B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Alsace : la maison alsacienne

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Parcours régional

La maison d’Alsace Bossue
La maison d’Outre Forêt
La maison du pays de Hanau
La maison du Kochersberg
La maison du Ried Nord ou Uffried
La ceinture de Strasbourg et la Grande Plaine
La maison du Ried
La maison du Val de Villé
La maison du vignoble
La maison de la plaine de Haute Alsace
La maison de montagne
La maison du Sundgau
La maison de la ville

5.10. La maison de la plaine de Haute Alsace

Par opposition à l'égalitaire Sundgau, la plaine de Haute Alsace traduit à travers ses villages les clivages de la société rurale. Ainsi à Dessenheim, un exemple de village de la Harth, les quelques grandes fermes bordant la rue principale dominent littéralement les petites maisons d'ouvriers agricoles.

Le type le plus ancien est représenté par une maison de Fessenheim. Bâtie en longueur, parallèle à la rue, elle appartenait sans doute initialement au type de la maison-bloc. Son ossature est remarquable par l'emploi de poteaux fortement dimensionnés, prenant toute la hauteur des murs gouttereaux. Ce principe des « bois longs » sur deux étages est peu fréquent en plaine et ne concerne que les maisons les plus anciennes, antérieures à 1700 (Durrenentzen, Bantzenheim).

On peut reconnaître à la plaine de véritables spécificités architecturales : si à l'extrême sud de la Haute Alsace comme à Ottmarsheim les structures de pans de bois des grandes maisons sont d'inspiration sundgauviennes, plus au nord se font ressentir les emprunts à l'architecture du vignoble du piedmont : sans doute les charpentiers étaient-ils les mêmes.

5.10.1. Les « Fermes forteresses »

C'est dans l'organisation des bâtiments que cette architecture affirme son originalité, avec le principe de la grande cour fermée : les granges alignées sur un front tracé au cordeau (Munwiller) parfois tributaire du tracé de fortifications (Sainte-Croix-en Plaine) forment un des côtés d'un carré délimité par des annexes, la maison d'habitation et un porche voûté, doublé d'une entrée piétonne. Un pigeonnier, tourelle appliquée contre la grange ou planté en élément central de la cour, confère à l'ensemble .sa monumentalité, alors que l'habitation elle-même peut être de dimension assez modeste. La Harth est également zone de diffusion des « Hofzeichen », emblèmes familiaux ignorés ailleurs en Haute Alsace. On constate ici une corrélation étroite entre une architecture très fermée, et le culte de la lignée familiale. Le phénomène des porches apparaît dès les années 1540 et se prolonge jusqu'à la fin du XIXè siècle.

Sainte Croix en Plaine. (La maison alsacienne)
Sainte Croix en Plaine. (La maison alsacienne)
Sainte Croix en Plaine. (La maison alsacienne)
Sainte Croix en Plaine. (La maison alsacienne)

5.10.2. Les petites habitations

Contrastant avec ces forteresses, les petites maisons forment l'essentiel d'un patrimoine architectural en voie de disparition. Elles répondent à la domination des « Herrenbauer », mais aussi à une économie largement prédatrice ou peu rémunératrice : pêche, exploitation du marais, cueillette du crin végétal (Wittelsheim)... La proximité du Rhin autorisait la batellerie, la pêche, l'orpaillage. Ainsi Pulversheim : « Pulversheim (...) n'était qu'un petit hameau de dix-neuf maisons dénommées dans les manuscrits tantôt baraques, tantôt huttes. Deux seulement étaient couvertes de tuiles, les autres, au toit de chaume ou de bardeaux, étaient toutes dans un état misérable. Les maisons appartiennent en propre aux habitants, mais les fonds sur lesquelles elles se trouvent situées, ainsi que leurs dépendances, appartiennent au seigneur de manière que, si une maison tombe en ruine et que le propriétaire ne puisse ou ne veuille pas la rebâtir, il puisse disposer des matériaux, et le seigneur, du terrain ». (Rapport de 1724, étude de Mr Hirsinger)

Cependant, la plupart de ces petites maisons de plaine se conforment au type de la « ferme à bâtiments dissociés », ce qui indique l'exploitation d'un petit train de culture, et le mimétisme des maisons pauvres par rapport aux grandes fermes ; ce caractère de modèle réduit est parfois souligné par le soin apporté à l'exécution des détails, faîtages, lucarnes et cheminées. Plus à l'ouest, à Oberhergheim, les piliers décorés sont plus abondants : représentation d'un soldat ou d'un garde-chasse (1833), « Hofzeichen ».

La couleur est l'un des éléments marquants de cette architecture : on recourt volontiers aux badigeons de chaux, colorée en rouge, en vert, en jaune, gris bleu. Souvent le colombage est revêtu du même badigeon que les remplissages, ce qui confère à ces façades un aspect moelleux, d'une délicatesse de matière et de coloris dont on ne trouve pas l'équivalent ailleurs en Alsace.

Les matériaux de construction des maisons modestes sont pour la plupart extraits sur place : du bois de chêne réparti avec parcimonie pour la structure, le remplissage étant réalisé en torchis. Les constructions à des fins autres que l'habitat sont exécutées en galets du Rhin, dont les assises en épi alternent avec des rangs de tuile.

L'exiguïté des bâtiments a également conduit à un traitement très soigné des parois verticales en planches, ajourés de coeurs, losanges et autres figures, tandis que les portails s'appuient sur des piliers en bois ou en pierre. Dans la plaine aux environs de Guebwiller, la série de ces piliers à bulbe et parfois à boules, débute en 1741 ; ils sont gravés le plus souvent des initiales des constructeurs et parfois d'un emblème : bretzel, soc de charrue…

Le caractère de « modèle réduit » correspond aussi au parcellaire : l'étroitesse du terrain d'assiette interdit une disposition en bloc qui eût été moins onéreuse à la construction ; pour que l'accès aux charrettes puisse avoir lieu, il fallait que l'entrée de la grange soit dans un axe perpendiculaire à la rue. En fait, la maison-bloc n'est représentée qu'au sud d'Ottmarsheim : on y verra la marque de l'influence sundgauvienne.

Au nord et au sud de cette plaine, la construction de forteresses royales, Neuf-Brisach et Huningue, a fortement marqué celle petite architecture, en lui inspirant des combles « à la Mansart » permettant d'augmenter la surface utilisable du grenier. On notera autour de Huningue le phénomène maraîcher, qui a stimulé la prolifération de très petites unités d'habitation.

5.10.3. A voir dans la plaine de Haute Alsace

  • Andolsheim : fermes à pans de bois apparents.
  • Bantzenheim : maisons à « bois longs ».
  • Dessenheim, un exemple de village de la Harth, les quelques grandes fermes bordant la rue principale dominent littéralement les petites maisons d'ouvriers agricoles.
  • Durrenentzen : maisons à « bois longs »
  • Munwiller : fermes à cour fermée.
  • Oberhergheim : grandes fermes de la plaine ; piliers décorés (soldat, d'un garde-chasse 1833), « Hofzeichen ».
  • Sainte Croix en Plaine : maisons Renaissance et XVIIè siècle. Mairie XVIIIè siècle. Portails cintrés et armoriés.
  • Urschenheim : fermes à pans de bois apparents.

Icone texte Articles connexes
Actualités automobiles, essais, comparatifs, nouveautés...
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)