B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Gehlen Reinhard(1902-1979)

Reinhard Gehlen (3 avril 1902 à Erfurt, Thuringe, Allemagne - 8 juin 1979) naît dans une famille bourgeoise de libraires. En 1920, il rejoint la Reichswehr. De 1933 à 1935, il s'occupe de la formation du personnel. En 1936 il est promu au centre des opérations de la Wehrmacht où il rencontre le général Franz Halder, le futur chef d’état major général. Les deux hommes se lient d’amitié. Gehlen est promu au poste de capitaine, puis, en 1939, au rang de commandant. En mai 1940, il devient officier de liaison du Feldmarschall Walther von Brauchitsch et du groupe de chars d'assaut du général Guderian. Puis il participe à la préparation de l’opération « Barbarossa ». En juillet 1941, il est promu au poste de lieutenant-colonel. Gehlen est un anticommuniste fanatique, avant d’être nazi.

Pendant l'hiver 1941-1942, Gehlen rencontre le colonel Henning von Tresckow. Bien que n'étant pas un membre actif de la conspiration contre Hitler, Gehlen développe des liens étroits avec Tresckow et d'autres conspirateurs allemands, tels le colonel Claus von Stauffenberg, le général Helmuth Stieff, le colonel Wessel von Loringhoven, le général Adolf Heusinger et le colonel Alexis von Roenne. Heusinger informe Gehlen, tandis que Stieff et Gehlen discutent de « la tactique réelle » d’un éventuel coup d'État.

En 1942, Gehlen est promu colonel et désigné comme chef des armées étrangères de l'Est. Il est horrifié par les atrocités commises contre les prisonniers de guerre et les civils russes. Plus tard, il recrute plus de 100 000 anciens prisonniers de guerre soviétiques pour l'armée russe de libération.

Le 17 juillet 1944, le colonel von Loringhoven l’informe des plans de Stauffenberg visant à assassiner Hitler. Il parvient à échapper à la répression après l’attentat manqué, et est même promu en décembre 1944 au poste de général de brigade.

En mars 1945, Gehlen et ses agents microfilment tous leurs documents secrets sur l'Union soviétique et les cachent dans des fûts en acier, quelque part dans les Alpes autrichiennes. Après le décès d'Hitler, il est démis de ses fonctions de chef des armées étrangères de l'Est. En mai, Gehlen et ses collègues se rendent aux forces américaines. À ce moment-là, celles-ci ignorent l'existence des informations secrètes qu'ils détiennent sur les Soviétiques. En août 1945, Gehlen remet un compte-rendu à l'OSS.

En juillet 1946, Gehlen est libéré en tant que prisonnier de guerre. À l'instigation clandestine de l'OSS, il crée la « Gehlen Org. », réseau initialement formé de 350 anciens agents secrets de l'Allemagne nazie. la « Gehlen Org. » devient les yeux et les oreilles de l'OSS en Europe de l'Est et en URSS. Elle installe son quartier général à Munich, sous le couvert d'une entreprise au nom inoffensif : « South German Industrial Development Organization ». Les agents de la Gehlen aident l'OSS, qui deviendra plus tard la CIA, à démasquer les fonctionnaires communistes et les organismes sympathisants dans l'ensemble de l'Europe de l'Ouest.

Gehlen met aussi en place « ODESSA », réseau d'exfiltration qui permettra à plus de 5 000 nazis d'échapper aux tribunaux devant lesquels ils étaient censés comparaître pour leurs crimes de guerre. La plupart trouvent refuge en Amérique centrale et en Amérique du Sud, particulièrement en Argentine, au Chili, au Nicaragua et au Salvador, où plusieurs dictateurs utilisent leurs « compétences ». Parmi les criminels exfiltrés on retrouve entre autres Josef Mengele et Klaus Barbie.

En avril 1956, la « Gehlen Org » est transférée au gouvernement ouest-allemand. Elle est intégrée au « Bundesnachrichtendienst » naissant (abrégé par BND et que l'on peut traduire par « Service d'intelligence fédéral »). Gehlen est promu lieutenant général dans le Bundeswehr et devient le directeur de la BND. Il atteint le grade final de général principal. En avril 1961, l'opération Sting découvre que Heinz Felfe, chef du contre-espionnage au BND, est un agent double du KGB. En 1963, le chancelier Konrad Adenauer démissionne sous le coup du scandale. À cette époque, reconduit pour cinq ans comme directeur du BND malgré ce coup dur, Gehlen démissionne, car son influence et son pouvoir diminuent. En dépit du scandale de Felfe, Gehlen reste une légende dans la communauté du renseignement jusqu'à sa mort en 1979.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)