B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

5. Mycènes et les achéens

Chronologie et histoire des fouilles
Les Achéens
L’organisation des royaumes mycéniens
Société et économie
Religion et pratiques funéraires
Les cités mycéniennes
L’art mycénien

5.4. Société et économie

5.4.1. La société mycénienne

La société mycénienne semble divisée en deux groupes d'hommes libres : l'entourage du roi, qui s'occupe de l'administration palatiale, et le peuple, le « da-mo » (demos), qui vit dans les villages, encadré par des agents royaux, doit accomplir des corvées et verse des redevances au palais.

Les hauts fonctionnaires palatins aisés vivent probablement dans les vastes demeures retrouvées à proximité des palais mycéniens ; vivent aussi à proximité des palais les artisans, paysans, marchands que leur activité lie directement à l’existence du palais. Au plus bas de l'échelle sociale se trouvent les esclaves: les textes mentionnent uniquement les esclaves (« douloi ») travaillant pour le compte du palais, mais il ne fait pas de doute que d’autres esclaves travaillent dans les ateliers ou sur le terres agricoles…

5.4.2. L’économie achéenne

L'organisation économique des royaumes mycéniens connue par les textes est d’une part palatiale et d’autre part privée, reflétant l’organisation sociale des Achéens. : un premier groupe travaille au service du palais, tandis qu'un autre travaille pour son propre compte. L'économie est contrôlée par les « scribes » qui notent les entrées et les sorties de produits, donnent les travaux à faire, et se chargent de la distribution des rations. Le « dumate » paraît être une sorte d'intendant supervisant un domaine de l'économie.

5.4.3. L’agriculture

Les terres des royaumes mycéniens (du moins celles de Pylos et de Cnossos) sont réparties entre le domaine palatial et le domaine communal ; elles sont cultivées par les personnes appartenant au « da-mo ». Le domaine palatial est lui-même divisé entre celui propre au souverain et celui des membres de l'administration du palais qui le font faire exploiter par des esclaves ou par des hommes libres auxquels ils afferment la terre.

Les Achéens cultivent des céréales (blé et orge), des oliviers (huile pour les soins corporels et les parfums), la vigne, le lin (pour les vêtements), le sésame (huile), le figuier. Ils élèvent principalement les ovins et les caprins ; bovins et les porcins sont plus rares. Les chevaux sont essentiellement destinés à tracter les chars de guerre.

5.4.4. Artisanat

Les commandes du palais tiennent une place primordiale dans la production artisanale, souvent organisée en « travail à la chaîne » : ainsi en est il de l’industrie textile (laine et lin), un des principaux secteurs de l'économie mycénienne, révélant toute une chaîne de production, des troupeaux de moutons au stockage des produits finis dans les magasins du palais, en passant par la tonte, la répartition de la laine dans les ateliers et les conditions de travail dans ces ateliers : ainsi 550 ouvrières du textile travaillent au service du palais de Pylos, et 900 pour celui de Cnossos !

La métallurgie occupe près de 400 ouvriers travaillant à Pylos, à la production d’épées et d’ustensiles en bronze. Les Mycéniens fabriquent des parfums et des huiles parfumées ; la céramique tient une place importante, tout comme l’orfèvrerie et le travail de l’ivoire.

5.4.5. Le Commerce

Même si les sources écrites ne le mentionnent pas, le commerce tient une place importante dans le monde mycénien. On sait que les Minoens, et sans doute les Mycéniens, exportent des tissus fins en Egypte; sans doute les Mycéniens ont-ils fait de même. Il est certains que les Achéens ont appris des Crétois l’art de la navigation et reprennent pour leur compte le commerce maritime qui prend un nouvel essor après l'effondrement de la civilisation minoenne. Certaines productions, notamment les tissus, l'huile, les objets métallurgiques, sont écoulées à l'extérieur des royaumes, car elles sont produites en trop grande quantité pour la seule consommation intérieure.

L'archéologie à découvert de nombreux produits mycéniens hors de Grèce : Egée, Anatolie, Syrie, Égypte, Sicile, Europe Centrale et jusqu'en Grande Bretagne. La circulation des biens mycéniens est repérable grâce aux « nodules », ancêtres des étiquettes modernes, que l’on a retrouvé en nombre dans tout le bassin méditerranéen.



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)