B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Auschwitz, camp de concentration nazi

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

8. Les victimes

Les diverses théories
L’étude de Pressac
L’étude de Piper
Estimation probable
Victimes françaises

8.1. Les diverses théories

Le dénombrement des victimes d’Auschwitz a toujours posé problème, tant la tâche est difficile, entre les détenus officiellement enregistrés et la masse des autres qui sont allés directement de la rampe aux chambres à gaz… ou de ceux qui n’ont jamais été comptabilisés avant d’entrer au camp…

Ces chiffres varient aussi selon qu’ils résultent d’études et de recherches sérieuses et scientifiques, d’intentions politiques et idéologiques, ou d’affirmations délirantes de dénégateurs… Même les chercheurs et historiens qui se sont penchés scientifiquement sur les question divergent souvent dans leurs conclusions, tant il est vrai que la part d’inconnu reste importante et que la trajectoire du Reich, dont les camps sont non seulement un élément symbolique, mais surtout un élément constitutif de premier plan, s’est achevé dans la confusion et l’anarchie.

Si l’on excepte les délires dangereux des révisionnistes et dénégateurs qui, comme Faurisson prétendent qu’à Auschwitz « on n’a gazé que des poux » et avancent le chiffre de 150.000 victimes (la plupart tuée par le typhus), les principaux chiffres varient de 4.000.000 à environ 1.000.000 de victimes pour le complexe d’Auschwitz (Stammlager, Auschwitz II - Birkenau, Auschwitz III – Monowitz et camps annexes).

Le chiffre de 4 millions de victimes à Auschwitz est le fait des soviétiques et uniquement d’eux, et n’a jamais été avancé que par les autorités soviétiques et polonaises. Il est issu d’un calcul théorique, largement erroné, effectué en avril - mai 1945. Il a été progressivement imposé par les communistes aux historiens de l’Europe de l’Est.

Le commandant principal du camp, Rudolf Höss, dans ses mémoires de 1946, estime le nombre de victimes à 1,13 millions… alors qu’en 1949, le Dr Josef Kermisz, de la Commission Historique Juive en Pologne, écrit que cette Commission évalue « le nombre de victimes à Auschwitz à environ 1.500.000»

Hermann Langbein a indiqué qu'un déporté, secrétaire à Birkenau avait fourni une estimation de l'ordre de 1.750.000 personnes avant l'extermination des juifs hongrois et des habitants du ghetto de Lodz. Langbein écrit : « Le docteur Friedrich Entress, médecin du camp, attesta le 30 juillet 1945 à Gmunden que 2.000.000 à 2.500.000 de personnes avaient été tuées, puis admit qu'il pouvait y en avoir eu 5 millions... Maximilian Grabner, chef du bureau politique dont dépendait le service des entrées, et donc seul en mesure de fixer un chiffre exact, déclara le 16 septembre 1945 à Vienne : « Il y avait une telle quantité de morts que j'avais perdu toute vue d'ensemble et je ne pourrais plus dire aujourd'hui combien ont été tués. Mais au moins 3 millions pendant que je dirigeais le bureau politique. » Or, il avait été déplacé en octobre 1943. L'adjudant de cette section, Wilhem Boger, l'évalua à plus de 4 millions. Pery Broad estima le chiffre des victimes passées dans les chambres à gaz à 2,5 ou 3 millions. Toutes ces indications ont été données aussitôt après la guerre, alors que les souvenirs étaient encore nets et qu'aucune des personnes qui avaient été interrogées n'avait été influencée par d'autres estimations ou calculs. »

Auschwitz-Birkenau : la libération… des nus et des morts
Auschwitz-Birkenau : la libération… des nus et des morts

En occident, les chiffres, fruits d’études plus poussées, varient de 1,5 à 1 million de victimes. Parmi les plus fiables, on trouve :

  • Léon Poliakov, dans son célèbre « Bréviaire de la haine », paru dès 1951, retient le chiffre de 2 millions de victimes, mais uniquement juives.
  • Gerald Reitlinger, en 1953, estime entre 800.000 et 900.000 les victimes uniquement juives d’Auschwitz.
  • Raul Hilberg, dans son ouvrage majeur, « La destruction de juifs d’Europe », estime le nombre total de victimes à 1,1 million, dont 1 million de Juifs.
  • La revue Le Monde juif (numéro 12 d'octobre-décembre 1983), du Centre de documentation juive contemporaine, a publié une étude de Georges Wellers qui indique que, d'après la documentation dont il disposait et qui concernait 1.613.455 déportés, le nombre des morts dans les chambres à gaz d'Auschwitz s'est élevé à 1.334.700 personnes, dont 1.323.000 juifs, 6.430 Tziganes, 1.605 prisonniers de guerre soviétiques et 3.665 personnes de diverses nationalités (Polonais en particulier). Georges Wellers souligne qu'il s'agit de victimes dont il reste une trace avérée, et que les chiffres réels sont bien supérieurs.
  • D'après Olga Wormser-Migot, 405.222 personnes ont été immatriculées à Auschwitz, dont 269.373 hommes et 132.849 femmes. Mais les déportés immatriculés ne représentent qu'une petite minorité des victimes d'Auschwitz. D'après H. Langbein, la population maximale d'Auschwitz I était de 17.070 personnes le 22 août 1944, de 22.061 le 20 janvier 1944 à Auschwitz II, de 26.705 à Auschwitz III (« et sans doute 10.000 de plus environ ») au moment de l'évacuation. Il est absolument impossible de connaître le nombre total précis des morts à Auschwitz, puisque la plupart des registres ont été brûlés par les nazis avant l'évacuation du camp, que les sélections dans les Blocks et les Reviers n'étaient pas enregistrées et, surtout, qu'aucune trace comptable n'existe des déportés des convois conduits directement à la chambre à gaz.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Si les casinos ont une histoire passionnante, cela n’explique pas pour autant l’incroyable succès de tous les jeux de casino existants ! Essayez la roulette en ligne ou video poker et vous oublierez vite l’histoire pour ne plus penser qu’au jeu.
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)