B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Biographie: Seyss Inquart Arthur(1892-1946)

Arthur Seyss-Inquart naît le 22 juillet 1892 à Stannern en Moravie (enclave linguistique de Jihlava aujourd’hui en Tchéquie). En 1910 il s’inscrit à la faculté de droit de Vienne dont il sort avocat. En 14-18, il est chasseur alpin (Kaiserjäger). Après la défaite, il adhère au groupe des nationaux-catholiques avant de devenir en 1925 membre du comité de direction du rassemblement populaire austro-allemand (Deutsch-Österreichischer Völkerbund) fondé par Hermann Neubacher, futur maire national-socialiste de Vienne. Dès 1931, Seyss-Inquart entretient des relations - d’abord secrètes - avec le NSDAP autrichien. Alors même qu’il fait partie d’une organisation d’inspiration nationale-socialiste pour la protection de la Styrie, il passe pour le représentant de la tendance modérée des nationaux ; c’est pourquoi le chancelier Dollfuss, quelques semaines avant d’être assassiné, envisage de le prendre dans son cabinet.

En 1937, sous la pression des Allemands, Schuschnigg le nomme membre du Conseil d’Etat, avec l’intention de l‘utiliser comme médiateur exclusif entre l’Autriche et le Reich allemand pour déjouer les activités illégales du NSDAP, ce qui provoque la violente désapprobation de Heydrich. Au cours d’un entretien avec Schuschnigg à Berchtesgaden, le 12 février 1938, Hitler exige la nomination de Seyss-Inquart comme ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Seyss-Inquart, qui n’a aucunement l’intention de servir de simple cheval de Troie et qui s’emploie à l’accession au pouvoir des nationaux-socialistes autrichiens par des voies légales, n’est plus dès lors qu’une marionnette au service de la politique berlinoise et ne peut empêcher l’entrée des troupes allemandes en Autriche. Sur ordre de Berlin, il devient chancelier après la démission de Schuschnigg. Son premier et unique acte de chancellier d’Autriche est d’appeler les troupes allemandes à envahir l’Autriche…

Hitler le récompense en lui attribuant le titre de Statthalter d’Autriche ainsi qu’un haut rang dans la hiérarchie des SS. Son influence en tant que chef du gouvernement autrichien ne cesse de diminuer au profit du gauleiter Bürkel, nommé commissaire du Reich pour l’Autriche. Le 1er mai 1939, il devient ministre sans portefeuille puis, en septembre 1939, chef de l’administration civile du sud de la Pologne en même temps qu’adjoint du gouverneur général de la Pologne Frank et, le 18 mai 1940, commissaire du Reich dans les Pays-Bas occupés. Il y tente de contrer la volonté de Himmler pour éviter l’ingérence d’Eichmann dans la spoliation et la déportation des Juifs hollandais. En vain. Vers la fin de la guerre, il tente de négocier avec les Anglais pour faciliter la transmission des pouvoirs dans ce pays. En vain.

Inculpé pour avoir participé à l’extermination des Juifs et aux exactions de l’occupation allemande, il est condamné à mort par le tribunal de Nuremberg et pendu le 16 octobre 1946.

Retour biographie


Strasbourg : la ville au Moyen Age (Alsace)
Auschwitz, camp de concentration nazi
La Grèce avant la Grèce : préhistoire, Crète, Cyclades, Mycènes
Nazisme : les Einsatzgruppen (2ième guerre mondiale)
Le Seicento – Le XVIIè
Le Rhin
L’art Byzantin
Struthof, camp de concentration nazi
Ravensbrück, camp de concentration nazi
Dachau, camp de concentration nazi
L’art en France entre 1850 et 1900
L’art en France entre 1800 et 1850
L’art en France au XVIIIè siècle
Nazisme : au fil des jours (2ième guerre mondiale)
L’impressionnisme (Histoire de l’art)
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)