B&S Encyclopédie

Diffusť par CashTrafic

Le camp de concentration de Lublin Ma√Įdanek

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

6.6. S√©vices par la commission de D√ľsseldorf et Simonov

Constantin Simonov rapporte que les sévices se terminaient souvent par la mort des déportés.

¬ę¬†Parfois, pour les faire mourir plus vite, les gens √©puis√©s √©taient expos√©s au froid pendant de longues heures. √Ä cela, il reste √† ajouter ce qu'on d√©nommait les exercices gymnastiques du soir. Apr√®s l'appel du soir, les prisonniers g√©n√©ralement las, ext√©nu√©s au dernier point par une p√©nible journ√©e de travail, √©taient astreints √† courir pendant une heure et demie dans la boue jusqu'aux genoux, en hiver dans la neige, en √©t√© pendant la grande chaleur, autour du Block qui avait bien plus d'1 kilom√®tre de circonf√©rence. Le matin, on ramassait les cadavres gisant tout le long de la cl√īture du Block.¬†¬Ľ

Il √©voque ensuite les ¬ę¬†amusements¬†¬Ľ des SS¬†:

¬ę¬†Le premier amusement consistait en particulier en ceci¬†; un SS prenait √† partie quelque d√©tenu, lui signifiait qu'il avait enfreint quelque r√®glement du camp et m√©ritait d'√™tre fusill√©. Le d√©tenu √©tait pouss√© au mur et le SS lui posait son parabellum au front. Attendant le coup de feu, la victime, quatre-vingt-dix neuf fois sur cent fermait les yeux. Alors le SS tirait en l'air, tandis qu'un autre lui ass√©nait un grand coup d'une planche sur le cr√Ęne. Le prisonnier s'√©croulait sans connaissance. Quand il revenait √† lui et rouvrait les yeux, les SS disaient en s'esclaffant¬†: ¬ę¬†Tu vois, tu es dans l'autre monde. Tu vois, dans l'autre monde, il y a aussi des Allemands.¬†¬Ľ Comme le prisonnier √©tait ordinairement tout ensanglant√©, il √©tait consid√©r√© comme condamn√© √† mort et les SS le fusillaient. L'amusement num√©ro 2 avait pour sc√®ne un bassin qui se trouvait dans une des baraques du camp. Le d√©tenu d√©clar√© coupable √©tait d√©shabill√© et jet√© dans ce bassin. Il tentait de remonter √† la surface et de sortir de l'eau. Les SS qui se pressaient autour du bassin le repoussaient √† coups de botte. S'il parvenait √† √©viter les coups, il obtenait le droit de sortir de l'eau. Mais √† une seule condition¬†: il devait s'habiller compl√®tement en trois secondes. Les SS le surveillaient, montre en main. Personne, naturellement, ne pouvait s'habiller en trois secondes. Alors la victime √©tait de nouveau jet√©e √† l'eau et martyris√©e jusqu'√† ce qu'elle se noie. L'amusement num√©ro 3 entra√ģnait in√©vitablement la mort de celui aux d√©pens duquel on s'y livrait. Avant de le tuer, on l'amenait devant une essoreuse luisante de blancheur et on l'obligeait √† glisser le bout des doigts entre les deux rouleaux de caoutchouc destin√©s √† tordre le linge. Puis l'un des SS ou un d√©tenu sur leur ordre tournait la manivelle de l'essoreuse. Le bras de la victime √©tait happ√© jusqu'au coude ou l'√©paule par la machine. Les cris du supplici√© √©taient le principal plaisir des SS. Devenue inapte au travail, la victime √©tait achev√©e.¬†¬Ľ

Les femmes n'étaient pas épargnées, comme le mentionne C. Simonov :

¬ę¬†Je voudrais dire quelques mots sur le camp des femmes. Certains mois, le nombre de ces derni√®res atteignait jusqu'√† 10.000. Elles vivaient dans les m√™mes conditions que les hommes √† cette diff√©rence pr√®s qu'elles √©taient gard√©es par des femmes SS. Je veux parler ici de l'une d'elles. √Ä l'appel du matin ou du soir, elle choisissait parmi les femmes √©puis√©es ou amaigries la plus belle, celle qui avait conserv√© plus ou moins un aspect humain, et sans raison elle la fustigeait sur les seins. Quand la victime s'√©croulait, elle la frappait entre les jambes, d'abord avec sa cravache, puis de ses souliers clout√©s. Ordinairement, la femme ne pouvait plus se relever et rampait longtemps, laissant derri√®re elle une tra√ģn√©e sanglante. Apr√®s une ou deux ex√©cutions de ce genre, la femme devenait infirme et ne tardait pas √† mourir.¬†¬Ľ
Constantin Simonov¬†: Ma√Įdanek, un camp d¬íextermination, Editions Sociales


Diffusť par CashTraficLe jeu de stratťgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croÓtre votre influence sur la scŤne internationale par le biais d'alliances ou de dťclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŗ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dťcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)