B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

28. 1940

01/01/1940
Introduction d’un service civil obligatoire pour les étudiants allemands pendant les trois premiers semestres de leur cursus.
04/01/1940
Goering est chargé de l’économie et des industries de guerre du Reich.
08/01/1940
Victoire finlandaise sur la 44e division d'assaut soviétique dans la région de Suomussalmi.
La terrible bataille de Suomussalm
La terrible bataille de Suomussalm
10/01/1940
Deux officiers allemands, à bord d’un avion courrier de la Luftwaffe qui portent les plans de l’offensive de l’Allemagne vers l’Ouest (prévue pour le 17 janvier), atterrissent par erreur à Mechelen-sur-Meuse, ville belge du Limbourg. Les Alliés apprennent ainsi que Hitler a l’intention de violer la neutralité belge. Hitler tient Göring pour responsable de cette « fuite » et exige qu’une tête tombe. Ce sera celle de Helmut Felmy, l’un des meilleurs généraux de la Luftwaffe. Le Führer reporte l’attaque au printemps.
12/01/1940
Le général Albert Kesselring est nommé commandant de la 2e flotte de la Luftwaffe.
En raison des conditions météorologiques défavorables, Hitler remet au 20 janvier son offensive à l'Ouest.
17/01/1940
Hitler reporte au printemps son offensive à l'Ouest.
18/01/1940
La Suède, la Norvège et le Danemark proclament leur neutralité.
23/01/1940
L'achat des chaussures et de cuir est interdit aux Juifs en Allemagne.
25/01/1940
Les Pays-Bas réaffirment leur principe de neutralité.
Essais de gazages à Brandebourg. Début de l'action T4 à Grafeneck.
02/02/1940
Offensive soviétique du général Timochenko dans le secteur de Summa. Les troupes finlandaises réussissent à contenir l'offensive contre la ligne Mannerheim.
06/02/1940
Rapport Blaskowitz, général commandant les troupes en Pologne sur les « Einzelaktionen » : « C'est une erreur que de massacrer comme on le fait à présent environ 10.000 juifs polonais, car - dans la mesure où la masse de la population est concernée, ce n'est pas ainsi qu'on fera disparaître l'idée d'un Etat polonais, ni qu'on exterminera les juifs » (Notes de Blaskowitz)
Johannes Blaskowitz, Erwin Rommel et Gerd Von Rundsted
Johannes Blaskowitz, Erwin Rommel et Gerd Von Rundsted
11/02/1940
La ligne Mannerheim est enfoncée par la VIIe armée soviétique. Les troupes finlandaises s'installent sur une seconde position défensive.
12/02/1940
Un accord commercial germano-soviétique permet à l’Allemagne de contourner l’embargo britannique : livraison à l’Allemagne de pétrole et de céréales. En échange, l'U.R.S.S. obtient de l'armement moderne et des produits manufacturés.
16/02/1940
Constitution du ghetto de Lodz.
Abordage dans les eaux norvégiennes du croiseur allemand « Altmark » par le croiseur anglais « Cossack » : les prisonniers anglais qu'il transporte sont délivrés.
21/02/1940
Himmler décide de la création d’un camp à Auschwitz, destinés aux Polonais du gouvernement général et de Silésie.
24/02/1940
L’ancien ambassadeur Ulrich Von Hassell monte un projet de putsch contre le régime nazi. Il contacte les milieux de la résistance bourgeoise animés par Carl Friedrich Goerdeler.
29/02/1940
Les troupes soviétiques franchissent la seconde ligne de défense finlandaise. Le général Mannerheim ordonne à ses troupes d'évacuer.
02/03/1940
Adolf Hitler rencontre un émissaire américain, Sumner Welles, et lui affirme qu’il désire la paix.
Entretiens Ribbentrop - Mussolini. Le Duce se décide à entrer en guerre aux côtés des Allemands.
Les troupes soviétiques atteignent Viborg.
05/03/1940
Staline donne l'ordre d'éliminer tous les officiers polonais prisonniers.
08/03/1940
L’Allemagne somme le gouvernement suédois de s’employer à faire céder la Finlande. Les troupes soviétiques s'emparent de Viborg. Le gouvernement soviétique repousse une demande finlandaise pour un armistice immédiat.
Démantèlement à Dresde du groupe de résistance Schulze-Stein.
Décrets sur les Polonais qui travaillent dans le Reich : leurs libertés sont fortement limitées et il leur est formellement interdit de nouer des contacts avec les Allemands.
09/03/1940
Face à la situation militaire catastrophique, le général Mannerheim demande au gouvernement de composer avec l'U.R.S.S.
Le général Mannerheim
Le général Mannerheim
12/03/1940
La Finlande signe un armistice avec la Russie et un traité de collaboration avec l’Allemagne. La Finlande doit céder les différents territoires de l'isthme de Carélie et du golfe de Finlande exigés par les Soviétiques.
Visite de Ribbentrop à Rome. Il rassure Mussolini sur les intentions de leur allié soviétique en Europe centrale. Le Duce promet l'entrée en guerre de l'Italie au côté de l'Allemagne « au moment propice ».
Fritz Todt devient ministre de l’Armement et des Munitions.
Décision des franco-britanniques d’envoyer des troupes à Narvik pour soutenir les Finlandais.
15/03/1940
A Montevideo, Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial, déclare que 90.000 Juifs de Palestine se sont engagés aux côtés des Alliés contre l’Allemagne.
18/03/1940
Rencontre Hitler-Mussolini au col du Brenner : l’Italie confirme le principe d’entrer en guerre aux côtés de l’Allemagne.
Mussolini-<a class=Hitler : le Duce demande l’aide allemande en Afrique et en Grèce'>
Mussolini-Hitler : le Duce demande l'aide allemande en Afrique et en Grèce
20/03/1940
En France, démission de Daladier.
21/03/1940
Cabinet Paul Reynaud. Il va durer Jusqu’au 16 juin 1940. Mais le nouveau ministère n'obtient la confiance de la Chambre des députés que par 268 voix contre 156 et 111 absentions.
Paul Reynaud (1878-1966)
Paul Reynaud (1878-1966)
23/03/1940
Devant l'afflux incontrôlable des expulsés dans le Gouvernement Général, Goering ordonne l'interruption des déplacements, sauf sur autorisation expresse de Frank.
27/03/1940
Himmler lance les travaux de construction du camp de concentration d’Auschwitz, près de Cracovie, dans le sud de la Pologne.
28/03/1940
La Grande-Bretagne et la France s’engagent à ne pas conclure de paix séparée avec l'Allemagne.
A Londres, le Conseil suprême interallié décide d'exiger du gouvernement suédois l'arrêt des exportations de minerai de fer vers le Reich, ainsi que de miner les eaux norvégiennes et d'envoyer une expédition pour occuper les ports de Norvège occidentale.
02/04/1940
Hitler ordonne l’exécution de l'opération « Weserübung », l’occupation du Danemark et de la Norvège.
05/04/1940
Winston Churchill, le nouveau président du comité des ministres de la défense rencontre Daladier à Paris et tente en vain de le convaincre de larguer des mines fluviales au-dessus de l’Allemagne.
08/04/1940
Opération « Weserübung » : les Allemands envahissent le Danemark et la Norvège (occupation d'Oslo, Bergen, Egersund, Kristiansand, Stavanger, Trondheim et Narvik). Ils devancent ainsi les Alliés, qui ont retardé leur débarquement (prévu le 5 avril), voulant défendre « la route du fer » (minerai suédois transitant vers l'Allemagne par Narvik), puis éventuellement la Suède et les côtes baltiques.
La Wehrmacht en Norvège
La Wehrmacht en Norvège
Avril 1940 : les troupes allemandes débarquent en Norvège sous la protection d’un croiseur
Avril 1940 : les troupes allemandes débarquent en Norvège sous la protection d'un croiseur
09/04/1940
Installation à Oslo d’un gouvernement pro-allemand dirigé par Quisling, mais non reconnu par le roi Haakon VII. Le Danemark accepte de coopérer avec le Reich.
Le gouvernement argentin fait interner dans l’île Martin Garcia les marins allemands du « Graf Spee », qui s’est sabordé en décembre.
10/04/1940
Batailles navales de Narvik : une escadre navale britannique coule ou détruit dans le fjord huit destroyers allemands, le sous-marin U-64 et plusieurs cargos chargés de matériels. Le général allemand Dietl est isolé, mais le général anglais Mackesy refuse toute opération terrestre.
9 avril 1940 : bombardiers de la Luftwaffe survolant une ville du Danemark
9 avril 1940 : bombardiers de la Luftwaffe survolant une ville du Danemark
14/04/1940
Pour tenter de couper la route du fer suédois en direction de l'Allemagne, les troupes franco-britanniques débarquent à Narvik, en Norvège.
15/04/1940
Un arrêté du ministère de l'intérieur du Reich ordonne aux établissements de santé de déclarer leurs pensionnaires juifs.
« Départ volontaire » sous la pression de Frank de 23.000 des 60.000 juifs de Cracovie. Ils se répartissent dans d'autres villes du Gouvernement Général’
Un institut d'euthanasie est installé à Sonnenstein.
Constitution définitive du Ghetto de Lodz (Litzmannstadt). Chaïm Rumkowski est nommé chef du Judenrat.
17/04/1940
Le général Jodl déclare à Hitler : « Dans chaque conflit, il arrive un moment où le commandant suprême doit garder son sangfroid ».
Le croiseur « Suffolk » bombarde l'aéroport de Sola occupé par les Allemands.
22/04/1940
Les troupes alliées débarquées à Namsos sont arrêtées par les Allemands au nord de Trondheim. Défaite des Alliés à Lillehammer (Norvège).
24/04/1940
Suite à l’échec des négociations avec le gouvernement norvégien pour une collaboration avec l’Allemagne, Josef Terboven est nommé « Commissaire du Reich pour la Norvège ».
30/04/1940
En Norvège, les troupes allemandes venant d’Oslo et de Trondheim font leur jonction à Dombas. Évacuation d'une partie des troupes du corps expéditionnaire allié.
Fermeture du ghetto de Lodz.
01/05/1940
Le général français Bethouart et le général norvégien Fleisher attaquent à Foldvick, en Norvège. La Légion française chasse les Allemands de Narvik et de Ankenes.
Troupes françaises à Narvik
Troupes françaises à Narvik
03/05/1940
Les troupes alliées évacuent le centre de la Norvège.
04/05/1940
Début de la construction d'Auschwitz I (Stammlager).
Le roi Haakon et le gouvernement norvégien se réfugient à Londres.
10/05/1940
A 5 heures 35, début de l'offensive allemande contre la Hollande, la Belgique et le Luxembourg. Après des bombardements massifs (Rotterdam), deux corps d’armée allemands attaquent les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Des parachutistes allemands sont largués sur Maastricht.
Bataille de Hollande : des parachutistes Allemands sont largués au dessus de Maastricht
Bataille de Hollande : des parachutistes Allemands sont largués au dessus de Maastricht
A 7 heures 30, les avant-gardes du corps expéditionnaire britannique et de la 7e armée françaises entrent en Belgique.
A Londres, Arthur Neville Chamberlain démissionne. Winston Churchill devient premier ministre.
11/05/1940
Les parachutistes allemands prennent le fort belge d'Eben-Emael, défendant Liège. Trois divisions anglaises se positionnent sur la rive gauche de la Dyle, entre Wavre et Louvain. Churchill autorise la R.A.F. à bombarder l'Allemagne.
Les parachutistes allemands prennent le fort d’Eben-Emael
Les parachutistes allemands prennent le fort d’Eben-Emael
12/05/1940
Le Luxembourg est envahi par les troupes allemandes. La 7e armée française, qui avait pénétré aux Pays-Bas, reçoit l'ordre d'évacuer la région de Breda et de se replier sur Berg op Zom et Anvers. Les troupes belges font retraite sur leurs positions de la ligne Dyle : huit divisions s'intercalent entre le corps expéditionnaire britannique et la 7e armée française. Dans les Ardennes, attaque de 7 divisions de panzers du groupe d'armées A, commandé par Von Rundstedt. Les troupes françaises abandonnent la rive droite de la Meuse ainsi que la position de Sedan à la 1re et à la 10e divisions blindées de Guderian.
13/05/1940
Le groupe blindé Guderian (appuyé par les stukas) perce le front français de la Meuse à Sedan, Dinant et Monthermé. A minuit, l'avance allemande sur la rive gauche est de huit kilomètres, mais seules quelques unités ont franchi le fleuve.
Prise de Liège par les Allemands.
Ordre de repli des troupes néerlandaises sur la ligne de défense « Forteresse hollandaise » entre Amsterdam, Rotterdam et Utrecht. La reine Wilhelmine embarque à bord d'un contre-torpilleur britannique à destination de l'Angleterre.
Dans la nuit, la 7e Panzerdivision de Rommel bouscule la 5e division française engagée en Belgique.
Sedan, 13 mai 1940 : les blindés de Guderian en marche. Rien ne les arrêtera
Sedan, 13 mai 1940 : les blindés de Guderian en marche. Rien ne les arrêtera
14/05/1940
La Luftwaffe bombarde Rotterdam, au moment même où la ville négocie sa reddition : il y a 1.147 morts.
A 16 heures, les chars français de la 3e division cuirassée, prêts à contre-attaquer les troupes allemandes entre Dinant et Sedan, reçoivent l'ordre de se disperser sur un front de 20 kilomètres.
Les bombardiers alliés tentent en vain de détruire le pont de bateaux que Guderian a fait installer sur la Meuse pour permettre le passage des renforts allemands.
Dans la nuit, les troupes allemandes percent entre Namur et Sedan. A Gembloux, les troupes françaises arrêtent momentanément les Allemands.
Mai 1940 : caricature du « Voltaire », quelques jours avant l’invasion
Mai 1940 : caricature du « Voltaire », quelques jours avant l'invasion
15/05/1940
A 9 heures 15, le général Winkelman signe la capitulation de l’armée néerlandaise, à l'exception des troupes de la Zélande.
La 6e division blindée allemande coupe la retraite de la9e armée française, qui se débande. Les blindés allemands atteignent Montcornet, à une vingtaine de kilomètres de Laon.
En Belgique, reprise de l'attaque allemande, qui est stoppée à Gembloux et Louvain. Dans l'après-midi, le général Georges donne l'ordre d'évacuation de la Dyle.
« Clôture » du Ghetto de Varsovie.
16/05/1940
Les divisions blindées du général Heinz Guderian se trouvent à environ 90 kilomètres à l’est de Sedan.
Le front français est définitivement rompu. Le général Gamelin donne l'ordre de retraite à toutes les forces françaises qui se trouvent en Belgique. Ordre aux troupes belges de se replier sur l'Escaut. Retraite des troupes britanniques engagées en Belgique.
Paul Reynaud prévient Churchill par radio que la bataille est perdue. A 17 heures 30, rencontre à Paris entre Churchill, sir Dill, Reynaud, Daladier et Gamelin. Les archives du Quai d'Orsay commencent à être brûlées.
Le général Heinz Guderian (1888-1954) est un disciple de Basil Liddell Hart, le concepteur britannique de la guerre éclair. Heinz Guderian organise les divisions de Panzer en formations autonomes, destinées à la pénétration en profondeur sur les arrières de l’ennemi. Dans les autres armées, les tanks se contentaient presque toujours d’accompagner l’infanterie
Le général Heinz Guderian (1888-1954) est un disciple de Basil Liddell Hart, le concepteur britannique de la guerre éclair. Heinz Guderian organise les divisions de Panzer en formations autonomes, destinées à la pénétration en profondeur sur les arrières de l’ennemi. Dans les autres armées, les tanks se contentaient presque toujours d’accompagner l’infanterie
17/05/1940
La VIe armée allemande entre dans Bruxelles.
Reynaud rappelle Pétain de son ambassade à Madrid et Weygand de son commandement de l'armée du Levant.
Contre-attaque française à Montcornet, dans l'Aisne : le colonel De Gaulle lance sa 4e division cuirassée contre la 2e division de Panzers de Guderian et stoppe provisoirement l'avance des blindés allemands vers l'ouest.
18/05/1940
Les troupes allemandes occupent Anvers, Cambrai et Saint-Quentin. Le général Giraud et les restes de la 9e armée française sont faits prisonniers près de Cambrai.
Remaniement du cabinet Reynaud : Pétain est nommé vice-président du Conseil.
19/05/1940
En France, Weygand remplace Gamelin à la tête des armées françaises.
Rommel convainc son supérieur le général Hoth, de laisser à sa 7e division l'occasion d'occuper les hauteurs d’Arras.
Échec de la deuxième contre-attaque de blindés français. Guderian prend Péronne.
Le Reichsinnenminister Wilhelm Frick interdit formellement aux civils allemands d’entrer en contact avec les prisonniers de guerre en Allemagne.
20/05/1940
Les Allemands atteignent Abbeville. Rommel se trouve dans les faubourgs d'Arras, Guderian prend Amiens puis Abbeville et atteint la mer à Noyelles. Les armées alliées sont coupées en deux. Une quarantaine de divisions alliées sont encerclées dans les Flandres.
Le général Ironside, chef d'état-major général, ordonne à Lord Gort, chef du corps expéditionnaire britannique, de se mouvoir vers le sud-ouest, par Béthune et Arras, pour se placer à la gauche de l'armée française. Le même jour, se tient la première réunion destinée à étudier l'évacuation d'urgence des troupes par la Manche.
Arrivée de détenus « verts » allemands (droits communs) à Auschwitz, chargés de l’administration interne du camp. Ils seront chefs de Blocks et Kapos, et feront régner la terreur.
Juin 1940 : la campagne de France
Juin 1940 : la campagne de France
21/05/1940
Voyage de Weygand à Ypres pour la conférence interalliée. Lord Gort arrive après son départ : les chefs militaires français, belges et britanniques ne trouvent pas de terrain d'entente pour appliquer le plan proposé par Weygand. Le général Billotte, commandant du groupe d'armées n°1, est tué dans un accident d'automobile à la sortie de la conférence. Il est remplacé par le général Blanchard’
Les forces alliées essayent sans succès de couper le couloir allemand à la hauteur d’Arras et de Cambrai.
A Paris, les sénateurs font une longue ovation au maréchal Pétain lors de son passage au Sénat.
22/05/1940
Les politiques franco-anglais réunis au château de Vincennes approuvent le plan Weygand. Mais il ne pourra pas être mis en oeuvre.
Le roi des Belges Léopold III limite le retrait prévu de son armée, qui reçoit l'ordre de se replier non sur l'Yser mais sur le canal de dérivation de la Lys.
Les divisions blindées allemandes qui ont atteint la Manche se dirigent vers Boulogne et Calais.
23/05/1940
Le général Von Rundstedt donne l'ordre à ses unités blindées de s'arrêter pour se regrouper.
Les 9 divisions britanniques du général Gort évacuent Arras pour éviter l'encerclement. En raison des difficultés d'approvisionnement, les soldats du corps expéditionnaire britannique sont rationnés.
24/05/1940
La 10e division allemande attaque Calais, la 2e division blindée allemande Boulogne. Dunkerque est violemment bombardée.
La Grande Bretagne décide de limiter ses opérations militaires en Norvège à cause de la situation en France.
25/05/1940
Les Allemands prennent Boulogne. Les troupes alliées se replient sur Dunkerque. Mais Hitler ordonne à ses blindés de s'arrêter sur le front de l'Aa, ce qui va permettre aux troupes franco-anglaises de s'évacuer du piège de Dunkerque. Il doit cette « felix culpa » à Goering qui voulait achever l'armée ennemie avec sa Luftwaffe.
Succès des troupes allemandes à Courtrai. Le front belge s'effondre entre Geluwe et la Lys.
Trois divisions françaises repoussent durant trois semaines les assauts de sept divisions allemandes à Stonne, Tannay et le Mont-Dieu dans les Ardennes.
Dunkerque : le piège
Dunkerque : le piège
26/05/1940
Lord Gort donne l'ordre au corps expéditionnaire britannique de se replier sur les ports. L'Amirauté donne le signal de déclenchement de l'opération Dynamo d'évacuation du corps expéditionnaire.
Weygand donne l'ordre à la Ière armée de faire retraite vers Dunkerque et de réduire les têtes de pont sur la Somme.
Le roi Léopold III refuse de quitter le pays comme le lui demande son gouvernement.
27/05/1940
Capitulation de Calais. La 4e division cuirassée de de Gaulle enfonce le dispositif allemand à Abbeville. Après trois jours de combat, la bataille se solde par un demi-succès français.
28/05/1940
Léopold III décide de capituler et envoie un parlementaire aux Allemands sans prendre l'avis de ses alliés. Capitulation de la Belgique : 225.000 prisonniers, dont 145.000 Flamands (libérés aussitôt) et 80.000 Wallons (internés : il y aura encore 66.000 captifs fin 1943). Le « rexiste » Léon Degrelle organise la collaboration avec le Reich.
En Norvège, le corps expéditionnaire franco-anglais s'empare de Narvik. Aussitôt après, arrive l’ordre d’évacuation des troupes en Norvège.
Sous l’impulsion de Churchill, le cabinet de guerre rejette toute négociation avec Hitler via Mussolini.
29/05/1940
Début du rembarquement allié à Dunkerque. Opération Dynamo : 338.226 soldats anglais et 60.000 français s'échappent de Dunkerque vers l'Angleterre. L’opération sera terminée le 4 juin.
Les troupes allemandes entrent dans Ostende et Ypres.
Réorganisation des forces allemandes sur l'ordre de Hitler pour une action vers le sud de la France : création de 5 Panzerkorps, dont 3 sont confiés à Von Bock et 2 à Von Rundstedt. Von Bock déplace sur la Somme les 4e, 6e et 9e armées, les positionnant à côté des 2e, 12e et 16e armées de Von Rundstedt installées sur l'Aisne et l'Ailette.
Arthur Seyss-Inquart est nommé Reichskommissar pour la Hollande.
30/05/1940
Juin 1940: la bataille de Dunkerque
Juin 1940: la bataille de Dunkerque
Constitution à Rome du commandement suprême italien, avec à sa tête Mussolini qui déclare au gouvernement allemand qu’il est décidé à entrer en guerre aux côtés du Reich. Il fixe l'entrée en guerre de l'Italie au 5 juin.
En Pologne, lancement de l'« Aktion-Franck » visant « à détruire physiquement l'élite intellectuelle de la Pologne par des arrestations massives et sa déportation dans des camps de concentration ».
La Luftwaffe coule trois contre-torpilleurs, plusieurs cargos et de nombreux bateaux de pêche employés à l'évacuation des troupes de Dunkerque. La défense de la poche de Dunkerque incombe totalement à l'armée française. Le gouvernement britannique décide que les Français et Anglais seraient embarqués dorénavant à égalité. Le général Juin est fait prisonnier à Lille.
31/05/1940
A Dunkerque, le général Gort embarque pour Douvres. Les troupes britanniques restant encore en France passent sous les ordres du général Alexander.
Le diplomate portugais Artistides de Sousa Mendes, en poste à Bordeaux, délivre de nombreux visas aux Juifs.
Dunkerque : embarquement des troupes franco-anglaises
Dunkerque : embarquement des troupes franco-anglaises
Dunkerque : après l’évacuation
Dunkerque : après l’évacuation
01/06/1940
Les débris de six divisions françaises contiennent Jusqu’au 5 à Lille sept divisions allemandes.
Bombardement allemand intensif sur les navires d'évacuation des troupes de Dunkerque : 4 contre-torpilleurs, 2 ferry-boats, un dragueur de mines et une canonnière sont coulés. En raison de l'avancée allemande, l'amirauté britannique décide de suspendre provisoirement l'évacuation.
Hitler demande à son allié Mussolini de retarder de quelques jours la date de l'entrée en guerre de l'Italie. Le Duce accepte, la fixant pour le 10 juin à minuit.
03/06/1940
Avancée décisive des troupes allemandes à Dunkerque : les arrière-gardes françaises se replient sur une ligne située à moins de 3 kilomètres de l'extrémité de la jetée est de Dunkerque.
Bombardement allemand sur Paris.
En Norvège, les troupes françaises et britanniques commencent l'évacuation de Narvik.
Dunkerque. Prisonniers britanniques
Dunkerque. Prisonniers britanniques
04/06/1940
Le camp de Neuengamme devient autonome. Créé en 1938, il est d'abord un Kommando de Sachsenhausen où les détenues travaillent dans une briqueterie confisquée à des Juifs. En 1940, les détenus sont à 80% des criminels allemands. Jusqu'en 1945 le camp accueillera près de 100.000 détenus dont 11.000 français.
A 3 heures 40 le contre-torpilleur « Shikari » quitte Dunkerque avec des troupes françaises. A l'aube, les troupes allemandes sont sur la plage.
Ordre du général Weygand aux armées françaises de tenir sur la Somme jusqu'à l'arrivée des réserves le 15 juin.
05/06/1940
Offensive allemande sur la Somme. La Wehrmacht opère un mouvement tournant et repousse vers le sud le reste de l'armée française ainsi que les centaines de milliers de réfugiés.
Remaniement ministériel à Paris. De Gaulle est nommé sous-secrétaire d'État à la Défense nationale.
06/06/1940
Les fronts de l'Aisne et de la Somme sont rompus : le 15e corps blindé du général Hoth perce le dispositif de la 10e armée française sur la basse Somme ; plus à l'est, l'infanterie de la 9e armée allemande fait une brèche dans le dispositif de la 6e armée française, mais elle est repoussée devant le chemin des Dames. Les troupes françaises se replient sur la rive gauche de l'Aisne.
Avancée des 39e et 41e corps blindés du Panzergruppe de Guderian en direction de Châlons-sur-Marne et de Langres, vers la frontière suisse, pour prendre à revers les 3e, 5e et 8e armées françaises.
Dans les territoires annexés de la Pologne, le droit allemand sera désormais appliqué pour la population polonaise. La peine de mort y sera appliquée avec la plus grande des rigueurs.
Raid isolé sur Berlin d'un avion de l'aéronavale française.
Reddition d’un char B1 française aux troupes allemandes en juin 1940. Image célèbre, mais habile montage de la propagande allemande. L’homme aux bras levés est un officier allemand déguisé
Reddition d'un char B1 française aux troupes allemandes en juin 1940. Image célèbre, mais habile montage de la propagande allemande. L'homme aux bras levés est un officier allemand déguisé
07/06/1940
Rembarquement des Alliés en Norvège (Narvik), sans réaction allemande.
Les Allemands franchissent l'Aisne, occupent Montdidier, Noyon et Forges-les-Eaux.
Le préfet d'Eure-et-Loir Jean Moulin refuse de signer une déclaration allemande accusant les troupes coloniales françaises de crimes de guerre. Il est maltraité et emprisonné.
08/06/1940
Les troupes allemandes établissent une importante tête de pont sur l'Aisne, autour de Soissons.
Le porte-avion britannique « Glorious » et ses deux contre-torpilleurs d'escorte sont coulés au large de Narvik par les croiseurs « Gneisenau » et « Scharnhorst ».
09/06/1940
Fin de la résistance norvégienne. Le roi Haakon VII ordonne l'arrêt des combats.
De Gaulle se rend en Angleterre pour demander l’envoi en France de troupes britanniques et d’une partie de la R.A.F. Churchill refuse.
Les troupes allemandes occupent Rouen, Dieppe, Compiègne et atteignent la Marne et la Seine. Attaque de Von Rundstedt en Champagne. L'aile gauche de la 10e armée française se replie sur Saint-Valéry-en-Caux pour tenter de rejoindre la mer. Weygand prévient le président du conseil Reynaud que les lignes de résistance peuvent lâcher définitivement d'un moment à l'autre.
Près de Château Thierry
Près de Château Thierry
10/06/1940
L'Italie déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne.
Les troupes allemandes traversent la Seine. Guderian fait traverser l'Aisne à ses blindés. A Paris, le général Hering donne l'ordre à tous les services publics et aux affectés spéciaux de rester sur place. La capitale est déclarée « ville ouverte ». Le gouvernement se replie sur Tours.
Weygand donne des instructions pour la préparation du « réduit breton » : les généraux Fagalde et Altmayer sont chargés de regrouper les divisions récupérées à Dunkerque et revenues d'Angleterre pour le garnir. Mais Weygand ne croit pas au « réduit breton ».
Franco proclame l'Espagne en état de non-belligérance active.
11/06/1940
Premier raid italien sur Malte.
Réunion du conseil suprême interallié à Briare, présidé par Reynaud et Churchill.Le Royaume-Uni refuse de faire intervenir la R.A.F. en France, craignant une offensive de la Luftwaffe sur l'Angleterre.
Les troupes de Von Kleist franchissent la Marne.
A Saint-Valery-de-Caux, les restes de la 10e armée française capitulent devant les troupes de Rommel.
12/06/1940
Les troupes de Guderian traversent les hauteurs de Champagne et prennent Châlons-sur-Marne. Ne pouvant maintenir un front continu, Weygand ordonne le repli général des armées françaises.
A Angevillers, dans l'Oise, les Allemands fusillent trente soldats sénégalais qui se sont constitués prisonniers.
Au conseil des ministres réuni près de Tours, Weygand et Pétain estiment qu'il faut demander l'armistice. Reynaud repousse cette idée, défendant celle d'un « réduit breton ».
13/06/1940
Réunion du conseil suprême interallié à Tours. Reynaud demande l'aide des États-Unis.
L'Allemand Otto Abetz devient le représentant officiel de la Wilhelmstrasse (Affaires étrangères allemandes) à Paris.
14/06/1940
Les troupes allemandes défilent dans Paris.
Repli des armées françaises sur la Loire et vers la Bourgogne.
Attaques allemandes sur la Sarre.
Offensive « Tiger » de Von Witzleben sur la ligne Maginot : c.est un échec.
Les troupes soviétiques pénètrent en Lituanie, Lettonie et Estonie. Puis elles entrent en Bessarabie et Bucovine avec l’accord tacite de Hitler.
Accord entre Weygand et le général Alanbrooke, nouveau commandant du corps expéditionnaire britannique, pour la réalisation du « réduit breton ».
Arrivée à Paris du SS Sturmbannführer Helmut Knochen et du Sonderkommando, « ossature » de la Gestapo.
Le premier convoi de juifs polonais arrive à Auschwitz.
Juin 1940 : les Allemands à Paris
Juin 1940 : les Allemands à Paris
14 juin 1940 : Arrivée des troupes allemandes qui défilent sur les Champs-Elysées
14 juin 1940 : Arrivée des troupes allemandes qui défilent sur les Champs-Elysées
15/06/1940
Le gouvernement se replie à Bordeaux.
Début des opérations italiennes contre les troupes françaises dans les Alpes.
Les troupes allemandes prennent Verdun.
L'armée française défend les passages et les ponts de la Loire entre Mer et Gien. Bataille de chars à Champaubert et Mondement.
Weygand refuse la capitulation de l'armée française que demande le président du conseil Reynaud dans l'idée de permettre au gouvernement de continuer la guerre dans l'Empire français.
Roosevelt répond à Reynaud que les États-Unis ne sont pas disposés à entrer en guerre, mais qu'elles soutiendront matériellement la France et le Royaume-Uni.
La flotte française bombarde les installations pétrolières du port de Gênes. Raids de la R.A.F. sur le nord de l'Italie.
16/06/1940
Les Allemands atteignent la Loire et prennent Orléans. Les blindés de Guderian atteignent la Saône, se dirigeant sur Besançon et Pontarlier. Le groupe allemand d'armées C traverse le Rhin près de Colmar. Bombardements allemands dans l'Ain sur Bourg-en-Bresse et Pont-de-Vaux.
La France avertit son allié anglais de son intention de traiter avec les Allemands : les Britanniques acceptent à la condition que la flotte française rejoigne les ports britanniques.
Démission du cabinet Reynaud. Constitution du cabinet Pétain. L'amiral Darlan est nommé ministre de la Marine, le général Weygand ministre de la Guerre. A 23 heures, Pétain charge Baudouin, son ministre des Affaires étrangères, de pressentir les Allemands et les Italiens.
17/06/1940
Dans la nuit, Pétain demande l’armistice. Il annonce la fin des combats à midi, par radio aux Français : « Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur. C'est le coeur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat. »
Les troupes allemandes entrent dans Metz et dans Chartres, atteignent Fougères et Briare. A l'est, les troupes de Guderian entrent dans Pontarlier, achevant d'isoler le groupe d'armées de l'est. A Buxy, en Saône-et-Loire, une unité de réservistes s'oppose résolument à l'avancée allemande.
L’ex-kaiser Guillaume II adresse à Hitler un télégramme de félicitation depuis son exil à Doorn.
De Gaulle part pour Londres avec le lieutenant de Courcel, dans l'avion du général Spears.
Le préfet d'Eure-et-Loir Jean Moulin tente de se suicider.
Sur le front des Vosges
Sur le front des Vosges
18/06/1940
Les troupes allemandes prennent Caen, Rennes, Cherbourg, Briare, Le Mans, Nevers, Belfort et Colmar et franchissent la Loire.
Dans les Alpes, une contre-attaque française stoppe les troupes italiennes.
A 20 heures, sur les ondes de la B.B.C., appel du général de Gaulle à poursuivre le combat.
Rencontre entre Hitler et Mussolini à Munich. Hitler refuse que l'Italie envahisse le sud de la France.
Bombardements de la R.A.F. sur Hambourg et Brême.
La rencontre <a class=Hitler-Mussolini : il s’agit de savoir quelles seront les conditions imposées à la France'>
La rencontre Hitler-Mussolini : il s'agit de savoir quelles seront les conditions imposées à la France
19/06/1940
Les panzers de Rommel atteignent Cherbourg. D’autres troupes allemandes atteignent Brest et Nantes. La ligne de la Loire ne peut être tenue. Résistance des cadets de Saumur entre Gennes et Montsoreau. Repli français vers le sud.
Les forces de l'est sont isolées. Bataille autour de Toul.Une partie des troupes françaises de Haute-Alsace passe en Suisse après l'arrivée des panzers de Guderian à Pontarlier.
De Gaulle refuse de regagner la France malgré l'ordre de Pétain.
Les bateaux français qui étaient au mouillage dans les ports de la Manche rejoignent l'Afrique ou l'Angleterre.
Un terrifiant ennemi : le « Stuka »
Un terrifiant ennemi : le « Stuka »
20/06/1940
Pétain à la radio : « J'ai demandé à nos adversaires de mettre fin aux hostilités. Depuis la victoire (de 1918), l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi... »
Les Italiens attaquent dans les Alpes. Des troupes blindées allemandes se dirigent vers les Alpes pour aider leur allié italien qui vient de déclencher son offensive. Le gouvernement français demande un armistice à l'Italie.
Les plénipotentiaires français désignés pour signer l'armistice avec l'Allemagne partent pour la clairière de Rethondes.
Le gouvernement polonais en exil quitte la France pour Londres.
21/06/1940
Dans la matinée, les Allemands entrent dans Tours.
Göring déclare devant les généraux de la Luftwaffe que les attaques contre Londres vont être intensifiées. La Royal Air Force doit être anéantie.
Hitler demande au général Von Brauchitsch, commandant en chef de l’armée de terre, de préparer un projet d’assaut vers l’est (URSS).
Les Allemands entrent dans Tours. En Ardèche, à Andance, le 6e Spahis repousse les avant-gardes allemandes. Dans l'Ain, sur le plateau de Semine, la défense française arrête l'avancée allemande.
A Rethondes, Hitler reçoit les plénipotentiaires français ; le texte des conditions d'armistice leur est remis.
22/06/1940
Entrée des troupes allemandes à Angoulême et à Grenoble.
Les 3e, 5eet 8e armées françaises, prises au piège entre Epinal et Belfort, se rendent aux troupes allemandes.
Des éléments de la Ière armée italienne entrent dans Menton.
A 18 heures 30, l'armistice franco-allemand est signé dans la clairière de Rethondes par le général Charles Huntziger et le maréchal Keitel dans le wagon où avait été signé celui de 1918 et qu’Hitler avait fait spécialement sortir de son musée... La France est coupée en deux zones, séparées par une ligne de démarcation. Les 1.600.000 prisonniers de guerre seront transférés en Allemagne hormis les AlsaciensLorrains qui sont libérés. L’article 19 prévoit l’extradition des réfugiés allemands réclamés par le Reich.
Göring, <a class=Hitler et Hess durant la lecture des conditions d’armistice par Keitel le 21 juin 1940 dans le wagon de Rethondes. En face, le général Hunzinger.'>
Göring, Hitler et Hess durant la lecture des conditions d’armistice par Keitel le 21 juin 1940 dans le wagon de Rethondes. En face, le général Hunzinger.
Rethondes : le pas de danse du loup
Rethondes : le pas de danse du loup
23/06/1940
Les troupes allemandes entrent dans Poitiers. Les avant-gardes de la 3e Panzer et de la 12e division d'infanterie allemande sont arrêtées devant Voreppe, en Isère. Bataille pour Menton : les troupes italiennes ne réussissent à occuper que la vieille ville.
Hitler, accompagné de Speer et du sculpteur Arno Breker, arrive à l’aéroport du Bourget, pour effectuer une visite éclair de Paris : Opéra, Sacré-Coeur, Tour Eiffel et Invalides au pas de charge, entre 5h30 et 6 heures du matin.
Laval est nommé ministre d'État vice-président du conseil.
Paris, été 1940 : soldats de la Wehrmacht attablés à une terrasse
Paris, été 1940 : soldats de la Wehrmacht attablés à une terrasse
24/06/1940
A 19 heures 15, à la villa Olgiatia près de Rome, l'armistice franco-italien est signé par les généraux Huntziger et Badoglio.
Darlan envoie l'ordre d'auto-sabordage à la marine française en cas de menace ennemie.
Arrivée du « Massilia » à Casablanca : les parlementaires militaires (Zay, Mendès France, Viénot) sont arrêtés et inculpés pour abandon de poste. Par mesure disciplinaire, le commandement de l'armée ramène de Gaulle au grade de colonel et le met à la retraite.
25/06/1940
Entrée en vigueur de l'armistice franco-allemand. Pétain à la radio : « Les conditions sont sévères. Du moins l'honneur est-il sauf... Le gouvernement reste libre ; la France ne sera administrée que par des Français. Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal.»
La Royal Air Force bombarde Berlin. Une première. Les dommages sont limités, mais cette attaque surprise apporte déjà un avant-goût des bombardements destructeurs que la ville subira par la suite.
La France de Vichy : Pétain, Darlan, Laval
La France de Vichy : Pétain, Darlan, Laval
26/06/1940
La Russie exige de la Roumanie, alliée du Reich, la session de la Bessarabie (conquise par celle-ci sur la Russie en 1919) et la Bukovine septentrionale. La Roumanie cède le 29 juin sur ordre de Berlin qui veut gagner du temps.
Armistice franco-italien.
Paris, juin 1940: pendant que l’ennemi victorieux parade
Paris, juin 1940: pendant que l'ennemi victorieux parade
27/06/1940
La Wehrmacht occupe Bordeaux et atteint la frontière espagnole.
En Grande Bretagne, adoption du principe de l'« Opération Catapult », prévoyant la neutralisation d'une partie au moins de la flotte française. Le début de l'opération est fixé au 3 juillet.
Le général de Gaulle devient chef de la France Libre et proclame que le ministère Pétain n'est pas un gouvernement régulier car sous la dépendance de l'Allemagne.
28/06/1940
Le gouvernement britannique reconnaît De Gaulle comme chef de la France Libre.
Hitler visite Strasbourg. Il manifeste son intention d’annexer l’Alsace au Reich.
Annexion par l'URSS de la Bessarabie du Nord et de la Bukovine.
L'avion du maréchal Balbo, gouverneur de Libye, est abattu par erreur par la D’C.A. italienne à Tobrouk.
Strasbourg, 28 juin 1940 : le dictateur au pied le la cathédrale
Strasbourg, 28 juin 1940 : le dictateur au pied le la cathédrale
29/06/1940
Décès à Muralto-Locarno, en Italie, du peintre suisse et théoricien de l’art allemand Paul Klee, 61 ans.
30/06/1940
Les derniers éléments français de la ligne Maginot cessent le combat.
Les Allemands occupent les îles britanniques de Jersey et Guernesey.
Les grands industriels allemands planifient la réorganisation économique de l’Europe et l’exploitation des pays occupés.
01/07/1940
Le général Von Rundstedt est promu maréchal pour ses succès en Pologne et en France.
Création des Forces navales et aériennes françaises libres, F.N.F.L. et F.A.F.L.Le capitaine Dewavrin, devenu le colonel Passy, est nommé par de Gaulle à la tête des services de renseignements.
02/07/1940
Le gouvernement du maréchal Pétain s'installe à Vichy et convoque les deux assemblées.
Le général Graziani devient gouverneur de Libye et commandant en chef des forces armées italiennes d'Afrique du Nord. Raids aériens italiens sur la gare d'Etteb en Afrique orientale ainsi que sur les bases aéronavales de Port-Soudan et d'Aden.
Envoi des premiers otages néerlandais à Buchenwald
La France occupée
La France occupée
03/07/1940
Début de l'Opération « Catapult ». Les Britanniques saisissent les navires de guerre français présents dans les ports de Portsmouth, Plymouth et Southampton. L'escadre britannique de l'amiral Somerville détruit une partie de la flotte française à Mers-el-Kébir. La bataille est terminée le 6.
A Vichy, promulgation de la loi créant les « groupements de jeunesse ». Le général de La Porte du Theil, nommé commissaire général, est chargé de leur fonctionnement.
Mers el-Kébir : un terrible drame entre les alliés d’hier
Mers el-Kébir : un terrible drame entre les alliés d’hier
04/07/1940
Les Italiens occupent les postes frontières de Kassala et de Galabat au Soudan.
En Roumanie, le pronazi Gigurtu devient premier ministre. Les droits de grèves et d'associations sont abolis.
Arrivée à Toulon des navires français ayant réussi à rompre l'encerclement britannique à Mers-el-Kébir.
De Gaulle est condamné par contumace par le tribunal militaire de Toulouse à quatre ans de prison et à mille francs d'amende.
Vichy rompt les relations diplomatiques avec le Royaume-Uni.
05/07/1940
Les milliers de prisonniers français internés à la Part-Dieu, à Lyon, sont déportés vers les stalags allemands.
06/07/1940
Hitler propose la paix au Royaume-Uni.
Les troupes d'occupation allemandes quittent le département du Rhône.
07/07/1940
Accord entre l'amiral français Godfroy et l'amiral anglais Cunningham pour neutraliser les navires français présents dans le port d'Alexandrie.
08/07/1940
La Suède autorise le passage de transports militaires allemands pour le nord de la Norvège.
Attaque aéronavale britannique à Dakar et à Casablanca contre les cuirassés français « Richelieu » et « Jean Bart ».
09/07/1940
Lettre de protestation du pasteur Braune au ministre de la justice contre l'opération « T4 ».
Combat au large des côtes de Calabre entre l'escadre britannique de l'amiral Cunningham et l'escadre italienne de l'amiral Campioni : les Britanniques atteignent le cuirassé « Giulio Cesare », navire amiral italien.
Formation à Londres du comité national tchécoslovaque, présidé par Benès.
Les députés et les sénateurs français votent une résolution sur la révision de la Constitution.
10/07/1940
Discours de Hitler au Reichstag : « Dernières propositions de paix à l’Angleterre ».
Début de la Bataille d'Angleterre : attaque de navires britanniques dans la Manche et harcèlement des ports des côtes sud de la Grande-Bretagne.
L’idéologue du parti Rosenberg justifie l’occupation du Danemark et de la Norvège par la théorie de la « fraternité de destin de la communauté nordique »…
Vichy : La Constitution de 1875 est abolie. Les parlementaires, à l'exception de 80 d'entre eux, votent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. L'Acte Constitutionnel n°1 fait de Pétain le « chef de l'État français », l'Acte n°3 renvoie le Parlement. L’acte n°4 fait de Pierre Laval le « dauphin » de Pétain. C.est la fin de la troisième République.
L’assemblée nationale au casino de Vichy, le 10 juillet 1940
L’assemblée nationale au casino de Vichy, le 10 juillet 1940
11/07/1940
La RAF bombarde des aérodromes aux Pays-Bas et des usines de munitions en Allemagne.
Promulgation des actes constitutionnels de l’État Français par le maréchal Pétain. Formation du premier gouvernement de Vichy, Laval devient vice-président du Conseil.
12/07/1940
Actes du gouvernement de Vichy faisant du vice-président du conseil l'héritier des pleins pouvoirs du chef de l'État en cas « d'empêchement ».
Étude du général Jodl sur l'opération « Seelöwe » : l'aviation britannique doit être éliminée avant tout débarquement allemand sur les côtes anglaises.
13/07/1940
Directive n°15 de Hitler fixant les grandes lignes de la stratégie allemande d'attaque de l'Angleterre.
Première émission à la B.B.C. « Les Français parlent aux Français ».
14/07/1940
Hitler propose à la Grande-Bretagne une paix aux conditions allemandes.
De Gaulle passe en revue, à Whitehall, les 800 premiers éléments de la France Libre.
Manifestations antiallemandes en Moselle.
A Londres, déjà De Gaulle relève le défi… Passage des troupes en revue le 14 juillet 1940
A Londres, déjà De Gaulle relève le défi… Passage des troupes en revue le 14 juillet 1940
15/07/1940
Hitler fait préparer le plan de débarquement « Seelöwe » ou « Otarie » afin d'abattre les Britanniques, mais sans trop y croire : 1.722 chalands, 1.161 navires à moteurs, 475 remorqueurs, 155 grands transports.
16/07/1940
En France, les Allemands expulsent vers la zone libre 22.000 Français d’Alsace-Lorraine.
Début de l’opération « Seelöwe » : Hitler lance par la directive n°16 les préparatifs pour l’invasion de l'Angleterre.
17/07/1940
A la suite des manifestations du 14 juillet, 10.131 personnes sont expulsées de Moselle vers la zone libre.
Bateau anglais attaqué par la Luftwaffe
Bateau anglais attaqué par la Luftwaffe
19/07/1940
Hitler tente une dernière fois de faire accepter aux Britanniques la situation nouvelle.
Hitler nomme douze maréchaux, dont Walther Von Brauchitsch, chef de l'armée de terre, Keitel, Von Rundstedt et Kesselring. Hitler donne l’unique et nouveau titre de maréchal du Reich à Hermann Goering. Hitler est décidé à prendre l'offensive le plus rapidement possible afin de mettre son action en accord avec ses options idéologiques. Funk lance le Nouvel Ordre économique.
Les SS sont désignés pour garder les camps de concentration.
20/07/1940
L'amiral Decoux est nommé gouverneur général de l'Indochine.
Réponse négative de Churchill à la proposition d’Hitler.
21/07/1940
Hitler demande au chef de l'armée Von Brauchitsch de préparer un plan d'attaque contre l'U.R.S.S.
Annexion des Etats baltes par l'URSS.
Le gouvernement de Vichy institue les chantiers de jeunesse.
22/07/1940
En Belgique, libération de Léon Degrelle, le chef du rexisme. Sitôt libéré, il organise la collaboration de la Belgique avec le Reich.
A Vichy, création d'une commission pour la révision des naturalisations accordées depuis 1927.
Léon Degrelle. Il va fonder la légion SS « Wallonie ».
Léon Degrelle. Il va fonder la légion SS « Wallonie ».
25/07/1940
Les Allemands rétablissent la frontière douanière d'Alsace-Lorraine aux limites de 1914.
Le capitaine de Hautecloque s'évade et rejoint de Gaulle. Il prend alors le pseudonyme de Leclerc.
En zone libre, fondation par Henri Dhavernas, commissaire général par intérim des scouts de France, des « Compagnons de France ».
26/07/1940
Bombardement italien sur Gibraltar.
A Vichy, regroupement au sein du Secours national de la Société de secours aux blessés militaires, de l'Association des dames françaises et de l'Union des femmes de France.
Ralliement de la Côte d’Ivoire à la France libre.
29/07/1940
L’Allemagne annexe Eupen, Malmédy et Moresnet.
Constitution par les comtes H.J. Von Moltke et P. Yorck Von Wartenburg du Cercle de résistance antinazi de Kreisau, qui jouera un rôle prépondérant dans l’organisation de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler.
30/07/1940
Hitler donne l’ordre à Goering de lancer l’Adlerangriff, la grande bataille aérienne contre les Britanniques.
Le gouvernement de Vichy institutionnalise les « chantiers de jeunesse » et promulgue une loi qui « francise » l'administration.
31/07/1940
Les territoires occupés en Pologne prennent le non de « gouvernement général de Pologne ».
02/08/1940
A Vichy, condamnation à mort du général de Gaulle pour « trahison » et « désertion en temps de guerre ».
Ouverture du camp de Gross-Rosen en Silésie.
Création à Schirmeck, en Alsace, d'un camp d’internement et de transit, le camp de « Schirmeck-Vorbrück ». Il est spécialement destiné aux Alsaciens récalcitrants afin de les « rééduquer »…
L’entrée du camp de rééducation de Schirmeck-Vorbrück
L’entrée du camp de rééducation de Schirmeck-Vorbrück
03/08/1940
L'expert aux questions françaises du ministère des Affaires étrangères du Reich Otto Abetz est nommé ambassadeur d'Allemagne auprès des autorités militaires d'occupation en France. Il n'est cependant pas accrédité auprès du gouvernement français, puisque les deux pays sont encore officiellement en guerre.
Les Italiens envahissent la Somalie britannique.
07/08/1940
Le Luxembourg et l’Alsace-Lorraine sont incorporés au IIIe Reich. Le gauleiter Bürckel est nommé chef de l'administration civile allemande en Lorraine. Wagner est nommé gauleiter d'Alsace-Bade.
Baldur Von Schirach devient Gauleiter et Reichsstatthalter de Vienne. Arthur Axmann lui succède à la tète des Jeunesses hitlériennes.
Accord entre Churchill et de Gaulle consacrant la reconnaissance de la France Libre et lui donnant ses assises administratives et financières.
08/08/1940
A Vichy, création de la cour suprême de Riom, chargée de juger les « responsables de la défaite ».
Expulsion du préfet de la Moselle.
09/08/1940
Walther Funk, ministre de l’économie, interdit aux Juifs la possession de biens.
11/08/1940
Lettre de protestation du cardinal Bertram (1859-1945), archevêque de Wroclaw et président de la commission épiscopale allemande contre l'opération « T4 ». Les Eglises catholique et protestante s.élèvent publiquement contre l’euthanasie des « vies indignes d’être vécues ».
13/08/1940
Début de l'Opération « Adler », bataille d’Angleterre : 1.485 missions aériennes ce premier jour. Il s’agit d’un véritable baptême du feu pour la Luftwaffe qui, Jusqu’à présent, a eu la partie belle face à des adversaires faciles.
Le maréchal Pétain se proclame publiquement en faveur d'une « révolution ».
Pleven, représentant de de Gaulle, propose au gouverneur du Tchad Félix Éboué de ravitailler le Tchad en échange de son ralliement à la France Libre.
15/08/1940
Journée record de « Adler » : 1.786 sorties allemandes ; 73 avions allemands et 34 anglais sont abattus.
Projet allemand d’expulsion de tous les Juifs d’Europe vers Madagascar.
« Départ involontaire » (Expulsion) sous pression de Frank de 9.000 juifs de Cracovie. Opération terminée le 15 septembre.
En Lorraine annexée, manifestation patriotique à Metz à l'occasion de l'Assomption. Les Allemands expulsent l'évêque et 4.000 personnes.
Duel aérien dans le ciel anglais
Duel aérien dans le ciel anglais
16/08/1940
Attaques multiples de la Luftwaffe sur les terrains d'aviation anglais. Celui de Tangmere subit des dégâts importants.
17/08/1940
Début du blocus de la Grande-Bretagne par l'Allemagne.
Les Stukas, trop vulnérables (ils ne peuvent dépasser 3.500 mètres d'altitude et 300 km/h) sont retirés des forces aériennes d'assaut envoyées sur l'Angleterre.
20/08/1940
Discours de Churchill aux Communes à propos des combats aériens en cours : « Jamais un si grand nombre d’hommes n’a été redevable à un si petit nombre ».
21/08/1940
Mort de Trotski au Mexique, victime la veille d’un attentat commandité sans doute par Staline.
23/08/1940
La RAF bombarde Berlin. L'effet psychologique est énorme.
Vichy décide de créer la « Légion française des combattants » en remplacement des associations d'anciens combattants qui sont dissoutes.
24/08/1940
Déluge de bombes sur Londres. Bombardement intensif de la Luftwaffe sur North Weald Bassett et Hornchurch, centres du commandement aérien britannique.
Blitz sur Londres
Blitz sur Londres
Un quartier de Londres détruit. Septembre 1940
Un quartier de Londres détruit. Septembre 1940
25/08/1940
Quarante appareils anglais bombardent Berlin.
26/08/1940
Ralliement du Tchad à la France Libre. Éboué devient gouverneur.
Hitler commence à transférer vers l'est plusieurs divisions d'infanterie et d'artillerie, avec le motif avoué de protéger les champs de pétrole roumain menacés par l'avance soviétique en Bessarabie.
27/08/1940
Vichy abroge le décret-loi d'avril 1939 empêchant la propagande antisémite dans la presse.
28/08/1940
Ralliement du Cameroun, du Moyen-Congo et de l'Oubangui-Chari à la France Libre.
Se fondant sur la convention d’armistice, l'Allemagne réclame des ressortissants allemands internés dans les camps de la zone libre gouvernée par Vichy.
30/08/1940
A Vienne, la Roumanie et la Hongrie acceptent le « diktat » de Berlin sur le partage de la Transylvanie. Ce diktat entraîne l'abdication du Roi Carol de Roumanie au profit de son fils Michel.Celui-ci doit s'effacer devant le maréchal Antonescu, allié du Reich, qui se proclame « Conducator ».
Le Reich et l'Italie agrandissent d'autorité la Hongrie et la Bulgarie qui ont obtenu respectivement la Transylvanie et la Bukovine, dans les deux cas aux dépens de la Roumanie.
30/08/1940
Promulgation de la loi fondant la « Légion française des combattants ».
Attaques de la Luftwaffe contre les postes de commandement de la R.A.F. du sud de l'Angleterre.
03/09/1940
A Vichy, loi prorogeant le décret du 18 novembre 1939 et prévoyant l'internement de « tous individus dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique ». Les premiers visés sont les communistes.
Délivrance des ordres d'opération pour l'invasion de l'Angleterre. Le débarquement est fixé au 21 septembre. Le plan prévoit d'employer 11 divisions : deux divisions aéroportées seront envoyées immédiatement, les autres seront déployées dans les jours suivants. 250 chars sont également prévus. Quatre divisions de la XVIe armée, avec des éléments aéroportés, devront débarquer près de Folkestone, deux de la Xe armée près d'Eastbourne et trois autres, également avec des éléments aéroportés, à Brighton. Les Britanniques ne disposent pour y faire face que d'une partie du matériel récupéré à Dunkerque. Ils ont environ quatre divisons entièrement équipées et huit autres dans un état convenable. Ils disposent également de groupes de brigade mobile, de 350 croiseurs, de tanks et d'environ 500 armes anti-char.
 Vichy : mise en place progressive de la révolution nationale : « Travail, Famille, Patrie…
Vichy : mise en place progressive de la révolution nationale : « Travail, Famille, Patrie…
04/09/1940
Pétain relève Weygand de son poste de ministre de la Défense.
A la suite de l'arbitrage germano-italien du 30 août, la Roumanie est contrainte de céder à la Hongrie une partie du nord de la Transylvanie.
Le roi Carol de Roumanie accorde les pleins pouvoirs à Antonescu. Le premier ministre pronazi Gigurtu démissionne.
05/09/1940
Coup d'état du général Antonescu avec l'appui de la Garde de Fer. Le parlement est dissout et la constitution est suspendue.
La Luftwaffe attaque les aérodromes de Biggin Hill et de Detling. Les Ju 88 et les He 111 bombardent les entrepôts de Thameshaven, déclenchant des incendies qui dureront plusieurs jours. Maidstone est également bombardé. A la nuit, Liverpool et Manchester sont également bombardées.
06/09/1940
Abdication du roi Carol de Roumanie.
07/09/1940
Début du « Blitz » : Alors qu'il est sur le point de détenir la maîtrise du ciel, Goering change se tactique et ordonne le bombardement des villes (300 le matin) en riposte aux bombardements anglais sur Berlin... il va ainsi permettre un répit salutaire à la chasse anglaise exsangue. A Londres, les bombardiers de la 2e Flotte aérienne de Kesselring, en provenance d'Allemagne, de Norvège et du Danemark, visent prioritairement les docks et l'arsenal de Woolwich. La Luftwaffe perd 41 appareils, la RAF 28.
Quinze marins allemands du « Graf Spee », emprisonnés en Argentine depuis plus de neuf mois, réussissent à s.échapper de l’île Martin Garcia.
Weygand est nommé par Pétain délégué général en Afrique du Nord.
08/09/1940
Vichy : arrestations d'Edouard Daladier, Paul Reynaud, Georges Mandel et Léon Blum, tous hommes politiques de la IIIème République. Le général Gamelin est arrêté peu après.
09/09/1940
Von Richthofen et Goering se déplacent à Madrid et rencontrent Franco. Ils lui proposent un plan d'intervention sur Gibraltar, qui n'impliquerait pas l'Espagne si elle le souhaite, en se contentant de laisser passer les forces allemandes : échec.
200 bombardiers de la Luftwaffe, escortés par la chasse allemande, sont envoyés sur Londres. Ils sont interceptés par la R.A.F. et un grand nombre d'entre eux sont contraints de larguer leurs bombes avant d'avoir atteint leurs objectifs. La bataille aérienne est particulièrement violente ; les Allemands perdent 28 appareils, les Anglais 19.
Bataille d’Angleterre : restitution d’un combat aérien
Bataille d’Angleterre : restitution d’un combat aérien
Bataille d’Angleterre : « Jamais dans le domaine de la guerre, tant d’hommes n’avaient eu une telle dette à l’égard d’un si petit nombre ! » (W. Churchill
Bataille d’Angleterre : « Jamais dans le domaine de la guerre, tant d’hommes n’avaient eu une telle dette à l’égard d’un si petit nombre ! » (W. Churchill
10/09/1940
Ralliement des territoires Français d'Océanie à la France Libre.
Face à la résistance de la R.AF., le conseil de guerre allemand repousse l'opération « Seelöwe » au 14 septembre.
L'Italie commence à renforcer ses troupes présentes en Albanie, jusqu'à atteindre plus de 40.000 soldats en une dizaine de jours, en prévision de l'attaque envisagée contre la Grèce.
Antonescu se proclame Conducator (dictateur).
11/09/1940
Raid réussi de la Luftwaffe sur Londres, causant d'importants dommages au sol, détruisant notamment en partie une usine de construction de Spitfire à Southampton. Le palais de Buckingham est également atteint. Au cours des combats aériens, la R.A.F. perd 25 appareils, la Luftwaffe 29.
Londres sous le « Blitz », 1941
Londres sous le « Blitz », 1941
12/09/1940
Début de l'édification du ghetto de Varsovie par les Allemands, qui estiment à 500.000 le nombre de Juifs de la cité.
Cinq écoliers découvrent la grotte préhistorique de Lascaux, en Dordogne.
13/09/1940
Laval déclare à un journal belge : « La République a cessé d'exister en France ».
Les troupes italiennes entrent (prudemment) en Égypte ; la 10e armée occupe Sollum. Les Italiens entrent également à partir de l'Éthiopie dans le territoire du Kenya, où ils progressent d'une trentaine de kilomètres au-delà de la frontière.
La marine britannique positionne ses unités lourdes à proximité des zones probables de débarquement allemand. Les cuirassés « Nelson » et « Rodney » rejoignent respectivement le « Hood » à Rosyth et le « Revenge » à Plymouth. Des cuirassés lourds et des destroyers prennent également position.
Extrait du « Völkischer Beobachter » relatant la guerre en Cyrénaïque
Extrait du « Völkischer Beobachter » relatant la guerre en Cyrénaïque
14/09/1940
Hitler décide que Goering a besoin de 4 ou 5 jours consécutifs de beau temps pour prendre définitivement l'avantage sur la R.A.F. Il repousse une nouvelle fois l'opération « Seelöwe », jusqu'au 17 septembre.
Les attaques aériennes diurnes sur Londres reprennent après deux jours de répit. 14 appareils sont abattus dans les deux camps, ce qui est analysé par les responsables de la Luftwaffe comme le signe que la R.A.F. est à bout.
15/09/1940
Bombardements allemands intensifs en deux raids sur Londres, Bristol, Liverpool, Cardiff et Manchester. La Luftwaffe ne réussit pas à atteindre les points sensibles et perd 60 appareils contre 26 seulement pour la R.A.F. Les bombardiers allemands sont fortement éprou- vés. Il s'agit de la dernière véritable tentative de la Luftwaffe pour venir à bout de la résistance aérienne des Britanniques. La RAF l'emporte. Les attaques massives aériennes allemandes cessent. Les bombardements ne jouent plus que le rôle d'un moyen de pression.
Les troupes italiennes prennent Sidi-Barrani, à l'est de Solloum.
16/09/1940
Aux USA, le Selective Service Bill autorise la conscription obligatoire pour tous les hommes âgés de 21 à 35 ans.
17/09/1940
Hitler repousse l’opération « Otarie », le débarquement prévu en Grande-Bretagne les 20 et 21 septembre prochain.
Le général Paulus, commandant en chef adjoint de l'état-major de l'armée, présente les futurs plans de l'attaque contre l'U.R.S.S., dans lesquels sont envisagées trois offensives conjointes contre Leningrad, Moscou et Kiev, l'objectif principal étant toutefois d'attaquer au centre en direction de la capitale soviétique.
18/09/1940
Les oeuvres d’art de la famille de banquiers Rothschild sont transportées de France en Allemagne. Göring et Rosenberg en prélèvent une partie pour eux-mêmes.
Attaque diurne de 50 bombardiers de la Luftwaffe sur Londres. Au cours des violents combats aériens, la R.A.F. perd 12 appareils, la Luftwaffe 19.
Bombes sur Londres
Bombes sur Londres
19/09/1940
Vichy met en accusation le président Daladier à cause de la défaite.
Entrevue entre Léopold III et Hitler à Berchtesgaden. Le roi obtient seulement la libération des prisonniers de guerre flamands.
Ribbentrop rencontre Mussolini et Ciano à Rome. Il met en garde les Italiens contre une attaque de la Grèce ou de la Yougoslavie. Mussolini répond qu'il souhaite conquérir l'Égypte avant.
La flotte prévue pour l'invasion de l'Angleterre commence à se disperser. 1.918 péniches avaient été rassemblées, dont 214 ont été coulées ou endommagées par la R.A.F. De même, sur les 170 transports regroupés par les Allemands, 21 ont été perdus.
20/09/1940
Ralliement de la Nouvelle Calédonie à la France Libre.
A Vichy, le retour en zone occupée est interdit aux Juifs et aux étrangers. Herriot, maire de Lyon, est destitué de ses fonctions.
En Belgique, Création au fort de Breendonck d’un camp d’internement et de transit.
23/09/1940
Himmler ordonne de retirer les dents en or à tous les prisonniers des camps de concentration.
Attaque Japonaise contre Langson en Indochine française.
La « Force M » anglo-française, aux ordres de l'amiral Cunningham arrive au large de Dakar. Elle comprend trois navires français, deux cuirassés et un porte-avion britannique, transportant 3.600 Français libres et 4.300 Britanniques, qui n'interviendront pas, à moins que cela ne s'avère absolument nécessaire. Le général de Gaulle tente en vain de convaincre le gouverneur Boisson de laisser débarquer ses hommes et de rallier la France Libre. La flotte de Vichy, aux ordres de l'amiral Landriau, comprend le cuirassé « Richelieu », qui est inachevé, deux croiseurs, des destroyers et des sous-marins. Échanges de tirs, enclenchés par la flotte vichyste, entre celle-ci et les batteries côtières contre l'escadre anglaise, causant des dommages des deux côtés. Un sous-marin est coulé. Pour De Gaulle, c.est un échec.
Le « Richelieu » endommagé à Dakar. Il finira par rejoindre la flotte alliée, sera engagé dans le Pacifique et sera dans la rade de Tokyo lors de la reddition du Japon
Le « Richelieu » endommagé à Dakar. Il finira par rejoindre la flotte alliée, sera engagé dans le Pacifique et sera dans la rade de Tokyo lors de la reddition du Japon
24/09/1940
En représailles à l'attaque menée contre Dakar, la flotte aérienne de Vichy effectue deux raids sur Gibraltar, où elle cause de légers dommages. Face à la résistance des forces de Vichy, l'escadre anglaise reçoit l'ordre de Churchill d'abandonner et de rejoindre le Sierra Leone.
25/09/1940
Raid massif de la Luftwaffe contre les usines d'assemblage de la R.A.F. à Bristol, Southampton et Yeovil.Les assaillants perdent cependant 143 appareils, contre 82 pour la R.A.F.
Hitler donne l'ordre aux gauleiters Bürckel et Wagner de germaniser la Moselle et l’Alsace dans un délai de dix ans.
Terboven, le commissaire du Reich en Norvège, dépose officiellement le roi et nomme Quisling à la tête du nouveau gouvernement de Norvège.
27/09/1940
Pacte tripartite signée à Berlin entre le Japon, l'Allemagne nazie d'Hitler et l'Italie fasciste de Mussolini : conclu pour dix ans, il établit la collaboration des trois puissances pour la création d'un « ordre nouveau » en Europe sous la direction de l'Allemagne et de l'Italie et de l'Asie sous la direction du Japon.
Première ordonnance allemande anti-juive en France occupée : les Juifs doivent se faire recenser.
30/09/1940
La Luftwaffe lance cinq raid contre Londres. Les appareils des deux premiers larguent leurs bombes sur Hastings et Rexhill. Le quatrième raid, formé de 30 bombardiers Ju 88 atteint la banlieue ouest de Londres et cause d'importants dégâts. Simultanément, 40 bombardiers He 111, escortés par des Me 110 tentent en vain de bombarder l'usine d'aviation de Yeovil : Les appareils manquent leur cible et bombardent Sherborne, dans le Dorset. Les Allemands perdent 47 appareils, les Anglais 20. Au cours de la nuit, les banlieues de Londres sont une nouvelle fois bombardées, alors que la RAF repousse un raid contre d'autres cibles, dont Liverpool.
02/10/1940
Nombreux raids de bombardiers et de chasseurs Me 109 contre le sud-est de l'Angleterre. Les attaques allemandes sont perturbées par l'intervention des Spitfire, quelques bombes sont larguées sur le sud-est de Londres. Un grand nombre d'appareils allemands se débarrassent de leurs bombes sur le Kent et le Sussex.
Le Supermarine Spitfire va très avantageusement remplacer l’Hurricane, dépassé. Avec cet appareil, le Messerschmitt ME 109 trouve un adversaire à sa mesure
Le Supermarine Spitfire va très avantageusement remplacer l’Hurricane, dépassé. Avec cet appareil, le Messerschmitt ME 109 trouve un adversaire à sa mesure
03/10/1940
Publication par le Gouvernement de Vichy d'un « Statut des Juifs ». Les Juifs sont exclus des fonctions électives et de la fonction publique.
L'escadre anglaise de la « Force M » quitte le Sierra Leone, escortant jusqu'à Douala, au Cameroun, les forces de la France Libre.
04/10/1940
Hitler rencontre Mussolini au col du Brenner. Il reconnaît que l'invasion de l'Angleterre a été « différée », propose de s'emparer de Gibraltar, et promet à l'Italie la Tunisie, la Corse et Nice.
A Vichy, loi autorisant l’internement des étrangers « de race juive » sur simple décision préfectorale : Les préfets de la zone occupés de la France ont pouvoir d'interner les juifs étrangers ou apatrides. Ils seront internés dans des camps de transfert : Gurs, Rivesaltes, Vernet, Noé, Pithiviers, Beaune - la - Rolande, Drancy...
07/10/1940
Les premières troupes allemandes d'instruction pénètrent dans la Roumanie d'Antonescu. Celles-ci sont également, et surtout, chargées d'occuper et de défendre les puits de pétrole de Ploesti.
Accalmie dans les bombardements sur Londres en raison des mauvaises conditions météorologiques. La Luftwaffe largue quelques bombes à proximité de la capitale.
En France de Vichy, abrogation du décret Crémieux de 1870 qui avait donné la citoyenneté française aux Juifs d'Algérie. Les Allemands ordonnent à tous les Juifs de la zone occupée de se faire immédiatement enregistrer auprès des autorités.
09/10/1940
A la suite de la démission de Chamberlain, Churchill devient le nouveau leader du parti conservateur.
10/10/1940
Plébiscite au Luxembourg en faveur de l'annexion au Reich. Les résultats montrent que 97% de la population est opposée à l'occupation de leur pays par l'Allemagne.
11/10/1940
Message de Pétain : « L'ordre nouveau ne peut impliquer un retour même déguisé aux erreurs qui nous ont coûté si cher... Le régime nouveau sera une hiérarchie sociale ».
 Vichy : la révolution nationale en marche : elle sera nécessairement antisémite
Vichy : la révolution nationale en marche : elle sera nécessairement antisémite
12/10/1940
L’Alsace et la Lorraine sont placées sous le contrôle des commissaires du Reich.
Liverpool est violemment bombardé, quatre navires sont coulés et d'autres endommagés dans le port.
14/10/1940
Raid de 2.540 appareils de la Luftwaffe sur Londres.
La R.A.F. bombarde une nouvelle fois Berlin.
15/10/1940
Hitler ajourne encore l'opération « Seelöwe ». La Bataille d’Angleterre est un échec. En deux mois, l’Allemagne a perdu 1.700 appareils, tandis que la Royal Air Force n’en a concédé « que » 915. Les chances d’une invasion terrestre des îles britanniques paraissent, dès lors, nulles.
Conseil de guerre réuni par Mussolini pour préparer l'occupation de la Grèce, en « représailles » à la pénétration allemande en Roumanie. Le début de la campagne de Grèce est fixé au 26 octobre. Hitler n'est pas prévenu.
Raid nocturne de la R.A.F. sur Kiel’
Au cours de la nuit, 400 appareils de la Luftwaffe effectuent un raid massif sur Londres, lâchant 530 tonnes de bombes explosives : celles-ci entraînent 900 incendies et endommagent fortement les voies de communication. Oxford Street est bloquée par les décombres, l'immeuble de la B.B.C. est touché. Environ 400 personnes sont tuées, 900 blessées et quelques 600 personnes sont bloquées à la station de métro de Balham.
16/10/1940
Constitution définitive du Ghetto de Varsovie : décret ordonnant aux Juifs de la capitale d'habiter dans le quartier sous quarantaine et aux chrétiens d'en déménager. Le ghetto compte 445.000 habitants.
Le général Tojo Hideki devient chef du gouvernement Japonais.
Point de contrôle allemand à l’une des entrées du ghetto de Varsovie
Point de contrôle allemand à l’une des entrées du ghetto de Varsovie
17/10/1940
Dans l'Atlantique Nord, 21 des 30 navires du convoi allié SC-7 sont coulés par les U-Boote.
18/10/1940
Le général Stülpnagel signe un décret prescrivant le recensement des juifs français. L'administration française est priée de collaborer.
20/10/1940
Hitler part pour Hendaye (France), dans son train spécial Amerika, dans l'espoir d'associer l'Espagne de Franco à une attaque contre Gibraltar.
Alsace-Lorraine : Création de deux régions administratives allemandes, associant d'une part Bade et Alsace, d'autre part Palatinat, Sarre et Moselle. A l’occasion de la « Fête des tabernacles », les gauleiter Bürckel et Wagner organisent simultanément le « transfert » des juifs du Palatinat, de Sarre, de Bade et d’Alsace-Lorraine vers le camp de Gurs avec la complicité du régime de Vichy (déportation à Auschwitz fin 1942).
Dans l'Atlantique Nord, le convoi allié HXZ-79 de 49 navires perd 12 bâtiments au cours d'une attaque de sous-marins allemands.
Le Gauleiter Robert Wagner, un intime du Führer, nouveau « Patron » de l’Alsace
Le Gauleiter Robert Wagner, un intime du Führer, nouveau « Patron » de l’Alsace
22/10/1940
Hitler rencontre Pierre Laval, le chef du gouvernement français dans le train du Führer à Montoire, près de Tours.
Le roi bulgare Boris III rejette l'offre de Mussolini de participer à la campagne de Grèce au côté de l'Italie.
23/10/1940
Entretiens entre Franco et Hitler à Hendaye : le dictateur espagnol se refuse à sortir de sa neutralité en participant à l'attaque de Gibraltar.
24/10/1940
En rencontrant Hitler (de retour d'Espagne) à Montoire, le français Pétain décide de s'engager plus encore dans la collaboration avec l'Allemagne, tout en refusant de déclarer la guerre à la Grande-Bretagne.
Raid nocturne de la R.A.F. contre Berlin et Hambourg. Il s'agit du premier bombardement qui fasse de nombreuses victimes civiles.
 Montoire: la poignée de main de la collaboration
Montoire: la poignée de main de la collaboration
 Montoire: face à face, le vainqueur de Verdun et l’ex-caporal autrichien… Les rôles sont inversés
Montoire: face à face, le vainqueur de Verdun et l'ex-caporal autrichien… Les rôles sont inversés
25/10/1940
Le général Otto Von Stülpnagel est nommé commandant militaire pour la France occupée.
28/10/1940
Lors d’une rencontre à Florence, Mussolini est heureux d’annoncer à Hitler le début de l’invasion de la Grèce et de l'Albanie par les Italiens… au grand dam de Hitler, peu confiant dans les capacités de l'armée Italienne.
La Grèce rejette l’ultimatum de Mussolini déposé au cours de la nuit. A l'aurore, avant que l'ultimatum n'ait expiré, les troupes italiennes présentes en Albanie commencent à traverser la frontière grecque. Patras est bombardé. Huit des dix divisions présentes en Albanie participent à l'offensive, sous les ordres du général Prasca suivant trois lignes, le principal effort étant porté au centre en direction de la Drina et de la vallée de Vijose. Le général Papagos, commandant en chef des troupes grecques, n'avait pas déployé la majeure partie de ses forces le long de la frontière pour éviter toute provocation. Il espère compter sur huit divisions, avec la possibilité de les renforcer par les troupes positionnées sur la frontière bulgare. Pour les Italiens, au cours des premiers jours de l'offensive, le principal obstacle rencontré est le temps médiocre, qui empêche tout appui aérien.
Laval devient ministre des affaires étrangères à Vichy.
30/10/1940
Message radiodiffusé du maréchal Pétain à propos de l’entrevue de Montoire : « Cette première rencontre entre le vainqueur et le vaincu marque le redressement de notre pays. C'est librement que je me suis rendu à l'invitation du Führer. Je n'ai subi de sa part aucun diktat, aucune pression. Une collaboration a été envisagée entre nos deux pays. J'en ai accepté le principe... Cette collaboration doit être sincère... Cette politique est la mienne. C'est moi seul que l'Histoire jugera. »
31/10/1940
Fin de la bataille d'Angleterre.
L'offensive italienne commence à s'épuiser après seulement quelques jours de combat, en raison de l'absence d'effet de surprise et de l'indécision des chefs militaires italiens. Les mauvaises conditions météorologiques conduisent le commandement italien à renoncer à débarquer à Corfou.
Les Grecs font mieux que résister à l’offensive italienne : ils vont même contre-attaquer. Batterie et blindé italiens ; front albanais, mars 1941
Les Grecs font mieux que résister à l’offensive italienne : ils vont même contre-attaquer. Batterie et blindé italiens ; front albanais, mars 1941
01/11/1940
Un avion de la France libre obtient un premier succès aérien contre un appareil allemand’
Une petite unité de bombardiers britanniques arrive pour soutenir la Grèce contre l'Italie. Au cours des jours suivants, sur ordre de Churchill, elle sera renforcée par d'autres unités, soit près de la moitié des appareils de la R.A.F. présents en Égypte. Le gouvernement britannique considère comme essentiel de tenir les engagements pris envers la Grèce pour renforcer l'opinion des pays neutres de la région, notamment celle de la Turquie.
04/11/1940
Hitler fait part aux trois commandants en chef de la Wehrmacht de ses intentions d’attaque à l’Est. Les généraux sont surpris, et Göring redouble d’arguments pour convaincre son Führer de différer cette opération, au moins pour quelque temps.
Première contre-offensive grecque vers l’Albanie, au nord, à partir du col de Metsovon : les troupes italiennes, bousculées, sont menacées d'encerclement vers Korçë.
05/11/1940
Réélection de Roosevelt aux Etats-Unis. Il était le seul candidat à l’élection.
Le cuirassé allemand de poche « Amiral Scheer » attaque le convoi anglais HX-84 dans l'Atlantique. Ce convoi de 37 navires est escorté seulement par un croiseur marchand armé, le « Jervis Bay », qui bien que totalement dominé par le cuirassé allemand, engage le combat pour permettre au convoi de se disperser. Le « Jervis Bay » est coulé, mais les Allemands ne réussissent à détruire que cinq des navires du convoi. Les Anglais suspendent les convois dans l'Atlantique Nord jusqu'au 17 novembre et tentent, en vain, de poursuivre le cuirassé allemand, qui a rejoint l'Atlantique Sud.
08/11/1940
La division italienne Alpini est encerclée dans le secteur des gorges du Pindus à la suite de plusieurs contre-attaques grecques. En trois jours, les Grecs font plus de 5.000 prisonniers. Le commandement italien donne l'ordre de retraite.
09/11/1940
En France, le syndicat C.G.T. est dissout par décret.
En Roumanie, création d’une parti nazi par des membres de la minorité allemande habitant le pays.
Arthur Neville Chamberlain meurt à Heckfield (près de Reading) à l'âge de 71 ans.
11/11/1940
Directive N°18 : destruction de la puissance Britannique en Méditerranée : opération « Félix » (Prise de Gibraltar, des Canaries, des îles du Cap Vert) et opération « Isabelle » (occupation de Madère et des Açores).
Discours de de Gaulle à Brazzaville.
La flotte britannique de Méditerranée attaque la base italienne de Tarente. Au cours de la nuit, deux vagues de 21 Swordfish du porteavions « Illustrious » bombardent le port, coulant avec leurs torpilles trois cuirassés, le « Littorio », le « Caio Duilio » et le « Conte di Cavour ». Les Anglais perdent deux de leurs appareils. Les croiseurs anglais « Orion », « Sydney » et « Ajax », appuyés par deux contretorpilleurs, coulent 4 cargos italiens dans le canal d'Otrante. Ces attaques contraignent les Italiens à déplacer le restant de leur flotte à Naples, les empêchant d'opérer désormais en Méditerranée orientale.
Les Allemands expulsent vers Lyon 70.000 Mosellans considérés comme incapables de se germaniser.
11 novembre 1940 à Tarente : un désastre pour la flotte italienne
11 novembre 1940 à Tarente : un désastre pour la flotte italienne
12/11/1940
Visite du soviétique Wiatscheslav Molotov à Berlin, alors que le plan Barbarossa d'invasion de l'URSS est déjà décidé. Hitler veut convaincre le commissaire du peuple d’une alliance pour vaincre la puissance britannique.
Les troupes gaullistes prennent Port-Gentil au Gabon.
14/11/1940
Terribles raids allemands sur Coventry, dont le centre est entièrement détruit. Raid nocturne de la R.A.F. sur Berlin.
Le ghetto de Varsovie est hermétiquement clos. Toutes les issues, portes et fenêtres et rues donnant sur le côté aryen sont murées. 400.000 Juifs y sont enfermés.
Les italiens sont repoussés au delà du fleuve Kalamos par les Grecs. Début de l'offensive générale grecque contre les Italiens. Les soldats grecs basés à la frontière bulgare commencent à rejoindre le reste des troupes à proximité de la frontière albanaise, transportés en partie par ferries, en partie par air, grâce au soutien des Britanniques.
Raid allemand sur Coventry
Raid allemand sur Coventry
18/11/1940
Hitler décide l’invasion de l’URSS. Par ailleurs, recevant le comte Ciano à Berchtesgaden, Hitler ne lui cache pas son amertume et ses craintes suite à l’échec des troupes italiennes en Grèce. C.est une véritable leçon de politique et de stratégie, un vrai camouflet, même si, pour adoucir ses propos, le Führer dit à Ciano qu’il demeure lié au dictateur italien par une chaude et indéfectible amitié.
Visite officielle de Pétain à Lyon. Le cardinal Gerlier déclare : « Pétain c'est la France, et la France, c'est Pétain ».
20/11/1940
La Hongrie souscrit au Pacte tripartite des puissances de l'Axe.
Lettre de protestation du Regierungspräsident de Münden au Reichsführer Himmler contre l'opération « T4 ».
Fermeture de l'institut de Brandebourg. Le personnel est muté à Bernburg.
21/11/1940
Les grecs prennent Koritza et infligent une lourde défaite à la 9e armée italienne : le 3e corps d'armée grec occupe Korçë, au sud-est de l'Albanie, et fait prisonniers 2.000 soldats italiens ; le 2e corps d'armée grec prend Ersekë, Leskovik et Perat dans le secteur du Grammos. La quasi-totalité des forces d'invasion italienne a été repoussée de l'autre côté de la frontière albanaise.
Novembre 1940: l’Italie s’enlise en Albanie contre la Grèce
Novembre 1940: l'Italie s'enlise en Albanie contre la Grèce
23/11/1940
En visite à Berlin, Antonescu signe l'adhésion de la Roumanie au pacte tripartite. Les nouveaux alliés discutent également de la préparation d'une attaque des troupes allemandes basées en Roumanie contre la Grèce.
Création à Lackenbach, dans le Burgenland autrichien, d’un camp d’internement de Tziganes.
24/11/1940
Au cours de sa visite à Berlin, le premier ministre slovaque Tuka signe l'adhésion de la Slovaquie adhère au pacte tripartite.
25/11/1940
Sortie à Berlin du film violemment antisémite « Le Juif Süss » de Veit Harlan.
Le paquebot « Patria » saute et coule dans le port de Haïfa, en Palestine, à la suite d'un sabotage effectué par plusieurs membres de l'organisation terroriste sioniste Irgoun Zvai Leumi pour empêcher qu'il ne soit utilisé par les Britanniques pour déporter des Juifs palestiniens.
Raid nocturne de bombardiers de la R.A.F. sur Kiel et Wilhelmshaven.
27/11/1940
Depuis l’Obersalzberg, Albert Speer s’enquiert auprès du vice-président de l’inspection général des travaux, Clahes, pour savoir comment « progresse l’expulsion des Juifs » de Berlin.
En Roumanie, troubles politiques, marqués par des émeutes. Les légionnaires de la Garde de Fer arrêtent et massacrent 64 personnalités, dont l'historien et ancien premier ministre Jorga. La répression est conduite par l'armée avec l'aide des soldats allemands.
28/11/1940
Au cours de la nuit, environ 300 bombardiers de la Luftwaffe effectuent un raid sur Liverpool’
La Moselle est réunie à la Sarre et au Palatinat pour former la nouvelle province allemande « Westmark ».
Poursuite de la progression de l'armée grecque de Macédoine. Elle remporte une importante victoire près de Pogradec, au sud-est de l'Albanie, en s'emparant de la ville après sept jours de combat.
29/11/1940
Le gouvernement de Vichy diligente une enquête sur les origines raciales des journalistes.
Durant la nuit, environ 330 bombardiers de la Luftwaffe effectuent un raid sur Londres et sur sa région.
01/12/1940
Vichy promulgue l’acte constitutionnel n°6 qui proclame la « déchéance du Parlement. »
Raid nocturne de 120 appareils de la Luftwaffe sur Londres, causant d'importants dommages dans les secteurs résidentiels.
Leclerc, nommé commandant militaire du Tchad, arrive à Fort-Lamy.
Raid nocturne de la Luftwaffe sur Londres. La cathédrale saint Paul n’est pas épargnée
Raid nocturne de la Luftwaffe sur Londres. La cathédrale saint Paul n’est pas épargnée
04/12/1940
Fin des troubles politiques menés par la Garde de Fer en Roumanie. Exécution des assassins de l'ancien premier ministre Jorga
05/12/1940
En Albanie, prise de Përmet, dans la vallée albanaise de Vijosë, par le 2e corps d'armée grec. Une grande partie des renforts acheminés par le commandement italien s'enfuit lors de la montée en ligne. Le manque de motorisation de l'armée grecque permet cependant aux Italiens d'établir une ligne de défense entre Himarë et le lac d'Ohrid. Combats dans la vallée du Vijosë et à la cote 731 de Monastir.
Le maréchal Badoglio démissionne de son poste de commandant en chef de l'armée italienne. Il est remplacé par le général Cavallero.
08/12/1940
Raid nocturne de la R.A.F. sur Düsseldorf.
09/12/1940
Début de l'offensive surprise des troupes anglaises de Wavell en Cyrénaïque. Les Italiens sont mis en déroute par les Anglais à Sidi Barrani et chassés de Cyrénaïque. 200.000 italiens sont faits prisonniers. Après quatre jours de combat, les Britanniques prennent également Tummar et Maktila. Les Italiens perdent 4 des 7 divisions de la Xe armée de Gariboldi engagées dans la bataille, 38.000 soldats sont faits prisonniers. Télégramme de félicitations de Churchill au général Wavell pour sa « splendide victoire ».
Prisonniers italiens à Sidi Barrani
Prisonniers italiens à Sidi Barrani
13/12/1940
Le chef d’Etat français Pétain fait arrêter Pierre Laval, ministre des Affaires étrangères, jugé trop « pro-allemand ». Il nomme Flandin qui continue la collaboration avant d'être remplacé lui-même par Darlan à partir de février 1941.
15/12/1940
Hitler fait transférer solennellement les cendres de Napoléon II, l'Aiglon, de Vienne à Paris, aux Invalides.
17/12/1940
Violant la convention d'armistice, Abetz traverse la ligne de démarcation, se rend à Vichy, libère Laval et le ramène à Paris.
Au cours de la nuit, 134 bombardiers de la R.A.F. bombardent la ville de Mannheim, causant d'importants incendies des deux côtés du Rhin. Spire et Heilbronn sont également bombardées.
Au cours d'une conférence de presse, Roosevelt dresse les contours des décisions qu'il compte prendre pour apporter le plus d'aide possible au Royaume-Uni. Il utilise l'argument suivant : quand la maison du voisin est en feu, c'est la moindre des choses de lui prêter un tuyau pour éviter que l'incendie ne s'étende à sa propre maison. Il précise qu'il serait stupide de demander à être payé dans ces circonstances.
18/12/1940
Nouvelle visite du Soviétique Molotov à Berlin. Ce qui n’empêche pas Hitler de signer l’ordre de déclenchement de « l’opération Barbarossa » : l’attaque de l’Union soviétique, prévue le 15 mai.
19/12/1940
Après un nouvel échec des Italiens contre la Somalie britanniques, Mussolini demande l’aide de l’Allemagne en Afrique : constitution de l’Afrikakorps sous le commandement du général Rommel.
24/12/1940
Fermeture de Grafeneck, où 10.654 malades ont été gazés.
Expulsion de Cracovie de 11.000 juifs supplémentaires. Il reste à Cracovie quelque 15.000 juifs enfermés dans le ghetto du quartier de Podgorce
25/12/1940
Entrevue entre Hitler et l'amiral Darlan.
Le croiseur allemand « Amiral Hipper » attaque un convoi de troupes britanniques à l'ouest du Cap Finistère, escorté par 3 croiseurs et les porte-avions « Argus » et « Furious ». Au cours de l'engagement, le croiseur britannique « Berwick » est touché, mais le croiseur allemand est contraint de se replier pour rejoindre Brest en raison d'une défaillance de ses moteurs, coulant un seul navire sur son chemin.
28/12/1940
La Luftwaffe perd la bataille d’Angleterre.
30/12/1940
Des bombes incendiaires larguées par l’aviation allemande détruisent la City de Londres. Certains immeubles ravagés par les flammes sont dynamités pour éviter des dégâts plus importants.
31/12/1940
Raids de la R.A.F. sur Cologne, sur des dépôts de carburant à Rotterdam, sur les docks d'Ijmuiden et sur l'un des ponts sur le Rhin à proximité d'Emmerich.
En Savoie, formation du premier groupe résistant issu des Compagnons de France.
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
Actualités automobiles, essais, comparatifs, nouveautés...
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)