B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

La concentration en Pologne – Les ghettos

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

9. Maladie et mort dans les ghettos

Affaiblis, dépouillés, ayant tout perdu, les Juifs des ghettos sont réduits à l'impuissance. Et les Allemands continuent à exploiter les Juifs. Les restrictions entraînent un accroissement de la mortalité. La prolifération des poux et la nutrition insuffisante favorisent le typhus exanthématique : c'est le mal spécifique du ghetto. Il apparaît dans les ghettos des l'été 1941. A Varsovie, la situation s'aggrave avec l'hiver 1941 – 1942 : les tuyauteries des égouts gèlent et on déverse les excréments dans la rue avec les ordures... Le Judenrat dut isoler certains immeubles, n'arrivant pas à combattre l'épidémie.

Avec le typhus, apparaissent la tuberculose et la grippe. La famine ne cessant de s'aggraver, la lutte pour la vie tourne à la sauvagerie. On signale des cas de cannibalisme, des gens attaqués par des mendiants... « Le nombre de décès dans le ghetto continue à osciller autour de 5.000 par mois. Voici quelques jours, un premier cas de cannibalisme dû à la faim a été enregistré. Dans une famille juive, le père et les trois enfants étant morts en quelques jours, la mère a mangé un morceau de l'enfant décédé le dernier, un garçon de 12 ans. Cela ne pouvait de toute façon pas la sauver ; elle est morte elle-même deux jours plus tard. » (Rapport de la division de la propagande, 21/5/42, Occ E 2-2). Varsovie offre le spectacle courant de cadavres gisant dans la rue, recouverts de journaux en attendant que passent les fourgons mortuaires.

Survivre signifie donc manger. Pour cela, le meilleur moyen est donc de passer de la nourriture en contrebande, et donc de franchir le mur du ghetto. En premier lieu ce sont les enfants, non encore assujettis au port obligatoire du brassard, qui réussissent à franchir le mur et à rapporter de la nourriture dans le ghetto. S’ils sont pris par la police, ils sont menacés d’être passés par les armes. Leurs raves et leurs pommes de terre, que des familles entières attendent à la maison, sont saisies. D’autres, dont beaucoup de sans-abri, trop jeunes encore ou déjà trop faibles, se mettent à mendier. « Toutes les sentinelles allemandes ne sont pas des assassins ou des bourreaux, mais, malheureusement, trop d’entre elles saisissent leur arme pour tirer sur les enfants. Tous les jours - c’est à peine croyable - on transporte dans les hôpitaux des enfants blessés par balle. (…) Les enfants escaladent aussi les murs, mais cela doit se faire très vite, pour que, par exemple, la sentinelle ne se retourne pas. Sitôt qu’elle les voit, elle tire ». (Journal intime du Prof. Dr. Ludwik Hirszfeld, Varsovie.)

Personne ne supporte longtemps une vie de sans-abri. Beaucoup de mendiants meurent de faim ou de froid dans les rues. Tous les jours, les cadavres sont entassés sur des charrettes. Comme la plupart des familles n'ont pas d’argent pour payer un enterrement, elles déposent leurs morts sur les trottoirs. Le plus souvent, les cadavres sont nus et ne sont recouverts que d’un journal, car les vêtements sont rares et chers. Dans le seul ghetto de Varsovie, 96.000 personnes meurent avant même le début des grandes déportations en été 1942.

Les chiffres suivants donnent une image impressionnante des cas de décès dans le ghetto de Varsovie : janvier 1941 : 898 décès ; février 1941 : 1.023 décès ; mars 1941 : 1.608 décès ; avril 1941 : 2.061 décès ; mai 1941 : 3.821 décès ; juin 1941 : 4.290 décès ; juillet 1941 : 5.550 décès ; août 1941 :5.560 décès…

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)