B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: De Lattre de Tassigny Jean Marie Gabriel(1889-1952)

Jean-Marie de Lattre de Tassigny naît le 2 février 1889 à Mouilleron-en-Pareds en Vendée d'une vieille famille aristocratique des Flandres françaises. Il reçoit une éducation de qualité au collège Saint Joseph de Poitiers.
De 1898 à 1904 il prépare l'École navale et Saint-Cyr où il est reçu en 1908. Il effectue ses classes au 29è Dragons à Provins. Il est élève de Saint-Cyr de 1909 à 1911, dans la promotion « Mauritanie » où il en sort 4è de promotion. Il entre en 1911 à l'école de cavalerie à Saumur. En 1912 il est affecté dans le 12è Dragons à Pont-à-Mousson puis sur le front en 1914 où il est capitaine du 93è Régiment d'Infanterie et termine la guerre avec 4 blessures et 8 citations.
Il est ensuite affecté au 49è Régiment d'Infanterie de 1919 à 1921 à Bayonne. En 1921 il est envoyé au Maroc jusqu'en 1926. De 1927 à 1929 il suit les cours de l'école de guerre avec la 49è promotion. Il se marie avec Simone Calary de Lamazière en 1927 qui lui donne un fils en 1928. En 1929 il devient chef de bataillon au 5è Régiment d'Infanterie à Coulommiers. En 1932 il est promu à l'état-major de l'armée puis à celui du général Maxime Weygand, vice-président du Conseil Supérieur de la Guerre au titre de lieutenant-colonel. En 1935 il devient colonel, commandant le 151è Régiment d'Infanterie à Metz. Entre 1937 et 1938 il suit des cours au centre des hautes études militaires et devient en 1938 chef d'état-major du gouverneur de Strasbourg.

Promu général de brigade le 23 mars 1939 il est chef d'état-major de la Vè armée le 2 septembre 1939. Le 1er janvier 1940 il prend le commandement de la 14è Division d'Infanterie. A Rethel, sa division résiste héroïquement jusqu’à la Champagne et l’Yonne, et conserve miraculeusement sa cohésion militaire au milieu du chaos de la débâcle. De juillet 1940 à septembre 1941, il est adjoint au général commandant la 13è région militaire à Clermont-Ferrand puis devient général de division commandant des troupes de Tunisie jusqu'à la fin 1941. Par la suite il commande la 16è Division à Montpellier et est promu général de corps d'armée. Lorsque la zone libre est envahie par les troupes allemandes il refuse l'ordre de ne pas combattre et est arrêté. Il est condamné à 10 ans de prison par le tribunal d'État de la section de Lyon. Il s'évade de la prison de Riom le 3 septembre 1943 il rejoint Londres puis Alger où il arrive le 20 décembre 1943. En décembre 1943 il commande l’armée B, qui devient la Ire armée française. Il débarque en Provence le 16 août 1944, prend Toulon et Marseille, remonte la vallée du Rhône, puis le Rhin, libère l’Alsace, entre en Allemagne et atteint le Danube. Il représente la France à la signature de l'armistice du 8 mai 1945 à Berlin au quartier général du Maréchal Joukov.

Entre décembre 1945 et mars 1947, il est inspecteur général et chef d’état-major général de l’armée. En mars 1947 il est inspecteur général de l’armée, puis inspecteur général des forces armées. D’octobre 1948 à décembre 1950, il est commandant en chef des armées de l’Europe occidentale à Fontainebleau. Il devint haut-commissaire et commandant en chef en Indochine et commandant en chef en Extrême-Orient (1950-1952) et met sur pied une armée nationale vietnamienne. Epuisé par le surmenage, très affecté par la mort de son fils Bernard, tué au cours de la campagne d'Indochine et atteint d'un cancer de la hanche, il meurt à Paris le 11 janvier 1952 des suites d'une opération. Il est élevé à la dignité de maréchal de France, à titre posthume, lors de ses funérailles le 15 janvier 1952. Il est inhumé dans son village natal de Mouilleron-en-Pareds.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)