B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

Les « siècles obscurs » : 1100-700

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. Le « géométrique » : 875-700

Histoire : la naissance de la cité
Art

4.1. Histoire : la naissance de la cité

La période géométrique est marquée par de profondes transformations sociales qui débouchent sur un type politique totalement nouveau, caractéristique de la civilisation grecque de l’époque classique : la « Polis » ou cité, se définissant comme une forme politique originale qui repose sur l’existence d’une communauté de citoyens. A l’aube du VIIIè siècle, cette cité est constituée pour devenir le centre de toutes les décisions de la communauté civique.

4.1.1. Les facteurs

La naissance de la cité grecque s’explique par plusieurs facteurs :

  • celui d’une croissance démographique relativement forte au VIIIè siècle entraînant de nouveaux rapports sociaux entre gouvernants et masses essentiellement paysannes qui revendiquent une participation aux affaires…
  • celui d’une plus grande place faite aux dieux « de la cité » et aux sanctuaires dans ou autour de la ville, permettant une « identification » des membres de la communauté avec son (ou ses) dieu… ainsi en découle l’importance des cultes servant à marquer l'existence d'une communauté, mais aussi son territoire géographique : l’Héraion d’Argos se trouve à 8 kilomètres de la ville, aux confins du territoire de Sparte, sa rivale…
  • celui du mythe du « héros fondateur » : chaque cité se donne un « dieu héros » fondateur, très souvent mineur pour les autres cités, mais qu'elle considère comme son « père ».
  • celui d’une profonde transformation des techniques militaires : le combat tel qu’il apparaît dans les récits homériques, à savoir le « duel aristocratique » disparaît peu à peu au profit de la phalange hoplitique, de l’affrontement de deux régiments d’infanterie lourde, bloc contre bloc. Cette nouvelle tactique change les rapports sociaux, car elle donne priorité au nombre, à la masse compacte, et fait donc appel à l’indispensable cohésion et à la solidarité vitale. Le bouclier sert désormais aussi bien à sa propre protection qu’à celle du voisin, et la moindre défaillance peut entraîner la chute de la phalange. Cette nouvelle formation interdit les comportements individuels et exige la soumission de chacun à une même loi, celle de l’isonomie. Cela pousse à la formation d'une communauté.

4.1.2. La localisation initiale

Les premières cités naissent en en Grèce continentale. D'abord en Béotie avec Thèbes, ancienne cité mycénienne qui renaît au VIIIè et constitue une première Ligue béotienne autour d'elle ; En Eubée la cité de Chalcis est assez puissante à la fin du Xè pour se lancer dans la colonisation de l’Italie du Sud, de la Sicile et de la Chalcidique, alors qu’Erétrie tente de lui contester sa suprématie lors de la « guerre lélantine », véritable coalition d’états déjà constitués et dont elle sortira vaincue (vers 740)…

Dans le Péloponnèse émergent Sparte, Argos et Corinthe. Sparte entame rapidement et poursuit son expansion en tentant de dominer la Messénie (début de la liste des éphores à Sparte en 754 et première guerre de Messénie entre 740 et 720) ; Corinthe se donne dès 747 un gouvernement oligarchique et est au VIIIè la grande cité commerçante de toute la région.

Dans les îles de la mer Egée, la cité de Délos, se forme dès le VIIIè autour des son sanctuaire d'Apollon, et est appelée à jouer un rôle de premier plan dans le monde grec. En Asie Mineure enfin s’installent suite aux divers mouvements migratoires des X-IXè siècles les puissantes cités d’Ionie (Milet, Priène, Phocée…) et de Carie (Cnide, Halicarnasse…°

Athènes enfin devient le centre de l’Attique et se développe grâce à son agriculture, à son commerce et sa production de céramique.

4.1.3. Le géométrique Ancien : 900-850 environ avant JC

Première période de l’époque géométrique, le « Géométrique ancien » est principalement marqué par une forte mais partielle reprise des navigations à longue distance, un important essor démographique dû à la stabilisation de la situation sociale et politique de la région, la naissance et le développement des premiers grands sanctuaires communs, et l’émergence par synoecisme de Sparte, la grande force du sud de la Grèce continentale.

4.1.4. Le géométrique Moyen : 850-770 environ avant JC

Historiquement parlant, on divise généralement le géométrique moyen et deux sous périodes : le « géométrique moyen I » qui court d’environ 850 à 800, et le « géométrique moyen II » qui s’étend de 800 à 770.

Les faits historiques dominants du « géométrique moyen I » sont la réapparition de l'écriture, non plus sur les bases du « linéaire B » mais à partir d'un système alphabétique adapté du phénicien ; la fondation de Carthage en 814 par les Phéniciens sur les rives de la Tunisie, Carthage qui se révèlera un redoutable adversaire pour les Grecs en Sicile ; la construction d’un premier temple à abside dans le sanctuaire d’Apollon à Thermos, en Etolie.

Le géométrique moyen II est marqué par deux évènements fondamentaux pour le monde grec : le début de l'expansion grecque en Méditerranée avec la création des colonies d’Al Mina, à l’embouchure de l’Oronte en Syrie du nord et de Pithécusses, sur l’île d’Ischia en face de Naples (par les Eubéens vers 775-770 avant JC), expansion qui va de pair avec le développement des cités, les « Poleis » et les premiers « Jeux Olympiques » grecs (sans doute en 776 avant JC.). A Thermos, apparaît la première colonnade de bois au temple d’Apollon.

Enfin, dernier évènement fondamental du « Géométrique Moyen », dont la datation reste hypothétique (Moyen I d’après Hérodote, Moyen II selon les dates traditionnelles) : la fixation des récits homériques de l’Iliade et de l’Odyssée, véritable « ciment culturel » du monde grec qui permet le développement des « cultes héroïques ».

4.1.5. Le géométrique Récent : 770-700 environ avant JC

Historiquement, cette période voit l’accélération du début du processus de colonisation, ainsi que l’émergence des cités de Sparte et de Corinthe.

Sparte créé l’éphorat, véritable gouvernement formé de cinq magistrats (début de la liste des éphores en 754), et s’engage dans un long conflit visant à dominer la Messénie ; cette « première guerre de Messénie » (740 - 720 ou 757 - 738 avant JC) a pour objectif la conquête de terres supplémentaires pour assurer sa croissance. C’est une série de raids, coups de mains et de sièges sans véritable bataille, les belligérants disposant d’une armement encore rudimentaire, car ni l’équipement hoplitique ni la tactique de la phalange n’existent encore. Sparte engage des mercenaires crétois et corinthiens, alors que les Messéniens s’entourent d’alliés arcadiens, argiens et sicyoniens. Sparte finit par l’emporter après 19 années de lutte qui s’achèvent par la prise de la forteresse principale messénienne de l’Ithômé par le roi de Sparte Polydore. La Messénie tombe sous le contrôle de Sparte et ses paysans, réduits à l’état d’ilotes, sont obligés de verser la moitié de sa production agricole à leurs nouveaux maîtres.

De son côté, Corinthe voit apparaître une famille oligarchique dorienne, les Bacchiades, qui à partir de 747 prennent en main les destinées de la cité qu’elles vont contrôler pendant près de 100 ans avant de céder le pouvoir au tyran Cypsélos (657). Sous leur gouvernorat, la cité se développe, arrache en 733 à Erétrie sa colonie de Corcyre (Corfou) et fonde la même année la colonie sicilienne de Syracuse, promise à un grand avenir… C’est dans la cité de l’Isthme qu’est édifié vers 700 le premier temple en pierre dédié à Apollon.

A cette époque Athènes ne fait pas encore partie des cités dominantes, car la cité attique à un objectif très local : le « synoécisme », ou la prise de contrôle politique et religieuse du territoire de l’Attique. Par contre, commercialement, son rôle devient de premier ordre grâce à l’exportation des vases attiques et des fameuses amphores à huile consommable dites « de type SOS » vers l’Ibérie, l’Etrurie, l’Italie du sud et la Sicile. Enfin la cité attique devient rapidement la cité phare en matière artistique et c’est d’elle que vient le renouveau que constitue l’époque géométrique après les « âges obscurs »…

D’autres conflits secouent encore le mode grec durant cette période : ainsi Thessaliens et Phocidiens se disputent le contrôle de Delphes ; Athéniens, Béotiens et Mégariens en font de même pour Eleusis. La guerre « lélantine » voit en Eubée s’opposer deux coalitions d'états entraînés dans un conflit au départ limité à l'Eubée, Chalcis et Erétrie se disputant la riche plaine lélantine. Erétrie, qui voit Corinthe lui prendre Corcyre, se trouve rapidement affaiblie et Chalcis finit par l’emporter (vers 740)

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)