B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Le ghetto de Stanislawow

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Le massacre d’octobre 1941

Au début d'octobre 1941, les nouvelles des massacres dans les petits villages des Carpates arrivent à Stanislawow. Beaucoup de Juifs refusent de croire ces rumeurs, mais néanmoins elles font leur effet. Quelques jours plus tard, des terrassiers du « Baudienst » ukrainien arrivent dans le nouveau cimetière juif avec bêches et pics et commencent à creuser de grandes fosses, destinées, selon leurs dires, à devenir des abris antiaériens. Puis la police ukrainienne dresse des listes de tous les Juifs de la ville. Le 10 ou le 11 octobre 1941, la nouvelle circule que la Gestapo avait ordonné au Judenrat de lui fournir 1.000 hommes à envoyer dans des camps de travail. Les Juifs se rendent compte que quelque chose de terrible se prépare, mais aussi qu’ils ne peuvent plus quitter la ville.

À l'aube du 12 octobre 1941, le jour de Hoshana Rabba (7è jour de la fête du Sukkot), les maisons des juifs au centre de la ville sont cernées par la police allemande, les Ukrainiens et les membres du « Bahnschutz » (police des rails) armés de mitraillettes et de matraques. On ordonne aux Juifs de se vêtir de leurs plus beaux habits et de prendre tous leurs objets de valeur, car ils seront emmenés dans les camps de travail. Rouées de coups, les victimes sont rassemblées place du marché où les tortionnaires les obligent à se mettre à genoux face à l’hôtel de ville. Puis, elles doivent se rendre en ordre par la rue Batory au cimetière, tandis que les malades et impotents sont chargés sans ménagement sur des camions. A la vue de ce cortège, les Juifs restés dans leurs maisons comprennent que la ville est évacuée et commencent à rassembler quelques bagages. Mais quand il leur apparaît que le cortège fait mouvement vers le nouveau cimetière, chacun tente frénétiquement de se cacher… Au cimetière, les gardes rassemblent les juifs près du mur, et leur ordonnent de leur livrer les objets de valeur. Ils vérifient les permis du travail. Plus de cent « juifs du travail » (plusieurs centaines selon d’autres sources) sont libérés, mais sans tenir compte des permis délivrés par le Judenrat.

Le massacre général commence dans l’après midi : petit groupe par petit groupe, les gens sont obligés de se déshabiller et de ranger soigneusement leurs vêtement, puis sont amenés du mur au bord de la fosse. Certains sont abattus directement, d’autres doivent d’abord sauter dans la fosse avant d’y être « tirés »… Près du mur, au fur et à mesure que la tuerie avance, c’est une indescriptible panique, chacun essayant de retarder son tour. Les plus faibles et les enfants sont piétinés ou meurent étouffés. Certains membres du Judenrat sont amenés avec leur famille au cimetière, près des fosses, et sont obligés d’assister à la tuerie avant d’être exécutés à leur tour avec les leurs… Seibald, le chef du Judenrat réussit à se cacher ; Tennenbaum fait face courageusement : le chef de la Gestapo lui offre la liberté, mais il refuse et choisi de mourir avec ses frères. Des membres du Judenrat présents au cimetière, seul Lamm et sa famille sont libérés. La tuerie s’achève au coucher du soleil. Des 10.000 juifs amenés au cimetière, il en reste 2 ou 3.000 qui n’ont pas été tués. Ils sont renvoyés à la maison. S’en suit une autre panique ou de nombreux Juifs sont encore tués. La fosse commune n’est pas recouverte. Certaines victimes, seulement blessées, parviennent à s’extraire des couches de cadavres et sortent de la tombe. Quelques uns réussissent à rejoindre leurs maisons, d'autres meurent en chemin. En tout, dans le cimetière, dans toute la ville et ses environs (hormis les bourgades plus éloignées de Gorka et Meizle), environ 10.000 personnes ont été assassinées ce jour. Certains Juifs du centre ville parviennent à se cacher. La « mafia » locale se charge de les attraper, de les livrer aux Allemands et de piller les maisons abandonnées. Le jour suivant, la fosse commune est comblée de terre et ceux qui sont chargés de cette besogne sont exécutés. Le lendemain paraît un décret : après les « émeutes de la veille », la vie doit à nouveau revenir à la normale.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)