B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Auschwitz, camp de concentration nazi

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Histoire

Le choix du camp
L’aménagement du Stammlager
La création de la zone économique
Les premières exterminations massives
L’ouverture de Birkenau – Auschwitz II. Les Bunkers I et II
La mort industrielle
Réaménagements et restructurations
1944 : l’été meurtrier
La fin

Auschwitz : plan de situation générale des trois camps
Auschwitz : plan de situation générale des trois camps

Auschwitz est en fait un complexe concentrationnaire constitué de trois camps : Auschwitz I « Stammlager », camp principal ; Auschwitz II, ou Birkenau, ouvert le 8 octobre 1941 en tant que camp d'extermination ; Auschwitz III ou Monowitz, ouvert le 31 mai 1942 en tant que camp de travail. Chaque camp possède ses propres kommandos extérieurs.

Auschwitz I et est installé dans les bâtiments d’une ancienne caserne polonaise. Birkenau (Brzezinka) se situe à 4km du Stammlager et comporte plusieurs secteurs de camps, une rampe de chemins de fer, 4 ensembles chambres à gaz – crématoires et d’immenses entrepôts. Auschwitz III fournit de la main d'oeuvre gratuite au complexe industriel IG Farben qui produit du caoutchouc synthétique (Buna).

2.5. L’ouverture de Birkenau – Auschwitz II. Les Bunkers I et II

Auschwitz-Birkenau: vue aérienne prise par l’US Air Force. On y indique clairement les colonnes de prisonniers
Auschwitz-Birkenau: vue aérienne prise par l'US Air Force. On y indique clairement les colonnes de prisonniers

A partir du 8 octobre 1941, plus de 10 000 prisonniers de guerre soviétiques sont amenés du Stalag de Lamsdorf (Lambinowice) au camp d'Auschwitz. Ces prisonniers commencent à édifier un Camp à Brzezinka (Birkenau), à 3 km du Stammlager sous la direction du SS Sturmbannführer Karl Bischoff. Ils commencent à construire les baraquements en brique qui deviendront plus tard le camp des femmes. En même temps, débutent les déportations systématiques de juifs.

Auschwitz Birkenau : plan général du camp
Auschwitz Birkenau : plan général du camp

Le but est clair : la fonction première du camp de Birkenau est désormais de devenir un camp d’extermination, un camp de l’« Endlösung der Judenfrage »… Cette extermination systématique des juifs à Birkenau va débuter réellement en janvier 1942… Non sans tâtonnements, car rapidement les SS se rendent compte de l’insuffisance des moyens de mise à mort et de crémation : dès le 22 octobre 1941 en effet, le chef de la « Bauleitung », Karl Bischoff, s'entretient avec l'ingénieur Prüfer de la firme « Topf und Söhne » d'Erfurt pour la construction d'un second Krematorium au Stammlager et à Birkenau. Quelques jours plus tard, le 1 novembre 1941, les deux « Bauleitungen », celle du Stammlager et celle de Birkenau, fusionnent et deviennent, sous les ordres de Bischoff, elles deviennent la « Zentralbauleitung der Waffen SS und Polizei Auschwitz ». Priorité est données désormais à l’efficacité de la machine de mise à mort.

Auschwitz I : situation des Bunker I et II, les premières chambres à gaz (anciennes fermes transformées), expérimentales, avant que l’industrie de la mort ne s’empare du processus
Auschwitz I : situation des Bunker I et II, les premières chambres à gaz (anciennes fermes transformées), expérimentales, avant que l’industrie de la mort ne s’empare du processus

En attendant, faute de rendement suffisant des crématoires, une fosse – charnier est créée à Birkenau pour y recevoir les cadavres ne pouvant être incinérés…

Début mars 1942, les arrivées des convois de juifs à exterminer s’intensifient. Ainsi, le 30 mars 1941 arrive le premier convoi de France, parti de Compiègne le 27 mars 1942 et comptant 1 112 hommes (19 survivants en 1945, soit 1,7%). Les besoins des industries en main d’oeuvre incitent les SS à mettre en place le système de sélection à l’arrivée des trains sur la « Judenrampe » : mort immédiate pour les inaptes (vieillards, femmes avec enfants, malades…), mort « différée » par le travail pour les « aptes »… La première « sélection » aura lieu le 4 juillet 1942 avec des Juifs slovaques. Pour les « Juifs » du travail et les autres déportés « immatriculés », les SS ouvrent le 31 mai 1942 un camp de travail pur les besoins de la firme IG Farben, Auschwitz III « Monowitz ».

Auschwitz-Birkenau : une sélection sur la « Judenrampe ». Il s’agit de la Judenrampe aménagée en 1944 à l’intérieur même de Birkenau
Auschwitz-Birkenau : une sélection sur la « Judenrampe ». Il s’agit de la Judenrampe aménagée en 1944 à l’intérieur même de Birkenau

Mais rapidement, l’installation de mise à mort primitive s’avère totalement insuffisante. Aussi, début mai 1942 les SS aménagent une petite ferme de Birkenau pour remplacer la chambre à gaz du Krematorium I en travaux (ce « K I » sera remis en exploitation à partir du 8 août 1942). C'est le « Bunker I » : deux pièces sans désaération d’une capacité de 900 places. Les corps gazés sont enterrés dans des fosses creusées dans une clairière du Birkenwald. Le mois suivant, alors que s’accélère l’arrivée de convois de Juifs, une seconde ferme de Birkenau est aménagée en chambre à gaz : quatre pièces en parallèle d'une superficie de 105m2, sans désaération. Capacité : 1 200 places…

Auschwitz Birkenau : plan du « Bunker I » ou « Maison rouge »
Auschwitz Birkenau : plan du « Bunker I » ou « Maison rouge »

Le « Bunker I » restera opérationnel jusqu’à la fin de la guerre. Le « Bunker II », superflu au printemps 1943, reprendra service début 1944 et restera en activité jusqu'à l'automne 1944, lorsque les autres chambres à gaz ne pourront plus suivre le rythme accéléré des exterminations dû à l’arrivée massive des Juifs des ghettos et des Juifs de Hongrie. Les victimes gazées dans les deux bunkers se déshabillent dans des baraques en bois voisines. Après gazage, les corps sont d’abord enterrés dans des fosses puis brûlés à l'air libre à partir de janvier 1943. Entre mai 1942 et mars 1943, 175 000 juifs seront exterminés dans les Bunkers, dont 105 000 entre janvier et mars 1943.

Auschwitz-Birkenau : la chambre à gaz temporaire utilisée en 1941-1942
Auschwitz-Birkenau : la chambre à gaz temporaire utilisée en 1941-1942

En été 1942, alors que de nombreux convois arrivent de toute l’Europe (notamment les convois 6 à 39 entre juin et septembre venant de Compiègne avec quelques 35 000 déportés, ou le convoi du 8 juillet 1942 avec 1 170 français « NN » (« Nacht une Nebel », Nuit et brouillard) déportés en vertu du « Nacht und Nebel Erlass » signé par Keitel le 7 décembre 1941…), la plus importante épidémie de typhus exanthématique se déclare dans le camp. Elle voit son point culminant le 11 septembre 1942, tuant par jour entre 100 et 375 prisonniers alors que la « Lagersperre » (quarantaine) est totale depuis le 23 juillet 1942 et que les SS eux mêmes sont interdits d'entrée dans le camp. Malgré la nomination du docteur Edouard Wirths comme médecin chef de la garnison pour enrayer l'épidémie de typhus, elle ne s’arrêtera qu’en novembre 1942 après avoir tué environ 19 000 personnes…

L’épidémie de typhus n’empêche pas les convois d’arriver dans le camp et d’y être exterminée. Bien au contraire : le Reichsführer Himmler voit beaucoup plus grand…

Auschwitz Birkenau : plan du « Bunker II » ou « Maison blanche »
Auschwitz Birkenau : plan du « Bunker II » ou « Maison blanche »


Si les casinos ont une histoire passionnante, cela n’explique pas pour autant l’incroyable succès de tous les jeux de casino existants ! Essayez la roulette en ligne ou video poker et vous oublierez vite l’histoire pour ne plus penser qu’au jeu.
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)