B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Alsace, le temps du Reich : 1870-1918

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. 1880-1910: LÂ’essor Ă©conomique

Strasbourg
Les mutations Ă©conomiques
Naissance d'un réseau bancaire régional
Les avancées sociales
LÂ’essor des villes

Sous le Reichsland l’Alsace connaît une période de formidable essor économique. Les capitaux venus d'autres états de l'Empire contribuent à une industrialisation solide de l'Alsace.

4.2. Les mutations Ă©conomiques

Affiche publicitaire pour l’électricité de Strasbourg
Affiche publicitaire pour l’électricité de Strasbourg

L'annexion en 1871 modifie profondément le développement économique en coupant l'Alsace de son marché français et en l'obligeant à s'adapter à un marché allemand très différent. Or, les milieux d'affaires demeurent massivement hostiles au Reich. Il en résulte de nombreux départs, qui affaiblissent les grandes familles mulhousiennes, entraînant un grave affaiblissement en investissements et en savoir-faire. De 1871 à 1879, au moins 18 entreprises ont été créées par des Alsaciens en France. Pendant plusieurs décennies, la classe dirigeante industrielle continue à perdre une partie de sa substance du fait de l'émigration de ses fils. Quant aux Alsaciens restés sur place, ils adoptent une attitude réservée, refusant des concours financiers allemands, ce qui les prive des marchés contrôlés par l'État (secteur ferroviaire). D'autres créent une succursale en France (De Dietrich à Lunéville, SACM à Belfort, à l'origine d'Alsthom).

Jean Schlumberger (1829-1908), de la célèbre dynastie d’industriels de Guebwiller. Fils de Nicolas, industriel lui-même, il sera député puis plusieurs fois président du Landeausschuss entre 1870 et 1903. Il fut de plus un grand humaniste
Jean Schlumberger (1829-1908), de la célèbre dynastie d’industriels de Guebwiller. Fils de Nicolas, industriel lui-même, il sera député puis plusieurs fois président du Landeausschuss entre 1870 et 1903. Il fut de plus un grand humaniste

Certains secteurs déclinent après la perte du marché français : chaussons, corderie, chapeaux de paille et draps noirs de Bischwiller. À l'inverse, l'urbanisation et l'élévation du niveau de vie favorisent les branches qui tirent parti de l'accroissement de la consommation des classes populaires ou qui bénéficient d'une avance technologique sur les concurrents : c'est le cas des industries alimentaires. Grâce à la régularisation du Rhin jusqu'à Strasbourg, la ville redevient un port important qui attire plusieurs établissements industriels après 1900.

Ettore Bugatt
Ettore Bugatt

Les voies ferrées passent de 700 à 1900km en 40 ans ; le réseau d'Alsace-Lorraine est alors l'un des plus modernes et denses d'Europe.

Si l'industrie textile connaît un ralentissement dans les tissus imprimés et le coton, la SACM devient un géant européen pour les locomotives et les industries d'équipement se diversifient. Certains artisanats prennent une dimension industrielle, comme la minoterie et le foie gras de Strasbourg, alors qu'apparaissent des spécialités nouvelles : conserveries de Léon Ungemach et sucrerie à Erstein (1894).

Amélie Zurcher
Amélie Zurcher

La production d'électricité prend un essor précoce comme source de lumière et comme force motrice dans les usines et pour les tramways. Les municipalités des principales villes créent une régie dont certaines subsistent encore à l'heure actuelle, comme l'Électricité de Strasbourg et les Usines municipales de Colmar. Mais les équipements sont réalisés par des constructeurs allemands ou suisses.

L'Alsace s'ouvre aux nouvelles industries. L'automobile est développée par Ettore Bugatti, qui fabrique des voitures de sport à Molsheim et par Émile Mathis qui construit des voitures de petite taille à Strasbourg-Meinau. A Mulhouse-Bourtzwiller, deux ingénieurs fondent une firme aéronautique qui sera fermée en été 1914. Un ingénieur, W. Boeing, émigre alors aux États-Unis et, en 1916, fonde à Seattle l'entreprise Boeing.

Joseph Vogt, l’homme qui découvrit la potasse en Alsace
Joseph Vogt, l’homme qui découvrit la potasse en Alsace

À Mulhouse, Adolphe Braun crée une entreprise de photo qui devient vers 1900 une des plus grandes manufactures de travaux photographiques d'Europe.

En même temps, l'Alsace devient un pays minier. La découverte de pétrole suscite en 1882 une véritable fièvre pétrolière autour de Pechelbronn. Une firme allemande acquiert les entreprises et développe fortement la production, qui atteint 50 000 tonnes en 1913 : cette performance ne sera plus dépassée par la suite. En 1904 est découvert grâce à la ténacité d’une femme, Amélie Zurcher, et d’un homme, Joseph Vogt, un gisement de potasse à Wittelsheim, mais son exploitation demeurera modeste jusqu'en 1918.

Le site de Merckwiller Pechelbronn
Le site de Merckwiller Pechelbronn

Une spécificité régionale est constituée par l'active politique d'équipement des municipalités : avant 1914, elles équipent leur commune d'un réseau d'eau courante, d'électricité et de gaz dans les villes, grâce à des sociétés mixtes pour le gaz, l'électricité et les transports en commun. Il s'agit d'un système original qui s'avère bénéficiaire et qui a le mérite de limiter la pression fiscale.

De son côté, le monde agricole réussit une reconversion, malgré le maintien de petites structures, car les agriculteurs, dont le nombre demeure élevé, assimilent de nombreux progrès techniques, ce qui permet d'augmenter la productivité. La production agricole est réorientée : recul des céréales et de cultures industrielles comme le lin, le chanvre, les oléagineux et la garance, au profit de cultures plus rémunératrices (houblon, betterave à sucre, légumes, fruits, viticulture et élevage) pour un marché urbain en expansion rapide. Entre 1852 et 1910, la valeur de la production agricole double, ce qui permet aux agriculteurs d'améliorer leur niveau de vie moyen.

Les vendanges à Riquewihr fin du XIXè. Au fond, Zellenberg
Les vendanges à Riquewihr fin du XIXè. Au fond, Zellenberg
Les vendanges, fin du XIXè
Les vendanges, fin du XIXè
La Potasse : le puits Amélie à Wittelsheim au début du XXè
La Potasse : le puits Amélie à Wittelsheim au début du XXè

Le patronat alsacien

Dans les secteurs traditionnels, les familles fondatrices gardent le contrôle des entreprises malgré leur transformation en sociétés anonymes, grâce à une politique de sélection des héritiers. C'est ainsi qu'en 1913, les deux tiers des principales entreprises ont à leur tête des descendants, de la troisième, quatrième ou cinquième génération, des premiers industriels

Parmi eux Auguste Dollfus (1832-1911), longtemps président de la Société industrielle, qui joue un rôle actif au conseil municipal de Mulhouse, et Théodore Schlumberger (1840-1917), qui introduit en Alsace l'industrie de la soie artificielle. Député de 1900 à 1907, il intervient activement dans les débats relatifs aux transports et à la politique douanière.

La diversification industrielle favorise l'émergence de nouvelles familles et de quelques fortes personnalités. Alfred Herrenschmidt (1828-1917), acteur essentiel de la période, fonde en particulier la Société générale alsacienne de banque. Léon Ungemach (1844-1928) crée une grande entreprise de conserves et la cité Ungemach (pavillons pour personnes de revenus modestes ayant au moins trois enfants) à Strasbourg. Quant à André Kiener (1856-1928), il lance à Colmar l'un des plus vastes complexes textiles en Alsace.



Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)