B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

LÂ’Alsace gothique

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5.2.2. Histoire de la construction

Les anciens Ă©difices
Les premiers pas du gothique : 1180-1225
La nef
La façade occidentale
La flèche
Derniers travaux

5.2.2.6. Derniers travaux

Strasbourg, cathédrale: sculptures du portail nord, dit de Saint Thomas
Strasbourg, cathédrale: sculptures du portail nord, dit de Saint Thomas

Après une longue période consacrée à des travaux d'entretien et d'embellissement (fonts baptismaux et chaire notamment), la cathédrale de Strasbourg connaît un ultime épanouissement de grande architecture. Entre 1495 et 1505, Jacques de Landshut complète le croisillon nord par la chapelle Saint-Laurent aux voûtes curvilignes dont le frêle portail à baldaquin est célèbre. La richesse exubérante de cet ensemble fait la séduction de ce flamboyant venu d'Outre Rhin.

La belle chaire, en pierre sculptée, est érigée en 1485 en l'honneur de Geiler de Kaysersberg.

En 1495 la sacristie actuelle est construite et en 1521 on achève la chapelle saint Laurent, oeuvre remarquable, bien que moins spectaculaire, due au talent de Hans Hammer (1515-1521) : le rythme souverain de ses quatre travées, la beauté placide de ses larges baies à remplages et accolades, le galbe de sa voûte réticulée ponctuée de clés sculptées en font un spécimen accompli du flamboyant apaisé qui prépare la voie à la Renaissance.

Strasbourg, cathédrale: la tour de croisée, du XIXè
Strasbourg, cathédrale: la tour de croisée, du XIXè

La galerie ceinturant l’église à l’extérieur sur les bas-côtés Nord et Sud est ajoutée au XVIIIè et la tour de croisée néo-romane en 1874.

Strasbourg, cathédrale : le flanc sud et la galerie du XVIIè
Strasbourg, cathédrale : le flanc sud et la galerie du XVIIè

Lors de la Révolution, 230 statues sont détruites ; l’administrateur réussit à en cacher 67. La flèche ne doit son salut qu’à un forgeron, Sultzer qui propose de la coiffer d’un immense bonnet phrygien.

En août 1870, 13 obus allemands endommagent la flèche et d’autres incendient le toit.

Début du XXé l’édifice, construit sur des piliers de chêne supportant les fondations menaçait de s’écrouler lorsque la nappe phréatique se mit à baisser suite aux travaux d’assèchement de la ville. Aussi l’architecte Johann Knauth réalise entre 1907 et 1926 des travaux herculéens consistant à injecter sous l’énorme pilier supportant la tour et la flèche d’énormes quantités de béton, réussissant à stabiliser l’ensemble du bâtiment.

Strasbourg, cathédrale : la tour de croisée, du XIXè
Strasbourg, cathédrale : la tour de croisée, du XIXè

En août 1944 les bombardements américains abîment la tour centrale et le bas-côté nord.

Aujourd’hui, c’est la pollution qui ronge inexorablement le grès rose de l’édifice...


Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)