B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Le camp de concentration de Dora

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7. Témoignages

Gardelegen par G. Crétin
L’évacuation par P. Hagenmuller
Pendaisons, par Charles Sadron
Ellrich
Dora par Jean Michel
Harzungen par J.H. Tauzin
Harzungen par Jacques Bernardeau

7.7. Harzungen par Jacques Bernardeau

« Venant de Niedersachswerfen, le camp est situé à l'entrée du village, devant l'école. Il semble d'abord avoir été destiné aux civils allemands de Mittelwerk, avant d'être affecté, en mars, aux détenus travaillant au chantier du B3. Sa construction commence début 1944 et se termine en juin. Une triple clôture électrifiée remplace les simples barbelés.

Les premiers Déportés viennent de Buchenwald, et sont suivis par ceux qui ont achevé la construction du camp de Dora. Lors de l'autonomie de Dora, le 1er novembre, les détenus, au nombre de 4.009, sont Français, Belges, Russes et Polonais. »

« Le 3 avril, le camp comprend 3 blocks, puis il s'agrandit à 14 blocks dont 10 pour le logement des détenus. Le Revier occupe les 2 blocks de l'angle sud-ouest du camp. Les blocks 1 et 2 hébergent les détenus qui travaillent aux cuisines ; les 5, 6 et 10 ceux qui travaillent à Dora, et les 4, 7, 8 et 9 ceux qui travaillent au B3. Chaque block a 3 étages de châlits recouverts de copeaux de bois. Les appels durent généralement 1 heure, parfois 2 ou 3 heures. »

« Au retour du travail, couverts de poussières, les détenus se lavent à l'eau froide des lavabos, par équipes de 2, car les Russes volent leurs effets. Cette séance est suivie selon l'humeur du kapo, de la visite des poux, d'un rassemblement dans la cour, ou du garde-à-vous dans les blocks. Le rasage des cheveux est mensuel. Des matches de boxe ont lieu de temps en temps le dimanche. Les détenus reçoivent un litre de soupe par jour, avec une boule de pain, de la margarine et une rondelle de saucisson parfois remplacée par une cuillère d'ersatz de « confiture ». Ils ont un bout de viande le samedi, et de fromage le mercredi ; de temps en temps des pommes de terre. »

« Les SS sont progressivement remplacés par des soldats de la Luftwaffe. Mais l'encadrement est composé de Verts et Tsiganes allemands. Le Commandant Frick, chauve et sec, portant monocle et gants de cuir, est parfois possédé de rages folles. Face aux détenus rassemblés pour la circonstance, il enfonce calmement son poignard dans le cœur de Félix, son serviteur tchèque. Mais le 25 décembre il autorise et assiste avec quelques sous-officiers, à la célébration d'une messe par 3 prêtres belges. Le même jour, un « radio crochet » a lieu dans le block 7. Pour tentative d'évasion, un Vorarbeiter écrase la tête d'un détenu sur un rail au moyen d'une barre de fer. Le 10 septembre un Tsigane est pendu. »

« Si les conditions de vie au camp sont relativement « convenables », le travail est très dur et le transport épuisant. Au début, les détenus sont transportés au chantier en camions militaires, puis plus tard sur des remorques de tracteurs, et en train à partir d'août 44, après la construction, par les détenus eux-mêmes, de la ligne Harzungen / Niedersachswerfen. Du camp, ils doivent alors emprunter un chemin boueux jusqu'à un petit quai bordant une voie ferrée où ils embarquent à 50 dans des wagons à bestiaux. Au village de Niedersachswerfen, qu'ils traversent à pied, ils rejoignent le petit train à voie étroite qui, après avoir contourné l'Himmelberg par le nord, les amène en 30 minutes au B3. Ils sont entassés à 25 dans ces wagonnets découverts, par tous les temps, souvent les pieds dans l'eau, en tentant, pour s'abriter, de rejoindre le centre du groupe. Accueillis par les chiens à l'arrivée, ils pénètrent à l'intérieur des barbelés qui encerclent les entrées des tunnels. Le trajet, d'environ 10km, dure 2 heures. En février 45, avec la pénurie de charbon, les détenus se rendent à pied aux tunnels. Pendant cet hiver très dur, où la température descend au-dessous de -20°C, on compte souvent 30 morts par jour. »

« Au retour, les détenus doivent les porter sur l'épaule en fin de colonne, et les déposer, devant eux, à l'appel. Un témoin, arrivé à Harzungen le 10 juin, a participé, jusqu'à son achèvement en novembre, à la construction de la voie ferrée reliant Niedersachswerfen. A six détenus et pendant 12 heures, ils ont dû porter des rails de 7 mètres de long. Mais l'activité principale de Harzungen est le chantier du B3, dont l'objectif est l'installation d'usines souterraines dans le ventre du Himmelberg. La colline est attaquée par 28 galeries, dont les kommandos qui y travaillent portent le même numéro. Le travail, très dur, se fait en 3 équipes se relayant à 6h, 14h et 22h, et alternant chaque semaine. Sur un échafaudage instable, 8 équipes de 2 "mineurs" ou "foreurs" sont assises dos à dos sur une longue planche, en haut du tunnel. S'arc-boutant sur son coéquipier, le mineur pousse dans la roche une foreuse à air comprimé munie d'une mèche de 4 mètres. Le Meister y enfonce ensuite de la dynamite. D'autres, au-dessous, dégagent la roche avec des marteaux piqueurs. »

« Beaucoup plus dur est le « lent supplice de la pelle », qui consiste à charger de pierres les wagonnets, et à les évacuer à l'extérieur sous les coups répétés des kapos. Les morts sont transportés par camion au crématoire de Dora. Les effondrements d'échafaudages et les chutes de pierres blessent et tuent quotidiennement. Et les explosions produisent des poussières toxiques à l'origine de nombreux accidents pulmonaires : tuberculose, silicose, pleurésie, anthrax, œdème, maladie des lèvres violettes... »

« Plusieurs techniques de sabotage sont bien rodées. On peut mimer d'emblée le travailleur énergique et volontaire pour détourner la surveillance des kapos ; guider la mèche dans une mauvaise direction ; donner l'impression de pousser de toutes ses forces sur la foreuse ; coincer la mèche et la casser ; lancer des pelletées par-dessus les wagonnets ; faire dérailler les wagonnets... »

« Le Revier est dirigé par 2 « médecins » français, Jacques Desprez, un dentiste de l'Aisne parlant allemand, et son frère Georges. Fin 44 Paul Lagey, vrai médecin, les rejoint. Avec les 18 infirmiers, ils soignent attentivement les malades. »

« Le camp est évacué le 4 avril 1945. »

Jacques Bernardeau. Association Française Buchenwald Dora et Kommandos (avec l’aimable autorisation de l’auteur)
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre PrécédentChapitre suivant >>>


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)