B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

LÂ’art en France entre 1800 et 1850

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

1. Introduction : la France dans le contexte européen

Histoire générale
Science, technique et industrie
Le goût du passé
Les grandes idées
Musique
Religion

1.4. Les grandes idées

1.4.1. Le romantisme

Les grandes idées agitent toute l'Europe littéraire et artistique et sont en opposition. Le néo-classicisme est attaché aux règles et à la tradition antique, bientôt figé dans un académisme qui se maintiendra tout au long du siècle. Le romantisme, « chaos » selon Delécluze, mais bouleversement généreux et dynamique, est né peut-être avec l'antirationalisme du « Sturm und Drang », l'idéalisme des philosophes allemand, le lyrisme des poètes anglais ; il emporte l'Europe, blessée encore des guerres napoléoniennes, dans un pessimisme nostalgique et mystique qui, refusant les « lumières » du XVIIIè siècle et, cherchant ce « sublime » déjà noté en 1756 par Edmond Burke, soupire après un Moyen Âge chrétien idyllique, une poésie qui touche la sensibilité et de grands mythes émotifs (Dante, Milton Shakespeare). Seuls Goethe et, dans une certaine mesure, Beethoven échappent à l'épidémie romantique qui jette les jeunes écrivains ou artistes dans une furieuse opposition sociale (Shelley, Byron), dans un désespoir qui les conduit souvent à la mort très jeunes (maladie de Keats, Leopardi, Schumann, Chopin, suicide de Kleist ou de Gérard de Nerval, duels de Pouchkine (1799-1837), de Lermontov, du mathématicien Evariste Galois), ou les fait errer, pour bercer leur « mal du siècle » ou leur « ennui », de dépaysements en dépaysements, jusqu'en Grèce, en Palestine (« Childe Harold » de Byron, qui sera l'évangile de toute une génération), en Orient, en Afrique… Les guerres de la Révolution et de l'Empire, par le climat tragique, exaltant qu'elles créent, répandent le goût de la mort, des grands mythes terrifiants, dont le Saturne, peint par Goya aux murs de sa maison, et l'Attila de Delacroix, au Palais-Bourbon, restent les plus grandioses images.

Johann Wolfgang Goethe par Joseph Karl Stieler, 1828
Johann Wolfgang Goethe par Joseph Karl Stieler, 1828
Ludwig van Beethoven par Joseph Karl Stieler
Ludwig van Beethoven par Joseph Karl Stieler
Percy Bysshe Shelley
Percy Bysshe Shelley
George Gordon Byron
George Gordon Byron
Gérard de Nerval
Gérard de Nerval
Heinrich von Kleist
Heinrich von Kleist
Alexandre Pouchkine par Vasily Tropinin
Alexandre Pouchkine par Vasily Tropinin

1.4.2. La nature

La grande découverte du romantisme, c'est la nature dans son immensité et dans sa vérité. Le paysage devient effusion sensible : peintres, poètes, musiciens aiment et chantent une nature tourmentée, violente, à la mesure de Dieu et non plus des hommes, où les orages « désirés », les coups de lumière créent un climat inquiétant, qu'on aime retrouver dans les précurseurs hollandais Rembrandt, Ruysdaël ou Van Goyen.

A l'époque néo-classique, il y a encore des artistes qu'on peut dire « européens » : des artistes français, Percier et Fontaine, des sculpteurs, l'Italien Canova, le Danois Thorvaldsen… mais à partir de 1830, la recherche de l'originalité et de l'individualisme domine. Si Goya, ce précurseur, est mort en 1828, Delacroix dresse la « Liberté sur les barricades » en 1830, et Victor Hugo (« Préface aux poèmes de Ch. Dovalle ») déclare : « Le romantisme... n'est à tout prendre... que le libéralisme en littérature... La liberté dans l'art, la liberté dans la société... voilà la double bannière qui rallie... toute la jeunesse... d'aujourd'hui. »

Antonio Canova : autoportrait. 1792
Antonio Canova : autoportrait. 1792
Carl Joseph Begas: Bertel Thorvaldsen. Vers 1820. Huile sur bois, 47 × 37 cm. Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage
Carl Joseph Begas: Bertel Thorvaldsen. Vers 1820. Huile sur bois, 47 × 37 cm. Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage
Victor Hugo
Victor Hugo

1.4.3. La philosophie

La philosophie voit triompher la pensée idéaliste allemande dans la première moitié du siècle, avec un réveil de la métaphysique, tandis qu'en France l'idéologie issue de Condillac exerce son influence sur les Italiens (Leopardi) et réalise le passage du XVIIIè siècle au positivisme ; un seul grand esprit, Maine de Biran, annonce la philosophie moderne. Les Anglo-Saxons sont divisés entre l'utilitarisme des Ecossais (J. Bentham, W. Hamilton et le spiritualisme de Coleridge et Carlyle. Les réformateurs sociaux (Saint-Simon, Auguste Comte, Fourier, Proudhon) se préoccupent d'abord des conséquences du machinisme. Le socialisme utopique des Français passe en Allemagne, où Karl Marx et Friedrich Engels publieront, en 1847, le « Manifeste communiste ».

Pierre Maine de Biran (1766-1824)
Pierre Maine de Biran (1766-1824)
Monument à Karl Marx et Friedrich Engels à Berlin
Monument à Karl Marx et Friedrich Engels à Berlin
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)