B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

8. 1920

03/01/1920
Grèves des cheminots dans la Ruhr et en Silésie, dues à l’augmentation des impôts (100 à 175%). Les cheminots réclament les « 3 x 8 ». Les grèves cessent le 14 après de maigres résultats.
05/01/1920
Adolf Hitler devient le responsable de la propagande du minuscule « Parti ouvrier allemand » (DAP).
10/01/1920
Entrée en vigueur du traité de Versailles qui ampute l’Allemagne de ses colonies et de nombreux territoires indispensables à son économie : sévère contrôle de la production industrielle et agricole, confiscation des avoirs à l’étranger et de la flotte marchande ; démantèlement du potentiel militaire, lourdes réparations, création du corridor de Dantzig permettant à la Pologne l’accès à la mer, création des « villes libres » de Dantzig et de Memel, placées sous le contrôle de la SDN, occupation de la Rhénanie, administration de la Sarre par la SDN…
13/01/1920
A Berlin, démonstration de masse de l’USPD et du KPD contre l’adoption de la loi sur les Comités d’entreprise. La troupe tire sur la foule de manifestants qui tentent de s’emparer du Reichstag, tuant 42 personnes.
Drapeau de la 14è section de la Ligue Rouge de Combat. 1920
Drapeau de la 14è section de la Ligue Rouge de Combat. 1920
15/01/1920
Le maréchal français Foch devient chef de la Commission de surveillance de l’Allemagne.
16/01/1920
Session constitutive de la SDN à Paris.
Les Alliés exigent des Pays-Bas la livraison du kaiser Guillaume II.
La prohibition entre en vigueur aux USA.
Le comte Anton von Arco auf Valley (1897-1945), meurtrier de Kurt Eisner, est condamné à mort. Pendant son procès, des étudiants antisémites manifestent pour son acquittement, désignant Eisner comme le symbole du « Bolchevisme juif ». Le gouvernement bavarois gracie Arco le lendemain et transforme sa peine en prison à perpétuité.
Anton Graf von Arco auf Valle
Anton Graf von Arco auf Valle
17/01/1920
En France Paul Deschanel (1856-1922) succède à Raymond Poincaré à la présidence de la République. Le nouveau président du Conseil est le nationaliste Alexandre Millerand (1859-1943).
23/01/1920
Les Pays-Bas refusent de livrer Guillaume II aux Alliés. La France exige que l’armée allemande soit réduite à 100.000 hommes et que lui soient livrés 900 criminels de guerre.
24/01/1920
La commission internationale sur les réparations ouvre ses travaux. Elle est chargée d’établir conformément au traité de Versailles le montant des réparations que doit l’Allemagne, sur une base d’environ 20 milliards de Marks-or. Elle a Jusqu’en mai 1921 pour statuer.
25/01/1920
Mort à paris du peintre Amedeo Modigliani (1884-1920).
26/01/1920
Le vice chancelier et ministre des finances Matthias Erzberger est blessé d’une balle par un certain Oltwig von Hischfeld, un nationaliste. Aux yeux de la droite. Erzberger passe pour « traître à sa patrie ».
02/02/1920
Le gouvernement soviétique reconnaît l’indépendance de l’Estonie.
03/02/1920
Conformément aux accords de Versailles, les Alliés exigent que leurs soient remis 895 politiques et militaires allemands. Parmi eux, Theobald von Bethmann Hollweg, Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff.
04/02/1920
L'accord « Communauté de travail » conclu en novembre 1918 entre le patronat allemand et les syndicats reçoit force de loi. Mise en place des conseils d'entreprise. Adolf Hitler quitte l'armée.
05/02/1920
Berlin refuse de remettre les 895 « criminels de guerre » présumés aux Alliés. Le gouvernement s’oppose particulièrement à l’extradition du général von Ludendorff, du vieux maréchal von Hindenburg, de l’amiral von Tirpitz, de l’ex-chancelier Bethmann-Hollweg et du Kronprinz. Par contre, il promet de traduire devant une cour à Leipzig 12 « criminels » de « second rang »…
10/02/1920
Plébiscite au Schleswig Nord pour l'union avec le Danemark : 75 431 de oui (75%) ; 25 329 de non.
12/02/1920
La Haute Silésie est placée sous la tutelle de l'armée française et de la Commission de contrôle alliée.
21/02/1920
Le nationaliste Oltwig Hirschfeld, qui avait tenté d’assassiner Erzberger, est condamné à 18 mois de prison.
23/02/1920
L’ancien président français Raymond Poincaré prend la tête de la « commission des réparations ». Il a une position extrêmement dure vis-à-vis de l’Allemagne.
24/02/1920
Devant 2 000 auditeurs, au Hofbräuhaus Keller de Munich, Adolf Hitler lit le programme du DAP et y énonce pour la première fois les « 25 points ». Il dénonce le traité de Versailles. Dans la salle, Rudolf Hess, qui voit en Hitler un homme « capable de rétablir l’honneur de l’Allemagne », décide d’adhérer à ce nouveau parti.
26/02/1920
Devant la situation économique très grave en Italie, le pain, l’huile et la viande sont sévèrement rationnés. La fabrication de pâtisserie est interdite.
28/02/1920
Contre l’avis du roi, le gouvernement belge décide d’envoyer des troupes belges occuper Francfort aux côtés de l’armée française.
29/02/1920
Sur la pression des Alliés, le ministre de la guerre Gustav Noske (SPD) ordonne la dissolution des corps francs « Ehrhardt und Löwenfeld ». Le créateur des corps francs, le général Walther Freiherr von Lüttwitz, qui depuis février 1919 commande toutes les troupes à l’est de l’Elbe ainsi que des bandes armées en Saxe, Thuringe et Hanovre s’opposent à la décision de Noske.
01/03/1920
Heinrich Himmler suit des cours d’agriculture à Munich.
01/03/1920
Miklós Horthy (1868-1957) est nommé Régent provisoire de Hongrie. Il désigne son pays comme une « Monarchie à trône vacant ».
04/03/1920
Le parti ouvrier allemand se nomme désormais NSDAP : « Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei », « parti national socialiste des travailleurs allemands ».
05/03/1920
Nouveau refus hollandais à la demande d’extradition de Guillaume II.
10/03/1920
Le général Lüttwitz réclame avec insistance l’arrêt du renvoi de troupes et la démission du président Friedrich Ebert.
11/03/1920
Le ministre de l’armée Noske ordonne l’exclusion de l’armée du général von Lüttwitz.
12/03/1920
Tentative de coup d'Etat monarchiste à Berlin : le général von Lüttwitz marche sur Berlin avec la brigade de marine du capitaine Ehrhardt des Freikorps.
Jugement du procès « Erzberger-Helfferich » : Helfferich est seulement condamné à une ridicule amende. Les attendus du procès discréditent tant Erzberger qu’il démissionne peu après de ses fonctions au gouvernement.
1920 : « Protégez la patrie ! » : affiche appelant à s’enrôler dans le Freikorps Lüttwitz (Putsch de Kapp)
1920 : « Protégez la patrie ! » : affiche appelant à s'enrôler dans le Freikorps Lüttwitz (Putsch de Kapp)
13/03/1920
Les putschistes de Lüttwitz et d’Ehrhardt occupent Berlin sans résistance. Wolfgang Kapp se proclame chancelier. Ignorant les ordres du chef des armées le général Walther Reinhardt (1872-1930), Von Seeckt, chef militaire de Berlin, refuse son concours au gouvernement légitime sous le prétexte que « la troupe ne tire pas sur la troupe ». Les autorités légales se réfugient à Dresde et à Stuttgart.
Le putsch de Kapp : le Freikorps
Le putsch de Kapp : le Freikorps
14/03/1920
« Putsch de l’Orgesch » en Bavière : La Reichswehr renverse le gouvernement socialiste de Munich dirigé par Hoffmann (SPD). et le remplace par le gouvernement de droite de Gustav Ritter Von Kahr. Les éléments de droite, les condottieri du corps franc, le général Ludendorff et ses partisans trouvent dans la ville bon accueil. Ces ultranationalistes assassineront Erzberger, favorable au « Diktat de Versailles » en août 1921 et Walter Rathenau, ministre des Affaires étrangères et juif, le 24 juin 1922.
A Berlin, les fonctionnaires refusent de suivre Kapp alors que von Seeckt se réfugie dans la neutralité. La grève générale donne le coup de grâce au putsch.
Dans la partie du territoire du Schleswig Nord soumis au référendum, 81% de la population se prononce pour le rattachement à l’Allemagne. La nouvelle frontière entre le Danemark et l’Allemagne est entérinée le 26 mai.
Berlin : le putsch de Kapp Lüttwitz
Berlin : le putsch de Kapp Lüttwitz
15/03/1920
Dans la Ruhr des ouvriers de gauche forment avec le soutien de l’USPD et du KPD « l’armée rouge de la Ruhr », en rébellion contre les corps francs putschistes et les éléments de droite de l’armée sympathisant avec les corps francs.
16/03/1920
12 millions d’ouvriers prennent part à la grève générale décrétée par les syndicats.
17/03/1920
A Berlin, dans la matinée, Kapp est contraint de se retirer. Il prend la fuite avec le général Lüttwitz et se réfugie en Suède en avril. Lüttwitz fuit d’abord en Saxe puis plus tard en Hongrie sans être autrement inquiété. Il reviendra en Allemagne en 1923. Les corps francs, désormais indésirables en Prusse se retirent en Bavière, ainsi que le général Ludendorff auquel Kapp avait dévolu le rôle de dictateur militaire du Reich.
Otto Braun, SPD, est nommé chef du gouvernement de Prusse et le général Hans von Seeckt est nommé chef de la direction de l’armée.
La déception des forces ouvrières et démocratiques devant l'absence d'épuration des auteurs et complices du putsch de Kapp qu'elles ont combattus provoque des soulèvements. Des unités de l’armée Rouge de la Ruhr écrasent le corps franc « Lichtschlag » et contrôlent entièrement la région. En réponse, le gouvernement charge les autres corps francs contre-révolutionnaires de la répression dans la Ruhr. Elle va durer une semaine.
Affiche de la droite allemande soutenant le putsch de Kapp et fustigeant le communisme
Affiche de la droite allemande soutenant le putsch de Kapp et fustigeant le communisme
19/03/1920
Dans la Ruhr, les Freikorps de Lützow, dépêchés pour écraser l’insurrection, doivent battre en retraite. A Essen est formé un conseil central des Conseils ouvriers qui ont pris le pouvoir par la force.
22/03/1920
L’USPD, le KPD et les syndicats annoncent la fin de la grève, ayant obtenu la démission de Noske, accusé de mollesse lors du Putsch et le retrait du Général Reinhardt. Mais l’appel à la reprise n’est que peu suivi. Le gouvernement entame des négociations avec des délégués des Conseils ouvriers.
24/03/1920
Devant l’échec des négociations, le gouvernement intime l’ordre de la fin de la révolte dans la Ruhr. Il donne Jusqu’au 30 mars aux putschistes pour rentrer dans le rang.
25/03/1920
Signature de l’accord de Bielefeld entre les insurgés de la Ruhr et le ministre de l’intérieur de Prusse Severing qui prévoit notamment la nationalisation des trusts et la création de l’allocation chômage. L’ultimatum dans la Ruhr est prolongé Jusqu’au 2 avril’
Démission du gouvernement Bauer et du gouvernement de Prusse.
27/03/1920
Hermann Müller, SPD, est nommé chancelier. Il est chargé par Ebert de former un nouveau gouvernement : celui-ci est formé d’une coalition entre le SPD, le DDP et le Zentrum. En Prusse, Otto Braune, (SPD) forme un gouvernement de coalition identique.
31/03/1920
Adolf Hitler est démobilisé : il devient politicien professionnel, renforçant le caractère agressif du NSDAP.
02/04/1920
Sanglante répression de l’insurrection communiste dans la Ruhr par l’armée et les corps francs du général von Watter, auxquels se sont joint d’anciens putschistes de Kapp et Lüttwitz. Poursuite des révolutionnaires qui s.étaient démobilisés suite à l’accord de Bielefeld, jusque dans la zone démilitarisée contrôlée par les Français. Il y aura 3 000 morts. La répression est achevée le 6.
06/04/1920
Suite au renforcement du dispositif militaire allemand dans la Ruhr, l’armée française intervient, occupant Francfort, Darmstadt, Hombourg et Hanau.
08/04/1920
Les troupes gouvernementales et les corps francs contrôlent la Ruhr, exception faite du sud du territoire.
09/04/1920
Le Congrès américain est favorable à la paix avec l’Allemagne. Le Sénat a refusé de ratifier le traité de Versailles.
10/04/1920
Le gouvernement belge décide d’intervenir sur la rive droite du Rhin.
14/04/1920
L’armée allemande occupe le Vogtland, (entre Saxe et Bavière, sur la frontière tchèque) sans rencontrer d’opposition.
15/04/1920
Hitler muscle le parti en formant des troupes de choc (Ordnertruppe), camouflées quelque temps en « Sections gymnastiques et sportives », sous les ordres d'Emil Maurice, un repris de justice.
Le capitaine Röhm, affecté au commandement militaire de Munich, envoie des membres des Corps Francs grossir les rangs du NSDAP auquel il a adhéré. Chaque soir, Hitler organise des réunions et meetings contre les Juifs, les communistes et le « Diktat de Versailles », ne craignant pas le coup de poing... Il choisit la svastika comme symbole du parti. La croix gammée est utilisée depuis 1890 par certains groupes nationalistes.
Ernst Röhm en 1918
Ernst Röhm en 1918
16/04/1920
Les Français occupent Francfort, Darmstadt et Hanau jusqu'à ce que l'armée allemande évacue la Ruhr.
16/04/1920
Kapp est arrêté en Suède, mais n’est pas livré à l’Allemagne. Il se livrera en 1922 mais mourra durant l’instruction de son procès.
17/04/1920
Le chef des Armées rouges de Saxe, le communiste Max Hölz, en fuite en Tchécoslovaquie, est arrêté à Marienbad. Mais les Tchèques refusent pour l’instant de l’extrader.
19/04/1920
Lors de la conférence de San Remo (Italie), le conseil supérieur des Alliés distribue les territoires sous mandat pour les parties non turques de l’ex-empire ottoman : à l’Angleterre la Palestine et la Mésopotamie, à la France le Liban et la Syrie.
23/04/1920
Le leader des nationalistes turcs Kemal Atatürk prend la direction d’un « contre gouvernement » contre le Sultan Mehmed VI. (1861-1926).
25/04/1920
Début le la guerre russo-polonaise avec l’entrée des troupes polonaises en Russie. Le chef d’état polonais J. K. Pilsudski projette le rétablissement des frontières telles qu’elles étaient avant le premier partage du pays en 1772.
Józef Klemens Pilsudski (1867-1935)
Józef Klemens Pilsudski (1867-1935)
30/04/1920
Formation de l’Etat de Thuringe. Les deux anciennes principautés de Reuss (villes de Gera et de Greiz) sont rattachées à ce nouveau Land.
01/05/1920
Début de la grève générale des cheminots en France, sous la direction de la Confédération Générale du Travail (CGT), qui proteste contre le licenciement par le gouvernement de droite de 18.000 ouvriers syndicalistes. La grève cesse le 28 sans résultats.
05/05/1920
L'Allemagne et la Lettonie signent le traité de Berlin.
12/05/1920
Sur ordre du chef de l’armée Von Seeckt, la brigade de marine Ehrhardt est dissoute. Une grande partie des corps francs est intégrée dans l’armée. Beaucoup de ses membres y feront une brillante carrière.
15/05/1920
Conférence de Hythe : Français et Anglais n’arrivent pas à s’entendre sur le montant des dommages de guerre et des réparations.
17/05/1920
Les troupes franco-belges évacuent Francfort.
18/05/1920
Poincaré démissionne de la présidence de la commission des réparations : il lui reproche de trop minimiser le montant des réparations.
19/05/1920
La SDN décide de siéger à Genève.
20/05/1920
Le Congrès américain adopte une résolution qui déclare la fin de l’état de guerre avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie.
20/05/1920
L’assemblée constituante allemande décide la fin de l’état d’exception dans toutes les parties du Reich.
24 mai 1920 : le parlement de Weimar
24 mai 1920 : le parlement de Weimar
27/05/1920
L’assemblée nationale tchèque renouvelle à la présidence du pays le chef du mouvement pour l’indépendance nationale Tomás G. Masaryk (1850-1937).
01/06/1920
Joachim Von Ribbentrop épouse Annaliese Henckel, fille d’un grand fabricant allemand de vins mousseux.
04/06/1920
Traité de paix de Trianon entre les Alliés et la Hongrie. La Hongrie renonce à 71% de son territoire et limite son armée à 35.000 hommes.
05/06/1920
Première Foire exposition internationale du dadaïsme, à la galerie Otto Burchard de Berlin.
06/06/1920
Election d'un Reichstag remplaçant l'Assemblée nationale : Participation de 79,2%. SPD 21,7% (102 élus, - 43), USPD 17,9% (84, 62), DNVP 15,1% (71, 27), DVP 13,9% (65, 46), Zentrum 13,6% (64, - 27), DDP 8,3% (39, - 36), BVP 4,4% (21), KPD 2,1% (4), autres 3% (9). La coalition de Weimar (SPD, DDP, Z) perd la nette majorité acquise en 1919 : la République ne trouve que 43,6% de partisans. Mais au total, partisans et adversaires de la République se neutralisent : aucun ne dispose de la majorité.
08/06/1920
Démission du gouvernement Müller suite aux mauvais résultats électoraux. Son successeur est Konstantin Fehrenbach (Zentrum). Il constitue un cabinet minoritaire (DVP et DDP).
15/06/1920
Les nouvelles frontières entre l’Allemagne et le Danemark sont fixées. Le Danemark se voit reconnaître le droit de souveraineté sur le Schleswig du Nord.
16/06/1920
Les nazis de Hitler descendent dans les rues de Munich. Ils y défilent avec des drapeaux rouge sang et les anciens militaires que leur a envoyés Ernst Röhm. Hitler choisit la couleur rouge pour le parti en raison de son effet de choc et pour défier les communistes.
21/06/1920
Constantin Fehrenbach, chef du Zentrum, est nommé chancelier d'un gouvernement de coalition centre droit (DDP, Zentrum, DVP). Le SPD se retire du gouvernement mais tolère le nouveau gouvernement.
22/06/1920
Les Alliés fixent le montant des réparations de l’Allemagne à 12,5 milliards de livres sterling. Manifestations de la faim à Krefeld, Hambourg et d’autres villes.
Affiche de propagande allemande contre les réparations : « Nous devrons payer jusqu’à la troisième génération ! »
Affiche de propagande allemande contre les réparations : « Nous devrons payer jusqu'à la troisième génération ! »
23/06/1920
Suppression en Prusse des droits nobiliaires. Les nobles sont désormais soumis à la législation commune à tous les citoyens.
26/06/1920
Le député socialiste indépendant (USPD) Gareis est assassiné à Munich par l’extrême droite. Début des « crimes de la sainte Vehme » : exécution sommaire des « traîtres à la patrie » (pacifistes, démocrates, hommes de gauche) par des groupuscules clandestins d’extrême droite.
02/07/1920
Dans le conflit entre Pologne et Russie, l’Armée Rouge engage une contre offensive.
05/07/1920
Délégués alliés et Allemands se réunissent au château de la Fraineuse à Spa, dans les Ardennes belges, pour examiner le problème de l’indemnisation des dommages subis par les Etats vainqueurs pendant la guerre et fixer les délais du désarmement de l’Allemagne. La France recevrait 52% des dommages, l’Angleterre 22%, l’Italie 10%, la Belgique 8%... Le Danemark prend possession du Schlesvig Nord.
11/07/1920
Plébiscite en Prusse-Orientale et Occidentale (Allenstein et Marienwerder) : 97% pour le rattachement à l'Allemagne.
16/07/1920
Clôture de la Conférence de Spa (Belgique) entre les Alliés et l'Allemagne sur les dommages de guerre : le montant de la dette n’est pas chiffré ; l’Allemagne doit s’engager à livrer deux millions de tonnes de charbon par mois. Le Reich accepte d’appliquer toutes les clauses du désarmement d’ici au début 1921. Toutefois, l’industriel Hugo Stinnes se met en avant en refusant abruptement les demandes de réparations et trouve un écho enthousiaste dans les milieux nationalistes.
Hugo Stinnes (1870-1924)
Hugo Stinnes (1870-1924)
22/07/1920
Dans les « secondes journées de l’Etudiant Allemand » à Göttingen des délégués du « cercle des écoles supérieures » demandent l’exclusion des étudiants juifs.
24/07/1920
Fin du référendum ayant permis la consultation des populations d’Eupen et de Malmédy concernant la question du rattachement de ces territoires à la Belgique. A Eupen, sur un total de 13.975 personnes, seuls 208 « non » sont enregistrés. A Malmédy, seules 58 personnes sur un total de 36.910 votent contre le décret. Pas la moindre protestation à signaler dans les communes de Bévercé, Bellevaux et Waismes.
25/07/1920
Le Britannique Winston Churchill soulève une tempête de protestations avec son article sur « Le péril venu de l’Est » : il y prône une alliance avec l’Allemagne contre les bolcheviks.
04/08/1920
Le Reichstag décrète l’amnistie générale contre les participants au putsch de Lüttwitz-Kapp et aux évènements de mars. Seuls sont exclus de l’amnistie les principaux meneurs.
05/08/1920
Le Reichstag promulgue la loi sur le désarmement. Toutes les armes aux mains de civils doivent être remises à l’autorité : à la fin de l’année seront récupérés 932 canons, obusiers et lance-flammes, 1 680 pistolets mitrailleurs, 18 000 mitrailleuses, 78 000 revolvers et pistolets, 85 000 grenades, 46 millions de cartouches et 2,2 millions de fusils.
08/08/1920
Adolf Hitler expose sa politique envers ce qu’il appelle le « problème juif » à des Autrichiens de Salzbourg.
10/08/1920
Traité de Sèvres entre les Alliés et la Turquie : l’ancien empire ottoman disparaît. La Turquie est réduite à 1/10è de son ancien territoire. Mais les nationalistes turcs d’Atatürk ne reconnaissent pas le traité.
Le traité de Sèvres
Le traité de Sèvres
14/08/1920
Armistice entre la Russie et la Finlande à Dorpat (Tartu, Estonie).
Ouverture officielle des VIIè Jeux Olympiques à Anvers. Les anciennes puissances de l’Alliance n.y sont pas invitées.
Formation de la « Petite Entente » entre les royaumes de Serbie, Croatie, Slovaquie, et Tchécoslovaquie contre d’éventuelles révisions venant d’Autriche ou de Hongrie.
16/08/1920
Avec l’aide des Français, Pilsudski rétablit la situation militaire sur le front polonais. L’armée Rouge est vaincue près de Varsovie et bat en retraite. Peu après débutent les pourparlers d’armistice.
17/08/1920
Importantes émeutes à Katowice, en Haute Silésie entre Allemands et Polonais. Intervention des Français.
26/08/1920
A Breslau (Wroclaw) des manifestants allemands occupent les consulats de France et de Pologne.
Aux USA, introduction du droit de vote des femmes.
06/09/1920
Ouverture à Stresa d’une conférence de rapprochement germano-italienne.
08/09/1920
Gabriele D'Annunzio proclame la ville libre de Fiume (Rijeka).
13/09/1920
Ernst Jünger publie son célèbre « In Stahlgewittern », « Orage d’acier » sur son expérience de la première guerre mondiale.
Ernst Jünger (1895-1998)
Ernst Jünger (1895-1998)
16/09/1920
Le président Deschanel démissionne pour raisons de santé. Le président du conseil Millerand lui succède.
20/09/1920
Le conseil de la Société des Nations entérine la cession par l’Allemagne des régions d’Eupen et de Malmédy à la Belgique.
30/09/1920
Les autorités françaises prennent possession du Togo, ancienne colonie allemande.
01/10/1920
Fondation de l’Union Rhin-Elbe des charbonnages et aciéries germano-luxembourgeois.
Création du « Groß-Berlin »‚ (Grand Berlin) qui comporte 7 villes et 57 communes rurales, soit 3,86 millions d’habitants.
12/10/1920
Congrès du Parti socialiste indépendant (USPD) à Halle : décision majoritaire d’adhérer à l’Internationale communiste.
La Pologne et la Russie signent les préliminaires de paix. La Russie abandonne quelques territoires à la Pologne.
15/10/1920
Le pharmacien Gregor Strasser apporte à Hitler le soutien des anciens combattants de Basse Bavière. Très lié avec Hitler il fonde le premier district ou « Gau » du NSDAP et devient le premier « Gauleiter ». Il lui présente son frère Otto chez Ludendorff, mais le courant ne passe pas entre les deux hommes et il faut tout le poids du vieux maréchal pour calmer leur querelle.
Gregor Strasser : il tenta de disputer à <a class=Hitler le leadership du jeune parti nazi. Il le paiera de sa vie lors de la "Nuit des longs couteaux"'>
Gregor Strasser : il tenta de disputer à Hitler le leadership du jeune parti nazi. Il le paiera de sa vie lors de la "Nuit des longs couteaux"
27/10/1920
Les Alliés décident la création de la ville libre de Dantzig (Gdansk) qui devient autonome et conclut une union douanière avec la Pologne sous contrôle de la SDN.
02/11/1920
Le Républicain Warren G. Harding (1865-1923) est élu président des Etats Unis.
03/11/1920
Le groupe industriel Siemens-Schukert se joint à l’Union Rhin-Elbe des charbonnages et aciéries germano-luxembourgeois.
08/11/1920
Le ministère prussien des Cultes interdit le port de la croix gammée comme expression d’attitude antisémite et « völkisch ».
15/11/1920
Première assemblée plénière de la SDN à Genève, avec la participation de 42 Etats.
30/11/1920
La Prusse devient un Etat libre, parlementaire et démocratique. Le président du Conseil est le social-démocrate Otto Braun.
01/12/1920
Les troupes italiennes assiègent la ville de Fiume sous contrôle de D'Annunzio.
04/12/1920
A Berlin, congrès fondateur du Parti communiste allemand rénové. L’USPD rejoint majoritairement le KPD. Paul Levi (1883-1930) et Ernst F. Däumig (1866-1922) partagent la présidence.
14/12/1920
Le « Government of Ireland Act » partage l’Irlande en deux, provoquant de graves troubles.
15/12/1920
Conférence de Bruxelles sur les dommages de guerre.
16/12/1920
La NSDAP projette d’acheter pour 120 000 Mark l’hebdomadaire antisémite « Völkischer Beobachter ».
L’Autriche est acceptée dans la Société des Nations.
20/12/1920
Ernst Röhm réunit la somme de 60 000 marks pour l’achat du « Völkischer Beobachter ». Une grande partie de cette somme provient des fonds secrets de l’armée, de l’argent rassemblé par le supérieur direct de Röhm, le général von Epp, qui a aussi obtenu des contributions de la bourgeoisie de Munich.
Röhm rachète le titre qui croule sous les dettes. Ce journal doit permettre à Hitler de mieux diffuser encore ses idées auprès du public. Le premier rédacteur en chef en est Dietrich Eckhart, dramaturge et poète médiocre, qui va apprendre à Hitler à bien se conduire. Le journal est en outre financé par les dons de Mme Hélène Bechstein (des pianos Bechstein), Mme Gertrud von Seidlitz et Ernst (« Putzi ») Hanfstaengl (mars 1923), dont la richissime famille ouvre ses portes à Hitler.
31/12/1920
La France met en garde L’Allemagne contre le non-paiement de ses obligations en matière de réparations.
D’Annunzio cesse les combats à Fiume.
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
Actualités automobiles, essais, comparatifs, nouveautés...
Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)