B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Papon Maurice(1910-2007)

Maurice Papon est né le 3 septembre 1910, à Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne), en France. Après de brillantes études secondaires au lycée Montaigne et au lycée Louis-le-Grand à Paris, il fait des études de droit et de lettres et entre dans l'administration. Il obtient son premier poste au sein du cabinet du ministère de l'Air, à 21 ans.

En août 1935, il est nommé rédacteur au ministère de l'intérieur puis devient chef de cabinet de Maurice Sabatier, alors directeur des affaires départementales et communales. Après une courte mobilisation au 2è régiment d'infanterie à Tripoli, il est rapatrié pour raison de santé en octobre 1940. Alors qu'il se situait plutôt à gauche avant la guerre (il avait soutenu notamment le Front populaire), il adopte en 1940 les idées de la « Révolution nationale » du Maréchal Pétain. Maurice Sabatier le nomme, fin 1940, directeur de cabinet du secrétariat général pour l'administration du ministère de l'intérieur, puis secrétaire général de la préfecture de la Gironde, de juin 1942 à la Libération.

Bras droit du préfet, il est chargé plus particulièrement des questions de police et des affaires juives. Jusqu’en mai 1944, ses services recenseront les Juifs dans les hôpitaux, les sanatoriums et les maisons de retraite et organiseront, à la demande des Allemands, l'arrestation et la déportation des Juifs de la région bordelaise vers le camp de Drancy. Ainsi, il a ordonné l'arrestation de 1 560 Juifs, dont des enfants et des personnes âgées, entre 1942 et 1944. La plupart de ces gens ont été déportés à Auschwitz.

Après la guerre, compte tenu des services rendus à la Résistance, Maurice Papon est confirmé dans ses fonctions par le Général de Gaulle et n'est pas été inquiété par la commission d'épuration. D'abord nommé préfet des Landes, il réintègre le ministère de l’Intérieur en octobre 1945. Il poursuit alors une brillante carrière de haut fonctionnaire. Il est nommé préfet de Corse en 1947, puis préfet de Constantine (Algérie) en 1949. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1948. En 1951 il devient secrétaire général de la préfecture de police de Paris. En 1954 il part pour le Maroc comme secrétaire général du protectorat, où il aide à réprimer les nationalistes marocains. Il est nommé officier de la Légion d'honneur. En 1956 il retourne à Constantine pendant les troubles algériens.

En 1958, Maurice Papon est nommé préfet de police de Paris. Il obtient à cette époque la carte de combattant volontaire de la Résistance qui reconnaît sa participation à la Résistance. Le 17 octobre 1961, à Paris, les forces de police placées sous son autorité répriment très brutalement une marche de paix organisée par le Front de libération national algérien : un grand nombre de civils algériens trouvent la mort. Bien que le nombre de victimes soit inconnu, les historiens s'accordent généralement sur le chiffre de 200 morts.

En 1966, à la suite de l’affaire Ben Barka (le chef de l’opposition marocaine est enlevé en plein Paris (la police est soupçonnée de collaboration), Papon est remplacé. Il est nommé en 1967 président de Sud-Aviation. En 1968 il est élu député gaulliste du Cher. En 1972 il devient président de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Il est réélu député en 1973. De 1978 à 1981, il est ministre du Budget dans le second gouvernement de Raymond Barre.

Inculpé en 1983, à la suite de plaintes déposées en 1981, il est jugé à partir d'octobre 1997 et est condamné le 2 avril 1998 à « dix ans de réclusion criminelle » pour « complicité de crimes contre l'humanité ». Après une tentative de fuite en Suisse, il est emprisonné en 1999, mais libéré pour raisons de santé, après une décision de la Cour de Cassation, le 18 septembre 2002. Il meurt en février 2007.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)