B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

La Grèce Mycénienne

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7.3. Pylos

La cité de Pylos en Messénie se dresse à découvert, sans murs de protection, sur un promontoire qui domine la plaine et, au loin, la mer Ionienne au sud ouest du Péloponnèse. Cette absence de fortifications détonne complètement avec les murailles de Tyrinthe et de Mycènes.

Le « palais de Nestor », édifié entre 1300 et 1200 avant JC, constitue le cœur de la cité de Pylos. Il n’est pas construit en pierres de taille mais en pierres brutes recouvertes de plâtre. La pierre taillée n’est employée que pour les seuils. C’est à Pylos qu’apparaît la version la plus aboutie du mégaron, partie centrale du palais mesurant plus de 50 mètres en longueur sur 32 mètres en largeur et comprenant une cinquantaine de pièces. Au-delà d’un propylée, un porche à deux colonnes ouvre sur un péristyle qui dessert les salles d’apparat et les appartements royaux ; au fond, au-delà d’un vestibule, le mégaron s’étend sur plus de 140m². C’est une vaste salle rectangulaire (12,90 x 11,20m). Son centre est occupé par un énorme foyer circulaire de plus de 4 mètres de diamètre, entouré de quatre colonnes en bois cannelées reposant sur des socles de pierre. Le mégaron s'ouvre au sud-est sur une grande cour qui sert en quelque sorte comme plaque tournante : sur son côté sud-est d'ouvre la porte principale, flanquée d'un double porche ; au nord-est, un autre porche, à deux colonnes, forme l'entrée monumentale des quartiers résidentiels (dont le mégaron de la reine), alors que sur le côté opposé une petite porte donne accès à l'aile occidentale du complexe, qui est elle composée avant tout d'ateliers et de magasins, dont l'un contenait 2 853 coupes à boire !

Les murs stuqués étaient décorés de fresques. Les vestiges d’un escalier laisse penser qu’il y avait un étage. Les magasins sont disposés autour du mégaron mais plusieurs pièces s’ouvrent directement sur l’extérieur, sans doute pour faciliter les approvisionnements. Le palais sera détruit par un terrible incendie, comme l’attestent certaines poteries vitrifiées et les tablettes d’argile (Linéaire B) des archives cuites et ainsi conservées pour la postérité. Mais aucun squelette ne fut retrouvé… ce qui épaissit le mystère.

C’est à Pylos, en 1939, que l’archéologue américain Carl Blegen découvre une pièce majeure pour la compréhension de l’âge du bronze : la première de quelque 1 200 tablettes d’une mystérieuse écriture, baptisée ultérieurement « Linéaire B ». Il s’agit d’un ensemble d’archives administratives et comptables qui nous renseignent sur la vie rurale d’un royaume mycénien. Les fouilles ont encore mis au jour cent tholos, ou tombes à coupole, et d’innombrables tombes à chambres taillées dans le roc. Les tombes étaient souvent occupées par les membres d’une même famille, les morts les plus anciens étant poussés sur le côté pour faire de la place aux nouveaux. Des effets personnels accompagnent les corps : jouets, biberons, peignes, bijoux, armes ou outils…



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)