B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

La concentration en Pologne – Les ghettos

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7. Concentration dans les territoires occupés: l’établissement des ghettos

La création des Judenräte
La justification de la concentration

La seconde partie du plan de Heydrich, la concentration des Juifs dans des ghettos fermés, est un expédient qui permet de préparer la phase finale de l'émigration en masse. Les ghettos ne s'établissent que lentement et tardivement, car ils dépendent de la phase d'expulsion et de concentration qui elle-même a des ratés. Les étapes de la mise en ghetto sont le marquage des personnes, l'imposition des restrictions de déplacements, la création d'organismes de contrôle Juifs, les Judenräte. La définition préalable des Juifs ne fait pas problème dans les territoires incorporés au Reich. Dans le Gouvernement Général, après quelques tâtonnements, Frank adopte la législation du Reich le 6 mai 1940.

Le 23 novembre 1939, Frank décrète que tous les juifs de plus de 12 ans portent brassard blanc avec étoile bleue. Dans le Wartheland, Greiser décrète que les Juifs porteraient deux étoiles jaunes (11 décembre 1939). Le décret de Krüger du 11 novembre 1939 interdit aux Juifs de changer de domicile et de sortir de chez eux entre 9 heures du soir et 5 heures du matin. Le 26 janvier 1940, il leur est interdit, sauf autorisation, de se déplacer en chemin de fer.

7.1. La création des Judenräte

Par décret du 28 novembre 1939, toute communauté juive doit élire un « Juderat » de 12 membres (moins de 10.000 Juifs) ou de 24 membres (Plus de 10.000 Juifs). le Judenrat est une institution officielle dépendant de l'administration civile récemment mise en place dans le Generalgouvernement. Pour l'essentiel, le Judenrat se compose des notabilités déjà installées : l'ancien président ou responsable de la communauté devient en général président du Judenrat. peu de personnalités nouvelles viennent rejoindre le conseil. Cependant, les rabbins orthodoxes et les proéminents socialistes en sont exclus.

Mais le Judenrat et ses notables se trouvent dans un contexte différent de celui d'avant guerre : au lieu de s'occuper des orphelinats, des asiles, de l'enseignement, des synagogues, des oeuvres de charité, et donc de rehausser leur statut social, ils doivent assumer désormais une fonction radicalement différente : transmettre à la population les ordres des nazis, créer et utiliser une police Juive pour l'exécution des ordres allemands, livrer des biens, des personnes, des vies juives... tout en continuant d'assumer leur rôle d'aide et de secours... Le Judenrat sauve et condamne à le fois au gré du temps, des circonstances, de la volonté nazie... Des dirigeants s'enivreront de ce pouvoir, d'autres se suicideront, d'autres s'éloigneront de ce pouvoir... Mais au fil du temps, il devient pour eux de plus en plus difficile d'assumer les tâches d'assistance ; ils n'en apparaîtront que plus serviles aux ordres allemands…

Au départ, le Judenrat du Gouvernement Général et celui des Territoires incorporés est placé sous les ordres des « Maires » allemands des villes (Bürgermeister ou Stadthauptmann) ou des « Chefs de cantons » allemands, Landrat ou Kreishauptmann) dans les campagnes. Ils ont sur lui pouvoir illimité. Mais rapidement les SS remettent cet état de fait en question : ils veulent mettre la main sur le contrôle des Judenräte. Frank met en échec, lors d'une réunion le 30 mai 1940 à une première tentative du Brigadeführer Streckenbach. Les SS gagneront en fin de compte, mais à ce moment, l'enjeu du combat n'était plus qu'un monceau de cadavres...

Dans le Ghetto, le Judenrat constitue de fait une véritable administration municipale. Czerniakow reçoit officiellement le titre de « Maire » ; la bureaucratie juive prolifère pour traiter les problèmes de santé, d'ordre public, de logement, ouvrant souvent la porte au clientélisme, à la corruption, au favoritisme. Tantôt la direction est dictatoriale (comme à Lodz), tantôt elle est plus démocratique (Varsovie). La police juive (Ordnungsdienst Kommando), le service d'enregistrement et d'archives, l'administration centrale (Zentrale) vont jouer un rôle central dans le processus de destruction. La police plus particulièrement va copier le modèle de la Police allemande, jusque dans les plus petits détails.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)