B&S Encyclopédie

Diffusť par CashTrafic

L’art Byzantin

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. L’art byzantin

Histoire
L’époque de Justinien
De Justinien aux Iconoclastes
La crise iconoclaste
Le Deutéro-byzantin
L’expansion de l’art byzantin

2.5. Le Deutéro-byzantin

La première Renaissance se fait sous les empereurs Macédoniens (867-1081) et les Commènes (1081-1185). La dynastie des Anges voit la prise de Constantinople par les croisés et la coexistence d'un empire latin de Morée et d'un empire de Nicée.

La seconde renaissance a lieu sous les Paléologues (1291-1453), marquée par la reprise de Constantinople aux croisés (1261) et quelques grands règnes dont celui de Michel VIII Paléologue (1261-1282). Malgré tout, l'empire s'écroule définitivement sous le coup des Turcs. En 1453 Byzance est prise par les Ottomans.

2.5.1. Le deutéro-byzantin I, sous les Macédoniens et les Commène : 867-1185

Deux tendances marquent l'art : l'art impérial épris de classicisme et de réalisme, et l'art monastique, sévère, traditionnel et théologique. De ces deux tendances naissent d'admirables chefs d'œuvre.

2.5.1.1. Architecture

L'influence g√©orgienne et arm√©nienne fait triompher le plan de la basilique en croix grecque inscrite dans un carr√©, surmont√© de quatre petites coupoles et d'une grande, mont√©e sur un tambour √† 8, 12 et 16 pans. On cherche l'ordonnance cl√©s masses ext√©rieures et l'effet d'appareil par la disposition des pierres et l'effet de polychromie (alternance de moellons et de bandes de briques souvent fa√Įenc√©es). La brique est utilis√©e pour dessiner des ornements g√©om√©triques.

2.5.1.1.1. Constantinople et Macédoine du Nord

A Constantinople la Nouvelle √©glise de Basile¬†I, √©glise de Boudroum-Djami (920-941), l¬í√©glise du Pentocrator (1124), la Karyi√© Kilisse (Saint Sauveur in Chora). A Salonique, la Th√©otokos (1028), Isaki√©-Djami (Hagios Pant√©leim√īn - St Panteleimon, XII√®), les saints Ap√ītres (Hagioi Apostoloi XIV√®).

Thessalonique¬†: l¬í√©glise Hagios Pant√©leim√īn
Thessalonique¬†: l¬í√©glise Hagios Pant√©leim√īn
Thessalonique¬†: l¬í√©glise Hagios Pant√©leim√īn
Thessalonique¬†: l¬í√©glise Hagios Pant√©leim√īn
Thessalonique¬†: l¬í√©glise des Saints Ap√ītres (Agioi Apostoloi)
Thessalonique¬†: l¬í√©glise des Saints Ap√ītres (Agioi Apostoloi)
Thessalonique¬†: l¬í√©glise des Saints Ap√ītres (Agioi Apostoloi)
Thessalonique¬†: l¬í√©glise des Saints Ap√ītres (Agioi Apostoloi)
Constantinople : l’église Saint Sauveur in Chora, (Kariye Kilisesi ou Kariye Camii), du XIè
Constantinople : l’église Saint Sauveur in Chora, (Kariye Kilisesi ou Kariye Camii), du XIè
Constantinople : l’église Saint Sauveur in Chora, (Kariye Kilisesi ou Kariye Camii), du XIè
Constantinople : l’église Saint Sauveur in Chora, (Kariye Kilisesi ou Kariye Camii), du XIè
Constantinople : l’église du Pentocrator (Molla Zeyrek camii)
Constantinople : l’église du Pentocrator (Molla Zeyrek camii)
2.5.1.1.2. En Grèce

Il y a quatre types d’églises en pierre :

  • La basilique vo√Ľt√©e √† trois nefs √©gales, ou √©glise-halle (sainte Sophie d¬íOhrid, 1025)¬†;
  • La basiliques vo√Ľt√©e √† trois nefs in√©gales (Kastoria en Mac√©doine, Arta en Epire, monast√®re des Blachernes)¬†;
  • La basilique √† nef unique et contreforts √† l'ext√©rieur (Surtout en Cr√®te et √† Tur Abdin en Turquie)¬†;
  • La croix grecque inscrite (Petite M√©tropole du X√®, saint Th√©odore, 1049, et Kapnikar√©a du XII√®, toutes trois √† Ath√®nes¬†; Les saints Jason et Josipater √† Corfou).
Kastoria en macédoine : la basilique Agioi Anargiroi
Kastoria en macédoine : la basilique Agioi Anargiroi
Arta en Epire : l’église Panagia Parigoritiss
Arta en Epire : l’église Panagia Parigoritiss
Crète : église de la Panagia Kera. XIIIè
Crète : église de la Panagia Kera. XIIIè
Crète, Aghia Triada : église byzantine du XIè
Crète, Aghia Triada : église byzantine du XIè
Crète : église d’Agia Nikolaos, XIè
Crète : église d’Agia Nikolaos, XIè
Athènes : la Petite Métropole
Athènes : la Petite Métropole
Athènes : l’église Kapnikaréa
Athènes : l’église Kapnikaréa
Corfou : église saints Jason et Josipater (Agios Iasonos kai Sosipatrou
Corfou : église saints Jason et Josipater (Agios Iasonos kai Sosipatrou
2.5.1.1.3. En Italie

Les r√©gions adriatiques et m√©ridionales font la jonction entre orient et occident¬†: saint Marc de Venise en est l'exemple - type. Le type √† nef unique se trouve √† Sant'Angelo al Raparo¬†; la croix grecque inscrite √† saint Marc de Rossano (XI√®), la Cattolica de Stilo (XII√®) et saint Andr√© de Trani; le m√©lange romano - byzantin √† saint Victor de Chierse, saint Claude de Chienti, les deux √† Anc√īne (La premi√®re avec coupole, la seconde sans). La d√©coration ext√©rieure est celle des premi√®res √©glises romanes.

Venise : basilique saint Marc
Venise : basilique saint Marc
Rossano (Calabre) : la basilique San Marco
Rossano (Calabre) : la basilique San Marco
Stilo (Calabre) : la Cattolica
Stilo (Calabre) : la Cattolica
Stilo (Calabre) : la Cattolica
Stilo (Calabre) : la Cattolica
2.5.1.1.4. Arménie et Géorgie

La dynastie des Bagratides (X√®-XI√®) am√®ne une brillante renaissance artistique caract√©ris√©e par une nouveaut√© capitale¬†: les d√©buts de l'arc d'ogives¬†: √† Ani (chapelle du Berger du X√® et porche de l'√©glise des Ap√ītres du XI√®, d√©truite), √† Gochavank (le Mausol√©e du XI√®), √† Hahpat au nord d'Ani. (porche de l'√©glise principale de 1180). Ces crois√©es sont √† rapprocher de celles de Bayeux, Cormery et du porche Cie Moissac.

Ani (Arménie) : l’église du Rédempteur, achevée en 1035
Ani (Arménie) : l’église du Rédempteur, achevée en 1035
Gochavank (Arménie) : église saint Mère de Dieu, église principale du monastère, achevée en 1188
Gochavank (Arménie) : église saint Mère de Dieu, église principale du monastère, achevée en 1188
Haghpat au nord d’Ani: l¬í√©glise principale (XI-XIII√®
Haghpat au nord d'Ani: l’église principale (XI-XIIIè

2.5.1.2. Sculpture

La technique du champlevé est très employée en sculpture architecturale.

2.5.1.3. Peinture

Depuis l'iconoclasme dans les mosa√Įques et les fresques, l'emplacement est d√©sign√© non par l'esth√©tique, mais par le sens symbolique de chaque partie de l'Eglise¬†: le Christ Pentocrator triomphe au centre de la coupole¬†; aux nefs sont r√©serv√©es les sc√®nes de la vie du Christ (Crucifixion et r√©surrection)¬†; vierge et donateurs dans le narthex; les saints et martyrs sont ¬ę¬†exil√©s¬†¬Ľ dans les coins sombres.

2.5.1.3.1. En Grèce

Mosa√Įque de l'√©glise de Daphni pr√®s d'Ath√®nes (fin XI√®)¬†; monast√®re saint Luc (Ossios Loukas) en Phocide (XI√®-XIV√®), la N√©a Moni de Chio (XI√®).

Daphni en Gr√®ce¬†: la Christ Pantocrator. Vers 1100. Mosa√Įque de la coupole
Daphni en Gr√®ce¬†: la Christ Pantocrator. Vers 1100. Mosa√Įque de la coupole
Daphni en Gr√®ce¬†: la Nativit√©. Vers 1100. Mosa√Įque de la nef
Daphni en Gr√®ce¬†: la Nativit√©. Vers 1100. Mosa√Įque de la nef
Ossios Loukas en Phocide: mosa√Įque du lavement des pieds
Ossios Loukas en Phocide: mosa√Įque du lavement des pieds
Chio¬†: monast√®re de N√©a Moni¬†: mosa√Įque du Christ aux enfers¬†: d√©tail¬†: r√©surrection des rois
Chio¬†: monast√®re de N√©a Moni¬†: mosa√Įque du Christ aux enfers¬†: d√©tail¬†: r√©surrection des rois
Chio¬†: monast√®re de N√©a Moni¬†: mosa√Įque du Christ aux enfers¬†: d√©tail¬†: le Christ
Chio¬†: monast√®re de N√©a Moni¬†: mosa√Įque du Christ aux enfers¬†: d√©tail¬†: le Christ
2.5.1.3.2. En Italie

Fresques de Castelseprio en Lombardie¬†; mosa√Įques de saint Marc de Venise (XI√®-XlV√®) et de Torcello (XII√®)¬†; chapelle Palatine et Martorana √† Palerme, cath√©drales de Cefalu et Monreale.

Castelseprio en Lombardie : fresques de l’église paroissiale : le songe de Joseph
Castelseprio en Lombardie : fresques de l’église paroissiale : le songe de Joseph
Venise, Saint Marc¬†: mosa√Įques
Venise, Saint Marc¬†: mosa√Įques
Venise, Saint Marc¬†: mosa√Įques
Venise, Saint Marc¬†: mosa√Įques
Torcello¬†: santa Maria Assunta¬†: mosa√Įque de l¬íabside
Torcello¬†: santa Maria Assunta¬†: mosa√Įque de l¬íabside
Torcello¬†: santa Maria Assunta¬†: mosa√Įque du Jugement dernier
Torcello¬†: santa Maria Assunta¬†: mosa√Įque du Jugement dernier
Palerme¬†: chapelle Palatine¬†: mosa√Įques
Palerme¬†: chapelle Palatine¬†: mosa√Įques
Palerme¬†: chapelle Palatine¬†: mosa√Įques
Palerme¬†: chapelle Palatine¬†: mosa√Įques
Palerme¬†: chapelle Martorana¬†: mosa√Įques
Palerme¬†: chapelle Martorana¬†: mosa√Įques
Cefalu en Sicile : le Pantocrator
Cefalu en Sicile : le Pantocrator
Monreale en Sicile : le Pantocrator
Monreale en Sicile : le Pantocrator
2.5.1.3.3. En Serbie

Fresques de sainte Sophie à Ohrid (XIè) et de l'Eglise de Nérez (1164).

Il faut aussi signaler les manuscrits byzantins richement ornés : psautiers monastiques (Psautier Barberini) ou psautiers aristocratiques (Parisinus, Ménologue du Vatican pour Basile II).

Manuscrit des ¬ę¬†Hom√©lies de Saint Gr√©goire de Naziance¬†¬Ľ. XI√®. Le manuscrit comprend 46 miniatures. Ici, trois miracles de la vie du Christ repr√©sent√© sous les traits de l¬íempereur Basile¬†II. Paris, Biblioth√®que Nationale
Manuscrit des ¬ę¬†Hom√©lies de Saint Gr√©goire de Naziance¬†¬Ľ. XI√®. Le manuscrit comprend 46 miniatures. Ici, trois miracles de la vie du Christ repr√©sent√© sous les traits de l¬íempereur Basile¬†II. Paris, Biblioth√®que Nationale
La vierge Hermione d√©capit√©e flotte miraculeusement dans l¬íespace. Manuscrit du ¬ę¬†M√©nologe de Basile¬†II¬†¬Ľ. XI√®. Rome, Biblioth√®que vaticane
La vierge Hermione d√©capit√©e flotte miraculeusement dans l¬íespace. Manuscrit du ¬ę¬†M√©nologe de Basile¬†II¬†¬Ľ. XI√®. Rome, Biblioth√®que vaticane
Mo√Įse sauv√©e par la fille du Pharaon et Mo√Įse expirant accueilli par un ange. Manuscrit du ¬ę¬†M√©nologe de Basile¬†II¬†¬Ľ. XI√®. Rome, Biblioth√®que vaticane
Mo√Įse sauv√©e par la fille du Pharaon et Mo√Įse expirant accueilli par un ange. Manuscrit du ¬ę¬†M√©nologe de Basile¬†II¬†¬Ľ. XI√®. Rome, Biblioth√®que vaticane

2.5.2. Le deutéro-byzantin II, sous les Paléologue : 1261-1453

2.5.2.1. Architecture

L'architecture se différencie de celle du XIè par quelques nuances et différences surtout provinciales. A coté de Constantinople apparaissent de nouveaux centres : Trébizonde (Mer Noire) et Mistra (Péloponnèse).

  • A Tr√©bizonde

    Basiliques à coupoles: Chrystoképhalos, saint Eugène, sainte Sophie, toutes du XIIIè

    Trébizonde : la basilique sainte Sophie
    Trébizonde : la basilique sainte Sophie
    Trébizonde : la basilique sainte Sophie
    Trébizonde : la basilique sainte Sophie
  • A Mistra

    Croix latine dans l'Evangelistria (XIVè) ; croix grecque aux saints Théodores de Brontochion (1296) ; A rez-de-chaussée devenant croix grecque au premier étage : l'Aphendiko du XIVè, la Métropole (remaniée du XVè), la Pantanassa du XVè.

Mistra¬†: les saints Th√©odores du Brontochion, fa√ßade est. Croix grecque √† d√īme octogonal. 1290-1295
Mistra¬†: les saints Th√©odores du Brontochion, fa√ßade est. Croix grecque √† d√īme octogonal. 1290-1295
Mistra¬†: l’Hodegetria ou Aphendiko du Brontochion. Fin XIII√® ¬Ė d√©but XIV√®
Mistra¬†: l'Hodegetria ou Aphendiko du Brontochion. Fin XIII√® ¬Ė d√©but XIV√®
Mistra¬†: l’Evangelistria (XIV√®)¬†
Mistra : l'Evangelistria (XIVè) 
Mistra : la Pantanassa du XVè
Mistra : la Pantanassa du XVè
Mistra : la Pantanassa du XVè. Le chevet
Mistra : la Pantanassa du XVè. Le chevet

2.5.2.2. Peinture

A Byzance d√©bute le grand mouvement de r√©surrection de l'antiquit√© classique dans les mosa√Įques, fresques et ic√īnes.

2.5.2.2.1. Les fresques

Les plus belles fresques sont en Serbie (Milechevo 1230, Sopotchani 1265, Nagoritchino XIVè et en Grèce (La Métropole, le Brontochion, la Péribleptos et la Pantanassa, toutes à Mistra).

Mistra : la dormition de la Vierge. Fresque de la Pantanassa
Mistra : la dormition de la Vierge. Fresque de la Pantanassa
Mistra : la nativité du Christ. Fresque de l’église Péribleptos
Mistra : la nativité du Christ. Fresque de l’église Péribleptos
Mistra : la nativité du Christ. Fresque de l’église Péribleptos
Mistra : la nativité du Christ. Fresque de l’église Péribleptos
Sopocani en Serbie¬†: fresque de la dormition du monast√®re. XIII√®. D√©tail¬†: saint Pierre et les Ap√ītres
Sopocani en Serbie¬†: fresque de la dormition du monast√®re. XIII√®. D√©tail¬†: saint Pierre et les Ap√ītres
Sopocani en Serbie : fresque de la dormition du monastère. XIIIè.
Sopocani en Serbie : fresque de la dormition du monastère. XIIIè.
Staro Nagoricino en Mac√©doine¬†: fresque de la communion des ap√ītres. 1314
Staro Nagoricino en Mac√©doine¬†: fresque de la communion des ap√ītres. 1314
2.5.2.2.2. Les icones

Peu √† peu, les ic√īnes remplacent les fresques et mosa√Įques, et constituent d√®s le XV√® la principale d√©coration en Russie.

2.5.2.3. Objets d’art

Le plus fameux chef d'¬úuvre est la Pala d'Oro, retable d'√©maux, d'or, d'argent et de pierreries, qui se trouve √† saint Marc de Venise. Signalons aussi la ¬ę¬†Dalmatique de Charlemagne¬†¬Ľ du XIV√®.



Diffusť par CashTraficLe jeu de stratťgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croÓtre votre influence sur la scŤne internationale par le biais d'alliances ou de dťclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŗ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dťcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)