B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Koenig Pierre(1898-1970)

(10 octobre 1898 à Caen - 2 septembre 1970 à l'Hôpital Américain de Neuilly-sur-Seine). Est issu, d’une famille de souche alsacienne. Son père était facteur d'orgues. Il s’engage en 1917, après avoir obtenu son baccalauréat, au 36e Régiment d'infanterie. Il prend part à la bataille des Flandres en mai 1918, puis, celle du Matz en juin – juillet, à l'offensive de l'Oise en août - septembre et de l'Ailette en octobre 1918 avant de décider de rester dans.

Il sert en Silésie de 1919 à 1922 puis dans les Alpes (1922-1923) avec le grade de lieutenant. Il fait ensuite partie, comme officier de renseignement, des troupes d'occupation en Allemagne jusqu'en 1929, à l'Etat-major des 40è et 43è Division d'infanterie. Puis il est affecté au Maroc comme commandant de compagnie au 4è Régiment étranger et prend part aux opérations de pacification du Maroc (1931-1939).
Promu capitaine, il quitte l'Afrique du Nord en février 1940 et prend part à l'expédition de Norvège au sein de la 13e Demi-brigade de Légion étrangère, puis à l'Etat-major du général Audet, commandant le Corps expéditionnaire français.

De retour en Bretagne le 16 juin 1940 avec le corps expéditionnaire, il s'embarque le 19 juin et parvient en Angleterre le 21 juin 1940. Il retrouve la 13e DBLE et se met aux ordres du général de Gaulle. Promu au grade de chef de bataillon, il prend part, sous le nom de « Mutin », à l'expédition « Menace » et, après l'échec devant Dakar, joue un rôle prépondérant dans le ralliement du Gabon, en novembre 1940. En décembre 1940, il est nommé commandant militaire du Cameroun et promu lieutenant-colonel.
Début 1941, promu colonel, il est au Soudan et en Palestine et prend part à la campagne de Syrie. A l'armistice de Saint-Jean d'Acre, le colonel Koenig est délégué pour la France libre à la Commission d'Armistice. Promu général de brigade en juillet 1941, il combat en Libye, à Halfaya (décembre 1941 et janvier 1942), à Méchili (février 1942) et Bir-Hakeim (février - juin 1942), en qualité de commandant de la 1ère Brigade française libre. Résistant aux attaques italo-allemandes menées par le général Rommel pendant 14 jours et tenant coûte que coûte la position de Bir-Hakeim pour permettre à la VIIIè Armée britannique de se réorganiser à Alexandrie, Koenig réussit parfaitement sa mission, malgré une infériorité numérique flagrante. Il parvient à ramener avec lui les trois-quarts de ses hommes échappés grâce à la sortie de vive force de la position dans la nuit du 10 au 11 juin 1942, à travers les champs de mines et les positions ennemies. Il ensuite prend part à la bataille d'El Alamein en octobre 1942 puis à la campagne de Tunisie (avril - mai 1943) à la suite de laquelle il est promu général de division.

Le 1er août 1943, il quitte le commandement de la 1ère DFL pour prendre les fonctions de chef d'Etat-major adjoint de l'Armée à Alger et y opérer la fusion entre les troupes d'Afrique du Nord et celles de la France libre. En mars 1944, il est nommé Délégué du Gouvernement provisoire de la République française auprès du général Eisenhower, Commandant suprême interallié, et, en même temps, commandant supérieur des Forces françaises en Grande-Bretagne et commandant des Forces françaises de l'intérieur (FFI). Promu général de corps d'armée le 28 juin 1944, il est nommé Gouverneur militaire de Paris le 25 août suivant et le reste jusqu'à la fin des hostilités. En juillet 1945, le général Koenig est nommé Commandant des Forces françaises en Allemagne avant d'être promu, en mai 1946, général d'armée.

Il quitte son poste en Allemagne en août 1949 pour prendre celui d'Inspecteur des Forces terrestres, maritimes et a ériennes de l'Afrique du Nord. Parallèlement, il devient vice-président du Conseil supérieur de la Guerre. Elu membre de l'Académie des Sciences morales et politiques en 1950. Député du Bas-Rhin en 1951, réélu en 1956, Pierre Koenig est Président de la Commission de la Défense nationale de l'Assemblée nationale d'août 1951 à juin 1954. Pierre Koenig est élevé à la dignité de Maréchal de France à titre posthume par décret du 6 juin 1984.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)