B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

La Grèce classique : 480-323

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

3. L’apogée d’Athènes

La ligue de Délos et Cimon
Le « siècle de Périclès »

3.1. La ligue de Délos et Cimon

Dès après la victoire de Platées, Athènes, suivant l'avis de Thémistocle, construit les Longs Murs reliant Athènes à ses ports du Pirée et de Phalère. En même temps, elle poursuit son offensive, contrôle la mer Egée, porte la guerre en Asie mineure où elle délivre les cités ioniennes et conclut grâce à Aristide le Juste avec elles un traité d’alliance défensive, la « symmarchie », traité qui en 478 devient la « ligue de Délos » : Athènes tient à s’assurer des positions stratégiques dans le nord et l’est de l’Égée et à garder son hégémonie sur mer. Sparte refuse de la suivre sur ce terrain et rappelle Pausanias qui entre temps avait défait les perses et pris Byzance, le soupçonnant en plus de vouloir se tailler un royaume personnel en Asie Mineure…

Ainsi Athènes se retrouve seule, en position hégémonique : elle concrétise sa domination par cette ligue dont elle fixe le centre dans le sanctuaire d’Apollon à Délos. La ligue rassemble, sur le volontariat, du moins au départ, les cités grecques d’Ionie et des îles soucieuses d’empêcher tout retour offensif du Grand Roi et de préserver par une alliance militaire leur liberté reconquise. Le trésor de la ligue est alimenté par des tributs que versent ses membres et abrité dans le sanctuaire, alors que les grandes îles comme Lesbos, Chios ou Samos envoient en plus des contingents militaires maritimes. L’ensemble des forces militaires est placée sous la direction d’Athènes et de ses stratèges dont le plus remarquable est Cimon, le fils de Miltiade.

Cimon soutient la politique d’Aristide fédérant les cités d’Aisie Mineure dans la ligue de Délos, contre Pausanias dans sa campagne et le contraint à quitter Byzance en 477, s’empare d’Eion en 476, conquiert une partie de la Thrace (vallée du Strymon) et l’île de Skyros en 475, mettant fin au piratage dans la mer Egée.

Mais à Athènes, Cimon se heurte à Thémistocle dans le domaine de la politique extérieure : ce dernier pense que le véritable ennemi d’Athènes n’est pas la Perse, mais Sparte, alors que Cimon craint avant tout les Perses et est convaincu que l’avenir d’Athènes est sur mer, et particulièrement en mer Egée. Cimon réussit en 471 à faire ostraciser Thémistocle pour 10 ans sous l’accusation d’aspiration à la tyrannie. Ayant les mains libres, il peut continuer la guerre en Asie Mineure contre les Perses. En 468, il défait la flotte perse à l'embouchure de l'Eurymédon, s’empare de près de 200 navires, débarque et écrase l’armée perse sur terre. Par cette victoire, il obtient un accord de paix d’Artaxerxès qui reconnaît la liberté des Grecs d'Asie Mineure et interdit aux navires perses l'accès à cette région.

A la tête du parti aristocrate à la mort d’Aristide en 467 et fort de ses victoires, il transforme la ligue en véritable empire athénien, oblige toutes les îles et cités d’Ionie d’y adhérer. Cette prépondérance d'Athènes et les opérations militaires sans fin finissent par lasser certains alliés : en 470 Naxos se retire de la ligue. En représailles, Cimon prend la ville et rase ses murs. En 465, c’est le tout de Thasos. Après un siège de 2 ans, la ville est réduite, ses murs démantelés, et une garnison athénienne installée sur son territoire. Rapidement, ces garnisons s’installent partout : en contrepartie de leur service, les soldats de ces garnisons se voient attribuer un lot de terrain confisqué par Athènes : le « klèros » : ainsi ces « clérouquies » athéniennes vont se multiplier rapidement au cours du siècle, jusqu’en Italie du sud (Thourioi en 446).

En 462 Cimon persuade Athènes de venir en aide à Sparte, engluée dans une terrible révolte des ilotes. Mais Sparte refuse l’aide de Cimon alors qu’il se présente devant la ville avec 4000 hommes et doit rebrousser chemin, ce qui le discrédite totalement. Périclès et Ephialtès le font ostraciser en 461. Rappelé en 451 par Périclès, il se voit confier la tâche de reconquérir Chypre. Il remporte une première victoire en Cilicie sur Mégabaze (le vaincu de Salamine) mais meurt en 449 en faisant le siège de Citium (Larnaka).

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)