B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Staline Joseph(1879-1953)

Fils d’un cordonnier et d’une lavandière, Joseph Vissarionovitch Dougachvili naît le 21 décembre 1879 à Gori en Géorgie. Il n’apprend le russe qu’à l’âge de 11 ans. En 1894, il entre au séminaire de Tiflis, et c’est là qu’il entre en contact avec les écrits de Marx. En 1898, il devient membre du Parti social-démocrate des travailleurs de Russie (SDAPR). En 1899, à cause de ses activités révolutionnaires, il est chassé du séminaire. En 1903, le SDAPR éclate et Staline se range du coté des Bolcheviques et de son leader, Vladimir Oulianov « Lénine » ; Arrêté, il est éxilé en Sibérie. Il y épouse Iékaterina Swanidse. Ils auront un fils, qu’il fera exécuter durant la seconde guerre mondiale comme traître à sa patrie…

En 1904, après s’être enfui de Sibérie, il organise des attentats et des hold-ups pour le compte des Révolutionnaires. Une de ces hold-ups, à la banque de Tiflis, le 25 juin 1907, rapporte au mouvement une somme de 250 000 roubles. Entre 1907 et 1913, il est emprisonné plusieurs fois, mais parvient chaque fois à se faire libérer. On soupçonne des collusions avec les services secrets tsaristes. En 1912, Lénine, qui apprécie ses talents d’organisateur, le fait membre du comité central du parti bolchévique. A partir de cette date, il se nomme Staline (L’homme d’acier). De 1913 à 1916, il est exilé en Sibérie.

En 1917, après la chute du tsarisme, il est à Saint Petersbourg et s’active à la prise de pouvoir du parti des Soviets. Il devient membre de la rédaction de la « Pravda ». Entre 1918 et 1923, il est Commissaire du Peuple aux questions nationales. Avec l’aide le l’Armée Rouge, il « réintègre » les peuples du Caucase au sein de l’Union Soviétique avec les méthodes brutales qui désormais vont caractériser son action. De même, lors de la guerre civile, il est Commissaire Politique sur divers fronts. Lors de la guerre en Pologne, il rompt avec le chef de l’Armée Rouge, Léon Bronstein « Trotski ».

En 1919, avec la réorganisation du parti, il devient membre à la fois du Bureau Politique et du Bureau d’organisation, ce qui lui confère un pouvoir très important, car il est seul membre des deux Bureaux. Il épouse Nadesnda Allilujewa. En 1922 il devient Secrétaire Général du Parti, poste nouvellement créé, qui lui confère encore plus de pouvoir sur ses principaux rivaux, et malgré les réticences de Lénine à son endroit. Après la mort de Lénine, il conserve ses pouvoirs. Jusqu’en 1929, usant d’alliances au gré de ses ambitions, usant de violence et de menaces, il parvient à éliminer les uns après les autres ses principaux rivaux et à tuer l’opposition interne au parti. En 1929, il possède le pouvoir absolu. Sous le mot d’ordre « édification du socialisme dans un seul pays », il lance la collectivisation forcée de l’agriculture et le plan quinquennal d’une industrialisation rigoureuse. Des centaines de milliers de personnes, particulièrement de paysans finissent dans les goulags de Sibérie.

En 1934 débutent les grandes épurations visant les adversaires au sein du parti et du pays, tous ceux qui sont un obstacle au pouvoir personnel de Staline. De grands procès, bien organisés par la propagande, éliminent impitoyablement les adversaires, souvent selon l’humeur du dictateur. Beaucoup d’anciens compagnons de Lénine sont éliminés. En 1939, Staline signe avec Hitler un pacte de non-agression, qui lui laisse le temps de se préparer à l’inévitable conflit et lui rapporte la moitié de la Pologne.

En juin 1941, l’opération Barbarossa le surprend totalement et le déstabilise. Mais il sait se reprendre, refuse de quitter Moscou aux heures les plus sombres, et proclame la « guerre patriotique », se référant aux valeurs traditionnelles du peuple russe. Il réussit à galvaniser l’énergie patriotique et à renverser une situation gravement compromise. Après la bataille de Stalingrad, il lance son armée contre l’Allemagne avec la ferme intention de se créer un immense glacis de territoires à l’Ouest, qu’il pourrait contrôler avec ses méthodes habituelles. Les réculades des Alliés de l’Ouest, particulièrement celles des Américains, vont lui permettre de réaliser son dessein. Lors des conférences de Yalta et de Potsdam, il réussit à imposer ses vues expansionnistes, qui vont « garder » toute une partie de l’Europe derrière le « Rideau de fer » jusque dans les années 1990.

Il poursuit sa politique d’expansion, particulièrement lors du blocus de Berlin en 1948, lors du conflit en Corée dans les années 1950-1953, en créant la RDA et en soutenant les divers partis communistes à l’ouest. Parallèlement, à l’intérieur, il intensifie sa politique de terreur et continue à éliminer ceux qui lui font de l’ombre. Le culte de la personnalité atteint des sommets jusqu’alors inégalés. Staline meurt le 5 mars 1953 dans sa datcha, dans des cirocnstances assez étranges.

Aussitôt débute la « déstalinisation » qui va culminer en 1961 lorsque son corps est sorti du mausolée de la place Rouge pour être enterré le long du mur du Kremlin. Le « Règne » de Staline entre 1929 et 1953 s’est soldé en Union Soviétique par environ 20 millions de morts (hors guerre), soit exécutés directement, soit morts dans des camps, soit victimes de famines organisées…

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)