascistes de Francisco Franco atteignent en Aragon la côte est de la Méditerranée, divisant en deux le territoire républicain.
20/04/1938
A l’occasion de son 49e anniversaire, Hitler assiste à Berlin à la première des « Dieux du stade », film réalisé par Leni Riefenstahl sur les Jeux olympiques de Berlin de 1936.
La femme nazie : extrait des « Dieux du Stade » (« Fest der Völker, Fest der Schönheit) de Leni Riefenstahl
La femme nazie : extrait des « Dieux du Stade » (« Fest der Völker, Fest der Schönheit) de Leni Riefenstahl
21/04/1938
Hitler et ses généraux programment l’invasion de la Tchécoslovaquie.
24/04/1938
Conrad Henlein propose au gouvernement tchèque un programme visant l’autonomie des Sudètes.
26/04/1938
Mesure visant à aryaniser les biens des Juifs : enregistrement obligatoire de tous les biens et propriétés juives.
28/04/1938
Hitler appelle les Allemands des Sudètes à manifester leur rattachement au Reich. A Londres, les gouvernements français et anglais garantissent leur soutien à la Tchécoslovaquie dès lors qu’elle aura rendu les Sudètes au Reich.
Discours devant les membres du parti
Discours devant les membres du parti
29/04/1938
Daladier et Chamberlain font savoir à la république tchèque que son gouvernement doit accepter une solution de compromis avec Henlein.
30/04/1938
Loi sur la protection de la jeunesse.
02/04/1938
Lancement de la construction du camp de Flossenbürg.
03/05/1938
Hitler est en visite officielle à Rome, où il rencontre Mussolini et le roi Victor Emmanuel III. Mussolini déclare les Alpes comme frontière naturelle des deux pays. Hitler accepte que le Tyrol du Sud reste à l’Italie.
04/05/1938
Victime de sévices au camp de concentration d'Esterwegen, le journaliste Carl Von Ossietzky, antimilitariste et prix Nobel de la Paix 1935, meurt dans à l'hôpital Nordend de Berlin.
06/05/1938
Hitler rachète la maison de ses parents à Leonding, en Autriche.
07/05/1938
Les ministres de France et d'Angleterre insistent auprès du Président Benès pour qu'il se montre conciliant avec les demandes des Sudètes.
Le président Edward Benès (1884-1948)
Le président Edward Benès (1884-1948)
11/05/1938
Le président américain Roosevelt maintient la décision de son secrétaire au Trésor, Harold Ickes, d’interdire la vente d’hélium à l’Allemagne.
Pie XI (1857-1939) condamne le racisme. Il avait quitté Rome durant le voyage d’Hitler.
20/05/1938
Prague, que l'Allemagne veut forcer à abandonner les 3,5 millions de Sudètes, se décide à résister et procède à la mobilisation générale de 400.000 soldats le long de sa frontière avec le Reich. Conformément aux accords, les Britanniques et les Français décident de soutenir les Tchèques. La résistance tchèque pousse, pour la première fois, Hitler à reculer un instant et à modifier sérieusement son programme de guerre.
21/05/1938
Deux Sudètes sont tués par un policier tchèque à un poste frontière. Suite à des mouvements de troupes allemandes sur la frontière, la Tchécoslovaquie mobilise partiellement son armée. Lorsque la France, la Grande Bretagne et la Pologne se mêlent de l’affaire, Ribbentrop dément les mouvements de troupe.
24/05/1938
L’Autriche est divisée administrativement en Gaue.
25/05/1938
Hitler décrète que son village natal en Autriche, Braunau, aura le statut d’une ville.
26/05/1938
Devant 70.000 personnes, Hitler pose la première pierre des usines devant fabriquer la future « voiture du peuple » ou Volkswagen près du village de Wolfsburg. L’auto, le « KdF-Wagen », créée par Ferdinand Porsche (1875-1951) devra être produite pour l’organisation nazie « Kraft durch Freude ».
28/05/1938
Hitler promulgue un ordre de renforcement des armées de terre et de l’air et la fortification des frontières de l’Ouest.
30/05/1938
Hitler fait connaître sa décision d'abattre militairement la Tchécoslovaquie. Le commandant en chef de l’armée de terre, le général Ludwig Beck prend des contacts pour organiser un cercle militaire de résistance.
31/05/1938
Goebbels fait passer la loi sur la confiscation des produits de l'art dégénéré, ce qui signifie une perte d’oeuvres d’art d’une valeur inestimable.
Ouverture du camp de concentration de Flossenbürg.
Le camp de Flossenbürg
Le camp de Flossenbürg
01/06/1938
Le chef SS Reinhard Heydrich ordonne à la Kripo d’effectuer des rafles contre les « asociaux » (mendiants, proxénètes, Tziganes, prostituées) et de les interner dans les camps.
02/06/1938
Alors que tout le monde croyait Göring impuissant ou stérile, son épouse, Emmy Sonnemann, donne naissance à une petite fille, prénommée Edda, comme la fille de Mussolini. Bien que cet heureux événement paraisse suspect (le chansonnier Werner Finck sera envoyé en camp pour en avoir plaisanté), le Führer propose aussitôt de devenir son parrain.
03/06/1938
Martin Bormann est nommé adjudant de Hitler et chef de la chancellerie privée.
Congrès de la S.F.I.O. à Royan : la gauche révolutionnaire quitte la S.F.I.O.
09/06/1938
Destruction de la synagogue de Munich.
12/06/1938
Le ministre de la jeunesse Baldur Von Schirach et le ministre de l’intérieur Wilhelm Frick inaugurent à Schlochau (Prusse occidentale) le premier des 550 foyers pour la jeunesse hitlérienne.
14/06/1938
Décret-loi ordonnant l’enregistrement des entreprises industrielles appartenant à des Juifs.
Début des travaux monumentaux devant transformer la ville de Berlin, sous la direction d. Albert Speer.
15/06/1938
Arrestation de tous les juifs ayant un casier judiciaire.
Le peintre et graveur Ernst Ludwig Kirchner, 58 ans, dont les oeuvres ont été confisquées par les nazis comme des exemples de l’art dégénéré, se suicide à Frauenkirch, près de Davos, en Suisse.
18/06/1938
Vague d’arrestations visant les hommes sans travail, considérés comme « asociaux », principalement des mendiants et des condamnés à de petites peines, sur un nombre préétabli par Heydrich pour chaque circonscription. Il s’agit en fait de fournir de la main d’oeuvre pour le « plan de 4 ans » de Göring.
20/06/1938
A Berlin-Plötzensee, exécution de plusieurs résistants communistes, dont la jeune maman Liselotte Hermann, 28 ans, originaire de Stuttgart.
22/06/1938
Une ordonnance du Reich ouvre le droit pour les autorités de réquisitionner de la main-d'oeuvre pour une tâche précise : le Westwall est construit grâce en grande partie à la réquisition de 400.000 ouvriers.
A New York, le boxeur américain Joe Louis bat par KO l’Allemand Max Schmeling au premier round pour le titre de champion du monde des poids lourds. Hitler en est furieux.
22/06/1938
Göring ordonne de levée de travailleurs pour l’accélération de la construction du « Westwall » à la frontière avec la France.
25/06/1938
Les médecins juifs sont exclus du Conseil de l’ordre.
01/07/1938
La semaine de travail des fonctionnaires passe à 51 heures (48,5 heures dans les grandes villes).
06/07/1938
Interdiction de toute activité commerciale juive dans le gardiennage, conseil en crédit, courtage en bourse, transactions immobilières...
10/07/1938
Conférence d'Evian, réunie à l'initiative du président américain Roosevelt, pour trouver des pays d'accueil (hors des Etats-Unis) pour 650.000 Juifs que l'Allemagne veut expulser. Seuls 32 Etats sont représentés : c.est un échec.
14/07/1938
Mesures pour l'exclusion des juifs de la vie économique.
Désormais, tous les individus classés asociaux (vagabonds, mendiants, bohémiens, nomades, etc…) seront envoyés en camp de concentration sous le triangle noir, afin d’être rééduqués par le travail et « socialisés ».
Création à Vienne du Centre d'Emigration Juive : Adolph Eichmann organise l'émigration des juifs autrichiens vers la Palestine. Il fait payer les juifs riches pour les juifs pauvres... En automne, 45.000 juifs autrichiens ont quitté le pays.
18/07/1938
Entretien secret germano-anglais sur la question des Sudètes.
22/07/1938
Décret imposant une marque sur les cartes d'identités des juifs.
24/07/1938
Début de la grande offensive sur l’Ebre des républicains espagnols. Elle est brisée après quelques jours à cause de la maîtrise aérienne de la « Légion Condor ».
La bataille de l’Ebre
La bataille de l’Ebre
25/07/1938
Tous les médecins Juifs se voient retirer leur habilitation à exercer. Seuls quelques uns ont encore ce droit, mais uniquement pour leurs coreligionnaires.
26/07/1938
Mise en place de la holding nazie « Deutscher Werkbund » par le Bureau central de gestion économique de la SS (WVHA). Cette société est chargée contrôler l’ensemble des entreprises dépendant de la SS. Elle est dirigée par Oswald Pohl.
31/07/1938
Décret permettant au ministère de la justice d'annuler les testaments juifs contraires « au sain jugement du peuple ».
01/08/1938
Nouvelles lois sur le mariage, à visées politiques. Ne pas pouvoir avoir d’enfants devient motif légal de divorce.
02/08/1938
Création à Bayreuth par Hitler d’un centre de recherche sur Richard Wagner.
Destruction de la synagogue de Nuremberg.
08/08/1938
A Mauthausen près de Linz est ouvert le chantier du premier camp de concentration autrichien.
17/08/1938
Hitler décide de la position de la Schutzstaffel (SS) par rapport à la Wehrmacht et à la Police : la SS, en tant que troupe armée, est directement dépendante de sa personne.
18/08/1938
Le général Ludwig Beck demande à être relevé de ses fonctions de chef d'état-major général de l'armée, qu'il occupe depuis 1933. Il est opposé à l’invasion de la Tchécoslovaquie par le Reich.
19/08/1938
Lettre pastorale de la Conférence des évêques réunie à Fulda pour protester contre la persécution des Eglises et la politique antichrétienne du régime.
Le général Franz Halder, chef d’Etat Major du Führer, informe Londres des projets nazis d’invasion de la Tchécoslovaquie.
20/08/1938
Scandale à la Mostra de Venise lors du palmarès : le film de Leni Riefenstahl, les « Dieux du stade », reçoit la coupe Mussolini. En conséquence, Américains et Britanniques démissionnent du jury.
22/08/1938
A l’occasion de la visite officielle en Allemagne de l’amiral Miklos Horthy, régent de Hongrie, Hitler organise à Kiel une parade navale avec 114 bateaux.
25/08/1938
Le Parti communiste allemand en exil appelle à une mobilisation massive contre les projets hitlériens d’invasion de la Tchécoslovaquie.
Valence, menacée par les nationalistes, est dégagée à la suite d'une contre-attaque républicaine dans la boucle de l'Ebre.
27/08/1938
Hitler passe trois jours à inspecter le chantier de la ligne Siegfried qui fait face à la ligne Maginot des Français. Fritz Todt est chargé de la réalisation de ce vaste système fortifié.
28/08/1938
Début des négociations en Tchécoslovaquie entre le Parti allemand des Sudètes et le chef de l’Etat, Edvard Benes, afin de régler la crise des Sudètes.
30/08/1938
A Vienne, Adolf Eichmann devient le responsable du Bureau de l’émigration juive.
Adolph Eichmann en 1938-1939.
Adolph Eichmann en 1938-1939.
31/08/1938
Sir Neville Henderson, l’ambassadeur britannique à Berlin, est rappelé à Londres suite aux menaces allemandes contre la Tchécoslovaquie.
01/09/1938
Le général Franz Halder succède au général Beck comme commandant en chef de l'armée de terre. Le général Ludwig Beck prépare, avec d’autres généraux, un complot qui prévoit l’arrestation d’Hitler. Son plan ne peut réussir que si Londres et Paris s’opposent avec fermeté à l’invasion de la Tchécoslovaquie.
L’Italie interdit l’installation sur son territoire de Juifs et ordonne l’expulsion des Juifs arrivés après 1918. D’autres lois anti-juives vont suivre.
Entrevue entre Hitler et Henlein, chef nationaliste sudète, à Berchtesgaden.
05/09/1938
Le président Benes, comprenant qu'un acte est nécessaire pour sauver la paix, offre aux Sudètes de leur accorder tout ce qu'ils veulent. Henlein, aux ordres de Berlin qui cherche le conflit, refuse et rompt les négociations. La tension monte dans toute l'Europe. Chamberlain envisage de prendre des mesures désespérées aux dépens des Tchèques.
La France envoie des renforts sur la ligne Maginot.
Arthur Seyss Inquart et Konrad Henlein
Arthur Seyss Inquart et Konrad Henlein
Erich Maria Remarque, Bruno Frank (1887-1945) et Willy Brandt perdent la citoyenneté allemande.
10/09/1938
Congrès du parti national-socialiste à Nuremberg (Jusqu’au 17). Hitler menace de déclencher la guerre si les Sudètes ne sont pas restituées au Reich.
13/09/1938
Le Britannique Chamberlain propose à Hitler de le rencontrer. Henlein rompt à nouveau les négociations avec le gouvernement tchèque, après qu’Hitler eut déclaré son soutien aux allemands des Sudètes. Le gouvernement décrète l'état de siège.
14/09/1938
Le protocole d’une conférence interne de la direction de l’inspection générale du bâtiment notifie que « le professeur Speer a élaboré un plan pour libérer les logements nécessaires à la construction du Grand Berlin. S’il le faut, les Juifs en seront expulsés par la force ».
15/09/1938
Hitler reçoit Chamberlain au Berghof (Berchtesgaden) et exige brutalement l'annexion du territoire des Sudètes (en Tchécoslovaquie). Chamberlain concède à Hitler le droit des Allemands Sudètes à entrer au sein du Reich... contre la promesse du chancelier Hitler de ne prendre aucune mesure militaire avant une nouvelle entrevue.
16/09/1938
Les propriétaires Allemands sont autorisés à résilier les baux de location consentis à des médecins juifs.
Lors d’une série d’entrevues entre responsables suisses et nazis à Berlin, Heinrich Rothmund, chef de la police nationale helvétique et responsable du contrôle à l’immigration propose d’apposer le sigle « J » sur les passeports des juifs allemands.
16/09/1938
Le parti des Allemands des Sudètes (SdP) est interdit. Henlein et les chefs sudètes se réfugient en Allemagne. Le lendemain, Henlein créé le Freikorps des Allemands des Sudètes.
18/09/1938
Visite à Londres de Daladier et de Bonnet : ils se rendent aux raisons de la politique d'apaisement de Chamberlain.
22/09/1938
Hitler et Chamberlain se rencontrent de nouveau à Bad Godesberg. Le Britannique lui annonce que la France et la Grande-Bretagne ont demandé aux Tchèques de céder. Hitler lui remet un mémorandum en forme d'ultimatum : la guerre semble inévitable. Hitler réclame le « retour » des Sudètes à l’Allemagne, de Teschen à la Pologne et de la Slovaquie méridionale à la Hongrie.
<a class=Hitler et Chamberlain se rencontrent à Bad Godesberg'>
Hitler et Chamberlain se rencontrent à Bad Godesberg
23/09/1938
Français et Anglais rejettent la demande de Hitler. Mobilisation générale en Tchécoslovaquie.
24/09/1938
Chamberlain retourne à Londres
25/09/1938
La Tchécoslovaquie refuse l’abandon des Sudètes. Il y a des incidents de frontière et une campagne de presse contre la Tchécoslovaquie. En France et Grande Bretagne, on se prépare à la guerre.
26/09/1938
Dans une intervention quasi hystérique au « Sportpalast », Hitler accuse les Tchèques de rechercher la guerre, tout en disant que les Sudètes constituent sa dernière revendication territoriale.
27/09/1938
Ultimatum allemand au gouvernement tchécoslovaque. Yougoslavie et Roumanie avertissent la Hongrie qu'elles ne toléreront pas une attaque contre la Tchécoslovaquie. La France mobilise. Mussolini ne bouge pas. Etats Unis et Suède menacent. Hitler décide de négocier.
Nouvelle rencontre Chamberlain-Hitler à Godesberg.
Les pasteurs protestants de l'Eglise confessante attaquent de nouveau certains aspects du régime, ce qui a pour effet une nouvelle répression. De leur côté, les Chrétiens allemands, tendance de l’Eglise protestante favorable au national-socialisme, se prononcent officiellement en faveur des projets impérialistes hitlériens.
Les juifs sont exclus des professions juridiques.
28/09/1938
La préparation d'une action militaire allemande contre la Tchécoslovaquie est arrêtée lorsque Mussolini fait accepter le principe d’une conférence de paix. Elle va se tenir à Munich.
29/09/1938
Accords de Munich signés par Hitler (Allemagne), Mussolini (Italie), Chamberlain (Grande-Bretagne) et Daladier (France), mais en l’absence des Tchèques. Ils prévoient l'évacuation des Sudètes par les Tchèques et son occupation par les troupes allemandes. Par ces accords, les démocraties, dans un souci de maintenir la paix, ont encouragé l'expansionnisme d'Hitler. Mais le Führer a du garantir les nouvelles frontières et il est furieux de constater que la population a ovationné Chamberlain, et donc manifesté son désir de paix, alors que lui-même souhaite un peuple allemand animé d'une volonté de combat.
La Tchécoslovaquie est absente de la conférence. Pris de court, les officiers de l'état-major allemand conduits par Beck abandonnent leur projet de destituer Hitler.
Les accords de Munich
Les accords de Munich
Munich, 29 septembre 1938: <a class=Hitler et Chamberlain'>
Munich, 29 septembre 1938: Hitler et Chamberlain
 « Premier jour » commémorant Munich
« Premier jour » commémorant Munich
30/09/1938
Daladier, à sa stupéfaction, est accueilli triomphalement à l'aéroport du Bourget. L’histoire lui prête ces mots : « Ah les cons ! S’ils savaient ! ». Il en est de même pour Chamberlain à Londres… Churchill n’est pas dupe. Il s’adresse à Chamberlain : « Entre la guerre et le déshonneur, vous avez choisi le déshonneur. Et vous allez avoir la guerre ! »
01/10/1938
La Wehrmacht pénètre dans le territoire des Sudètes. C.est la fin de l’unité de la Tchécoslovaquie : le lendemain, sur ultimatum de la Pologne, le territoire de l’Olsa est cédé à ce pays. Les Slovaques se dotent d’un gouvernement propre.
Dans les Sudètes après Munich
Dans les Sudètes après Munich
02/10/1938
La Pologne annexe la région de Teschen en Silésie.
04/10/1938
Le Conseil fédéral helvétique approuve la décision de refuser le droit d’asile aux « J » (juifs allemands portant cette marque sur leurs passeports). Seuls les juifs détenteurs… d’un compte en banque en Suisse seront désormais accueillis.
05/10/1938
Erwin Rommel, promu colonel depuis peu, est chargé de commander temporairement le bataillon de la garde personnelle d’Adolf Hitler, qui participe à l’invasion des Sudètes.
Les Juifs sont privés de leur passeport et reçoivent une carte d’identité frappée du signe « J ».
Le président Benes démissionne et se réfugie en Grande Bretagne.
16/10/1938
Goering incite les séparatistes slovaques à exiger l'indépendance de leur pays sous protectorat allemand’
Charte de la race sur l'origine aryenne du peuple italien. Tout croisement d'Italiens avec une race non italienne, telle que les Juifs, altère la pureté de la race.
17/10/1938
Décès en exil à Amsterdam du théoricien socialiste allemand Karl Kautsky, 84 ans.
Ludwig Beck est congédié de l'armée, en même temps qu'il est promu général d'armée. Il devient de plus en plus le centre de l'opposition à Hitler.
21/10/1938
Hitler prend la décision de mettre fin à l'Etat tchèque et de s'emparer de Memel, en Lituanie.
Tchécoslovaquie : octobre 1938 : carte postale humoristique : avis de décès pour la Tchécoslovaquie
Tchécoslovaquie : octobre 1938 : carte postale humoristique : avis de décès pour la Tchécoslovaquie
24/10/1938
Ribbentrop propose à la Pologne de céder Dantzig et de tolérer la construction d'une autoroute, à travers le corridor vers la PrusseOrientale, contre un pacte de non-agression et une garantie des frontières. Refus polonais.
28/10/1938
Dirigée par Heydrich, la Gestapo arrête 17.000 Juifs et les refoule, par camions ou wagons à bestiaux, dans le no man's land entre l'Allemagne et la Pologne. Il s’agit de juifs « apatrides » et de certains Juifs allemands. La Pologne refuse de les admettre.
02/11/1938
Arbitrage de Vienne : avec la bénédiction des Allemands, Polonais et Hongrois annexent chacun une partie de la Tchécoslovaquie. Ce qu'il en reste (Bohème, Moravie, Slovaquie...) se voit imposer par Berlin un gouvernement pro-allemand’
Ayant terminé son temps de trois années de professorat à Potsdam, le colonel Rommel est nommé à la direction de l’académie de guerre de Wiener Neustadt, au sud-ouest de Vienne.
07/11/1938
Le diplomate Ernst vom Rath, conseiller de l'ambassade d'Allemagne à Paris, est grièvement blessé par Herschel Grynszpan, un Juif polonais de 17 ans qui veut protester contre la déportation de ses parents dans le no man's land entre l'Allemagne et la Pologne.
8 novembre 1938 : après son acte, Herschel Grynszpan est arrêté par la police française
8 novembre 1938 : après son acte, Herschel Grynszpan est arrêté par la police française
08/11/1938
Décès de vom Rath. Manifestations antijuives en Allemagne.
09/11/1938
Hitler, qui se trouve à Munich à l’occasion de l’anniversaire du putsch manqué de 1923 (et aussi du baptême civil du fils de Rudolf Hess, Wolf-Rüdiger, dont il est le parrain), apprend la mort de Von Rath. Il laisse Goebbels organiser un pogrom antijuif. Goebbels donne des instructions pour que des « manifestations spontanées » soient organisées. Heydrich, de même ordonne à la Gestapo de ne pas réprimer ces manifestations, d'arrêter le plus possible de Juifs (surtout les riches) et de les déporter dans des camps.
C.est la fameuse « Nuit de cristal » : les nazis de la SA arrêtent 25.000 Juifs (internés à Buchenwald, Sachsenhausen et Dachau ; 2.000 mourront). Près de 267 synagogues sont pillées et incendiées. 7.500 magasins juifs sont dévastés. 91 juifs sont assassinés.
Bruchsal : la belle synagogue dans les années 1930
Bruchsal : la belle synagogue dans les années 1930
Bruchsal : la belle synagogue le 10 novembre 1938
Bruchsal : la belle synagogue le 10 novembre 1938
Kristallnacht : « La nuit de cristal » : la synagogue de Siegen part en fumée
Kristallnacht : « La nuit de cristal » : la synagogue de Siegen part en fumée
Kristallnacht : « La nuit de cristal » : la synagogue de Siegen part en fumée
Kristallnacht : « La nuit de cristal » : la synagogue de Siegen part en fumée
10/11/1938
Dans une circulaire transmise par télégraphe, Rudolf Hess, qui une fois de plus se sent exclu des évènements, demande à tous les Gauleiters de sections d’empêcher que d’autres excès se produisent. Mais les instructions du « suppléant » du Führer ne sont plus prises au sérieux depuis longtemps…
Goebbels donne ordre à la presse de préparer psychologiquement la population allemande à la guerre.
Lendemain de la nuit de cristal : le 10 novembre 1938, des milliers de Juifs allemands sont conduits dans les camps de concentration
Lendemain de la nuit de cristal : le 10 novembre 1938, des milliers de Juifs allemands sont conduits dans les camps de concentration
11/11/1938
Göring, furieux des dégâts matériels et économiques causés par la « nuit de Cristal », organise une réunion au ministère de l’Air où ont été convoqués toutes les parties concernées par le « problème juif ». Il déclare que la question doit être traitée de façon globale, et qu’il faut la régler « d’une manière ou d’une autre ». Il affirme que le Führer l'a chargé de centraliser personnellement les opérations. De leur côté, Himmler et Heydrich estiment que Goebbels a outrepassé ses droits et empiété sur leurs compétences respectives.
9 novembre 1938. La « Nuit de cristal »: destruction des synagogues
9 novembre 1938. La « Nuit de cristal »: destruction des synagogues
12/11/1938
Rencontre orageuse entre Hitler et Goebbels : les débordements « spontanés » de la « Nuit de cristal » sont déclarés stupides et l'on déplore que la destruction de biens juifs (grands magasins) ait porté des coups à l'économie nationale. Hitler interdit toute manifestation « spontanée », affirmant que ce n’est pas par des pogroms que le problème juif sera solutionné. Néanmoins, une amende collective d’un milliard de marks est imposée aux juifs allemands, qui doivent en plus payer la note des destructions et du déblaiement des ruines.
13 novembre 1938 : après la nuit de Cristal, Göring décide de mettre les Juifs à l’amende
13 novembre 1938 : après la nuit de Cristal, Göring décide de mettre les Juifs à l’amende
15/11/1938
Les enfants d'origine juive sont exclus des écoles allemandes.
En Espagne, les « brigades internationales » combattant du côté des républicains sont dissoutes. Fin de la bataille de la boucle de l'Ebre. Victoire des troupes nationalistes. 20.000 républicains sont faits prisonniers.
16/11/1938
Goering et Speer examinent la maquette pour la transformation de la Grande étoile du Jardin zoologique de Berlin.
Maquette du Gross-Berlin, création d’Albert Speer
Maquette du Gross-Berlin, création d’Albert Speer
17/11/1938
Walther Funk, ministre de l'Economie, écrit : « L'Etat et l'économie constituent un ensemble. Leur direction doit s'inspirer des mêmes principes. La meilleure preuve en est la récente évolution pour les Juifs en Allemagne. Il est impossible d'éliminer les Juifs de la vie politique tout en leur laissant le droit de participer à la vie économique ».
19/11/1938
Ribbentrop réitère auprès du gouvernement polonais les exigences du Reich concernant la restitution de Dantzig.
Erhard Milch est promu au grade de général ; Wilhelm Keitel est nommé général d'armée.
Lois antisémites édictées par le pouvoir Italien : dénaturalisation des Juifs naturalisés depuis le 1 janvier 1919, exclusion des Juifs de l'armée, de la fonction publique, interdiction de mariages entre Juifs et Italiens...
23/11/1938
Les « lois de Nuremberg » sont appliquées dans la ville libre de Dantzig.
24/11/1938
Hitler adresse à l'OKW la directive de préparer une occupation rapide de Dantzig et du corridor.
1938: défilé des troupes… ultime revue
1938: défilé des troupes… ultime revue
26/11/1938
Dans une lettre adressée à Speer, Göring écrit : « en vertu des règlements (…) portant sur l’expulsion des Juifs des logements, magasins et entrepôts, il est prévu que l’inspecteur général du bâtiment (Speer) bénéficiera d’un droit de préemption » sur les logements ainsi libérés.
28/11/1938
Les Juifs n'ont plus le droit de conduire un véhicule, de fréquenter les édifices publics, de circuler dans certains quartiers et à certaines heures. On leur supprime pensions et retraites.
30/11/1938
Mussolini revendique la Corse, la Savoie, Nice, Djibouti et la Tunisie.
01/12/1938
Les Jeunesses hitlériennes comptent 7.700.000 membres, bien entraînés sportivement et très soigneusement endoctrinés par le régime nazi.
Affiche pour la <a class=Hitlerjugend : « La jeunesse sert le Führer ». Elle invite tous les garçons de 10 ans à entrer dans la HJ'>
Affiche pour la Hitlerjugend : « La jeunesse sert le Führer ». Elle invite tous les garçons de 10 ans à entrer dans la HJ
03/12/1938
Décret sur l’aryanisation des entreprises juives. Obligation est faite aux Juifs de vendre leurs biens industriels, fonciers, immobiliers et de se défaire de leurs obligations, actions, et autres titres... Les rues leurs sont interdites lors des célébrations Nazies.
Heinrich Himmler fait retirer à tous les Juifs leur permis de conduire.
06/12/1938
Le Français Georges Bonnet et Von Ribbentrop signent à Paris un traité franco-allemand de bonne entente, qui prévoit des concessions économiques réciproques, reconnaît comme « définitive » la frontière entre les deux pays, et surtout assure au Reich toute latitude à l'Est.
08/12/1938
Heinrich Himmler ordonne le recensement des Tsiganes et leur internement en camp de concentration.
13/12/1938
Mise en service du camp de Neuengamme par des détenus provenant de Sachsenhausen.
14/12/1938
Le Service de sécurité (SD) de Heydrich devient le seul service de renseignements du NSDAP.
16/12/1938
Pour la naissance de 4 enfants, les femmes allemandes obtiennent sur le champ la « croix d’honneur pour mère de famille nombreuse » (« Mutterkreuz »).
24/12/1938
Les camps de concentration étant trop pleins, Heydrich proteste contre les arrestations non fondées dans les Sudètes.
28/12/1938
Décret Göring ordonnant la concentration de juifs par immeubles, et répartissant les ménages mixtes en deux catégories, « privilégiées » et « non privilégiées ».
Les Juifs sont interdits de fréquentation des wagons-lits et wagons-restaurants.
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
Actualités automobiles, essais, comparatifs, nouveautés...
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)