B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Auschwitz, camp de concentration nazi

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Histoire

Le choix du camp
L’aménagement du Stammlager
La création de la zone économique
Les premières exterminations massives
L’ouverture de Birkenau – Auschwitz II. Les Bunkers I et II
La mort industrielle
Réaménagements et restructurations
1944 : l’été meurtrier
La fin

Auschwitz : plan de situation générale des trois camps
Auschwitz : plan de situation générale des trois camps

Auschwitz est en fait un complexe concentrationnaire constitué de trois camps : Auschwitz I « Stammlager », camp principal ; Auschwitz II, ou Birkenau, ouvert le 8 octobre 1941 en tant que camp d'extermination ; Auschwitz III ou Monowitz, ouvert le 31 mai 1942 en tant que camp de travail. Chaque camp possède ses propres kommandos extérieurs.

Auschwitz I et est installé dans les bâtiments d’une ancienne caserne polonaise. Birkenau (Brzezinka) se situe à 4km du Stammlager et comporte plusieurs secteurs de camps, une rampe de chemins de fer, 4 ensembles chambres à gaz – crématoires et d’immenses entrepôts. Auschwitz III fournit de la main d'oeuvre gratuite au complexe industriel IG Farben qui produit du caoutchouc synthétique (Buna).

2.6. La mort industrielle

Auschwitz-Birkenau  le K II durant la guerre
Auschwitz-Birkenau  le K II durant la guerre

Les 17 et 18 juillet 1942, en pleine vague d’épidémie de typhus, Himmler effectue sa seconde visite de la zone d'intérêt du camp et de Monowitz. Puis il assiste à un gazage à Birkenau. Très impressionné, il décide d’accélérer le processus et ordonne à Höss de porter la capacité de Birkenau à 200 000 détenus, et de construire un complexe permettant de résoudre de manière efficace et rationnelle le problème posé par la crémation des corps. En effet, la solution d’enterrer les cadavres dans d’immenses fosses ne lui convient pas : trop de traces… Aussi, dans l’immédiat ordonne t-il de vider les fosses du Birkenwald et d’en brûler les cadavres.

Auschwitz-Birkenau : vue aérienne prise par l’US Air Force
Auschwitz-Birkenau : vue aérienne prise par l'US Air Force

Höss et son staff se mettent au travail : le 15 août la « Zentrale Bauleitung » a réalise son nouveau plan de construction d'un complexe de camps à Birkenau. Au camp originel BI s'ajoutent les camps BII, BIII (le « Mexique ») et BIV, avec deux complexes de fours crématoires, le tout prévu pour 200 000 personnes. Les « bijoux » de la réalisation seront les deux crématoires à cinq fours trimoufle (K II et K III) et les deux crématoires à deux fours trimoufles (K IV et K V).

Auschwitz Birkenau : document allemand sur la capacité de crémation des Bunker I à V
Auschwitz Birkenau : document allemand sur la capacité de crémation des Bunker I à V

Mais en attendant la réalisation de ces importants travaux, il faut s’occuper des fosses du Birkenwald : le 16 septembre 1942, Höss, Hössler et Dejaco partent à Chelmno visiter « une installation spéciale » d'incinération en plein air, dont le maître d'oeuvre est le colonel SS Paul Blobel. De retour, ils font construire un installation identique, et le 21 septembre 1942 débutent du vidage des fosses du Birkenwald et l'incinération des corps (« Opération Blobel »). Entre 50 000 et 85 000 cadavres des charniers seront déterrés et brûlés sur des bûchers par le « Sonderkommando II » sélectionné au Stammlager (250 personnes), qui sera lui-même liquidé à la fin de l’opération, le 3 décembre 1942.

A partir d’octobre 1942 arrivent à Auschwitz (d’autres iront à Maïdaneck) tous les juifs des ghettos du Reich ainsi que les premiers convois du « ghetto familiale » de Theresienstadt. Entre temps les SS avaient « affiné » leur technique de récupération en prenant contact en septembre avec une firme de Breslau en vue de l'utilisation des cheveux humains… et résolu le problème posé par IF Farben à la Buna : face aux problèmes logistiques, l'IG Farben, en accord avec la SS, fait construire un camp spécial dans le village de Monowice, près des Buna-Werke : c'est le « Lager Buna » que l'on désigne aussi sous Buna-Monowice, ou Auschwitz III.

Auschwitz-Birkenau : ruines du K II de Birkenau, dynamité par les SS
Auschwitz-Birkenau : ruines du K II de Birkenau, dynamité par les SS

Les travaux des installations de gazage et de crémation avancent vite en été et automne 1942, mais en décembre, une nouvelle épidémie de typhus menace : le 23, il faut stopper les chantiers des crématoires II, III, IV et V, les contremaîtres civils encadrant les détenus étant en « congé » forcé à cause de l’épidémie. Celle-ci s’arrêtera brusquement mi-avril 1943 (elle aura tué environ 15 000 personnes), ce qui n’empêche pas les chantiers de continuer à fonctionner malgré l’absence des contremaîtres civils. Ceux-ci d’ailleurs se rapidement de retour (début février).

Entre temps, le 26 février 1943, arrivent les premiers convois de tziganes : pour eux est ouvert le camp BIIe (« Familienzigeunerlager »). Jusqu'au 21 juillet 1944, 20 967 Tziganes y seront enfermés. 1 700, suspects de typhus exanthématique, ne seront pas enregistrés et envoyés directement à la mort). Les premier gazages de tzigane commencent en mars 1943.

Auschwitz I : le « combinat » d’Auschwitz en 1943
Auschwitz I : le « combinat » d’Auschwitz en 1943

Le 4 mars 1943, en présence de l’ingénier Prüfer des la firme « Topf und Söhne » sont réalisés les premier essais d’incinération au « K II » : 45 personnes sont gazées dans le « Bunker II » et leurs cadavres « inaugurent » les fours du K II. ces essais s’avaèrent rapidement concluants puisque le 13 mars 1943, le « Leichenkeller » (« morgue » - chambre à gaz du sous-sol fonctionnant au Zyklon b) et le Krematorium II engloutissent leurs premières victimes : 1 492 juifs inaptes du ghetto de Varsovie. Ils seront incinérés en 2 jours. Le 21 mars 1943, les 2 191 premiers juifs grecs sont gazés et incinérés dans le K II. Ce premier convoi de juifs venant de Grèce était arrivé la veille à Birkenau. (Les juifs grecs seront 12 757 à entrer au camp jusqu'au 21 août 1944, date à laquelle resteront 1 838 survivants). Tout fonctionne.

Aussi, le 22 mars 1943, le « K IV » (203 000 Reichsmark) est « livré officiellement » par la Zentralbauleitung à l'administration du camp. La livraison du « K II » suit le 31 mars, celle du « K V » (203 000 Reichsmark) le 4 avril et celle du « K III » (554 500 Reichsmark) le 25 juin, avec un petit « supplément » : sa « cave à cadavres » est équipée de 14 « fausses douches »… Le 23 mai 1943 le « K II » est arrêté pour réparation de la cheminée. Il ne reprendra son activité qu’en septembre.

Auschwitz I : vue aérienne du Stammlager et du Kanada I
Auschwitz I : vue aérienne du Stammlager et du Kanada I

Les travaux continuent à Birkenau et concerne principalement la construction d’une station d'épouillage et des bains, la « Zentral Sauna » dans le prolongement du camp B II, ainsi que du « Kanada », camp-dépôt des objets pris aux prisonniers et comprenant 30 baraques, où seront employés plus de 2 000 « Häftlinge ». La « Zentral Sauna » est mise en fonction 29 janvier 1944.

En parallèle à cette activité désormais principale du complexe d’Auschwitz qui est la mise en oeuvre de la mort industrielles, les activités annexes, le travail et la « recherche » poursuivent leur bonhomme de chemin, distribuant la « mort différée » : ainsi, en mars 1943 Krupp décide l’installation d’une usine à Auschwitz. Elle fonctionnera dès septembre de la même année. De leur côté, les médecins et « chercheurs de la race » commencent le 23 décembre 1942 leurs expérimentations de stérilisation en puisant leurs cobayes dans le camp de femmes de Birkenau, expériences qui seront réalisées à un rythme soutenus dès le mois d’avril 1943.



Si les casinos ont une histoire passionnante, cela n’explique pas pour autant l’incroyable succès de tous les jeux de casino existants ! Essayez la roulette en ligne ou video poker et vous oublierez vite l’histoire pour ne plus penser qu’au jeu.
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)