B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

21. 1933

03/01/1933
L'ancien chancelier (1922-1923) Wilhelm Cuno, 57 ans, meurt à Aumühle, près de Hambourg.
04/01/1933
Rencontre secrète entre Papen et Hitler chez le banquier Schröder à Cologne : Papen propose une sorte de gouvernement à deux têtes (gouvernement de « concentration nationale ») dans lequel serait inclus Hugenberg (DNVP). Hitler accepte le principe.
Le même jour, le président Paul Von Hindenburg reçoit Gregor Strasser et recommande son entrée dans le gouvernement.
06/01/1933
L’ex président le la Prusse Otto Braun demande au chancelier Kurt Von Schleicher sa réintégration à son poste.
07/01/1933
Von Papen présente aux milieux d’affaires le projet de gouvernement de « concertation nationale ».
09/01/1933
Lors d'une entrevue avec Hindenburg, Von Papen cherche à convaincre le président de l'entrée d'Hitler au gouvernement. Hindenburg approuve implicitement la formation d'un triumvirat Papen-Hitler-Hugenberg, et non une chancellerie d’Hitler.
 Franz Von Papen : ses intrigues ouvrent grand la porte du pouvoir à <a class=Hitler'>
Franz Von Papen : ses intrigues ouvrent grand la porte du pouvoir à Hitler
11/01/1933
Les agrariens entrent en action : le comte Kalckreuth du Landbund se plaint auprès de Hindenburg du « bolchevisme agraire » du chancelier. Le président fait des remontrances à Schleicher, mais celui-ci maintient sa politique : les agrariens se tournent alors vers Papen et Hitler qui se rencontrent le même jour chez Ribbentrop à Dahlem.
12/01/1933
Décision des milieux d'affaires de soutenir financièrement le projet de gouvernement de « concentration nationale ».
15/01/1933
Election dans le petit Land de Lippe : le NSDAP gagne 6.000 voix par rapport à novembre et 40% des suffrages, mais il lui manque encore 3.000 voix par rapport à juillet. Ce demi-succès est transformé en triomphe à grand renfort de propagande. Mais plus que la progression du parti nazi, celle du SPD confirme les milieux d'affaires dans l'urgence qu'il y a à promouvoir Hitler.
17/01/1933
Hitler rencontre le président des Nationaux-Allemands (DNVP), Alfred Hugenberg, pour décider de la répartition des postes dans le futur ministère de « concentration nationale » dont il assurera la direction, secondé par Von Papen.
18/01/1933
Nouvelle rencontre Papen-Hitler en présence de Goering, Röhm et Himmler : Von Papen est contraint d'avouer que le président n'est pas disposé à confier le poste de chancelier à Hitler qui reste sur ses positions.
19/01/1933
Hitler et Von Papen rencontrent l’industriel Thyssen et lui soumettent leur projet de composition du gouvernement de « concentration nationale ».
20/01/1933
Manifestation des SA devant le siège berlinois du Parti communiste allemand (KPD) à Berlin.
21/01/1933
Le chancelier Von Schleicher tente de composer avec Hitler et Papen qui refusent. En même temps, la « Reichstagsfraktion der Deutschnationalen Volkspartei » (DNVP), parti de droite, retire sa confiance au chancelier.
Les nationalistes allemands s’en prennent à la Belgique au nom de l’autonomie flamande ; il n.y aura pas de vernissage pour l’exposition d’art belge qui devait s’ouvrir à Berlin.
Kurt Von Schleicher avec Von Papen
Kurt Von Schleicher avec Von Papen
22/01/1933
Oskar Hindenburg, le fils du président et Otto Meissner, secrétaire particulier d'Hindenburg, rencontrent Von Papen, Hitler, Goering et d’autres dirigeants nazis chez Ribbentrop. Les deux hommes sortent de l'entrevue, convaincus qu'il faut confier la chancellerie à Hitler.
A Berlin, 16.000 SA manifestent devant le Karl-Liebknecht-Haus, siège du Comité central du parti communiste. La Police assure le bon déroulement de la manifestation et… occupe l’immeuble du KPD.
23/01/1933
Schleicher réclame à Hindenburg la dissolution du Reichstag, l’état d’urgence et les pleins pouvoirs. Hindenburg refuse, tout en récusant aussi la solution Hitler.
En Tchécoslovaquie, des agents nazis assassinent Formis, qui avait créé une station de radio antinazie clandestine à Prague pour le compte du « Front noir » dirigé par Otto Strasser.
25/01/1933
Otto Meissner met au point une intrigue décisive en faisant recevoir le général Blomberg par le président. Celui-ci ne sait pas que son ancien subordonné est déjà acquis à Hitler.
26/01/1933
Le chancelier Von Schleicher exige que le président Hindenburg proclame la dissolution du Reichstag et lui accorde les pleins pouvoirs.
27/01/1933
Bien qu’assailli de toutes parts, le président Hindenburg s’oppose encore à la nomination de Hitler comme chancelier.
28/01/1933
Hindenburg refuse la demande des pleins pouvoirs pour le chancelier Schleicher et celle de dissolution. Von Schleicher démissionne, 57 jours après sa nomination.
29/01/1933
Devant les rumeurs faussement répandues par Von Papen d'une intervention imminente de la Reichswehr en faveur de Schleicher, Blomberg est intronisé ministre de la Reichswehr par Hindenburg.
Entretiens Papen – Hugenberg – Hitler pour la formation d’un nouveau gouvernement.
30/01/1933
Hindenburg appelle Hitler au poste de chancelier pour former un nouveau gouvernement. Outre Hitler, seuls deux nazis sont au pouvoir, mais à des postes clés : Frick à l'Intérieur et Goering à l'Aviation et au commissariat à l'intérieur pour la Prusse. Von Papen est vice-chancelier. Les autres postes reviennent à des membres du DNVP (Hugenberg à l'Agriculture et à l'Economie, Franz Gurtner à la Justice), à des proches de ce parti (Seldte des « Casques d'acier » est ministre du Travail) ou aux barons comme Konstantin Von Neurath (qui reste aux Affaires étrangères) et Von Krosigh (Finances), Blomberg à la Reichswehr.
Le KPD propose aux syndicats et au SPD une grève générale.
Nuit de victoire (retraite aux flambeaux) pour 15.000 militants nazis (SA, Schutzstaffel - SS et « Stahlhelm ») qui défilent à Berlin de la porte de Brandebourg à la Chancellerie.
30 janvier 1933 : le défilé de la victoire à Berlin
30 janvier 1933 : le défilé de la victoire à Berlin
30 janvier 1933 : le salut de la victoire : <a class=Hitler, Frick, Goering et Hess'>
30 janvier 1933 : le salut de la victoire : Hitler, Frick, Goering et Hess
L’aigle du Reich
L'aigle du Reich
31/01/1933
Refusant de sortir de la légalité tant que le gouvernement ne la viole pas, le SPD récuse la grève générale du KPD et appelle ses militants à rester sur le terrain de la Constitution.
Discours d’Hitler : « Donnez nous quatre années... »
Première du film « Morgenrot » d’Ucicky, une oeuvre revancharde à la gloire des sous-marins de la Première Guerre mondiale, en présence du cabinet ministériel au grand complet. Hitler apprécie beaucoup le film.
En France, Édouard Daladier, président des radicaux-socialistes, forme un nouveau gouvernement en France.
Le premier cabinet <a class=Hitler'>
Le premier cabinet Hitler
01/02/1933
Ne pouvant gouverner sans majorité, et devant le « refus » (en fait un mensonge inventé par Hitler) du Centre de s'allier à lui, le Chancelier demande au président Hindenburg de nouvelles élections. Hindenburg dissout le Reichstag. Les élections sont fixées au 5 mars.
Février 1933: le chancelier rend visite au Président. « Je n’en ferai même pas uns sous-secrétaire d’Etat aux postes ! » avait dit le Maréchal quelques semaines auparavant
Février 1933: le chancelier rend visite au Président. « Je n'en ferai même pas uns sous-secrétaire d'Etat aux postes ! » avait dit le Maréchal quelques semaines auparavant
02/02/1933
Le nouveau gouvernement promulgue une ordonnance qui interdit toute manifestation. Göring interdit toute démonstration du KPD en Prusse.
L’ancien ministre de l’intérieur britannique Arthur Henderson (1863-1935) ouvre à Genève une conférence sur le désarmement à laquelle participent 64 états.
03/02/1933
Hitler harangue les généraux rassemblés chez Hammerstein-Equord.Il annonce que la Reichswehr restera indépendante des partis et promet le réarmement ainsi qu'une offensive contre les communistes et les pacifistes. Il laisse même entendre aux généraux qu'ils seraient appelés à conquérir des territoires à l'est.
04/02/1933
Décret-loi sur « la protection de la nation allemande », restreignant les libertés de la presse, de parole et de réunion : Hindenburg autorise le pouvoir à interdire des journaux ou des rassemblements sous prétexte qu'ils diffusent de fausses nouvelles nuisant aux intérêts de l'Etat ou diffament les autorités et les fonctionnaires.
La campagne électorale se déroule sous la « terreur nazie » : les meetings et la presse communiste sont interdits, les réunions des sociaux-démocrates troublées, plus de 51 antinazis assassinés.
05/02/1933
Hindenburg signe un décret qui dessaisit Braun de ses prérogatives au profit de Papen : la dissolution du Landtag de Prusse est acquise. Le Land tombe sous la coupe de Goering (ministre de l’intérieur).
Goering dissout les assemblées régionales de Prusse afin de disposer d'un Conseil d'Etat favorable. Mais il ne peut dissoudre le Landtag, les députés s'y opposent de même que le « collège des trois », formé de Braun, Adenauer (président du Conseil d'Etat) et du président nazi du Landtag (deux voix contre une).
6/02/1933
Sur demande de Hitler, Hindenburg donne à Von Papen tout pouvoir pour dissoudre le Landtag de Prusse, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles élections en Prusse.
08/02/1933
Le gouvernement décide de privilégier le budget militaire.
10/02/1933
Au Sportpalast de Berlin, Hitler termine son discours par un surprenant « Amen » qui, entendu à la radio et aux actualités cinématographiques, émeut et sécularise de larges couches.
Une explosion accidentelle dans l’aciérie de Neunkirchen, dans la Sarre fait 70 morts et un millier de blessés.
11/02/1933
Le Stahlhelm et la DNVP s’unissent pour former une coalition, le « Kampffront Schwarz-Weiß-Rot », qui décide de se lancer dans la campagne électorale pour soutenir Hitler.
12/02/1933
Journée sanglante à Eisleben où les SA assaillent les communistes.
La Croisière jaune arrive à Pékin.
15/02/1933
Giuseppe Zangara tente d'assassiner le président Roosevelt, tuant à sa place le maire de Chicago, Anton Cermak.
16/02/1933
Heinrich Mann démissionne de son poste de président de l’Académie des Beaux Arts de Prusse, sous la pression du NSDAP.
17/02/1933
En Prusse, Goering autorise par décret les policiers à tirer à volonté pour réprimer les manifestations.
18/02/1933
La firme Krupp perfectionne le moteur Diesel’
Hitler lance le programme autoroutier
18/02/1933
L'Internationale communiste lance un appel à l'unité contre le fascisme.
20/02/1933
Göring invite les représentants du monde économique à une rencontre avec Hitler au Reichstag. Parmi les 25 invités, le président de la Reichsbank Hjalmar Schacht, le banquier Kurt Von Schröder (1889-1966) et les industriels Gustav Krupp Von Bohlen und Halbach, Albert Vögler ainsi que d’autres représentants de l’industrie lourde, du bâtiment et des banques. Hitler leur présente son programme, qu’ils saluent avec enthousiasme : édification d'un Etat autoritaire et du démantèlement des « syndicats » marxistes, quel que soit le résultat du scrutin du 5 mars.
En conclusion de la réunion, Schacht invite les présents à financer la campagne électorale du NSDAP. Les magnats de l'industrie offrent immédiatement 3 millions de Reichsmark pour financer la campagne électorale des nazis.
22/02/1933
Goering créé en Prusse une force de police auxiliaire de 50 000 hommes, dont 40 000 sont des SA et de SS, et le reste des « Stahlhelm ». Il leur recommande l’usage « avec zèle » des armes... « fleißiger Gebrauch der Schußwaffe ». La police de Prusse se trouve entièrement aux mains des Nazis. Malmené par les nazis, Stegerwald s'adresse à Hindenburg qui ne réagit pas malgré une intervention de Von Papen déjà impuissant.
Ouverture du premier camp de concentration à Oranienburg.
SA et police patrouillent ensemble à Berlin en 1933. Un superbe noyautage réussi par Göring
SA et police patrouillent ensemble à Berlin en 1933. Un superbe noyautage réussi par Göring
23/02/1933
Le patron du KPD, Wilhelm Pieck demande dans sa dernière intervention officielle, la formation d’un front uni contre Hitler.
24/02/1933
La SDN condamne le Japon pour son action en Mandchourie.
27/02/1933
A 21 heures, incendie du Reichstag (allumé par un chômeur d’origine néerlandaise, Marinus van der Lubbe, simple d'esprit, sur lequel on découvre fort à propos une carte du KPD). Les nazis accusent les communistes. 4.000 d'entre eux sont arrêtés à travers tout le pays et le KPD subit des dommages décisifs. Incarcération du président du groupe parlementaire communiste, Ernst Togler, qui s’est spontanément présenté à la police pour disculper son parti. Les nazis en profitent pour arrêter des centaines de Juifs. On découvrira plus tard que l’incendie a été provoqué sur ordre de Goering.
Nuit du 27 au 28 février 1938 : l’incendie du Reichstag. Un coup monté par Göring, que paieront Van der Lubbe et les communistes allemands
Nuit du 27 au 28 février 1938 : l'incendie du Reichstag. Un coup monté par Göring, que paieront Van der Lubbe et les communistes allemands
28/02/1933
Sur demande de Hitler, Hindenburg suspend par le décret sur « la protection du peuple et de l'État » la liberté des personnes, l’inviolabilité du domicile, la liberté d'opinion, de réunion, de presse, le secret postal et légalise l'internement préventif ou définitif d'individus jugés « dangereux ».
Ce décret ouvre la voix aux arrestations arbitraires et légalise celles de la nuit précédente. Le paragraphe 2 du décret autorise l'intervention dans les Länder qui n'appliquent pas les mesures. Un autre décret instaure la répression contre la trahison envers le peuple allemand : le gouvernement est autorisé à poursuivre toute personne soupçonnée de s'opposer à lui (ce qui entraîne des milliers d'arrestations dont celle du journaliste Carl Von Ossietzky, d'Erich Mühsam, etc.). La presse antinazie est interdite, comme « Vorwärts », l’organe du parti SPD.
Berthold Brecht et Helene Weigel s’envolent en exil pour Prague.
Le décret « Notverordnung » de Hindenburg du 28 février suspend les libertés élémentaires
Le décret « Notverordnung » de Hindenburg du 28 février suspend les libertés élémentaires
03/03/1933
Trahi par un proche, Ernst Thälmann, le secrétaire du KPD, est mis en état d’arrestation.
L’arrestation de Thälmann après l’incendie du Reichstag
L’arrestation de Thälmann après l’incendie du Reichstag
04/03/1933
En Prusse, Göring organise une répression d’une ampleur sans précédent contre les opposants politiques. La police reçoit l’ordre de « stopper, par tous les moyens, l’action des organisations antinationales » et « en cas de nécessité de faire usage de ses armes de service ». Les pistolets remplacent les matraques.
Mars 1933 : affiche de propagande pour les élections : « Dans la situation d’urgence, Hindenburg à nommé <a class=Hitler chancelier. Votez aussi ! '>
Mars 1933 : affiche de propagande pour les élections : « Dans la situation d’urgence, Hindenburg à nommé Hitler chancelier. Votez aussi !
05/03/1933
Dernières élections législatives pluripartites : NSDAP 43,9% (288 sièges, 93), SPD 18,3% (120), KPD 12,3% (81), Zentrum 11,2% (74), DNVP 8% (52), BVP 2,7% (18), DVP 1,1% (2), Christlicher Volksdienst 1 (4), Staatspartei 0,9% (5), autres 0,6% (3). Participation de 88,8%.
La Coalition (Front de combat) NSDAP avec le parti national de Hugenberg (DNVP) obtient 51,9% des voix. Ces élections, malgré une campagne féroce, n'apportent pas de majorité à Hitler. Même avec l'apport des sièges des nationalistes de Von Papen, il ne dispose pas des 2/3 de la majorité nécessaire pour obtenir du Parlement les pleins pouvoirs. Les résultats en Prusse sont pratiquement équivalents.
Un commissaire du Reich nazi est nommé à Hambourg.
Affiche nazie à propos des élections de 1933 accusant les communistes de l’incendie du Reichstag
Affiche nazie à propos des élections de 1933 accusant les communistes de l'incendie du Reichstag
Les élections du 5 mars 1933
Les élections du 5 mars 1933
06/03/1933
Occupation des sièges des partis socialistes et communistes, des syndicats et des maisons d'édition. Des commissaires du Reich nazis sont nommés à Brême et à Lübeck.
Le président des Etats-Unis Roosevelt lance son programme, le « New Deal ».
07/03/1933
Nomination d'un commissaire du Reich nazi en Hesse, où le gouvernement se retire sans résistance devant la brutalité nazie.
Le gouvernement autrichien du chancelier Engelbert Dolfuss interdit les rassemblements et prend une tournure autoritaire, se passant du Parlement.
08/03/1933
Nomination de commissaires nazis en Saxe, Wurtemberg et Bade. Usant de la loi d’exception, Hitler fait annuler les sièges du KPD au Reichstag. Le ministre de l'intérieur Wilhelm Frick annonce la fondation de camps de concentration.
09/03/1933
Le Bulgare Georgui Dimitrov, secrétaire du Bureau occidental du Comité exécutif de l’Internationale communiste, est arrêté à Berlin pour complicité dans l’incendie du Reichstag. Sur ordre du ministre de l’intérieur Wilhelm Frick, la SA et la SS veillent à ce que les responsables administratifs soient remplacés par des fonctionnaires nazis sur l’ensemble du territoire allemand.Les nazis occupent le Parlement bavarois et en expulsent les députés. Le général Von Epp est nommé gouverneur de Bavière. A Chemnitz, les SA arrêtent Kuhnt, député social-démocrate, ancien président du conseil de la région de l'Oldenburg, et le promènent triomphalement dans toute la ville.
Les cadres, à l’arrière : Von Epp, Röhm et Göring
Les cadres, à l'arrière : Von Epp, Röhm et Göring
11/03/1933
Campagne « pour la destruction du marxisme afin que le soulèvement national soit une réalité ».
12/03/1933
Hindenburg interdit le drapeau de la République de Weimar, noir-rouge-or.
12 mars 1933 : manifestation officielle du « Memorial Tag »
12 mars 1933 : manifestation officielle du « Memorial Tag »
13/03/1933
Le nazi Joseph Goebbels, quarante ans, est nommé ministre de l'Education populaire, de l’Information publique et de la Propagande, « Ministeriums für Volksaufklärung und Propaganda », poste nouvellement créé.
Von Papen, <a class=Hitler et Goebbels. Le premier a fait le lit du nazisme. Le second saura jusqu’au bout conjuguer le mot « fanatisme »'>
Von Papen, Hitler et Goebbels. Le premier a fait le lit du nazisme. Le second saura jusqu'au bout conjuguer le mot « fanatisme »
15/03/1933
Interdiction du KPD. Toute personne exprimant des idées communistes sera mise en état d’arrestation.
16/03/1933
Le chef du gouvernement de Bavière, Held, se retire, ses ministres ayant subi d'odieuses violences. Heinrich Himmler, assisté de Reinhard Heydrich, devient chef de la police ; il fonde le second grand camp de concentration SS (après celui d'Oranienburg en février dernier) à Dachau, au nord-ouest de Munich.
Après avoir émis des doutes concernant la question du financement du réarmement allemand, le président de la Reichsbank Hans Luther, ancien chancelier, est remplacé par Hjalmar Schacht et envoyé à Washington comme ambassadeur.
Himmler, assisté de Heydrich, devient chef de la police.
17/03/1933
Création de la garde d’Hitler, la « Leibstandarte Adolf Hitler », forte de 120 hommes, dirigée par Joseph « Sepp » Dietrich.
19/03/1933
Von Papen se plaint auprès du chancelier des violences commises contre des étrangers par les nazis. Hitler réagit en défendant ses SA et en lançant des menaces voilées contre les conservateurs.
20/03/1933
Hitler négocie le soutien du Zentrum pour recevoir les pleins pouvoirs. Celui-ci formule des exigences d'ordre religieux et politique : reconnaissance des concordats du Vatican avec les Länder, maintien de l'influence religieuse à l'école d'une part, maintien des pouvoirs du président, des garanties quant à la justice et à la fonction publique d'autre part. Brüning réclame des promesses écrites.
Arrestation d’élus communistes et sociaux-démocrates.
21/03/1933
« Journée de Potsdam » organisée par Goebbels pour la rentrée solennelle du nouveau Reichstag et pour montrer à l'opinion que la droite nationaliste et les nazis sont unis. La manifestation, entièrement radiodiffusée et filmée, a lieu en présence de toutes les forces sociales et religieuses, à l'exception des gauches : participation du président Hindenburg, du prince héritier Guillaume de Hohenzollern, de l’armée, du clergé et des représentants du corps diplomatique. La mise en scène débute par des cérémonies religieuses et une commémoration des martyrs du parti présidée par Hitler. A midi, le chancelier serre la main du président devant l'église de la garnison, geste symbolisant l'union de la Prusse et du national-socialisme et confirme par le dépôt d'une couronne sur la tombe de Frédéric II.
Des tribunaux d'exception sont instaurés.
22/03/1933
Inauguration officielle avec annonce par voie de presse du camp de concentration de Dachau, situé à 16 kilomètres au nord de Munich et réservé aux détenus politiques. Il est surveillé par les SA et la Police. Les premiers détenus sont des prisonniers politiques, communistes et sociaux-démocrates.
Marchandage des dirigeants nazis avec les 73 députés du Zentrum pour qu'ils votent les pleins pouvoirs à Hitler.
Dachau : l’entrée du camp
Dachau : l'entrée du camp
23/03/1933
Réunion du Reichstag à l'opéra Kroll ; les SS et les SA entourent celui-ci et réclament de la part des députés un vote positif en proférant des menaces : le Parlement vote à une écrasante majorité (84 contre et 441 voix pour, dont les voix du Zentrum qui n'a pourtant pas reçu la lettre de confirmation de ses exigences promise par Hitler) la « Loi d’habilitation » : « Ermächtigungsgesetz » ou « Gesetz zur Behebung der Not Von Volk und Reich ». Cette loi abroge de facto la Constitution weimarienne. Adolf Hitler, en tenue SA, reçoit les pleins pouvoirs pour quatre ans: (seul le SPD, par la voix d'Otto Wels, ose encore condamner la violence et s'opposer aux projets). Hitler devient « légalement » Dictateur du Reich.
L'industriel Fritz Thyssen qui ne figure pas dans la direction du RDI réclame brusquement l'alignement de celui-ci sur les principes nazis ainsi que de nouvelles élections.
24/03/1933
Le Syndicat patronal remercie Hitler d’avoir sauvé l’économie allemande.
Loi abolissant la démocratie parlementaire.
Goebbels imagine de confisquer la journée symbolique du 1er mai au profit des nazis.
25/03/1933
A Londres, l’Alliance internationale contre l’antisémitisme décide le boycott des marchandises allemandes.
27/03/1933
Le réalisateur de cinéma nationaliste Fritz Lang fonde avec Trenker et Boese la « nationalsozialistische Betriebsorganisation ».
Le Japon se retire de la S.D’N.
28/03/1933
Goebbels organise le boycott des magasins tenus par des Juifs à Berlin. Le boycott sera rendu obligatoire pour les membres du parti en 1935.
Les évêques catholiques diffusent la « déclaration de Fulda » qui appelle au soutien du nouvel ordre : la destruction du libéralisme et du marxisme satisfait pleinement la hiérarchie.
Propagande antisémite : « N’achetez pas chez les Juifs !
Propagande antisémite : « N’achetez pas chez les Juifs !
29/03/1933
« Le Testament du Dr Mabuse » de Fritz Lang est interdit par les nazis.
30/03/1933
En Autriche, dissolution du « Schutzbund », association de défense républicaine.
31/03/1933
Hitler décrète la dissolution des diètes de tous les Etats à l'exception de celle de Prusse : c.est la « mise au pas » ou « Gleichschaltung der Länder mit dem Reich ». Un nouveau décret nomme à la tête des Länder un « gouverneur » (Gauleiter) chargé de suivre la politique générale fixée par le chancelier du Reich. Les mandats communistes dans les Länder et les communes sont purement et simplement supprimés.
01/04/1933
Mise en oeuvre du boycott contre les « violences juives », dirigée par le gauleiter de Franconie, Julius Streicher : des SA se postent devant les magasins juifs et cherchent à interdire aux clients d'y pénétrer en déployant des pancartes incitant à ne pas acheter chez les Juifs. Les mêmes scènes de boycott se déroulent devant les pharmacies, les cabinets médicaux ou locaux d'avocats.
Dans la soirée, un défilé des organisations nazies à Berlin proteste contre les « agissements des Juifs ». Hitler explique qu'il a préféré prendre les devants pour éviter que la population ne se livre spontanément à des débordements… En fait, la population ne montre aucun empressement à suivre. De nombreuses personnes protestent. Le mouvement est stoppé. Hitler interdit les actions antisémites.
Alfred Rosenberg devient le chef du bureau des affaires étrangères du NSDAP.
Le boycott des magasins juifs: un SA en « homme sandwich »
Le boycott des magasins juifs: un SA en « homme sandwich »
Avril 1933 : le boycott des magasins juifs à Berlin
Avril 1933 : le boycott des magasins juifs à Berlin
Avril 1933 : le boycott des magasins juifs
Avril 1933 : le boycott des magasins juifs
Le boycott du 1 avril 1933
Le boycott du 1 avril 1933
Le boycott du 1 avril 1933 à Cobourg
Le boycott du 1 avril 1933 à Cobourg
02/04/1933
Dissolution des syndicats et fondation du « Deutsche Arbeitsfront » (Front allemand du travail).
04/04/1933
Le nazi Walter Darré prend la direction des associations agricoles fusionnées et mises au pas.
Hitler créé le « Conseil de défense du Reich » et s'allie de plus en plus de chefs militaires de l'Armée.
05/04/1933
Baldur Von Schirach, chef des Jeunesses Hitlériennes, occupe les locaux du comité national des associations de jeunesse.
07/04/1933
Promulgation de la loi « Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums » aussi nommée « Arierparagraph » : elle organise le renvoi des fonctionnaires « d'ascendance non Aryenne » (toute personne comptant un juif ou plus parmi ses parents directs ou grands parents). Grâce à Hindenburg, les Juifs anciens combattants de 14-18 conservent leur poste jusqu'en 1935. Les propriétaires sont autorisés à résilier les baux de location consentis à des avocats juifs radiés.
Le même jour, promulgation de la deuxième loi sur la mise au pas des régions : Hitler impose un Reichsstatthalter à la place des anciens gouvernements. Ce nouveau gouverneur est chargé du contrôle économique et exerce généralement simultanément la fonction de « chef de district » (Gauleiter), d’ordre politique.
Le patronat est autorisé à licencier le personnel suspect d’activités politiques ou syndicales contraires à la bonne marche des affaires de l’Etat.
11/04/1933
Goering est nommé ministre - président de Prusse.
13/04/1933
En voyage en Italie, Göring proclame la convergence des vues entre fascisme et national-socialisme. Mais de grandes divergences subsistent entre les deux pays, particulièrement au sujet de la souveraineté de l’Autriche, garantie par l’Italie.
16/04/1933
« Simplicissimus », la revue satirique allemande, créée en avril 1896 à Munich par Albert Langen, est mise au pas.
18/04/1933
Röhm, Goebbels et les radicaux du partis prônent « la seconde révolution » contre la droite, les affaires, les Junkers, l'aristocratie...
20/04/1933
Numerus clausus limitant l’accès des écoles, lycées et universités aux Juifs.
Ouverture des « Napola », écoles d’élite chargées de préparer en internat durant six années et à partir de l’âge de douze ans aux carrières de l’armée.
Darré prend au nom du parti nazi le contrôle du mouvement coopératif agricole.
21/04/1933
Hitler nomme son ami Rudolf Hess « suppléant du Führer au sein du parti » (« Stellvertreter des Führers in der Parteiführung »).
Rudolf Hess, représentant du Führer dans le parti, « Stellvertreter des Führers in der Parteiführung »
Rudolf Hess, représentant du Führer dans le parti, « Stellvertreter des Führers in der Parteiführung »
26/04/1933
La SPD désigne deux présidents, Otto Wels et Hans Vogel (1881-1945). Beaucoup de cadres du SPD sont emprisonnés ou ont émigré.
27/04/1933
Hermann Goering créé la Gestapo (« Geheime Staatspolizei »), la police secrète d’Etat, ainsi qu'un tribunal spécial pour les crimes politiques.
Le leader du « Stahlhelm » Franz Seldte adhère au parti nazi avec tout son mouvement. Il se place directement sous l’autorité d’Hitler.
30/04/1933
Le SPD annonce sa rupture avec la IIè Internationale et dénonce les attaques de sa presse contre Hitler pour sauver son existence.
Ludwig Müller, un aumônier militaire protestant, est chargé de fonder une Eglise protestante unique (Reichskirche) dans le cadre de la « mise au pas ».
Alfred Rosenberg crée le Service de politique étrangère de la NSDAP.
01/05/1933
Le gouvernement décrète ce jour « jour du travail national » : une grande manifestation, organisée techniquement par l’architecte Albert Speer, a lieu à Berlin à laquelle le syndicat ADGB (proche du SPD) accepte de participer.
Lancement du programme de construction des autoroutes (Autobahn).
02/05/1933
A l'initiative de Robert Ley, la police, les SA et les SS occupent les locaux de l’« Allgemeiner Deutscher Gewerkschaftsbund » (ADGB) : les locaux des syndicats sont occupés et le patrimoine saisi tandis que les dirigeants (Leipart) sont arrêtés. Aucune justification légale ne suit. Un décret ultérieur interdit les grèves et redonne tout pouvoir aux patrons.
Publicité pour des cigarettes sur support de l’uniforme de la SA.
Publicité pour des cigarettes sur support de l’uniforme de la SA.
03/05/1933
L'industriel Krupp reçoit les pleins pouvoirs pour réorganiser le secteur industriel dans l'esprit souhaité par le gouvernement de « concentration nationale ». Theodor Adrian Von Renteln (1897-1946) est élu nouveau président du patronat allemand (« Reichsverband der deutschen Industrie » ou RDI).
05/05/1933
Naissance d'un organisme d'assistance et d'entraide, la « National-sozialistische Volkswohlfahrt » (NSV), qui tolère à titre exceptionnel jusqu'en 1936 la poursuite des activités des organismes traditionnels comme Caritas ou la Croix-Rouge. Göring devient ministre du tout nouveau ministère de l’air.
A Moscou, le Reich et l’Union soviétique prolongent le traité de paix signé en 1926.
08/05/1933
La Société allemande des gens de lettres devient une simple organisation professionnelle, sous le contrôle des sympathisants nazis. Tous ses membres suspects de tiédeur à l'égard du régime sont radiés.
09/05/1933
Création du Service de sécurité, le SD (« Sicherheitsdienst »).
10/05/1933
Plusieurs villes universitaires d'Allemagne sont le théâtre d'une véritable nuit d'autodafés (« Bücherverbrennung ») : la « littérature nuisible et prohibée » (20.000 livres, dont des oeuvres majeures de l’esprit allemand) est brûlée en place publique, lors d'une cérémonie présidée par Goebbels.
Autodafé. « Quand j’entends le mot culture, je sors mon révolver… » (Baldur Von Schirach
Autodafé. « Quand j'entends le mot culture, je sors mon révolver… » (Baldur Von Schirach
Autodafé. Freud, Marx, Thomas Mann
Autodafé. Freud, Marx, Thomas Mann
Autodafé. Lorsqu’une société brûle les livres
Autodafé. Lorsqu'une société brûle les livres
Affiche de propagande sur l’autodafé des livres
Affiche de propagande sur l'autodafé des livres
Institution du Front du travail (« Deutsche Arbeitsfront » - DAF) de Robert Ley où entrent obligatoirement tous les ouvriers. La DAF est désormais le seul syndicat allemand.
12/05/1933
L'ingénieur agronome et théoricien Walther Darré prend le contrôle des chambres d'agriculture.
En Suisse, interdiction du port d'uniformes de partis politiques.
Aux USA, Agricultural Adjustment Act, AAA, en faveur des fermiers.
15/05/1933
Loi sur les propriétés paysannes, déclarées biens héréditaires du Reich.
16/05/1933
Suppression du droit de grève en Allemagne nazie. Déportations de députés de Karlsruhe.
16 mai 1933 : déportation de députés de Karlsruhe vers le camp de Kislau
16 mai 1933 : déportation de députés de Karlsruhe vers le camp de Kislau
17/05/1933
Au Reichstag, Hitler prononce un « discours de paix ». Il se déclare prêt à désarmer à condition que les autres nations en fassent autant. Les députés du SPD siégeant encore au Parlement approuvent par leur vote la déclaration de politique extérieure de Hitler.
Fondation à Prague par les dirigeants sociaux-démocrates en exil (Wels, Ollenhauer, Stampfer) de la SOPADE.
Le gauleiter Bohle prend la direction de l’organisation pour l’étranger de la NSDAP. Le Reichssportführer Hans Von Tschammer und Osten fonde la Ligue gymnique du Reich (« Deutscher Reichsbund für Leibesübungen »), afin d’exercer un contrôle idéologique sur les associations sportives allemandes. Toutes les organisations de jeunesse sont désormais soumises à l’autorité du Reichsjugendführer Baldur Von Schirach.
19/05/1933
Institution à la tête des « quatorze régions économiques » de quatorze curateurs, administrateurs du travail (« Reichstreuhänder ») qui dépendent du ministre du Travail et qui doivent contrôler les salaires et donc les revenus des salariés.
20/05/1933
Le chancelier autrichien Dollfuss fonde un « front patriotique » contre le national-socialisme, regroupant tous les partis sauf le parti communiste qu’il fait dissoudre quelques jours plus tard.
22/05/1933
Le SPD est interdit, ses biens confisqués. Les membres du parti sont interdits d’emploi dans la fonction publique.
26/05/1933
Promulgation d’une loi sur la saisie des biens du KPD.
28/05/1933
Darré devient « chef de la paysannerie du Reich » (« Reichsbauernführer »).
30/05/1933
Dissolution du parti communiste KPD’
La Société des Nations condamne la politique antijuive du gouvernement allemand.
01/06/1933
Plan Reinhardt : loi sur la réduction du chômage, qui prélude au programme des grands travaux de rénovation des villes du Reich.
02/06/1933
Création par les industriels d’un fonds de soutien au parti nazi : « Adolf-Hitler-Spende ».
05/06/1933
Dissolution de tous les partis politiques allemands, hormis le parti national-socialiste (nazi).
07/06/1933
Signature à Rome du « Pacte à Quatre » pour la paix entre l’Allemagne, l’Italie, la France et la Grande-Bretagne. Avec cet accord, Mussolini tente de neutraliser les ambitions territoriales allemandes.
09/06/1933
En France, la Chambre des députés approuve le Pacte à Quatre.
Le chef d’orchestre Toscanini refuse de participer au festival de Bayreuth, à cause de l’attitude des nazis envers les artistes.
17/06/1933
Baldur Von Schirach, chef des Jeunesses hitlériennes, est promu responsable de l'ensemble de la jeunesse allemande, « Reichsjugenführer » : il entreprend de dissoudre toutes les organisations de jeunesse, hormis les catholiques, qui restent autonomes jusqu'en 1937.
1936 : Baldur Von Schirach inaugure une institution de la BDM, l’équivalent féminin de la <a class=Hitlerjugend'>
1936 : Baldur Von Schirach inaugure une institution de la BDM, l’équivalent féminin de la Hitlerjugend
19/06/1933
Le RDI, dissout un mois plus tôt, devient la corporation de l'industrie allemande. Krupp conserve la présidence et l'organisation préserve une certaine autonomie.
Le comité directeur du SPD décide, pour « survivre », d'éliminer les Juifs de sa direction !
20/06/1933
Le chancelier autrichien Dollfuss interdit le parti nazi et le parti communiste dans le pays. Le parti nazi autrichien est dissout.
21/06/1933
Les SA investissent le quartier ouvrier de Berlin-Köpenick et y déchaînent une « semaine sanglante » qui fera 91 victimes et plusieurs centaines de blessés, majoritairement des communistes et des socialistes.
22/06/1933
Hitler interdit le SPD, comme organisation « hostile à l’Etat ». Un petit groupe de parlementaires, autour de Paul Löbe, se déclare prêt à coopérer avec le régime mais doit renoncer.
26/06/1933
Loi pour la prévention de la progéniture héréditairement malade dans le Reich.
28/06/1933
Le ministre de l’économie et de l’agriculture Alfred Hugenberg, président du DNVP, est contraint de démissionner du gouvernement suite aux attaques incessantes du NSDAP. Il se retire entièrement de la vie politique. Il est remplacé à l’économie par K. Schmitt. Le DVP s'auto - dissout.
29/06/1933
Walter Darré devient ministre de l'Agriculture : il cumule désormais la direction des affaires agricoles de l'Etat, celle des affaires agricoles au sein du parti ainsi que celle des organisations professionnelles avec titre de ministre et « Reichsbauernführer ».
30/06/1933
Ordonnance rendant Goebbels responsable de « tout ce qui concerne l'apport intellectuel à la nation, la propagande pour l'État, la culture et l'économie, l'information du public allemand et étranger et l'administration de tous les organismes mis en place à cette fin ».
01/07/1933
L'ingénieur Fritz Todt est nommé responsable du programme autoroutier.
03/07/1933
Martin Bormann devient le secrétaire particulier de Rudolf Hess, lui-même adjoint du Führer. Véritable bête de travail et laquais dévoué, Bormann débarrasse Hess de toute la paperasserie fastidieuse.
Les Juifs commencent à être exclus de la fonction publique.
Hitler déclare lors d’une journée de hauts dignitaires SA et SS, que la SA ne représente aucune concurrence pour la Wehrmacht.
 Le chancelier : la mode en est encore à la tenue SA. Elle ne durera pas
Le chancelier : la mode en est encore à la tenue SA. Elle ne durera pas
04/07/1933
Le parti Catholique du Peuple Bavarois, le Parti du Peuple (DVP) et le Zentrum de Brüning prononcent leur auto- dissolution. Désormais le NSDAP est le seul parti en Allemagne.
06/07/1933
Devant les Statthalter, Hitler proclame la « fin de la révolution » et déclare qu'il faut « conduire le courant incontrôlé de la révolution (les SA) dans le lit tranquille de l'évolution ». Röhm parle de trahison des buts de la révolution, alors que Goebbels rentre dans le rang.
07/07/1933
Le ministre Frick supprime tous les mandats du SPD au Reichstag et dans toutes les autres instances.
12/07/1933
Ouverture du camp de concentration de Sachsenhausen.
14/07/1933
Promulgation de la loi interdisant la création de nouveaux partis : le NSDAP devient officiellement parti unique. Une autre loi fait du référendum l’unique mode de consultation populaire.
Le gouvernement décide dans la foulée de plusieurs autres lois : sur la définition les « dégénérés », sur la stérilisation des malades mentaux et des incurables, sur la confiscation des biens des ennemis de la Communauté raciale populaire, sur le retrait de la nationalité allemande aux exilés et aux réfugiés juifs d’Europe de l’Est, sur l’intégration de l’église évangélique à l’Etat.
Signature à Rome, sur initiative de Mussolini du « Pacte à quatre » (ou Pacte d'entente et de collaboration). Conclu pour 10 ans, il prévoit que les 4 puissances (Allemagne, France, Italie et Grande-Bretagne) se concerteront régulièrement et feront tous leurs efforts pour collaborer au maintien de la paix dans le cadre de la SDN : très vite se traité se révèle sans suite.
En France, ouverture du congrès du parti socialiste traitant du néo-socialisme de Déat et Marquet.
Titre de l’Ostfront, journal nazi de Silésie titrant sur l’interdiction du parti socialiste allemand (23 juillet 1933)
Titre de l'Ostfront, journal nazi de Silésie titrant sur l'interdiction du parti socialiste allemand (23 juillet 1933)
Ans /07/1933
Fondation d’un Conseil général de l’industrie allemande autour de Krupp, Thyssen, Vögler, Bosch, Siemens, Schröder.
20/07/1933
Signature d'un Concordat entre l’Allemagne et le Saint Siège qui voit en Hitler un moyen efficace pour briser le communisme : l'Eglise catholique allemande conserve le droit d'avoir des écoles et de pratiquer le culte, mais est neutralisée puisque ses prêtres doivent se tenir à l'écart de la politique.
 La paix avec l’Eglise. Signature du Concordat à Rome. Les mains libres du coté de l’épiscopat allemand
La paix avec l'Eglise. Signature du Concordat à Rome. Les mains libres du coté de l'épiscopat allemand
24/07/1933
Léon D. Trotski arrive en France, qui lui accorde l’asile politique.
25/07/1933
Promulgation d’une loi de stérilisation des malades mentaux afin « d’améliorer la race allemande ».
30/07/1933
Le professeur Jakob Wilhelm Hauer Von Tübingen et le comte de Reventlow fondent un nouveau culte basé sur les anciennes traditions germaniques, antichrétien et antisémite : le « Mouvement pour une foi allemande » (« Deutsche Glaubensbewegung »).
31/07/1933
Six mois après la prise de pouvoir des nazis, les premiers camps de concentration sont déjà pleins à craquer : selon une information ministérielle, 26.789 prisonniers politiques y sont détenus.
01/08/1933
Premières condamnations à mort de militants communistes.
Apparition des premières brochures clandestines antinazies.
04/08/1933
Nuremberg est la première grande ville en Allemagne à interdire aux Juifs l’accès aux bains publics.
10/08/1933
Sous la pression du NSDAP, Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969) ferme l’école du Bauhaus à Berlin.
22/08/1933
Le bureau du Reich de l’industrie allemande impose dans les entreprises le salut hitlérien.
23/08/1933
La nationalité allemande est retirée à ne nombreux opposants qui ont émigré. Parmi eux, Philip Scheidemann, Kurt Tucholsky et Ernst Toller.
25/08/1933
La direction du SPD en exil à Prague communique le chiffre des internés dans des camps de concentration : il y aurait dans les 65 camps plus de 45.000 prisonniers.
30/08/1933
A Marienbad (Maribor en Tchécoslovaquie) un nazi assassine le philosophe Theodor Lessing (1872-1933).
31/08/1933
Congrès du parti nazi à Nuremberg : journée du parti pour la victoire. Le congrès s’achève le 3 septembre.
01/09/1933
Aux journées du parti à Nuremberg, le NSDAP effectue de grandes démonstrations de force. Cette propagande est habilement filmée par Leni Riefenstahl.
 Leni Riefenstahl devant le tribunal de dénazification en 1952
Leni Riefenstahl devant le tribunal de dénazification en 1952
02/09/1933
Italie et Union Soviétique signent un pacte de non agression.
10/09/1933
Ratification du concordat signé en juillet entre le Reich et le Vatican.
11/09/1933
Le pasteur et théologien luthérien Martin Niemöller, opposant au national-socialisme, créé l’« Association des pasteurs en détresse », qui doit par « un engagement total et inconditionnel » combattre toute atteinte à la confession évangélique et aider matériellement les frères opprimés. Dietrich Bonhoeffer participe à la création.
13/09/1933
Création du « Service d’entraide d’hiver » pour assister les membres de la Communauté raciale populaire dans la détresse, ainsi que de la « Corporation nourricière du Reich » à laquelle doivent obligatoirement adhérer toutes les professions touchant à l’agriculture : planification très stricte de la production et du marché afin d’assurer l’autarcie.
Adolf Hitler approuve le programme de construction d’autoroutes.
21/09/1933
Ouverture devant la Cour suprême de Leipzig du procès de l'incendie du Reichstag. Parmi les accusés, outre l’incendiaire présumé, le Hollandais Marinus van der Lubbe, on remarque Ernst Torgler, président du groupe communiste à l’assemblée et trois communistes bulgares.
22/09/1933
Création de la Chambre culturelle du Reich présidée par Goebbels et à laquelle doivent obligatoirement adhérer tous les « travailleurs de l’esprit ». Elle composée d’une chambre littéraire, d’une chambre de la presse, d’une chambre de la radiodiffusion, d’une chambre théâtrale, d’une chambre musicale, d’une chambre des beaux-arts. La Chambre culturelle du Reich contrôle toutes les sphères de la vie culturelle dans le carcan du régime.
23/09/1933
Loi sur les fermes héréditaires (« Erbhofgesetz ») : elle prévoit l'intégrité des exploitations de 7,5 ha à 125 ha grâce à une protection multiple. La ferme héréditaire passe intégralement à un seul héritier mâle et ne peut être saisie en cas de dette. Même la vente volontaire est soumise à autorisation. Inscrits sur une liste prioritaire de terres après la colonisation de l’Est européen, les héritiers spoliés s’en iront grossir les rangs de la SS et de l’armée.
24/09/1933
Avec un retentissant « Führerappell » le « Stahlhelm » se soumet officiellement à Hitler.
27/09/1933
Lors d’un synode Wittenberg, l'Eglise évangélique évince le pasteur Von Bodelschwingh et nomme Ludwig Müller évêque du Reich (« Reichsbischof »). L'Eglise évangélique allemande soutient officiellement le régime nazi.
L’écrivain Thomas Mann ne compte plus sur son retour en Allemagne et s.établit en Suisse.
<a class=Hitler avec l’évêque protestant Ludwig Müller et le pasteur Schachleitne'>
Hitler avec l’évêque protestant Ludwig Müller et le pasteur Schachleitne
29/09/1933
En France, découverte d'anomalies financières au Crédit Municipal de Bayonne : Alexandre Stavisky est inculpé.
30/09/1933
Le nombre de chômeurs en Allemagne s.élève à 3.849.000.
01/10/1933
Le général Ludwig Beck, 53 ans, devient chef d'état-major général de l'armée allemande.
Theodor Eicke fixe le règlement du camp de Dachau. Ouverture du camp de Brandebourg.
La Régie des postes du Reich met en service la première liaison téléphone-télex du monde entre Berlin et Hambourg.
Konrad Henlein fonde à Eger en Tchécoslovaquie la « Sudetendeutsche Heimatfront » (front patriotique des Allemands des Sudètes) très proche de l’Etat nazi.
03/10/1933
Le chancelier autrichien Dollfuss est grièvement blessé par balle par un nazi. Il en réchappe.
04/10/1933
Hitler met fin à la liberté de la presse et menace les journalistes de prison. Les rédacteurs en chef juifs sont exclus des rédactions des journaux, car désormais pour être rédacteur en chef, « il faut être politiquement et racialement insoupçonnable ».
10/10/1933
La SDN crée un haut-commissariat chargé des problèmes des réfugiés, afin de venir en aide aux Allemands antinazis qui ont dû fuir leur pays.
Erwin Rommel, qui vient d’être promu commandant, reçoit le commandement du 3è bataillon du 17è régiment d’infanterie alpine à Goslar, une unité d’élite. Le secrétaire particulier de Rudolf Hess, Martin Bormann, obtient le grade de « chef du Reich du NSDAP ».
Le chef du KPD (communiste) de Berlin, Walter Ulbricht, émigre à Paris où il fait partie de la direction du KPD en exil.
14/10/1933
L'Allemagne décide de se retirer de la SDN et d’interrompre les pourparlers sur le désarmement. Adolf Hitler annonce que les Allemands seront appelés à ratifier cette décision par référendum. Le jour même, maniant le chaud et le froid, Hitler propose des accords bilatéraux de sécurité.
24/10/1933
En France, le président du conseil Daladier se retire, après que le Parlement lui ait retiré sa confiance. Camille Chautemps (1885-1963) lui succède.
29/10/1933
En Espagne, Primo de Rivera fonde la Phalange. En Italie, Mussolini inaugure officiellement l'ère fasciste.
01/11/1933
Ordonnance du Reich rendant obligatoire l'adhésion à la Chambre de la culture pour tous ceux dont l'activité relève de la production, la reproduction, la distribution ou la conservation de biens culturels.
05/11/1933
En France, exclusion de Marcel Déat, Marquet, Montagnon et Renaudel de la S.F.I.O.
12/11/1933
Première élection au Reichstag pour le parti unique national qui obtient 92,1% des voix. Par ailleurs, 89,9% des votants approuvent par référendum le retrait de l’Allemagne de la SDN.
15/11/1933
Inauguration de la Chambre culturelle du Reich. Son président, le ministre Goebbels prononce un discours sur la fonction désormais dévolue à la culture : elle sera nazie ou ne sera pas...
17/11/1933
Après de longues négociations, les USA reconnaissent l’Union Soviétique et nouent des relations diplomatiques.
25/11/1933
Rassemblement du mouvement protestant de résistance contre la politique nazie en matière ecclésiastique.
27/11/1933
Afin de planifier et de contrôler les loisirs du peuple allemand, le Front du travail (DAF) crée l’organisation « La force par la joie » (KdF ou « Kraft durch Freude ») sur le modèle fascistes italien.
Congrès du front du travail allemand
Congrès du front du travail allemand
29/11/1933
Lois sur la « Gleichschaltung » (mise au pas) de l’artisanat allemand.
01/12/1933
Loi « sur l'unité du parti et de l'Etat » : le gouvernement Hitler approuve la loi faisant du parti nazi le « dépositaire de la notion allemande de l'État » et institutionnalisant son rôle d'instrument de la domination du nazisme sur l'État et la société. Le NSDAP devient un organe d’état de plein droit. Ainsi est réalisée l’unité du Parti et de l’Etat.
Pour calmer Röhm, chef des SA, Hitler le nomme ministre sans portefeuille, ainsi que Rudolf Hess.
04/12/1933
Ludwig Müller (1883-1945), nommé « Reichsbischof » reçoit autorité de Hitler sur les « chrétiens allemands », malgré l’opposition d’une grande partie de l’église évangélique (Niemöller, Bonhoeffer…). Il intègre la « Jeunesse évangélique » aux « Jeunesses hitlériennes ».
19/12/1933
L’Union Soviétique décide d’adhérer à la SDN et de mener une nouvelle politique étrangère, faite d’alliances et de traités de sécurité.
23/12/1933
La Cour suprême de Leipzig prononce son verdict pour l'incendie du Reichstag : l'incendiaire présumé, Marinus van der Lubbe, est condamné à mort. Les quatre accusés communistes (Torgler, Dimitrov, Popov, Tanev) sont relaxés faute de preuve. Crise dans la justice.
L'Etat signe un contrat avec IG Farben pour la fabrication d'essence en lui apportant des garanties financières.
Sortie du film « Flüchtlinge » d’Ucicky. Il raconte l’histoire d’un ancien officier (incarné par Albers) qui ramène les Allemands de la Volga, déportés en Mandchourie, au sein de la mère-patrie. Ce film, aux remarquables scènes de masses reconstituées en studio, établit les fondements du cinéma nazi.
29/12/1933
En Roumanie, le premier ministre est assassiné pare des membres d’un groupe fasciste secret.
En France, début de l'affaire Stavisky.
31/12/1933
Goebbels tient le discours de fin d’année.
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
Actualités automobiles, essais, comparatifs, nouveautés...
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)