B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Alsace : la maison alsacienne

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. Les techniques de construction

Le colombage
Les matériaux
Le chauffage
Le toit et la couverture

3.1. Le colombage

La maison alsacienne à pans de bois : principaux éléments du colombage. (La maison alsacienne)
La maison alsacienne à pans de bois : principaux éléments du colombage. (La maison alsacienne)

La maison alsacienne est oeuvre de charpentier. Le maçon n’intervient que pour le terrassement de la cave, la construction des soubassements, du bloc-cuisinière, du mur de la cuisine, de la cheminée, de l’escalier extérieur... ou dans certaines régions, le rez-de-chaussée. La construction de la maison à pans de bois obéit à des règles très strictes : la première est celle de l'équilibre architectonique. Chaque élément doit concourir à la stabilité de l’ensemble.

Le colombage est avant tout une carcasse de bois destinée à former l’ossature solide de la maison. Mais la symbolique des formes reste présente à l’esprit des bâtisseurs qui jouent avec ces éléments architecturaux, donnant diverses formes, et donc symboles aux assises, allèges, poteaux, décharges et aisseliers.

Maison à « bois courts » avec solives perpendiculaires au mur gouttereau, début du XVIè siècle. (La maison alsacienne)
Maison à « bois courts » avec solives perpendiculaires au mur gouttereau, début du XVIè siècle. (La maison alsacienne)
Structure du colombage : formes du pan de bois en Alsace. (La maison alsacienne)
Structure du colombage : formes du pan de bois en Alsace. (La maison alsacienne)
Structure générale de la maison à colombage : bois courts (à gauche) ; bois longs (à droite). (La maison alsacienne)
Structure générale de la maison à colombage : bois courts (à gauche) ; bois longs (à droite). (La maison alsacienne)

3.1.1. Le pan de bois

Eléments du colombage d’une maison à « bois courts 
Eléments du colombage d’une maison à « bois courts 

Sur une seule et même maison à pans de bois il y a trois « pans » différents, le pan étant constitué par un ensemble de pièces de bois inscrites dans un même plan : le pan horizontal qui comporte planchers et plafonds, supportés par les sablières et les solives ; le pan vertical comprend l’ossature et le remplissage des murs et des cloisons intérieures ; et le pan incliné, fait de la charpente des combles. Ces divers « pans » s'assemblent les uns aux autres - un peu comme les éléments d'un « Meccano » pour constituer ensemble l'ossature, la carcasse de la maison. Tous les éléments de cette ossature sont rigoureusement solidaires les uns des autres afin de concourir à l’équilibre de l’ensemble.

Le triangle, élément essentiel de l'équilibre et de la stabilité, se retrouve partout pour solidifier les éléments horizontaux et verticaux.La triangulation est poussée assez loin et apporte au cadre de la maison alsacienne sa rigidité. La charpente du toit comporte plusieurs triangles appelés « fermes » constitués d’arbalétriers, de l'entrait et/ou du faux entrait et des chevrons et supportant la panne faîtière, lorsque celle-ci existe. Au niveau des façades la triangulation est assurée par les décharges et les aisseliers placés en biais, et par certains éléments à valeur décorative et symbolique intégrés au poutrage (croix de saint André, losanges barrés).

Cette structure présente à la fois suffisamment de souplesse et de solidité pour résister à des séismes, tel de 1396 qui ravagea les maisons en pierre de la ville de Bâle et certains châteaux du Jura et des Vosges, mais n’écroula pas les maisons à colombage, restées quasi intactes.

Structure du colombage : le « Mann » et ses variantes. (La maison alsacienne)
Structure du colombage : le « Mann » et ses variantes. (La maison alsacienne)
Structure de charpente : ferme du toit avec faux entrait. (La maison alsacienne)
Structure de charpente : ferme du toit avec faux entrait. (La maison alsacienne)
Le colombage : types d’assemblages. (La maison alsacienne)
Le colombage : types d’assemblages. (La maison alsacienne)

3.1.2. Le montage de la maison

Structure de charpente : sablière et poteau cornier. (La maison alsacienne)
Structure de charpente : sablière et poteau cornier. (La maison alsacienne)

Contrairement à la maison de pierre ou de brique entièrement montée sur chantier par le maçon, la maison à colombage est l'oeuvre presque exclusive du charpentier dont l'activité essentielle se déroule en atelier, le montage proprement dit ne prenant, la plupart du temps, que quelques jours.

Après avoir relevé sur le terrain les diverses cotes nécessaires (soubassements, escaliers en pierre, principaux axes...) le charpentier réalise un croquis à petite échelle (projet linéaire ou « Uffriss ») représentant l'ensemble de l'ossature en plan, élévation et coupe. Puis il fait un tracé grandeur nature appelé « ételon » (« Rissbode ») sur le sol de son atelier et se livre à l'« appareillage » (« S' Holz zürichte ») : choisir le bois, le mettre à l'épure, tracer les angles de coupe et les assemblages. Les pièces à assembler sont superposées selon la disposition et l'angle qu'elles auront en réalité et les projections des assemblages d'angle ou en longueur (entures) sont tracées sur chaque face en vue de guider les traits de scie.

Puis chaque pièce est marquée d'un chiffre latin selon son emplacement sur une même façade et pour une même hauteur d'étage (d'abord les pièces horizontales comme les sablières, puis les pièces verticales comme les poteaux corniers, les montants, les poteaux intermédiaires, les potelets, ensuite les pièces obliques comme les décharges ou les aisseliers et enfin les entretoises horizontales... Ces marquages s'opèrent en général de gauche à droite. Les étages sont différenciés par l'adjonction aux chiffres d'un ou de deux points. Ce traçage est indispensable pour reconnaître les divers éléments d'un colombage après transport sur le chantier lors du montage définitif.

Assemblage d’angle à tenon et clavette. (La maison alsacienne)
Assemblage d’angle à tenon et clavette. (La maison alsacienne)

Le montage proprement dit est une opération spectaculaire mais relativement rapide. Les éléments des pans verticaux sont solidement assemblés par tenons et mortaises aux sablières qui verrouillent le pan horizontal. Pour l’assemblage des éléments de bois, le charpentier utilise des chevilles de bois, jamais de clous ni de vis en métal. Ce système donne une certaine souplesse à la maison et rend l’ossature démontable assez facilement. La maison alsacienne était considérée non comme un bien immobilier, mais comme un bien mobilier. Des démontages de maisons et des remontages sous d'autres cieux sont monnaie courante : le restaurant Burehiesel (1600) du Parc de l'Orangerie à Strasbourg se dressait jadis au centre de Molsheim ; les maisons de l'Ecomusée d’Ungersheim proviennent de toute l’Alsace, et une maison de Blotzheim a été remontée au Musée de plein air « Little world of man » d'Imai près de Nagoya au Japon.

Lorsque la charpente est en place, l'oeuvre du charpentier s'achève. On fixe alors au faîte un petit sapin garni de rubans qui en principe reste en place jusqu’à ce que le propriétaire ait offerte un solide repas bien arrosé à l’équipe de montage… On fait en général appel au prêtre qui appelle sur la demeure la bénédiction divine, ou, si l’on est protestant, on se rend au temple.

Structure de charpente : l’encorbellement. (La maison alsacienne)
Structure de charpente : l’encorbellement. (La maison alsacienne)
Assemblage sablière de plancher – solive – sablière de chambre – poteau. (La maison alsacienne)
Assemblage sablière de plancher – solive – sablière de chambre – poteau. (La maison alsacienne)
Décomposition d’un assemblage de sablières basses à doubles tenons et clavettes. Grentzingen, Sundgau. (La maison alsacienne)
Décomposition d’un assemblage de sablières basses à doubles tenons et clavettes. Grentzingen, Sundgau. (La maison alsacienne)

3.1.3. Remplissage des murs et finitions

Obermorschwiller : bel exemple de remplissage du colombage : torchis sur palançons. (La maison alsacienne)
Obermorschwiller : bel exemple de remplissage du colombage : torchis sur palançons. (La maison alsacienne)

La carcasse achevée et dressée, reste à remplir ses murs et à réaliser les travaux de menuiserie (planchers, plafonds, portes, fenêtres…) et de maçonnerie (fourneau, cheminée…).

Pour la menuiserie et la maçonnerie, le propriétaire fait appel aux corps de métiers. Pour le remplissage des vides, il s’en chargé généralement lui-même avec l’aide de sa famille : dans des rainures aménagées dans la face interne des pièces de bois du colombage, on place verticalement et horizontalement en les tressant, des planchettes de bois souple (palançons ou « Flachtwarik »), formant ainsi une armature semblable à un panier tressé.

Cette armature sert de support au torchis, (« Lähme » ou « Wickelbodde ») mélange d'argile, de paille, de crin et d'eau, malaxé et appliqué à la main. Ce torchis est soit pressé fortement contre ces palançons, soit appliqué par petits bouchons superposés.

Sur le torchis encore humide on trace des stries destinées à une meilleure adhérence d’un crépi à base de chaux qui sera appliqué plus tard. Le torchis est souvent décoré en petit relief et peint, la plupart du temps en blanc, mais aussi en bleu (couleur de la Vierge chez les catholiques), rouge ou ocre. Souvent le long du premier étage court une galerie de bois avec des balustres sculptés.

Torchis sur palançons tressés de noisetier… (La maison alsacienne)
Torchis sur palançons tressés de noisetier… (La maison alsacienne)
Pfulgriesheim en Kochersberg : décors symboliques du torchis d’une ferme. (La maison alsacienne)
Pfulgriesheim en Kochersberg : décors symboliques du torchis d’une ferme. (La maison alsacienne)
Mitre de cheminée à Imbsheim, pays de Bouxwiller. (La maison alsacienne)
Mitre de cheminée à Imbsheim, pays de Bouxwiller. (La maison alsacienne)
Structure de charpente : le torchis (Truchtesheim). (La maison alsacienne)
Structure de charpente : le torchis (Truchtesheim). (La maison alsacienne)
Dauendorf en pays de Hanau : décor surmontant une porte d’entrés d’une ferme. (La maison alsacienne)
Dauendorf en pays de Hanau : décor surmontant une porte d’entrés d’une ferme. (La maison alsacienne)
Truchtersheim: Cour intérieur et galerie de la ferme Weiss. (La maison alsacienne)
Truchtersheim: Cour intérieur et galerie de la ferme Weiss. (La maison alsacienne)
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)