B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

L’économie alsacienne

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2.2. Une grande diversité sectorielle

En terme d’effectifs, l’Alsace est la troisième région industrielle de France après la Franche Comté et la Picardie, et a la chance de ne pas avoir pâti d’une trop grande spécialisation industrielle. Là encore elle se situe au troisième rang, cette fois ci derrière les régions Rhône Alpes et Centre.

L’Alsace a relativement bien traversé les périodes de reconversion industrielle, douloureuses pour de nombreuses autres régions notamment au cours du dernier quart du XXè siècle. En particulier les fermetures de nombreuses usines textiles et des mines de potasse ont été dans l’ensemble bien absorbées. Entre 1993 et 1998, l’industrie alsacienne s’est renforcée dans des secteurs à forte demande et dynamiques : l’automobile et sa sous-traitance, la chimie de spécialités et la pharmacie. L’apparition d’entreprises dans les nouvelles technologies NTIC (logiciels du secteur de l’audiovisuel notamment) et biotechnologies, (15% de l’activité nationale, issues en grande partie d’un essaimage depuis l’université Louis Pasteur) jointe à une forte croissance des activités tertiaires pendant cette même période a pu se nourrir et se diffuser dans un tissu industriel assez largement rénové.

Même si les principaux pans de l’industrie alsacienne sont constitués de spécialisations traditionnelles (équipements mécaniques, agroalimentaire, industrie automobile, chimie, pharmacie) aucune activité ne concentre plus de 15% du total des effectifs salariés industriels.

Les branches les plus importantes sont :

  • l’industrie automobile à peu près également répartie sur les bassins d’emploi de Mulhouse (Peugeot), Colmar et Strasbourg (General Motors, Mercedes)
  • les industries mécaniques, où malgré la présence de toutes les composantes, l’Alsace se spécialise dans les roulements liés à l’automobile et ses équipementiers .Les plus grands fabricants sont INA roulements (Haguenau) et Timken (Colmar), mais il y a aussi Kuhn, Schlumberger ou De Dietrich ;
  • les industries agroalimentaires, surtout implantées dans le Bas-Rhin, sont en grande partie filiales de multinationales comme Nestlé, Dove Europe, Mars, Wrigley ; mais il y a aussi industries traditionnelles régionales comme les brasseries (60% de la production française), les vins, les plats préparés...
  • l’industrie textile est implantée depuis deux siècles dans le Haut-Rhin et les vallées vosgiennes. Si les grands noms comme DMC, Martel Catala ou Boussac perdurent avec plus ou moins de difficultés, l’Alsace a su se reconvertir soit dans le très haut de gamme (Manufacture d’impression sur étoffes de Beauvillé) soit dans les textiles techniques, non tissés notamment, pour lesquels elle représente 40% de la production française.
  • les industries électriques et électroniques, spécialisées dans les télécommu-nications (Alcatel) et l’électromécanique (Socomec, Hager...)

Si l’absence de spécification sectorielle trop marquée a aidé l’Alsace à surmonter les phases de restructuration de grands secteurs, elle connaît depuis 2 ou 3 ans une perte d’emplois industriels dans les domaines d’activités traditionnelles. Ceux-ci enregistrent des baisses d’activités significatives. Une partie de ces pertes s’explique par la réorientation des activités de production, une partie par l’arrêt des technologies vieillissantes aux contraintes d’environnement et semble-t-il par quelques délocalisations difficilement quantifiables.


Pour en savoir plus...

Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)